Get Adobe Flash player
Catégories
ce site est utile, aidez nous à le maintenir au top

startup

Jeunes entreprises innovantes : du nouveau, Actualités

L’exonération de cotisations sociales applicable aux jeunes entreprises innovantes a été modifiée par la loi.

Le statut de « jeunes entreprises innovantes » permet aux entreprises réalisant des projets de recherche et de développement de bénéficier, sous certaines conditions, d’une exonération de cotisations patronales sur les gains et rémunérations versés à leurs personnels participant à la recherche. L’an passé, la loi avait apporté deux modifications à cette exonération :
– d’abord en instituant un double plafonnement à son application, à savoir un plafond de 4,5 Smic mensuel brut par bénéficiaire et, un plafond au niveau de l’établissement fixé, tous salariés confondus, à 3 fois le plafond annuel de la Sécurité sociale (Pass) par année civile ;
– ensuite en instaurant un mécanisme de dégressivité à partir de la 4e année d’application, alors qu’auparavant cette exonération était en principe applicable à taux plein jusqu’à la 7e année d’existence comprise.

Aujourd’hui, le plafond d’exonération applicable au niveau de l’établissement vient d’être revu à la hausse puisqu’il passe de 3 à 5 Pass à compter du 1er janvier 2012. En outre, le barème de dégressivité est également modifié dans un sens plus favorable aux entreprises.

 

Précision : l’exonération est ainsi désormais appliquée :
– à taux plein jusqu’au dernier jour de la 3e année suivant celle de la création de l’établissement ;
– à un taux de 80 % jusqu’au dernier jour de la 4e année suivant celle de la création de l’établissement (au lieu de 75 % auparavant) ;
– à un taux de 70 % jusqu’au dernier jour de la 5e année suivant celle de la création de l’établissement (au lieu de 50 %) ;
– à un taux de 60 % jusqu’au dernier jour de la 6e année suivant celle de la création de l’établissement (au lieu de 30 %) ;
– à un taux de 50 % jusqu’au dernier jour de la 7e année suivant celle de la création de l’établissement (au lieu de 10 %).

 

Anne-Lise Barnel

 

Lire la suite sur :  Jeunes entreprises innovantes : du nouveau, Actualités – Les Echos Entrepreneur.

 

Pierre-André fontaine : http://cni-isere.com/defendre-les-interets-de-la-10-eme-circonscription-de-lisere/

Share

Une fin de semaine de startups à Montréal – Marie-Eve Morasse – Internet

 

Pendant la première fin de semaine de février, ceux qui rêvent de devenir les prochains Mark Zuckerberg auront trois jours pour tester le métier d'entrepreneur web.

Pour en savoir plus
Mark Zuckerberg

Le «Startup Weekend», un événement qui se tient déjà dans plusieurs grandes villes au monde, dont Londres, New York et Tokyo, aura lieu pour la première fois à Montréal.

C'est sous le slogan «Pas de discussions, juste de l'action» que ces fins de semaines intensives se déroulent. Les participants sont invités à monter leur entreprise en démarrage en 54 heures.

«On essaie de recréer les conditions d'une entreprise en démarrage. Il y a du stress, des tensions, un échéancier et on veut qu'à la fin, il y ait un produit qui marche», explique Heri Rakotomalala, l'un des organisateurs de l'événement.

Suivez Marie-Eve Morasse sur Twitter: @marieevemo

Les gens qui se présenteront à cette fin de semaine, qui se déroulera à HEC Montréal, n'auront pas à arriver avec une équipe complète. Sur place, les développeurs, designers et entrepreneurs pourront s'allier pour créer des entreprises en démarrage.

Au total, 125 personnes participeront à l'événement, qui affiche déjà complet. Des étudiants, mais aussi de jeunes professionnels, font partie des inscrits.

«Quand on fait un travail de 9 à 5, on n'arrive jamais à se concentrer sur un projet. Le défi qu'on lance aux gens, c'est : qu'est-ce qui arrive si avec toute ton expérience, ta compétence, tu te concentres vraiment sur un projet pendant un weekend?», explique Heri Rakotomalala.

La formule «Startup Weekend» a déjà fait ses preuves. L'application Foodspotting, qui permet de photographier ce que l'on mange dans les restaurants, est issu d'un de ces blitz. Plus de 90 000 photos y sont aujourd'hui répertoriées.

