Get Adobe Flash player
Catégories
ce site est utile, aidez nous à le maintenir au top

smartphones

Le développement d’applications par les entreprises se généralise
 

app smartphone

 

Motivées par la constante augmentation de la vente des smartphones et tablettes, près de la moitié des entreprises américaines devraient fournir à leurs clients une application mobile d'ici à la fin de l'année.

Les entreprises sont de plus en plus nombreuses à proposer une application mobile aux couleurs de la marque. Interrogés par Robert Half Technology, un quart des responsables informatiques américaines à qui le cabinet s'est adressé ont déclaré que leur compagnie avait déjà développé au moins une application pour leurs consommateurs ou clients. Et 22 % annoncent que cela sera fait cette année. Reste que pour que ce développement soit un succès, il est nécessaire de ne pas se focaliser uniquement sur la technique. Selon l'étude, l'embauche de personnes spécialisées et disposant des compétences que recherche exactement l'entreprise est ainsi l'un des critères à ne surtout pas négliger.

Des compétences techniques, mais pas seulement

Autre enjeu : pour 30 % des personnes interrogées, cette création passe par la collaboration entre les départements. « La création d'une application nécessite une collaboration étroite entre de nombreuses équipes au sein d'une même entreprise, tels que les services marketing, publicité ou ventes » précise John Reed, président exécutif de Robert Half Technology. Il sera donc nécessaire que les entreprises embauchent des développeurs qui ne soient pas seulement capables de créer des algorithmes et d'assurer la maintenance des applications. Il faudrait en effet que ceux-ci possèdent des "soft skills", des compétences relationnelles et d'adaptation, permettant une meilleure coordination entre les services.

Peu de techniciens pour beaucoup d'offres

Enfin, l'étude souligne qu'une application efficace, pour 20 % des répondants, est une application régulièrement mise à jour. Le cabinet s'est aussi penché sur les salaires des professionnels du secteur technologique. Et si l'on en croit le rapport, il faut s'attendre à une augmentation de 9,1% du salaire de base des techniciens informatiques spécialisés dans le développement d'applications mobiles. Cette augmentation représente la plus grande hausse de salaire parmi tous les types d'emplois disponibles dans le secteur de l'informatique confondus. "Étant donné que la demande en techniciens informatiques spécialistes des applications mobiles dépasse l'offre, les entreprises sont prêtes à leur proposer des salaires plus qu'avantageux", conclut John Reed.

 

lire la suite sur :  Le développement d'applications par les entreprises se généralise | L'Atelier: Disruptive innovation.

Share
Cinq tendances de l’e-commerce à suivre en 2012

Par François DESCHAMPS, 04/01/2012

Sélection et présentation des tendances les plus significatives de l’année 2011. Si certaines n’en sont qu’à leur balbutiement, d’autres apportent déjà des résultats concrets, preuve de leur viabilité à long terme.

Cinq tendances de l'e-commerce à suivre en 2012


Encore jeune, le marché de l’e-commerce se structure peu à peu. En constante évolution, il est l’objet de nouvelles approches, de modèles économiques encore jamais vus et, à ce titre, connaît des succès et des échecs au fil des ans. 2011 n’a pas échappé à la règle, assistant à la naissance de nouvelles tendances et de perspectives qui, à n’en pas douter, conditionneront la réussite des sites marchands de demain.

Les cinq tendances les plus significatives de l’année 2011 :

- Le multicanal 
- La délégation e-commerce 
- La vente en ligne d’automobiles 
- Les silver surfers 
- Le social commerce

E-commerce, m-commerce, f-commerce, et bientôt t-commerce, la multiplication des canaux de vente n’a échappé à personne.Vente-privée prévoit de réaliser100 millions d’euros de chiffres d’affaires en 2011 depuis les canaux mobiles, et eBay entend atteindre 5 milliards de dollars par le m-commerce, sur la même période. Des terminaux mobiles, en passant par les tablettes jusqu’à la révolution annoncée des télévisions connectées, il faut s’attendre à une croissance exponentielle du chiffre d’affaires réalisé par ces canaux en 2012.

Près de sept millions de smartphones ont été activés le soir de Noël 2011 à travers le monde, + 140 % par rapport à Noël 2010 (source : Flurry Analytics). Même constat pour les tablettes qui, selon l’Institut Gartner, devraient atteindre un volume de ventes de l’ordre de 63 millions d’unités en 2011 (+ 260 % vs 2010).

