Get Adobe Flash player
Catégories
ce site est utile, aidez nous à le maintenir au top

site internet

ntic-entreprises-un-prestataire-a-la-hauteur-de-vos-ambitions | NTIC Entreprises

NTIC Entreprises un prestataire à la hauteur de vos ambitions ! Choisissez un prestataire à la hauteur de vos ambitions ! Le Groupe NTIC, et son réseau de partenaires, vous garantit des solutions éprouvées et opérationnelles, et vous accompagne dans l’univers des Nouvelles Technologies… –  Des Solutions adaptées !- Un Service Clients à votre écoute ! ntic entreprises, un net avantage pour votre Entreprise !

Lire la suite sur :  ntic-entreprises-un-prestataire-a-la-hauteur-de-vos-ambitions | NTIC Entreprises.

Share

Les entreprises sourdes aux plaintes des clients sur les réseaux sociaux

Crédit Photo : D.R

Crédit Photo : D.R

Selon une étude de l’AFRC, les consommateurs se plaignent aisément sur les réseaux sociaux mais peu d’entreprises les y écoutent.

L’Association Française de la Relation Client (AFRC) a commandité une étude avec l’éditeur Verint Systems sur l’approche de la relation clients à l’heure des réseaux sociaux. Il en ressort que consommateurs et entreprises ne s’entendent pas sur le lieu du dialogue. Ce alors même que 90% des consommateurs sont prêts à expliquer les raisons d’un mécontentement.

Ainsi, les entreprises sont en général très attentives à ce qui se passe dans les centres d’appels. 70% surveillent régulièrement les appels traités. Or seulement 26% des consommateurs songent à appeler une entreprise pour se plaindre de son service. Et, de toutes les façons, la plupart des remarques remontées par les téléconseillers sont ignorées. Un tiers des entreprises ne les consulte même jamais.

A l’inverse, 50% des consommateurs (62,6% chez les 18-24 ans) se déclarent enclins à se plaindre en ligne sur les réseaux sociaux, presqu’autant jugeant que c’est un très bon moyen d’exprimer son mécontentement en étant écouté des entreprises. Mais la plupart des entreprises consultent moins de 10% des messages qui y circulent, un tiers n’en consultant aucun.

 

Lire la suite sur :   Les entreprises sourdes aux plaintes des clients sur les réseaux sociaux.

Share

Kim Dotcom : « même le gouvernement US utilisait Megaupload !»

Voilà une information plutôt cocasse, rapportée par TorrentFreak. Dans une interview donnée au site spécialisé, Kim Dotcom, le patron déchu, revient sur le sort de ses utilisateurs… Qui ont, du jour au lendemain, perdu la main sur leurs données stockées sur le site.

Qu’ils se rassurent, il semblerait qu’il y ait de l’espoir. Dotcom affirme en effet que « Megaupload travaille dur pour réunir les données des utilisateurs. Nous négocions avec le département de la Justice afin de permettre à tous les utilisateurs de Mega de récupérer leurs données. » On se souvient que l’EFF travaille elle-aussi de son côté à tenter de récupérer les données perdues.

Dotcom explique aussi qu’en disséquant la base de données des utilisateurs, il s’est rendu compte que de hauts fonctionnaires américains utilisaient son service. « Devinez quoi : nous avons trouvé un grand nombre de comptes Mega appartenant à …

Lire la suite sur :  Kim Dotcom : « même le gouvernement US utilisait Megaupload !».

Share

Entrepreneur.fr : un site dédié aux dirigeants et actionnaires d’entreprises – Creation-Entreprise.fr

Un réseau social au positionnement exclusivement BtoB

Le club Entrepreneur.fr a voulu offrir aux dirigeants et actionnaires d’entreprises un lieu unique de partage pour échanger et débattre comme ils le souhaitent dans un espace privé. Les dirigeants peuvent s’inscrire directement sur le site Entrepreneur.fr : l’inscription est gratuite et sans aucun engagement. A l’issue de l’inscription, l’entrepreneur recevra une carte qui matérialisera son appartenance au club.

Lire la suite sur :  Entrepreneur.fr : un site dédié aux dirigeants et actionnaires d’entreprises – Creation-Entreprise.fr.

Share

Les blogs mutent vers le modèle des réseaux sociaux – L’Atelier: #Disruptive #innovation

Blog

 
Les blogs sont-ils toujours dignes d'intérêt ? Uniquement si la blogosphère évolue vers une dynamique de communautés affirme une chercheuse suédoise.


Le blog est-il mort ? C'est ce que l'on serait tenté de croire avec l'apparition du microblogging et des réseaux sociaux. Aujourd'hui, le blog est un outil lent à l'heure de l'écriture en 140 caractères et de la lecture en instantanée. Il permet d'archiver des informations, de partager des opinions tout en ouvrant des discussions entre utilisateurs sur des thématiques spécifiques. Une chercheuse suédoise de la Umea University a tenté de comprendre le fonctionnement tant matériel que social des blogs. Selon elle, chaque blog formerait une communauté spécifique régit par des règles particulières.

Une approche intégrée

L'étude a été menée sous forme de trois études de cas examinant différents types de blogs, analysés en se basant sur le Social Network Analysis et Mediated Discourse Analysis. Ces analyses ont permis de modéliser l'environnement d'un blog. Ainsi, pour qu’un blog puisse former une communauté active, il faut que le bloggeur soit actif en publiant du contenu régulièrement et réactif par rapport aux commentaires. Il faut qu'il instaure un climat de confiance et de transparence avec ses lecteurs en expliquant qui il est, ce qu'il fait. L'étude a tenté de montrer que, plus que les liens hypertextes entre les blogs, c'est le lien d'interaction entre les membres autour d’une thématique particulière qui créé une dynamique de communauté.

Un outil complémentaire aux réseaux sociaux

Pour une marque, une entreprise, solliciter des blogueurs implique donc de ne pas réduire la relation à de simples pointages de liens. Un comportement assez proche de ce qui se fait sur les réseaux sociaux s’impose : commentaires, interaction, discussion, afin de peu à peu intégrer la communauté et finir par en faire presque naturellement partie, y être légitime. Cette étude a été menée entre 2004 et 2008. Son auteur a constaté une évolution dans les pratiques d'utilisation des blogs avec l'arrivée de Twitter, mais pense que les blogs gardent une place importante dans le paysage du web. Toutefois, l'auteur s'attend à des changements dans l'utilisation des blogs et les règles qui les régissent.