«Environ 30% des projets créés lors de ces weekends sont toujours en opération après six mois et 10% reçoivent du financement ou génèrent des profits», poursuit Heri Rakotomalala.

À Montréal, les participants se partageront 25 000$ en prix, parmi lesquels figurent des services d'incorporation et des fonds d'investisseurs en capital de risque.

 

Lire la suite sur  :  Une fin de semaine de startups à Montréal | Marie-Eve Morasse | Internet.

Share

[Location] Valorisée plus d’un milliard de dollars, Airbnb débarque en France | FrenchWeb.fr

Airbnb, start-up spécialisée dans la location à court terme chez l’habitant, devrait très prochainement ouvrir ses premiers bureaux français, selon les informations que rapporte La Tribune

Fondée en août 2008 par Brian Chesky, la jeune pousse de la Silicon Valley revisite l’industrie hôtelière et prône l’économie du partage. AirBnB vise, en effet, à mettre en relation les particuliers pour leur proposer un service à mi-chemin entre l’hôtel et la chambre d’hôte. Ainsi, d’un côté, les propriétaires, souhaitant arrondir leurs fins de mois, peuvent mettre à disposition une partie de leurs biens. Et, de l’autre, les touristes peuvent bénéficier d’une chambre, d’un appartement ou même d’une péniche à moindre coût.

Cité dans Le FigaroBrian Chesky explique : « On a commencé avec l’idée du couchsurfing, avant de réaliser que les gens veulent leur propre chambre. » Le concept se veut donc gagnant-gagnant et permettrait à certains utilisateurs de gagner entre 4000 et 5000$ par an en louant leur chambre en moyenne 4 nuits par mois.

La start-up prélève, quant à elle, une commission de l’ordre de 12% sur chaque transaction. Leader d’un véritable marché alternatif à l’industrie hôtelière traditionnelle, Airbnb compte déjà près de 110 000 utilisateurs à travers le monde. Fin 2011, près de 800 000 locations entre particuliers ont déjà été effectuées. La start-up revendique également plus de 100 000 offres et 2M de nuits réservées.

Figure mondiale du tourisme, Paris a déjà fait, pour sa part, l’objet de plus de 3000 annonces. La capitale française apparaît ainsi comme la seconde ville la plus sollicitée du site, après New York. Fort de ce dynamisme, AirBnB prévoit donc de faire une escale en France pour y ouvrir de nouveaux bureaux début 2012.

Depuis son lancement, la start-up a déjà procédé à trois tours de table. La dernière opération, bouclée en juillet dernier, a notamment permis aux fondateurs de lever près de 112 millions $ et de valoriser la société plus d’un milliard $. Bref, une véritable success story qui attire les convoitises… En effet, Wimdu et Housetrip se positionnent d’ores et déjà comme les principaux concurrents d’Airbnb.

Lire la suite sur [Location] Valorisée plus d’un milliard de dollars, Airbnb débarque en France | FrenchWeb.fr.

Share

Dans l’oeil du dragon: les inscriptions sont ouverte | TVQC

Autor: Jean-François Cloutier
Date: Samedi, 24 décembre, 2011

Vous êtes un entrepreneur averti ou vous avez ce qu’il faut pour le devenir, vous cherchez du financement pour votre projet, pour votre invention, ou pour démarrer votre entreprise ou mener votre entreprise à un autre stade?

Sauriez-vous convaincre des magnats d’investir dans votre projet d’entreprise rêvée?

Dans l’œil du dragon (adaptation québécoise de Dragons’ Den) est une série télévisée animée par Paul Houde qui permet de rendre le démarrage d’une entreprise captivant et divertissant. Cette série est maintenant un succès à travers le monde.

Des entrepreneurs viennent présenter de nouvelles idées et inventions à cinq multimillionnaires, les « dragons ». Ils doivent en convaincre au moins un d’investir dans leur projet une somme précise. Si aucun dragon n’est prêt à investir, l’entrepreneur échoue. Les dragons sont: Dany Vachon, Danièle Henkel, François Lambert, Gaétan Frigon et Normand Legault.

Lorsque plus d’un dragon est intéressé par le concept d’un candidat ou qu’il est impressionné par une présentation, on risque de les voir âprement négocier entre eux pour obtenir la part la plus avantageuse dans l’entreprise en devenir.