Enfin, les téléviseurs connectés, dont les ventes devraient s’élever à 2,65  millions d’unités en 2011, ne devraient pas manquer d’attirer l’attention des e-commerçants. Ils devraient représenter 30 % des ventes de téléviseurs, selon les prévisions du Simavelec (Syndicat des industries de matériels audiovisuels électroniques). Et avec le lancement de nouvelles gammes connectables, cette proportion pourrait atteindre 78 % dès 2013. Cette évolution du marché de la télévision connectée concernerait deux aspects : la publicité et les applications e-commerce ou l’avènement annoncé du t-commerce. La télévision pourrait ainsi s’ouvrir à de nouveaux marchés : musique, paris en ligne, cloud-gaming (jeux en ligne), etc.

Rachat de GSI Commerce par eBay, lancement de la Digital Commerce Factory par Vente-Privéela délégation e-commerce a incontestablement le vent en poupe, et à voir les géants du Web qui investissent ce marché, cette tendance risque fort de s’intensifier en 2012. Dans les faits, la délégation consiste pour une marque ou un site à confier les clés de sa boutique en ligne à un prestataire spécialisé. L’enjeu pour une marque est bien entendu de maximiser son activité commerciale, en générant un maximum de chiffre d’affaires en ligne. Les sites marchands choisissant de proposer une offre d’e-commerce déléguée, n’ont généralement plus rien à prouver quant à leurs compétences en la matière, en atteste la nature des acteurs déjà bien implantés sur ce marché : E-Merchant (Pixmania), Yoox ou encore Brand Online Commerce.


Symbole de l’évolution des mentalités, la multiplication des acteurs présents sur le marché de l’automobile en ligne, participe à inscrire la vente d’automobiles sur Internet comme une tendance à long terme. Selon le cabinet d’études Xerfi, la part des ventes web dans la catégorie des voitures neuves devrait atteindre en France, 5 % en 2011 contre 2 % en 2008. Une progression lente en volume certes, mais significative en valeur. En comparaison, aux États-Unis, ce chiffre s’élève à 10 %. La France ne manque pas pour autant de sites spécialisés en la matière. Parmi ceux-là, Aramisauto.com, Auto-ies.com, Automodeal.fr, ou encore le dernier né Auto-reduc.com, sorte de Groupon de l’automobile.

Là où le boom est certain, c’est du côté de la vente d’accessoires et des pièces automobiles. Selon Médiamétrie Netratings, en février 2011, près de 5,5 millions d’internautes ont visité au moins un site de pièces détachées et accessoires. Soit 32 % de plus qu’en février 2010. Cela représente 13,2 % des internautes. Plus significatif encore, 74 % des conducteurs interrogés dans le cadre d’une étude CCM Benchmark, envisageraient d’acquérir leurs pneus sur Internet. 
D’une manière plus générale, pour les constructeurs automobiles installés en France, le chemin à parcourir avant de vendre leurs véhicules sur Internet est encore long. Ils ne sont pourtant pas tous novices en la matière : en 2005 Renault proposait sa Logan sur le site eBay.fr, et en 2007, Peugeot a pu tester le potentiel de la vente en ligne en organisant une opération sur un site de vente privée afin d’écouler 96 Peugeot 1007. L’utilisation du canal internet dans les années à venir fera donc partie des enjeux-clés.

 

Lire la suite sur : Cinq tendances de l’e-commerce à suivre en 2012.

Share
Un marché mobile en demi-teinte en 2012 ? | L’Atelier: Disruptive innovation
Le secteur devrait voir une baisse des ventes des smartphones et tablettes, tout du moins dans certaines régions. Reste que les usages comme l’achat et le jeu contribuent à rendre ces appareils toujours plus attractifs

2012 sera une année quelque peu difficile pour le marché du mobile, malgré l’émergence de nouveaux usages et technologies. C’est le constat effectué par Juniper Research au cours de son étude annuelle sur les tendances de l’année à venir dans le secteur. D’après l’institut, les ventes de téléphones et tablettes souffriront ainsi d’une conjoncture mondiale défavorable, risquant d’entraîner une diminution des ventes. Une récession d’autant plus forte pour les tablettes que ce type d’équipement n’a pas encore atteint le niveau de popularité du smartphone, devenu un véritable objet « qu’il est nécessaire de posséder ». Une autre menace mise en lumière par l’étude est la probable augmentation des attaques malveillantes visant les outils mobiles.