Lire la suite sur :  Les blogs mutent vers le modèle des réseaux sociaux | L'Atelier: Disruptive innovation.

Share

Fab.com : l’e-commerce qui démocratise l’accès au design – L’Atelier: Disruptive innovation

screenshot de fab.com

 
Évitant les grandes marques et les bonnes affaires lassantes, Fab.com veut rendre abordables les produits design. Les ventes flash du site proposent à ses membres des petits vendeurs d'art, de mode et de produits pour la maison qui autrement seraient passés inaperçus.
 

Le site de ventes flash de design Fab.com s'est inspiré de ce qui se fait de mieux dans l'e-commerce en y ajoutant sa touche personnelle, unique. Fab.com poursuit sa mission de démocratisation du design de qualité depuis juin 2011 en vendant des produits de petits vendeurs lors de journées classées par catégorie (Fashion Tuesdays, Kids Wednesdays, etc.) et en proposant des remises allant jusqu'à 70%. Groupon propose aussi des sous-catégories pour ses produits, Groupon Goods, mais seulement depuis septembre.

Plusieurs ventes ayant lieu en même temps, les consommateurs peuvent surfer sur base de couleurs, comme sur Etsy. Fab se charge également de l'expédition, offrant ainsi une plus grande uniformité qu'avec des vendeurs individuels, comme sur Groupon et Etsy.

 

Une expérience d'e-commerce unique grâce au shopping social et au fil d'activité

 

Fab a également cultivé sa présence sur les réseaux sociaux et ses membres peuvent s'inscrire au shopping social, qui se connecte à Facebook et partage les objets sur leur mur. Cet engagement intégré est récompensé par des crédits mensuels pouvant être utilisés à des achats sur Fab.com. Les clients peuvent également consulter le fil d'activité où l'on retrouve les objets favoris des membres et ceux achetés sur le site. Bien que les acheteurs puissent partager les éléments sur les réseaux sociaux alors qu'ils surfent sur d'autres sites proposant des ventes flash, comme Hautelook, l'intégration proposant des cadeaux et le fil d'activité enrichit l'expérience des utilisateurs de Fab.com.

 

Fab génère des affaires et du trafic pour les designers indépendants

 

Le fait de se positionner comme un site de curation pour les designers indépendants a eu d'autres conséquences. L'entreprise, basée à Manhattan, est considérée comme un faiseur de tendance un peu original et son équipe figure dans un blog de mode du Wall Street Journal. Cette stratégie à la mode et l'accent mis sur les petits vendeurs présents sur le site lui confèrent un avantage important dans la catégorie saturée des ventes flash. Ses clients bénéficient d'un trafic national : l'illustrateur Chris Piascik a constaté le plus grand pic de trafic sur son site lors de la mise en vente de ses réalisations artistiques sur Fab. Fab.com applique un concept de niche, des produits au design élevé, qu'elle rend accessibles grâce au prix, à la curation et à l'intéret qu'ils suscitent sur un vaste marché.

 

Lire la suite sur :  Fab.com : l'e-commerce qui démocratise l'accès au design | L'Atelier: Disruptive innovation.

Share

Le e-commerce européen n’abolit pas encore les frontières | L’Atelier: Disruptive innovation

Par L’Atelier – Paris 27 janvier 2012

Carte de paiement et ordinateur

L’Europe concentre une grande partie du e-commerce mondial. S’il a de beaux jours devant lui, sa croissance pourrait toutefois se heurter à des difficultés qui lui sont spécifiques. A commencer par ses frontières.

 

Avec 18,6% de croissance annuelle moyenne entre 2008 et 2011, l’e-commerce européen croît plus rapidement qu’aux Etats-Unis, qui connaît une croissance annuelle moyenne de 10,3%. Il y est même plus important puisqu’en 2011, selon un ouvrage publié récemment par l’ACSEL (l’association de l’économie numérique), il est estimé à 200,5 milliards d’euros en Europe contre 153,2 milliards d’euros aux Etats-Unis, représentant plus d’un tiers de l’e-commerce mondiale. La raison de ce succès ? Depuis 2008, l’Europe a progressé : technologies, infrastructures, équipements, Smartphones et réseaux sociaux ont fait le lit de cette réussite européenne. Pourtant, l’ouvrage, baptisé L’e-commerce transfrontière, l’Europe numérique au cœur des échanges, affirme que les plus grands acteurs du e-commerce européen sont des Américains.

Les européens, ces grands nationaux

Et de fait : seulement 7% des e-commerçants vend dans un autre pays de l’Union. Pour Pierre Alzon, Président de l’ACSEL, le paradoxe du succès européen et du manque de leader européen tient au fait que « l’Europe est riche en champions nationaux de l’e-commerce ». Car à l’image des différentes zones de l’Union, les acteurs du e-commerce européen sont très hétérogènes en matière de taille et de secteur d’activité. Pourtant, les e-commerçants seraient des acteurs importants de la construction de l’Union Européenne car ils participent à la construction du marché unique et parce qu’ils ouvrent des opportunités de croissance, juge l’association. Qui estime que, par l’échange, ils fondent une culture commune et, enfin, participent au rayonnement du Vieux Continent par la naissance de leaders mondiaux.

Faciliter la création d’e-commerçants transfrontaliers

L’ACSEL apporte donc des propositions dans ce livre, des voies possibles pour essayer de mieux développer l’e-commerce en Europe. On y apprend que le premier frein pour ces PME serait le coût de l’entrée sur le marché unique qui devrait être rendu facilement accessible, notamment financièrement, pour ces PME. Cette barrière à l’entrée devrait alors être affaiblie par le renforcement des plates-formes transeuropéennes pour favoriser la mutualisation des coûts et l’accélération du développement de leaders à l’échelle européenne. Viennent ensuite les particularismes culturels, les adaptations juridiques, les dispositifs de paiement adaptés, la diminution de la fraude ou le développement de la confiance : autant de sujets à considérer pour voir se poursuivre, selon l’association, le développement du e-commerce européen. Car au-delà du climat économique et des craintes vis-à-vis de l’Euro, du retard européen en haut débit ou des difficultés de financement des entreprises, c’est aussi sur la diversité du continent qu’il faudra agir.

Lire la suite sur :   Le e-commerce européen n’abolit pas encore les frontières | L’Atelier: Disruptive innovation.

