Get Adobe Flash player
Catégories
ce site est utile, aidez nous à le maintenir au top

URL

Les nouveaux noms de domaines séduisent la finance et la technologie #Disruptive #innovation

noms domaines

Un tiers des candidats à l’utilisation des nouvelles extensions proposées par l’Icann viendra de ces deux secteurs. La raison : cette initiative représente un moyen intéressant de valoriser son identité en ligne.

Après les .com, les .org et autre .net, voilà les .paris, .marque, .shop, .tourism ou .sport. Entre le 12 janvier et le 12 avril, en effet, entreprises, gouvernements, administrations, toute organisation disposant d’une site Internet pourra adresser à l’Icann sa candidature à l’attribution d’un nom de domaine de premier niveau, se terminant par de nouvelles extensions : un nom de ville, le nom d’une marque, d’un secteur d’activité et même un terme en alphabet non latin (arabe, chinois, japonais, cyrilique…). Selon le gestionnaire australien de noms de domaine ARI Registry Services, un millier de candidatures vont être soumises à l’Icann dans les trois mois qui viennent. Et ce qui est intéressant, c’est qu’un tiers devrait émaner des secteurs de la finance et des technologies de l’information : 20 % pour une extension mentionnant une marque de technologie (dont la moitié basées en Asie Pacifique), 11 % pour un .NomDeBanque ou .NomOrganismeFinancier.

Deux tiers des candidatures pour des marques

La surreprésentation des demandes de noms de domaines pour la finance, le commerce et le IT s’explique par l’intérêt marketing. Avec ces nouvelles extensions, l’Icann fournit aux sociétés un bon moyen de se distinguer les unes des autres, plus que quand chacune avait un nom de site Web se terminant par .fr ou .com. C’est un bon moyen d’attirer le client, de renforcer la confiance et de lui faciliter la vie. A noter enfin que les deux tiers des demandes de ces extensions d’un nouveau type concerneront un nom de domaine en .marque. En deuxième position arriveront des entrepreneurs cherchant à mettre en valeur un leur activité, plus que son nom, avec l’utilisation d’un terme générique: .shop, .hotel, .food, .law, etc. Ils représenteront 30% des candidatures selon ARI Registry Services.

Se dépêcher de faire sa demande

Les autres demandent, soit 10%, proviendront des gouvernements, des collectivités ou d’organismes représentant une ville ou une région, qui cherchent à avoir un nom de domaine se terminant par une aire géographique (ville, région). A terme, estime Adrien Kinderis, président de ARI Registry Services, on pourra même voir apparaître des noms de sites Web aussi simples et efficaces que iphone.apple ou shoes.nike. C’est même l’occasion pour certaines marques et entreprises, non satisfaites de leur nom de domaine actuel, de rectifier le tir. Mais à une condition essentielle: se dépêcher de d’adresser leurs candidatures à l’Icann.

 

Lire la suite : Les nouveaux noms de domaines séduisent la finance et la technologie | L’Atelier: Disruptive innovation.

Share

Les extensions de nom de domaine s’ouvrent à (presque) tous – High-Tech – TF1 News

Par le 09 janvier 2012 

Depuis jeudi, il est possible de demander une extension de son nom de domaine -les .fr ou les .com- à l’Icann, l’organisme qui gouverne Internet. Stéphane Van Gelder, président de la Generic Names supporting organisation (GNSO), haute instance de l’Icann, explique le fonctionnement.

Stéphane Van Gelder, président de la GNSO et directeur général IndomStéphane Van Gelder, président de la GNSO et directeur général Indom © DR

TF1 News : A partir du 12 janvier, il sera possible de demander des extensions internet personnalisées et d’avoir un .paris ou .télé par exemple… Comment la procédure de décision va-t-elle fonctionner ?


Stéphane Van Gelder, président de la GNSO (Generic names supporting organisation) et directeur général de la société Indom : On peut soumettre son dossier à n’importe quel moment entre le 12 janvier et le 12 avril 2012. Au 1er mai tous les dossiers reçus seront publiés. Donc chacun sera libre de voir s’il y a des dossiers gênant pour sa marque. Puis il y aura une phase de validation pour vérifier le demandeur. Et enfin on examinera le dossier en lui-même. Si tout va bien, l’ICANN dit oui au candidat qui a un an pour valider cette extension. Il devra la gérer pour 10 ans mais doit montrer dans son dossier qu’il peut la gérer financièrement pendant 3 ans. Donc on attend l’arrivée des premières extensions en 2013.