Un marché menacé ?

La généralisation de ces derniers devrait en effet en faire des cibles de choix pour les hackers en tout genre. Rien de catastrophique cependant : les usages qui entourent ces appareils les rendant toujours plus attractifs : le m-Commerce, de plus en plus prisé par les mobinautes, est ainsi en passe de s’intégrer de manière définitive au processus de shopping, note l’institut. Une intégration qui devrait à terme mener à la fusion des trois types de commerce (m-Commerce, e-Commerce, et commerce en magasin). Par exemple, on pourrait assister à la multiplication de boutiques où l’achat se fera en ligne, via le scan d’un QR code, grâce à un équipement mobile

De nouveaux usages consommateurs et entreprises

Parallèlement à cette fusion, 2012 devrait voir le succès des coupons mobiles, qui apparaissent désormais comme une solution économique en période de crise. De même, les jeux sociaux devraient connaître une année charnière, l’arrivée de la plate-forme Facebook sur les terminaux mobiles facilitant grandement leur implantation. Du point de vue des entreprises enfin, le recours au Cloud constituera un facteur-clé de succès, en ce qu’il permettra de mettre à profit ces mêmes équipements mobiles, en promouvant le développement de communications collaboratives

lire la suite sur : Un marché mobile en demi-teinte en 2012 ? | L’Atelier: Disruptive innovation.

Share
Carrier IQ espionne-t-il vraiment les smartphones ?

Est-ce que le logiciel Carrier IQ, présent sur plus de 140 millions de téléphones à travers le monde, espionne les données utilisateur des mobiles sous iOS, Android, Nokia et BlackBerry ? Le point sur le sujet avec huit questions clefs.

Depuis que le chercheur en sécurité Trevor Eckhart a affirmé qu’un bout de code du logiciel d’analyse de l’éditeur Carrier IQ agissait comme un logiciel malveillant, de nombreux utilisateurs de téléphones portables se demandent si leurs appareils sous iOS, Android, Nokia et BlackBerry sont espionnés. Selon le chercheur, le logiciel développé par Carrier IQ et installé sur les périphériques par les fabricants et les opérateurs enregistrerait des données à l’insu de l’utilisateur, comme des frappes au clavier et l’historique de navigation Internet.

De son côté, l’éditeur Carrier IQ nie les allégations du chercheur en sécurité et affirme que sa technologie est utilisée uniquement à des fins de diagnostic pour améliorer les performances du terminal et la qualité du réseau.

Alors, est-ce que les intentions de Carrier IQ sont bonnes ou mauvaises ? Est-ce que ce logiciel collecte plus d’informations sur nos terminaux que nécessaire ? Où s’agit-il simplement d’un gros malentendu sur ce que fait vraiment le logiciel de Carrier IQ ?

Voici ce que nous savons aujourd’hui :

1 - Qu’a découvert Trevor Eckhart ?

Mi-novembre, le chercheur en sécurité a publié un rapport sur un morceau de code du logiciel développé par Carrier IQ. Normalement, ce logiciel est un outil de diagnostic censé aider les constructeurs et les opérateurs à améliorer la qualité de leurs services. Mais Trevor Eckhart a affirmé que le logiciel de Carrier IQ était en réalité un « rootkit » ou « outil de dissimulation d’activité », autrement dit, un mouchard, qui enregistre secrètement l’activité du téléphone sur lequel il est installé. Or le logiciel de diagnostic de Carrier IQ est installé sur de nombreux téléphones tournant sous Android, Nokia et BlackBerry. Celui-ci a également été identifié sur des appareils tournant sous l’iOS d’Apple. Mais selon certains, son action semble plus inoffensive sur ces terminaux.

2 – Que fait le logiciel ?

Trevor Eckhart a posté une vidéo sur YouTube montrant comment fonctionne un logiciel - présenté comme Carrier IQ par le chercheur – sur un téléphone HTC. Dans la vidéo, on peut voir le logiciel enregistrer des frappes, y compris sur le pavé numérique du téléphone, les messages SMS, les données de localisation, et l’historique de navigation Web, notamment les données cryptées transitant en https (SSL). On ne sait pas très bien si ces données sont ou non transmises à l’éditeur.

3 – Carrier IQ se comporte-t-il de la même manière sur tous les téléphones ?