Share

Viadeo, bilan et perspectives du recrutement 2.0

« Notre chiffre d’affaires emploi a été multiplié par 3 en 2011 » Dan Serfaty, fondateur de Viadeo

Créé en 2004, Viadeo est l’une des plus belles réussites du Web made in France. En 2007, ce réseau social professionnel a pris un virage stratégique en se positionnant sur le marché du e-recrutement. Dan Serfaty, le fondateur de Viadeo, dresse pour nous le bilan de l’implantation de Viadeo dans le recrutement et nous révèle ses trois priorités pour 2012.

 

 

 

 

 

Quel bilan tirez-vous de votre arrivée sur le marché du e-recrutement ?

 

Nous avons constaté un réel changement depuis le début de l’année 2011. En 2007, les recruteurs pensaient que l’avenir du recrutement passerait par les réseaux sociaux. Ils nous le disaient mais les investissements restaient modestes. Une grande entreprise qui dépensait 1 million d’euros sur les job-boards consacrait alors 10 000 euros sur les réseaux sociaux pro. Il a fallu du temps pour changer les habitudes et faire évoluer les mentalités.

 

En 2011, cette même grande entreprise a investi 100 000 euros sur les réseaux sociaux. Cette évolution nous a permis de multiplier par trois notre chiffre d’affaires emploi en 2011. Et pour 2012, nous prévoyons de multiplier de nouveau notre CA emploi par trois.

 

Notre équipe recrutement composée de 40 personnes sera ainsi doublée en 2012. Les retours des entreprises sont très positifs et notre potentiel de croissance est très grand. Aujourd’hui, le e-recrutement représente 30 % du CA total de Viadeo.

 

Quels sont les produits qui rencontrent le plus de succès auprès des recruteurs ?

 

En 2007, nous avons lancé des produits très innovants reposant sur une forte viralité. Cette offre s’est révélée un peu en avance et nous sommes revenus à des produits plus classiques avec la publication des offres d’emploi et la recherche de candidats via notre Profilthèque.

 

Ces produits, adaptés aux besoins des entreprises, sont les plus populaires aujourd’hui. En 2012, nous allons réintroduire des produits avec plus de viralité, le marché est plus mûr. Nous proposons des nouveaux Hubs corporatifs très riches en fonctionnalités pour les entreprises. Dans quelques mois, nous mettrons aussi en ligne la nouvelle version de notre back-office recruteurs, un outil très puissant.

 

Viadeo va-t-il remplacer les job-boards classiques ?

 

Les réseaux sociaux professionnels et les sites emploi sont en fait complémentaires. Nous permettons aux recruteurs de toucher les chercheurs passifs, les sites emploi les chercheurs actifs. La proposition de valeur est finalement très différente.

 

Le marché devrait avec le temps s’équilibrer. Dans 5 ans, on peut imaginer que les réseaux sociaux pro et les job-boards se partageront le marché du e-recrutement à 50 / 50.

 

La puissance des réseaux sociaux tient à leur viralité. Chaque jour, 7 000 à 8 000 nouvelles personnes s’inscrivent sur Viadeo en France ! Contrairement aux sites emploi, nous n’avons pas besoin de forte campagne de publicité pour développer notre base de candidats.

 

LinkedIn aux Etats-Unis est de plus en plus perçu comme un site emploi. Ce risque menace-t-il Viadeo ?

 

Viadeo est issu d’Agregator, un club qui réunit des entrepreneurs. Le Networking est dans l’ADN même de Viadeo. Depuis ses premiers jours, Viadeo est un lieu utile pour faire du business, pour trouver des investisseurs, des clients, des fournisseurs et aussi des collaborateurs.

 

Nous continuerons à garder cet esprit, nous trouverions un peu dangereux de n’être réduit qu’à un job-board 2.0.

 

Craignez-vous l’arrivée de Facebook dans l’emploi ?

 

Nous sommes très différents sur le fond.

 

D’une part, les internautes restent très réticents à mélanger vie personnelle et vie professionnelle. Et c’est très compliqué sur Facebook de protéger ses informations. Seuls 2% des utilisateurs modifient leurs personnal settings ! Facebook est avant tout un lieu pour garder le contact avec ses amis, et non pas un site pour rencontrer des personnes que l’on ne connaît pas.

 

D’autre part, aucun recruteur n’a une démarche pro-active sur Facebook. Essayez d’y trouver un responsable marketing dans l’industrie automobile. Sur Facebook, les internautes ne mettent pas leur CV, ne s’attendent pas à être chassés et ne le souhaitent pas.

 

Pour finir, le marché du recrutement n’est pas une priorité pour Facebook. Ce réseau préfère se concentrer sur le marché du « gaming », qui représente déjà des centaines de millions de $ de CA.

 

Quelles sont vos trois priorités pour le marché du recrutement en France en 2012 ?

 

La première est de lancer de nouveaux produits à forte viralité.

 

La seconde est de mettre en ligne notre nouveau back-office recruteur qui sera aussi riche voire plus que les solutions existantes sur le marché français.

 

La troisième sera de développer notre communication envers les recruteurs. Nous proposons des solutions de grande qualité, très efficaces, il faut le faire savoir. L’offre recrutement de Viadeo doit devenir incontournable et être à l’esprit de toutes les entreprises qui recrutent.

 

Lire la suite sur :  Viadeo, bilan et perspectives du recrutement 2.0.

 

 

Pierre-André fontaine : http://cni-isere.com/defendre-les-interets-de-la-10-eme-circonscription-de-lisere/

Share

Monkeybars récompense les acteurs du terrain #marketing

palette et clavier
La plate-forme d'e-commerce et de m-commerce profite tant aux artistes qu'aux consommateurs. Un marché de médias et des récompenses en cash visant à permettre aux artistes de faire du marketing direct.

Chaque jour, des amis partagent des vidéos et de la musique sur les réseaux sociaux, une promotion gratuite qui a donné lieu à de nombreux succès sur Internet, malgré un manque de reconnaissance de ces liens partagés. Pour les créateurs de contenu, même s'ils parviennent à attirer des visiteurs sur un site, les bénéfices sont minimes et peuvent facilement disparaître et les renvoyer à l'obscurité. C’est ce à quoi veut remédier Monkeybars, basé à Los Gatos : la startup a créé un espace de découverte, de promotion et de partage de contenu favorable tant aux membres des réseaux sociaux qu'aux créateurs. En effet, le but est de mettre en place un système de crowdsourcing de promotion des nouveaux artistes tout en récompensant les supporters de la première heure.