L’émission est le théâtre de confrontations et de compétitions, surtout lorsqu’un des dragons se met à jouer du coude pour devenir le seul investisseur dans une entreprise qui a une valeur intéressante à ses yeux.

Iscription
Inscrivez-vous à l’émission Dans l’oeil du dragon, où vous pourriez susciter l’intérêt de cinq dragons-investisseurs! De futurs entrepreneurs de tous les milieux, ambitieux, présentent à nos cinq dragons, une femme et quatre hommes d’affaires accomplis, le projet qu’ils ont élaboré pour faire de l’argent.

L’entrepreneur devra présenter son projet et persuader les dragons d’investir dans celui-ci. Une rencontre entre l’ambition et l’expérience!

Vous croyez être la bonne personne pour notre émission! Remplissez le formulaire ci-dessous.

  • Votre proposition doit être un solide mélange de créativité authentique, d’inventivité et d’efficacité, et avoir un potentiel d’avenir commercial intéressant.
  • Vous devez avoir les capacités à bien présenter et vendre votre projet, et à bien maîtriser votre proposition d’affaires.
  • Vous devez avoir déjà entrepris des démarches nécessaires pour protéger votre projet.
  • Vous devez bien déterminer le montant demandé et les parts de votre entreprise que vous êtes prêt à offrir aux dragons, et à quelle fin vous utiliserez ce montant.
  • Pour l’audition, apportez tout ce qui sera utile pour votre présentation (échantillon, démonstration, graphiques, photos, etc.)
  • Envoyez le formulaire dûment rempli et votre photo par courriel à l’adresse indiquée.
  • Vous pouvez aussi au préalable nous envoyer un support visuel Internet nous expliquant votre projet et ce qui le démarque.

Consultez les règles et conditions d’admissibilité.

Inscrivez-vous à : http://www.radio-canada.ca/emissions/dans_l_oeil_du_dragon/2011-2012/participez.asp

 

viaDans l’oeil du dragon: les inscriptions sont ouverte | TVQC.

Share

Autoenvideo : Toujours en bêta, mais déjà numéro un en France !

Autoenvideo, le site des annonces de voiture occasion en vidéo, que nous avons lancé il y a moins de 2 mois vient de passer le cap des 4300 vidéos de véhicule d’occasion .  Bien que ce site réalisé soit toujours en bêta, il carracole désormais largement en tête des sites de vidéos de véhicule,  le suivant sur le marché revendiquant environ 2300 vidéos …


Lire la suite sur :  Le journal d’une start-up: Autoenvideo: Toujours en bêta, mais déjà numéro un en France !.

Share

Startups du web et groupes industriels #3 : Le modèle français [1/2]

Meetic, Wikio ou Viadéo d’un côté ; Benchmark, Lagardère, Orange et Vivendi de l’autre : alors que le numérique est devenu le terrain des plus grandes puissances financières mondiales – Apple, Google et IBM sont les marques les mieux valorisées au monde, devant McDonalds – startups indépendantes et groupes industriels se livrent plus que jamais une guerre sans merci pour s’approprier toujours plus de Visiteurs Uniques, graal absolu sur la Toile.

Aux États-Unis, les startups d’antan sont aujourd’hui les groupes les plus puissants (Google, Facebook, Yahoo, AOL, Amazon, eBay) grâce à un système financier ultra-libéral permettant de spéculer sans limite et de créer un géant en quelques années.

À l’inverse, en France, où un certain protectionnisme capitaliste persiste, les groupes de tradition familiale ont toujours eu les moyens de réguler le marché, empêchant les plus jeunes entrepreneurs de se hisser en position de leaders. En barrant la route frontalement à l’essor d’Internet à ses débuts pour maintenir les revenus de son principal concurrent, le Minitel ; en rachetant à tout-va les startups à peine montées ; en créant leurs propres filiales web et en leur assurant la plus grosse part d’audience grâce à leur main-mise sur le marché, les acteurs traditionnels des médias ont su se hisser à une place de choix sur le web français

LIRE LA SUITE Startups du web et groupes industriels #3 : Le modèle français [1/2].

Share
rejoignez moi sur viadéo
Sur Viadéo
Archives