La démonstration de Trevor Eckhart montre uniquement le comportement de Carrier IQ sur un téléphone HTC. Mais, toujours selon le chercheur, il semble que des terminaux Samsung enregistrent les mêmes informations, y compris les tapes d’écran et les URL de navigateur.

Un autre développeur, Grant Paul (sans rapport avec l’auteur) prétend que sur les appareils iOS, le logiciel Carrier IQ accède à un nombre plus limité d’informations, comme le numéro de téléphone, le nom de l’opérateur, le pays, et quand un appel est actif, la localisation, si l’option est activée dans les préférences du terminal.

Le site The Verge rapporte que le logiciel Carrier IQ n’est pas installé sur le Xoom de Motorola ou les téléphones Android Nexus, à savoir le Nexus One, le Nexus S, et le Galaxy Nexus.

4 – Est-il possible de désinstaller Carrier IQ ?

Il ne semble pas être possible de supprimer ce logiciel sur un téléphone Android sauf à pouvoir entrer en mode « root ». Selon Grant Paul, il est possible de désactiver Carrier IQ sur les terminaux sous iOS 5. Dans la rubrique Réglages/Général/Informations/Diagnostic et utilisation, il suffit de choisir : « Ne pas envoyer. » Et dans la prochaine mise à jour d’iOS 5, Apple a déjà fait savoir qu’il allait supprimer le service proposé par Carrier IQ
.

Lire la suite sur Carrier IQ espionne-t-il vraiment les smartphones ?.

Share
AVANQUEST SOFTWARE : Partenariat de co-édition entre Avanquest Software, Chorion et France Télévisions Distribution pour le lancement de Oui-Oui sur plateformes mobiles | Zone bourse

Avanquest Software a signé un accord avec France Télévisions Distribution et Chorion
pour développer et éditer le jeu vidéo best-seller Oui-Oui sur iPhone, iPad, ainsi que sur les Smartphones et les tablettes Android

 

Paris, le 24 Novembre 2011 – Avanquest Software, développeur et éditeur de logiciels pour les entreprises et les particuliers, Chorion, ayant-droit de la marque Oui-Oui et France Télévisions Distribution, filiale commerciale du groupe France Télévisions, annoncent la signature d’un accord de partenariat portant sur le développement de l’application Oui-Oui sur plateformes mobiles, dont l’iPhone et l’iPad, ainsi que les SmartPhones et Tablettes Android.

La licence n°1 sur le marché du jeu vidéo préscolaire en France est ainsi déployée sur les plateformes mobiles par Avanquest Software avec la participation de  France Télévisions.

« Nous avons eu l’occasion de travailler sur les versions Nintendo des jeux Oui-Oui qui ont été des succès commerciaux de premier plan, aussi bien en France qu’au Royaume-Uni » déclare Manuel Coelho, Directeur Logiciels Ludo-éducatifs et Jeux d’Avanquest Software. « Nous avons chez Avanquest une grande expérience dans la mise en valeur de marques fortes, et après des succès comme Oui-Oui au pays des jouets, T’choupi, Berlitz ou encore Côté Maison avec France Télévisions Distribution, nous sommes heureux de pouvoir créer les nouvelles aventures du héros préféré des tout-petits pour la première fois sur plateformes mobiles !».

« Avanquest Software est un éditeur mondialement reconnu, notamment spécialiste des logiciels ludo-éducatifs et des applications mobiles. Nous sommes ravis de pouvoir travailler ensemble sur une nouvelle édition de Oui-Oui sur des supports qui deviennent incontournables pour le jeu et l’apprentissage, » commente Yann Chapellon, Président Directeur Général de France Télévisions Distribution. Le développement de produits dérivés sur les marques que gère France Télévisions Distribution dans les applications mobiles est un prolongement naturel pour les programmes qui sont diffusés par nos chaînes et qui sont plébiscités par nos téléspectateurs. »

« Nous nous devions de proposer de nouvelles expériences interactives sur un marché en plein essor. Nous nous sommes associés avec un expert en développement numérique et un partenaire médias historique», poursuit Lisa Macdonald, VP Agent Territories EMEA chez Chorion.