Les artistes et les consommateurs valorisent leurs propres réseaux sociaux

Monkeybars a créé une plate-forme d'e-commerce et de m-commerce sur laquelle les artistes peuvent monétiser et distribuer leur propre contenu, tout en ayant la possibilité de récompenser les fans qui l'achètent ou en font la promotion, par exemple par des liens ou des posts sur les réseaux sociaux. Plutôt que de récompenser les fans des artistes avec des cadeaux, des systèmes de points ou autres, Monkeybars leur propose du cash. « Avec l'arrivée de la distribution en ligne, les artistes musicaux et leurs managers entendent mettre à profit la souplesse de la distribution en ligne et la capacité des outils de réseaux sociaux pour créer une relation directe, et si possible durable, avec leurs vrais fans » déclarait Mike McGuire, vice president of research chez Gartner's Media Industry Advisory Services. Cette plate-forme permet de développer ce type de relations et de faire, des fans, des promoteurs crédibles au sein de leur réseau.

Remplacer les intermédiaires de la promotion par un programme de royalties

Dans le marché auquel s'attaque Monkeybars, tout le bénéfice va aux intermédiaires : les créateurs n'en retirent pas beaucoup, les utilisateurs rien du tout, mais c'est le label, l'agent ou le promoteur qui se font payer. Par contre, c'est la récupération de services gratuits, les réseaux sociaux existants, avec tous leurs utilisateurs, qui permet de faire la promotion. Les membres achètent de la musique, des vidéos, des objets d'art ou des livres (on ne parle pas encore de jeux) sur Monkeybars Market et sont récompensés par le Monkeybars Social Graph Royalty Program,  qui récompense les achats réalisés par les membres d'un réseau et des réseaux amis, jusqu'à 5 niveaux d'influence.


Lire la suite sur :  Monkeybars récompense les acteurs du terrain | L'Atelier: Disruptive innovation.

Share

L’usage du web pour consommer plus populaire en Europe qu’aux US ? | L’Atelier: Disruptive innovation

 

Souris d'ordinateur et caddie

 

Les consommateurs extrêmes, des utilisateurs férus d'Internet, du mobile, et des outils proposés permettant de comparer et d'évaluer, seraient plus nombreux sur le Vieux Continent.

42 % des consommateurs européens et 37 % des Américains sont dits extrêmes. C’est-à-dire que leur comportement d’achat est axé sur la valeur du produit qu’ils convoitent. Pourquoi en parler ? Parce que, selon GfK, qui publie l’étude Own the Future of Shopper Marketing, le moyen privilégié pour se renseigner sur ces produits est le web. Et là encore, c’est le Vieux Continent qui se distingue : 95% des “consommateurs extrêmes” aiment chercher des produits en ligne, contre 66% aux Etats-Unis. Dans la même veine, les trois quarts des Européens affirment chercher plus souvent que par le passé des produits sur Internet, contre 68 % des habitants du Nouveau Monde. Les consommateurs extrêmes, principalement des personnes âgées de 25 à 44 ans employées à plein temps, utilisent également plus les technologies mobiles : un sur quatre en Europe s’aide d’avantage qu’auparavant de ces outils pour sa consommation.

La valeur d’un achat se calcule sur internet, surtout en Europe

La raison de cet engouement, sur un Continent comme sur l’autre ? L’économie d’austérité, qui incite à acheter intelligemment. La technologie apporte du coup à ces consommateurs les informations dont ils ont besoin, ce qui accroît la concurrence. En Europe, pour plus de trois quarts des consommateurs extrêmes, contre deux tiers aux Etats-Unis, le besoin de comparer les prix les rend moins fidèles à un détaillant particulier. “Les commerçants doivent donc trouver un moyen de récompenser les clients fidèles qui fera écho avec leurs besoins actuels”, souligne ainsi Alison Chaltas, co-auteur de l’étude et représentante de GfK. A noter que la distanciation de l’Europe sur les Etats-Unis en matière d’utilisation de la technologie pour la consommation se confirme y compris dans l’achat.

Le coupon de réduction reste irréductible

En moyenne, presque trois quarts de ces consommateurs extrêmes européens achètent de plus en plus grâce à Internet (67%) avec en tête la Pologne (82%) et le Royaume Uni (74%) loin devant les Etats-Unis (62%) ou l’Allemagne (52%) que dépasse même la France (64%). Cet engouement européen pour l’achat en ligne se mesure également par une différence dans l’engouement entre les Continents pour les bons de réduction traditionnels, c’est-à-dire papiers. Ainsi, aux Etats-Unis, presque six personnes interrogées sur dix utilisent plus de bons de réduction qu’ils se procurent en magasin contre un peu plus de quatre personnes sur dix en Europe. Et pourtant, chose étonnante, selon l’étude, les Américains interrogés annoncent considérer l’achat en ligne plus efficace que ceux effectués dans la vie réelle. L’étude a été réalisée en Allemagne, en Espagne, aux Etats-Unis, en France, en Pologne, au Royaume-Uni et en Russie.

 

Lire la suite sur  :   L'usage du web pour consommer plus populaire en Europe qu'aux US ? | L'Atelier: Disruptive innovation.

Share

9 Raisons D’utiliser Votre Blog Comme Pilier De Votre Stratégie Social Media | Emarketinglicious.fr

Par Isabelle Mathieu

L’engouement pour les médias sociaux a tendance à relayer le blog au second plan de la stratégie e-marketing de certaines entreprises. Ces dernières préfèrent par exemple investir dans une page Facebook au détriment de leur blog ou de leur site internet. Facebook leur apparaît comme l’endroit idéal pour développer leur activité professionnelle en raison de plusieurs motifs : un marché important de consommateurs, la gratuité et la facilité d’utilisation de la plateforme, le bouche-à-oreille etc …

Cependant, le blog comporte des avantages indéniables par rapport aux médias sociaux. Je n’ai pas l’intention de poser la question du choix entre le blog et les médias sociaux. Je pense qu’au contraire, les entreprises ont tout intérêt à utiliser les bénéfices intrinsèques de chaque support afin d’augmenter l’efficacité de leur stratégie e-marketing. Mais je souhaite expliquer pourquoi le blog devrait être le point central de vos efforts sur les médias sociaux.