Concernant les dossiers en eux-mêmes, ils posent 50 questions : sur le demandeur en lui-même, pour savoir qui il est; sur sa candidature; sur les aspects techniques, car il faut pouvoir gérer l’extension en elle-même; sur l’aspect financier. Le projet au total coûte environ 500.000 euros la première année. Il faut payer 185.000 dollars (145.000 euros) de taxes à l’ICANN lors du dépôt du projet. On n’est pas dans l’amateurisme.

TF1 News : Quelles limites ont été posées à ces extensions ?

Stéphane Van Gelder : Il y a tout d’abord une limite de syntaxe : cela devra être en caractères latin et cela devra comprendre entre 3 et 63 caractères. On ne peut avoir ni de chiffres ni de tirets.

Ensuite, il y a des limites en termes de mots : on ne pourra pas demander des noms de pays par exemple, et certains termes ont été réservés par l’ICANN. Si ça heurte ou choque la sensibilité (comme un .nazi ou un .hitler) cela sera rejeté.

TF1 News : Ces extensions seront-elles ouvertes à tous ?

Stéphane Van Gelder : Ce n’est pas ouvert aux particuliers. Mais cela reste ouvert aux entreprises, aux organismes divers et aux sociétés pré-identifiées. Dans tous les cas, ils devront avoir un numéro d’enregistrement. Ils doivent pouvoir gérer une extension, ce n’est pas à la portée de n’importe qui. L’ICANN demande à travailler avec des personnes identifiables.

TF1 News : Donc l’attribution d’une nouvelle extension sera moins libre que celle d’un nom de domaine ?

Stéphane Van Gelder : C’est beaucoup plus contraignant. Déposer un nom de domaine coûte quelques euros et prend quelques minutes. L’extension se fait sur plusieurs années. Ce ne sont pas les mêmes personnes qui sont intéressées.

Ce qui se passe aujourd’hui, ce changement, est potentiellement un grand changement dans l’utilisation d’Internet. Ceux qui ne l’auraient pas seraient défavorisés. Il faut donc prévenir, informer que c’est un changement potentiel majeur. Et il faut un vrai projet derrière, il faut être informé. Au niveau des entreprises, c’est très difficile d’ignorer ces évolutions.

TF1 News : Qu’apportent-elles de plus que ce qui est déjà existant ?

Stéphane Van Gelder : Pourquoi est-ce que tout le monde n’aurait pas accès au premier niveau d’Internet ? Cela permet une démocratisation de l’espace de nommage Internet. Il n’y a pas de raison qu’il n’y ait que 22 extensions possibles dans le monde (puisqu’aujourd’hui, les extensions sont limitées aux .com, .net, .fr, .org etc.). Sur les 215 millions de noms de domaines, 115 millions sont des .com ou des .net. Si l’on est sur un .apple, on sait beaucoup plus rapidement sur quel type de site nous sommes.

Aujourd’hui les moteurs de recherches sont peu intéressés par les extensions. Mais Google a déjà dit que s’il existait un .paris, il serait logique qu’il le prenne en compte.

TF1 News : Quels sont les intérêts pour les entreprises ?

Stéphane Van Gelder : D’abord il y a l’intérêt de globalisation de la marque. Si je m’appelle Vinci ou Apple, ça me permettrait d’avoir mon nom d’entreprise partout dans le monde et de déposer des marques nationales. Par exemple, le .vinci reprendrait tous les parkings partout dans le monde. Il y a le coté unique de l’identifiant. Par rapport au .com, on accroit sa pertinence, on sort de l’anonymat des noms de domaines.

Ensuite, il y a des intérêts d’utilisation. Une banque par exemple, pour effectuer des transactions sur Internet, a besoin de sécurité. Aujourd’hui elle est encore tributaire des gens qui gèrent les .com ou les .fr.

Il y aurait même un intérêt pour un .facebook. Facebook ayant déjà ouvert des noms de domaines personnalisés (facebook.com/prénom.nom), il pourrait ainsi permettre un prénom.nom.facebook, pour simplifier internet.

Il y a également un intérêt géographique. La ville de Paris envisage d’acheter un .paris pour des questions de propriété intellectuelle mais aussi pour un service public plus clair : laposte.paris pour trouver le bureau de poste le plus proche par exemple,… Cela permet une identité plus claire sur Internet.

Ensuite, cela dépend des utilisations qui sortiront de celle que l’on fait d’Internet aujourd’hui.