Créé en 1949 par Enid Blyton, Oui-Oui est un personnage attachant qui touche toutes les générations. Arrivé en France en 1963, il devient l’un des héros récurrents de la Bibliothèque Rose. Les aventures de Oui-Oui ont été adaptées à plusieurs reprises pour le petit écran et actuellement la série d’animation en 3D diffusée dans Zouzous sur France 5 connaît un immense succès auprès des plus jeunes. L’application Oui-Oui sur mobiles va enrichir l’oeuvre en rendant les aventures de Oui-Oui encore plus interactives.

Oui-Oui est un personnage incontournable, connu par 98%[1]:
#_ftn1
 des français interrogées. Ses aventures ont été traduites dans plus de 30 langues et vendues à plus de 200 millions d’exemplaires, dont encore 920 000 livres et  390 000 DVD[2]:
#_ftn2
 l’année dernière en France.

Les applications Oui-Oui sur plateformes mobiles sont disponibles en cinq langues sur les AppStores Apple et Android, et accompagneront le lancement d’une toute nouvelle édition du jeu Oui-Oui sur Nintendo DS.

Lire la suite sur :   AVANQUEST SOFTWARE : Partenariat de co-édition entre Avanquest Software, Chorion et France Télévisions Distribution pour le lancement de Oui-Oui sur plateformes mobiles | Zone bourse.

Share
Téléphonie : Samsung prend la 1ère place mondiale des « smartphones » !

28/10/2011 à 11h09

(Boursier.com) — L’iPhone détrôné par le Galaxy ! Pour la première fois, les ventes de « smartphones » du groupe sud-coréen Samsung ont dépassé au 3ème trimestre celles de son rival américain Apple, selon le cabinet d’étude britannique ‘Strategy Analytics’. Ce dernier a estimé à 27,8 millions d’appareils les ventes du groupe coréen (qui contrôle ainsi 23,8% du marché mondial) contre 17,1 millions (14,6% du marché) pour Apple durant la période de juillet à septembre. Les ventes de téléphones haut de gamme de Samsung ont été multipliées par 4 au 3ème trimestre sur un an et ont grimpé de 40% par rapport au T2, alors que celles d’Apple ont augmenté de 21% sur un an, et ont baissé de 14,5% au T3 par rapport au trimestre précédent…

Ce bouleversement sur le marché des téléphones haut de gamme intervient au moment où Samsung et Apple s’affrontent aussi devant les tribunaux sur la paternité de nombreux brevets de leurs téléphones respectifs. Les deux groupes ont notamment demandé l’interdiction de la vente des nouveaux modèles de leur rival dans plusieurs pays.

Samsung, le plus important fabricant de « smartphones » équipés du système d’exploitation Android de Google, a aussi annoncé ce matin un bénéfice d’exploitation en ligne avec les attentes du marché, à 4.250 Mds de Won, en baisse de 13%, au 3ème trimestre… Dans le détail, les bénéfices de la branche télécoms ont plus que doublé sur un an, et représentent désormais 60% des profits du groupe, tandis que les profits de la branche puces mémoires ont chuté.

La direction s’est montrée optimiste pour les ventes du 4ème trimestre, tant pour les téléphones mobiles, que pour les téléviseurs et les puces non mémoire… Le groupe a aussi présenté sa nouvelle gamme de de « smartphones » ‘Galaxy Note’, qui sera en concurrence avec le nouvel iPhone 4S dévoilé à la mi-octobre par Apple. L’action Samsung Electronics a salué ces annonces par une hausse de 2,3% ce matin à la Bourse de Séoul.

©2011 www.boursier.com

Lire la suite sur :   Téléphonie : Samsung prend la 1ère place mondiale des « smartphones » !.

Share
L’Internet mobile pas assez rapide ?


L’accroissement du nombre de smartphones empêche les utilisateurs d’exploiter pleinement les potentialités du web mobile. La réponse de la part des opérateurs ne doit pas se limiter à une amélioration technique.

Les utilisateurs d’Internet sur mobile sont encore assez souvent confrontés à des soucis au niveau de la qualité du service proposé. Pour arriver à cette conclusion, l’institut Acision a mené une étude auprès d’utilisateurs résidents au Royaume-Uni. Ces derniers semblent ainsi être de plus en plus exigeants quant à la qualité de l’expérience fournie, alors que les opérateurs mobiles peinent à assurer le bon fonctionnement de leurs réseaux. Ainsi,  60% des consommateurs soulignent le temps de chargement comme le défaut le moins supportable et le plus courant.