Aujourd’hui, je vous propose donc de découvrir quelles sont les 9 raisons qui justifient l’utilisation de votre blog en tant que pilier de votre stratégie social media.

blog-social-media-hub

1. Votre blog vous appartient

Votre blog appartient à votre entreprise. Il dispose d’une adresse unique que vous avez enregistrée auprès d’un prestataire accrédité. Vous êtes responsable de son contenu, pour le meilleur et pour le pire. Votre blog ne peut pas être désactivé ou supprimé comme c’est le cas pour vos profils sociaux ou vos pages professionnelles.

Par ailleurs, comme vous êtes chez vous, vous fixez vos règles et vous ne subissez pas celles d’une autre entreprise. Cette particularité vous met à l’abri de décisions qui pourraient affecter négativement votre activité. Ce serait par exemple le cas si vous vendiez des produits sur Facebook via une application et que demain Facebook décidait qu’il n’était plus possible de créer des onglets pour ce type d’activité sur sa plateforme.

2. Vous gardez le contrôle de l’image de votre entreprise

Vous décidez de la ligne éditoriale de votre blog : vous choisissez les informations que vous y diffusez ou les événements sur lesquels vous souhaitez communiquer.

La modération des commentaires peut s’avérer utile en cas de propos contraires aux conditions générales d’utilisation de votre blog. Il ne s’agit pas bien sûr de supprimer les critiques qui pourraient être formulées à votre encontre.

Quelque soit le degré d’excellence de votre entreprise, vous n’échapperez pas à ces critiques et/ou aux réclamations de certains clients. Un blog vous permet toutefois de centraliser ces remarques en un seul endroit, de répondre rapidement et d’apporter des solutions quand cela est nécessaire.

Le grand nombre de plateformes social media et la viralité qui les caractérisent, rendent le contrôle de l’image d’une entreprise plus difficile.

3. Votre blog humanise votre entreprise

Votre blog rend votre entreprise plus « accessible » à vos lecteurs. Ce n’est plus l’entité « Entreprise X » ou son service commercial qui s’adresse à son audience mais bien un ou plusieurs rédacteurs identifiés, avec une voix unique, parfois un avatar, et souvent un style plus décontracté.

Alors que les sites internet ont tendance à manquer d’âme, le blog aide à établir des connexions personnelles et des relations de proximité qui participent au développement d’une image rassurante de votre entreprise.

4. Votre blog vous permet d’atteindre vos objectifs marketing

Votre blog vous aide à accomplir de nombreux objectifs marketing : augmenter la notoriété de votre entreprise, trouver de nouveaux clients, accroître vos ventes etc … Par son biais, vous disposez d’une arme redoutable : son contenu. En effet, vos billets permettent d’attirer des visiteurs et même de pré-qualifier votre audience lorsqu’ils sont rédigés avec pertinence.

Quels que soient vos objectifs marketing, les étapes de l’entonnoir de conversion sont les mêmes : attirer des visiteurs, convertir vos visiteurs en abonnés via l’inscription à votre newsletter et amener vos abonnés à accomplir les actions que vous souhaitez.

Autre point positif pour votre blog : la transformation de vos succès en éléments attrayants afin de générer encore plus d’intérêt pour votre entreprise.

5. Votre blog améliore votre référencement

La production d’articles optimisés selon des mots-clés stratégiques contribue à améliorer votre référencement et la visibilité de votre entreprise sur Google. Un blog facilite aussi la création d’une architecture favorable au référencement (la structure, la profondeur des liens, la hiérarchie des pages etc …)

Par ailleurs, plus votre contenu est intéressant, plus vous aurez de chance d’obtenir des liens entrants, et si possible provenant de sites influents.

Enfin, Google aime le contenu « frais » et le blog facilite grandement la publication régulière d’articles.

6. Votre blog vous aide à bâtir une communauté

On parle souvent de l’utilisation des médias sociaux pour créer une communauté et pour favoriser l’engagement. Mais c’est aussi vrai quand il s’agit d’un blog. A une différence près : la communauté de votre blog vous appartient.

Le blog est un excellent outil pour favoriser le dialogue bi-directionnel entre une entreprise et son audience. Les consommateurs peuvent ainsi rejoindre les discussions, poser des questions et communiquer avec votre entreprise de manière plus personnelle.

L’existence d’une communauté favorise l’engagement, la fidélisation et l’émergence de super-fans ou encore d’évangélistes qui participent à la promotion de votre entreprise.

7. Le blog facilite le partage de votre contenu

Le blog facilite le partage de votre contenu auprès de vos abonnés via vos flux RSS ou votre newsletter. Il permet aussi à vos visiteurs de distribuer vos informations par l’intermédiaire des boutons de partage social implémentés dans vos articles.

8. Le blog est flexible

Vous avez la possibilité d’ajouter des extensions pour proposer de nouvelles fonctionnalités et pour adapter votre blog aux évolutions rapides du web. Cette flexibilité vous aide à augmenter l’efficacité de votre blog.

9. Le blog est multimédia

Le blog permet de diffuser de nombreux formats multimédia pour enrichir votre contenu : les présentations powerpoint, les vidéos, les podcasts, les documents pdf etc …

A Votre Tour Maintenant !

Comment votre blog vous aide-t-il à promouvoir votre activité professionnelle ? Quels résultats avez-vous obtenus en utilisant un blog ?

 

Lire la suite sur :  9 Raisons D’utiliser Votre Blog Comme Pilier De Votre Stratégie Social Media | Emarketinglicious.fr.

Share

Les nouveaux noms de domaines séduisent la finance et la technologie #Disruptive #innovation

noms domaines

Un tiers des candidats à l’utilisation des nouvelles extensions proposées par l’Icann viendra de ces deux secteurs. La raison : cette initiative représente un moyen intéressant de valoriser son identité en ligne.

Après les .com, les .org et autre .net, voilà les .paris, .marque, .shop, .tourism ou .sport. Entre le 12 janvier et le 12 avril, en effet, entreprises, gouvernements, administrations, toute organisation disposant d’une site Internet pourra adresser à l’Icann sa candidature à l’attribution d’un nom de domaine de premier niveau, se terminant par de nouvelles extensions : un nom de ville, le nom d’une marque, d’un secteur d’activité et même un terme en alphabet non latin (arabe, chinois, japonais, cyrilique…). Selon le gestionnaire australien de noms de domaine ARI Registry Services, un millier de candidatures vont être soumises à l’Icann dans les trois mois qui viennent. Et ce qui est intéressant, c’est qu’un tiers devrait émaner des secteurs de la finance et des technologies de l’information : 20 % pour une extension mentionnant une marque de technologie (dont la moitié basées en Asie Pacifique), 11 % pour un .NomDeBanque ou .NomOrganismeFinancier.