TF1 News : Est-ce intéressant pour tout le monde ?

Stéphane Van Gelder : Non. Il faut avoir un vrai projet et être capable de s’engager pour dix ans. Ce n’est pas intéressant pour ceux qui veulent juste protéger leur nom du vol. Il existe déjà des garde-fous et y mettre tant d’argent, c’est contre-productif. L’ICANN attend 1.000 à 1.500 dossiers, c’est très peu. Ce n’est pas à la même échelle que le nom de domaine.

TF1 News : Si l’on achète un .auto ou un .radio, cela va concerner plusieurs entreprises. Autorisez-vous la première entreprise à le demander à acheter le .auto si elle n’est pas représentative de l’ensemble des voitures vendues dans le monde ?

Stéphane Van Gelder : Ce type d’extension à titre communautaire est ouvert à tous. Mais si l’automobile club de France réserve le .auto, Renault par exemple pourra porter réclamation, non pas sur le nom, mais pour dire que cette personne n’est pas représentative et le dossier sera suspendu. Les gouvernements aussi pourront s’y opposer.

Il y a plusieurs garde-fous pour ces termes génériques. Si je créé un .auto libre d’accès à tout le monde, dans ce cas là, je pourrais m’occuper de sa gestion.

 

Lire la suite sur :  Les extensions de nom de domaine s’ouvrent à (presque) tous – High-Tech – TF1 News.

Share

Duplicate Content on eCommerce Websites – Duplicate Content sur les sites eCommerce


When running an eCommerce website one of the issues that creeps in and creates problems is duplicate content. In this post we’ll take a look at duplicate content, the different forms it is most likely to occur in, and how to deal with each of them.

Editorial Content

While not strictly an eCommerce problem, duplicate editorial content on eCommerce websites can effect your search engine rankings. When I’m talking about editorial content I’m talking about specifically about all of the non product, non shopping content. This can be anything from blog posts, to articles, to FAQ, customer service content, or boiler plate content like privacy policies and terms of service pages. It’s important that this content exist only on your website. It’s ok to occasionally reprint and republish content that exists elsewhere on other websites (with proper permission), but this should be a minimum, and ideally less 10% of all your content. Google wants to serve search results that link to original unique content, not 10 versions of the same content. If you have content that you want on your website, that exists elsewhere, you should rewrite it, update it, improve it, or give it a new editorial view. If you absolutely have to reuse content that exists elsewhere, and you can’t change it, block it from the search engines using robots.txt or the noindex meta tag.

Duplicate Product Content

If you are getting a product feed from a distributor, getting product specifications from a vendor, or just selling the same products as everyone else, unless you have rewritten this product information yourself there is a good chance you have duplicate product pages. To check this select 6-7 words from some of your products (don’t choose a set of words with punctuation or special characters). Put the words in quotes and perform a search on Google, if you get back any results other than your website, this is probably considered duplicate content by the search engines. If a significant percentage of your content is duplicate, chances are good that you won’t rank for those products. Start with your most important products first, and rewrite the descriptions to be unique. For products where it isn’t cost effective to rewrite the content, use a noindex meta tag, customers will still be able to purchase the item, it just won’t show up in the search engine index.

Duplicate Internal Content

While you would think search engines would have advanced enough to figure this out, however duplicate internal content can be one of the easiest ways site owners shoot themselves in the foot. Maybe it’s the CMS or shopping platform, but having the same product/information on more than one URL is a recipe for trouble. Another big source for this type of problem is the marketing or advertising departments adding tracking parameters to URLs. For example search engines have problems when they see URLs like this:

example.com/prod-name/?utm_source=twittercamp564
example.com/prod-name/?utm_source=facebookmothersday
example.com/prod-name/?utm_source=rssfeed

If all three of those URLs return the same product page Google will have to guess which one is correct. You can use the canonical tag or webmaster central to tell Google the correct URL and which parameters to ignore, but really this is a workaround and not recommended. The less you leave up to a search engine to “figure out” or “guess” the more certain you will be of the end result. If you have to use parameters, try using the hashtag implementation

example.com/prod-name/#utm_source=rssfeed

It’s not perfect but it will create less “guessing” for a search engine.

What are the takeaways from this post:

  • Make sure your site has little to no duplicate editorial content, rewrite, revise, update or block any existing duplicate content.
  • Check your product pages and descriptions for duplication, starting with the most important products, rewrite and eliminate duplication.
  • Be on the lookout for duplicate urls created by your CMS, shopping cart software, or internal business divisions, use hash tags if the information is mission critical.