La surcharge des réseaux mobiles diminue la performance de ces derniers

Dans des cas plus spécifiques, plus de 75% des utilisateurs de VoIP (Voix sur IP) affirment être confrontés de façon récurrente à des délais de chargement extrêmement longs. Le pourcentage est sensiblement le même lorsque l’on s’intéresse aux utilisateurs de contenu vidéo (70%). D’après l’étude, il semblerait que la plupart de ces problèmes soient imputables à l’augmentation exponentielle du nombre de smartphones tout comme à l’amélioration de leurs fonctions. Ces augmentations ont logiquement accru les besoins en bande passante, d’où la surcharge actuelle des réseaux des opérateurs.

Utiliser les consommateurs comme outils d’amélioration des services.

Les utilisateurs donnent eux-mêmes la solution à laquelle ils voudraient parvenir. Et il semble qu’une simple augmentation des capacités du réseau ne leur convienne plus. A leur sens, une personnalisation des fonctions proposées est essentielle. Ainsi, plus de 2/3 d’entre eux souhaiteraient pouvoir accéder à des informations quant à l’état du réseau (surchargé ou non). De même, un grand nombre d’entre eux sont prêts à payer pour pouvoir profiter de fonctions étendues. Steven van Zanen, VP d’Acision conclue ainsi: « Ce qui fera la différence entre les opérateurs sera leur capacité à proposer des services innovants, et qui augmenteront la qualité de l’expérience proposée« .

 

Lire la suite sur :   L’Internet mobile pas assez rapide ? | L’Atelier: Disruptive innovation.

Share
Un Microprocesseur 1000 fois plus rapide en développement chez IBM+3M

IBM et 3M travaillent sur un microprocesseur qui serait 1000 fois plus rapide que les CPU que l’on connaît actuellement.

microprocesseur ibm 3m

IBM et 3M Corp. auraient déjà réussi à créer une super-colle qui dissipe la chaleur et permet d’empiler jusqu’à 100 puces électroniques les unes sur les autres. Ce processeur 3D serait 1000 fois plus rapide que ceux qui équipent nos ordinateurs d’aujourd’hui.

L’idée de base est venue de la construction des gratte-ciels : plus de monde et plus de superficie totale utile sur la même surface au sol. En augmentant la densité de calcul sur un espace 2D qui reste le même, IBM et 3M rendent la puce proportionellement efficace par rapport au nombre de couches qui la composent.

Cerise sur le gâteau, ces nouveaux microprocesseurs pourraient être sur le marché grand public d’ici 2014.

On peut déjà imaginer les bienfaits de cette nouvelle technologie appliquée aux consoles de jeux vidéos, smartphones, tablettes et ordinateurs (pour le public et les serveurs).

viaUn Microprocesseur 1000 fois plus rapide en développement chez IBM+3M.

Share
Android domine le monde des smartphones avec 48% des parts de marché

Le cabinet d’analyse Canalys de Palo Alto aux Etats-Unis, vient de publier son rapport d’analyse sur les parts de marché des systèmes d’exploitation mobiles. Le résultat pour Android à la fin du deuxième trimestre 2011 révèle un pourcentage de 48 % qui hisse le système de Google au niveau de leader.

Parmi les 56 pays qui ont servi pour l’analyse, le système Android domine dans 35 pays.

Depuis l’année dernière, le marché des smartphones a évolué de 73 %, avec la région Asie pacifique qui est restée grande consommatrice de smartphones, avec 39,8 millions d’expéditions là-bas, contre 35 millions en Europe, Moyen-Orient et Afrique. L’Amérique n’est qu’à 32,9 millions d’expéditions. Android doit son succès en partie aux constructeurs qui fabriquent des téléphones sous Android, tel que Samsung, HTC, Motorola, Sony Ericsson, LG, ZTE, Huawei, etc.

En rentrant un peu dans les détails des ventes d’Android, on constate que c’est Samsung qui a été le plus grand vendeur d’androphones. Avec 17 millions d’unités vendues.

On retrouve Apple et son système iOs à la deuxième place avec 19 % des parts de marché. Il détrône ainsi Nokia qui est en perte de vitesse.

Il ne fait plus aucun doute que la plateforme Android attire les foules, mais ce n’est pas le moment de se reposer sur ses lauriers, au contraire, il y a encore du travail.

Source : Publication Canalys

Share
rejoignez moi sur viadéo
Sur Viadéo
Archives