Deux tiers des candidatures pour des marques

La surreprésentation des demandes de noms de domaines pour la finance, le commerce et le IT s’explique par l’intérêt marketing. Avec ces nouvelles extensions, l’Icann fournit aux sociétés un bon moyen de se distinguer les unes des autres, plus que quand chacune avait un nom de site Web se terminant par .fr ou .com. C’est un bon moyen d’attirer le client, de renforcer la confiance et de lui faciliter la vie. A noter enfin que les deux tiers des demandes de ces extensions d’un nouveau type concerneront un nom de domaine en .marque. En deuxième position arriveront des entrepreneurs cherchant à mettre en valeur un leur activité, plus que son nom, avec l’utilisation d’un terme générique: .shop, .hotel, .food, .law, etc. Ils représenteront 30% des candidatures selon ARI Registry Services.

Se dépêcher de faire sa demande

Les autres demandent, soit 10%, proviendront des gouvernements, des collectivités ou d’organismes représentant une ville ou une région, qui cherchent à avoir un nom de domaine se terminant par une aire géographique (ville, région). A terme, estime Adrien Kinderis, président de ARI Registry Services, on pourra même voir apparaître des noms de sites Web aussi simples et efficaces que iphone.apple ou shoes.nike. C’est même l’occasion pour certaines marques et entreprises, non satisfaites de leur nom de domaine actuel, de rectifier le tir. Mais à une condition essentielle: se dépêcher de d’adresser leurs candidatures à l’Icann.

 

Lire la suite : Les nouveaux noms de domaines séduisent la finance et la technologie | L’Atelier: Disruptive innovation.

Share

Présentation du Club de net-partenaires, votre club

Le réseau Net-partenaires® vous annonce l’ouverture de 2 de ses 4 nouveaux sites réservés à la vente ou l’achat d’hôtels, de restaurants ou d’hotel-restaurant.

Le groupe net-partenaires® lance les premiers sites de son réseau ayant pour particularité d’aider à la vente d’hotels, de restaurants, d’hôtel-restaurant en diffusant les informations sur le web à l’échelon mondial.

Voici l’opération de marketing qui va propulser la vente de votre bien qu’il soit hôtel, restaurant ou hôtel restaurant.

Le produit

Il repose sur les principes suivants :

Une interaction et une réactivité entre deux blogs et deux sites spécialement dédiés à cette activité , le tout relayé par le réseau. Les noms de domaine ont été choisis de façon à refléter dés le départ le contenu.

Les blogs : vente-achat-hotel-restaurant.com, acheter-vendre-hotel-restaurant.com (réactivité accrue)

les sitesachat-vente-hotel-restaurant.comvendre-acheter-hotel-restaurant.com (présentation personnalisée).

Le choix de figurer sur un ou plusieurs noms de domaine nommés ci-dessus.

Le choix de tournage vidéo effectué par vous-même ou par nos soins.

Le choix de la durée de présence (3 mois, 6 mois, 1 an).

Le libre choix du nombre de catégories dans le menu qui vous est attribué.

La mise en place d’un modèle (template) propre à votre activité et à votre environnement.

En fait, vous avez tout loisir d’obtenir un produit de vente sur mesure

Le fait que nous possédions plus de 30 sites que nous utilisons sous forme de réseau, nous permet d’impacter forrement la visibilité donc la présence de nos clients sur la toile. Des graphistes, des designers, et un spécialiste en matière de BUZZ composent notre réseau dont nous assurons la cohérence et la visibilité, notre métier étant la construction de CMS, le référencement et le community management.

Pour en savoir plus consultez les deux sites mis en place, dont l’adresse se trouve ci-dessous. Anoter qu’il y a la possibilité de faire de la publicité sur ces sites comme sur l’ensemble de notre réseau…

Vous souhaitez voir comment l’on présente un hotel restaurant à vendre suivez ce lien !!!

Lire la suite sur :  Bienvenue au club de net-partenaires, votre club.

Share

« Facebook, Wikipedia et Twitter seront-ils fermés aujourd’hui ? » Quoi.info – L’actualité expliquée

Le message d'annonce de la version anglophone de Wikipédia : "Nous avons besoin de vous pour protéger la liberté d'expression sur Internet". © Wikimédia.
Le message d’annonce de la version anglophone de Wikipédia : « Nous avons besoin de vous pour protéger la liberté d’expression sur Internet ». © Wikimédia.

Plusieurs grands sites Internet américains ont décidé de fermer leurs portes aux internautes, le mercredi 18 janvier 2012. Une façon assez radicale de protester contre deux lois anti-piratage en cours d’examen aux États-Unis.

Vous comptiez profiter de votre mercredi pour réaliser quelques recherches sur Wikipédia ? Dommage, le 18 janvier 2012 sera le jour d’une « grève numérique » suivie par plusieurs grands sites américains, dont la célèbre encyclopédie en ligne.

1. Les raisons de la grève

Le « black-out » vise à protester contre deux lois américaines anti-piratage, actuellement en cours d’examen devant la Chambre des représentants et le Sénat américains.

Les textes en cause, le SOPA (Stop Online Piracy Act) et le PIPA (Protect IP Act), proposent que tout site Internet enfreignant la législation américaine sur le droit d’auteur puisse être bloqué, même s’il n’est pas hébergé aux États-Unis. Les moteurs de recherche seraient soumis au même régime : interdit pour eux de publier un lien renvoyant vers des sites fournissant du contenu « piraté ».

Comme la loi Hadopi en France (Haute Autorité pour la diffusion des œuvres et la protection des droits sur Internet), ce dispositif a suscité la grogne des internautes. Certains grands acteurs d’Internet se sont également empressés de dénoncer le SOPA et le PIPA dès leur dépôt devant la Chambre des représentants, en octobre 2011.

Google, Facebook, Twitter, Mozilla ou Yahoo !, rassemblés dans la « Net coalition », ont ainsi vivement réagi contre les projets de lois, qui violent selon eux la liberté d’expression et représentent une forme de censure.

Des critiques partagées par la Fondation Wikimédia, qui gère notamment Wikipédia. Sur le site de l’encyclopédie, un encart précise : « si elles sont adoptées, ces lois vont nuire à l’Internet libre et ouvert ».