—————–

Lorsque vous exécutez un site eCommerce l’une des questions qui se meut à l’intérieur et crée des problèmes de duplicate content est. Dans ce post nous allons jeter un oeil à un contenu en double, les différentes formes qu’il est le plus susceptible de se produire, et comment faire face à chacun d’eux.

Contenu rédactionnel

Bien que n’étant pas strictement un problème de commerce électronique, de dupliquer le contenu éditorial sur les sites de commerce électronique peuvent affecter vos classements des moteurs de recherche. Lorsque je parle du contenu éditorial dont je parle spécifiquement sur tous les produits non, le contenu non commerciaux. Cela peut être quelque chose de messages de blog, des articles, à la FAQ, le contenu du service client, ou le contenu plaque de la chaudière comme des politiques de confidentialité et les modalités de pages du service. Il est important que ce contenu n’existe que sur votre site web. Il est autorisé à l’occasion de réimpression et de republier le contenu qui existe ailleurs sur d’autres sites (avec la permission appropriée), mais cela devrait être un minimum, et 10% idéalement moins de tous vos contenus. Google veut servir des résultats de recherche ayant un lien vers le contenu original unique, et non pas 10 versions du même contenu. Si vous avez du contenu que vous souhaitez sur votre site, qui existe ailleurs, vous devriez le réécrire, le mettre à jour, l’améliorer, ou lui donner une vue éditorial. Si vous devez absolument de réutiliser le contenu qui existe ailleurs, et vous ne pouvez pas le changer, le bloquer par les moteurs de recherche en utilisant robots.txt ou balise meta noindex l’.

Duplicate Content produit

Si vous obtenez un flux de produits à partir d’un distributeur, obtenir les spécifications des produits auprès d’un fournisseur, ou tout simplement vendre les mêmes produits que tout le monde, sauf si vous avez réécrit cette information produit vous-même il ya une bonne chance que vous avez des pages de produits en double. Pour vérifier cela de sélectionner 6-7 mots de certains de vos produits (ne pas choisir un ensemble de mots avec la ponctuation ou des caractères spéciaux). Mettez les mots entre guillemets et effectuer une recherche sur Google, si vous récupérez tout résultat autre que votre site web, ceci est probablement considéré comme contenu dupliqué par les moteurs de recherche. Si un pourcentage important de votre contenu est double, les chances sont bonnes que vous n’aurez pas rang de ces produits. Commencez par vos produits les plus importantes en premier, et de réécrire les descriptions d’être unique. Pour les produits où il n’est pas rentable de réécrire le contenu, utiliser une balise meta noindex, les clients seront toujours en mesure d’acheter l’article, il ne veut tout simplement pas dans l’index du moteur de recherche.

Duplicate Content interne

Alors que vous pourriez penser moteurs de recherche aurait suffisamment avancé pour comprendre cela, mais de contenu dupliqué interne peut être un des plus faciles façons propriétaires du site se tirer une balle dans le pied. Peut-être que c’est la plate-forme de CMS ou commerciaux, mais ayant le même produit / information sur plus d’un URL est une recette pour les problèmes. Une autre source importante pour ce type de problème sont les départements marketing ou de publicité en ajoutant des paramètres de suivi pour les URL. Par exemple les moteurs de recherche ont des problèmes quand ils voient les URL comme ceci:

example.com/prod-name/?utm_source=twittercamp564
example.com/prod-name/?utm_source=facebookmothersday
example.com/prod-name/?utm_source=rssfeed

If all three of those URLs return the same product page Google will have to guess which one is correct. You can use the canonical tag or webmaster central to tell Google the correct URL and which parameters to ignore, but really this is a workaround and not recommended. The less you leave up to a search engine to “figure out” or “guess” the more certain you will be of the end result. If you have to use parameters, try using the hashtag implementation

example.com/prod-name/#utm_source=rssfeed

 

Lire la suite sur :   Duplicate Content on eCommerce Websites « The Merchant’s Companion.

 

Stratégie e-commerceMobilitéMarketing interactifVeille et tendanceLa vie de la professionMarché – indicateurs,Ressources humainesSolution e-commerceAgences interactivesIndicateursLinkingRéférencement naturelRéférencement payantE-pubE-tourismeE-commerce, Médias SociauxTracking Affiliation,

Share
rejoignez moi sur viadéo
Sur Viadéo
Archives