La mobilisation de ces géants du Web semble avoir porté ses fruits : la disposition la plus contestée du SOPA, celle qui prévoit le blocage des sites, a été officiellement retirée le vendredi 13 janvier 2012. Le lendemain, c’est la Maison-Blanche elle-même qui publiait un communiqué laissant envisager un veto présidentiel sur la loi, si elle n’était pas modifiée.

Mais ces victoires n’ont pas suffi aux opposants des textes anti-piratage : en attendant leur retrait définitif, ils ont choisi de maintenir le « blackout » prévu ce mercredi 18 janvier.

2. Les sites touchés

Pas d’inquiétude pour les internautes français : ce sont en grande majorité des sites américains qui seront en grève. Il sera impossible d’accéder à leurs contenus, qui seront remplacés par une bannière informative sur la lutte contre le SOPA et le PIPA.

  • Seule la version en anglais de Wikipédia effectuera une interruption de service. L’opération aura lieu de mardi minuit à mercredi minuit, heure de la côte est des États-Unis, soit de mercredi 6 heures à jeudi 6 heures en France. Le site français présentera peut-être une banderole expliquant la démarche de son collègue américain, mais sera tout à fait accessible.
  • Parmi les autres grands sites américains participant au black-out, on peut citer le site communautaire Reddit, le réseau Icanhascheezburger, le jeu Minecraft, le fournisseur de logiciels libres Mozilla et le blog collaboratif Boing Boing. S’y ajoute toute une série de petits sites tenus par des particuliers ayant choisi de faire grève.
  • Même s’ils soutiennent le combat contre le SOPA et le PIPA, les géantsGoogle, Facebook ou Amazon ne couperont certainement pas leurs services mercredi.
  • Le réseau social Twitter a quant à lui clairement annoncé qu’il ne se joindrait pas au black-out. Son patron, Dick Costolo, est en effet en désaccord avec la méthode choisie pour protester contre les projets de lois américains : « fermer une entreprise mondiale, en réaction à un sujet de politique nationale, est stupide.« 

Si vous souhaitez malgré tout participer à la lutte de l’autre côté de l’Atlantique ou simplement vous informer, rendez-vous sur sopastrike.com.

 

Lire la suite sur :  » Facebook, Wikipedia et Twitter seront-ils fermés aujourd’hui ? » Quoi.info – L’actualité expliquée.

Share

Les 6 métiers informatiques les plus en vue … !!!

Crédit photo: D.R

Crédit photo: D.R

Certains domaines informatiques proposent de belles perspectives d’évolution. Voici un panorama des métiers de l’IT qui ne connaissent pas la crise.

Nos confrères d’Infoworld ont identifié les emplois IT qui auront les meilleurs potentiels de croissance et qui sauront résister à l’externalisation ou à une autre période de ralentissement économique. Ils ont dressé une liste des métiers les plus en vue en parcourant les annonces publiées sur les sites d’emplois américains Dice et Modis et en s’entretenant avec des dirigeants d’entreprises high-tech sur les compétences qu’ils rechercheront dans les années à venir. Au final, 6 fonctions sont promises à un bel avenir en raison d’un bon niveau de salaire, d’un fort degré de résistance et d’une influence véritable dans les entreprises que ce soit maintenant ou à l’avenir.

 

 

 

 

Le business architect

Le métier de business architect consiste à faire fusionner la technologie avec les processus métiers des entreprises.  « Le business architect doit s’assurer que tout fonctionne ensemble», explique Alex Cullen, analyste chez Forrester Research. « Sa mission consiste à ce que l’IT soit utilisée de façon plus efficace dans l’entreprise, que ce soit dans la vente, les services aux clients, ou dans d’autres domaines clés. »

Contrairement à l’architecte d’entreprise traditionnel dont le rôle vise à organiser la technologie pour répondre aux objectifs de l’entreprise, le business architect, placé sous la responsabilité directe du PDG, doit façonner une stratégie d’entreprise de haut niveau tout en ayant une technologie à l’esprit.

« Les business managers veulent choisir la technologie qui répond le mieux à leurs besoins en ayant la liberté de  pouvoir s’en éloigner pour passer à la suivante », précise Alex Cullen.
Dans un monde où il sera possible de mettre à disposition des ressources basées sur le cloud dans le cadre d’une nouvelle initiative commerciale en se servant uniquement d’une paire d’écrans, le besoin en architectes d’entreprise diminuera au profit des business architect. Ces derniers auront pour mission d’apporter aux gestionnaires les connaissances dont ils ont besoin pour effectuer judicieusement leur choix.

Le spécialiste des données

Les Big data, c’est à dire la surabondance d’informations non structurées ou semi-structurées représentent d’importantes opportunités. Noyées dans cette montagne de données, des pépites précieuses sur le comportement des clients, les risques de sécurité, de défaillances potentielles du système, et plus encore. Mais lorsqu’on voit des téraoctets qui doublent de volume tous les 18 mois, par où commencer ?  C’est là que le spécialiste des données entre en jeu. Ce dernier peut ouvrir de nouvelles perspectives en découvrant des modèles cachés dans les données non structurées, telles que le comportement des clients ou des cycles du marché. Sur le plan du business, cet analyste peut utiliser en profondeur les tendances des données afin d’optimiser des sites web pour gagner des clients. Au sein du département IT, il peut repérer les défaillances potentielles d’un cluster de stockage ou détecter les menaces de sécurité.

« Il existe actuellement un consensus intellectuel sur le fait que le seul moyen de faire tourner une entreprise consiste à  utiliser Google Analytics avec des spécialistes en données pour trouver des opportunités », explique Norman Nie, PDG de Revolution Analytics, un éditeur du langage de programmation d’analyse de données R. Ce langage est juste un outil dans la panoplie du spécialiste des données et côtoie d’autres solutions analytiques de fournisseurs bien établis qui vont de SAS Institute jusqu’à  la plateforme IBM InfoSphere en passant par les acquisitions récentes d’EMC, comme Greenplum et Isilon Systems.

Selon Norman Nie, le métier de spécialiste des données exigera un spectre de compétences, du nettoyeur de données de base, jusqu’au statisticien de haut niveau, soit un large éventail de possibilités pour les nouveaux arrivants sur ce terrain. Comme le monde des affaires deviendra de plus en plus « social » (au sens réseau social), la demande pour sonder les profondeurs de tout ces réseaux communautaires de données ne fera qu’augmenter. Certains considèrent même que ces données seront le nouvel or noir.

L’architecte des médias sociaux 

Les outils et services liés aux réseaux sociaux sont présents à tous les niveaux de l’entreprise. Utilisés pour communiquer au sein du département informatique, on les trouve aussi à l’étage de la direction comme outils de collaboration, ou encore dans les workflows de connexion avec les partenaires et les échanges avec les clients dans le cadre du support. A mesure que s’accroît la complexité de ces outils, les entreprises ont besoin de spécialistes pour que l’ensemble fonctionne correctement.  Les médias sociaux n’incluent pas seulement le recours à Facebook et Twitter. Il faut aussi surveiller des éditeurs comme IBM, Jive et Yammer. Ils offrent des outils sociaux pour les clouds publics et privés qui redéfinissent le rôle du média social pour l’entreprise. Cela crée une demande pour des professionnels de la IT détenant des compétences spécifiques pour construire des communautés sécurisées au sein d’un réseau d’entreprise et entre les entreprises et leurs clients.

En 2010, nous avons vu croître une couche middleware nouvelle pour protéger la propriété intellectuelle, tout en s’ouvrant aux outils sociaux », explique Michael Fauscette, analyste chez IDC. « On a commencé à voir ce genre de choses parce que les entreprises veulent les avantages du web social, sans dépendre de réseaux sociaux comme Facebook ou Twitter. »

Dans les entreprises, poursuit Michael Fauscette, … la suite …

 

Lire la suite sur :  Les 6 métiers informatiques les plus en vue (1ère partie).

Share

E-commerce : les dix faits les plus marquants de lannée 2011

 

La rédaction d’E-commerce magazine a sélectionné les dix faits les plus importants pour le secteur en 2011.

E-commerce : les dix faits les plus marquants de l'année 2011


Le secteur de l’e-commerce amorce un virage historique dans son expansion, à l’échelle française et mondiale. Si le nombre de cyberacheteurs n’en finit plus de croître, la Fevad prévoit également pour 2012, le franchissement de la barre symbolique des 100 000 sites marchands français. Dans l’hypothèse où ses prévisions se confirmeraient, le secteur devrait dégager, en 2011, un chiffre d’affaires colossal de 37 milliards d’euros, signant là un nouveau record pour le secteur. 
L’année 2011 aura été une année riche, jonchée de difficultés, marquée d’événements forts et de rebondissements, tant au sein de la profession et des acteurs qui la composent, que pour ceux qui les font vivre : les cyberconsommateurs.

Les dix faits les plus marquants du cru 2011 :

17 janvier : naissance de l’École européenne des métiers de l’Internet
24 mars : une directive européenne met le feu aux poudres chez les e-marchands
27 avril : naissance du Conseil national du numérique
24 et 25 mai : e-G8, l’opération séduction de l’État français auprès des géants du Web
16 août : Google lance Panda 
31 août : des sites épinglés pour la publication de faux avis de consommateurs
12 octobre : eBay dévoile sa plateforme X.Commerce
27 octobre : Rueducommerce.com racheté par Altarea Cogedim 
4 novembre : Groupon entre en Bourse
9 novembre : Vente-privée.com se lance à la conquête des États-Unis

  • 17 janvier, naissance de l’École européenne des métiers de l’Internet

Jacques-Antoine Granjon, cofondateur de Venteprivée.com, Xavier Niel (Free) et Marc Simoncini (Meetic) annoncent la création de l’École européenne des métiers de l’Internet (EEMI). Depuis le 1er septembre 2011, elle accueille au sein du Palais Brongniart (anciens locaux de la Bourse de Paris) entre 100 et 200 bacheliers, pour un cursus de trois ans aux métiers de webmaster, webdesigner, web marketeur, community manager ou développeur. Cette annonce très médiatisée illustre une tendance très forte à la professionnalisation du Web.

Sur le même sujet : Métiers et formations du Web se structurent

Sommaire

  • 24 mars, une directive européenne met le feu aux poudres chez les e-marchands

Le Parlement européen adopte une série de mesures dans le cadre d’une nouvelle directive visant à mieux protéger les acheteurs en ligne et à renforcer la confiance des consommateurs lorsqu’ils font des achats dans d’autres États membres. Si son but premier est noble, ces dispositions s’avèrent pour le moins contraignantes pour les e-commerçants, provoquant une levée de boucliers immédiate des professionnels et associations du secteur. 
Le 23 juin, le Parlement européen vote la loi. Le couperet tombe : 
• Désormais, les consommateurs pourront changer d’avis dans un délai de 14 jours pour les ventes à distance et hors établissement (lorsque le consommateur ne peut pas voir le bien avant l’achat) ; 
• Les frais de retour restent à la charge de l’acheteur mais le vendeur est tenu d’informer son client de leur montant dans le contrat de vente ;
• De nombreux produits et services sont exemptés de ce droit de rétractation, par exemple, les magazines, à l’exception des contrats souscription, les locations de voitures, les billets d’avion et les réservations d’hôtel…
• Tout bien commandé à distance devra être livré à l’acheteur dans un délai de 30 jours. Si ce délai n’est pas respecté, le consommateur aura le droit d’annuler l’achat. À noter également, c’est le commerçant qui est responsable de tout endommagement ou de toute perte du bien.

Sommaire

  • 27 avril, naissance du Conseil national du numérique

Le Conseil national du numérique (CNN) est officiellement lancé par Nicolas Sarkozy. Son but ? Rendre des avis et des éclairages au gouvernement sur “tout projet de disposition législative ou réglementaire” concernant Internet. Le Conseil national du numérique devrait traiter tous “les sujets sans tabou” dont “la fiscalité numérique”, “le terrorisme numérique”, “le droit d’auteur” et “le financement des entrepreneurs”. L’organisme est présidé par Gilles Babinet, président du conseil d’administration d’Eyeka.

Revoir la présentation du Conseil national du numérique par Nicolas Sarkozy :

Sommaire

 

Lire la suite sur :  E-commerce : les dix faits les plus marquants de lannée 2011.

Share

« Le Nouvel Observateur » a payé 7,5 millions d’euros pour Rue89, Actualités

Claude Perdriel, président-fondateur du « Nouvel Observateur », a présenté hier l’accord de rachat, par le groupe Nouvel Observateur, du site d’information Rue89, annoncé fin décembre (« Les Echos » du 22 décembre). Il confirme que la transaction a été réalisée pour 7,5 millions d’euros. La reprise se concrétisera dans un premier temps par la réunion des régies, qui devrait à elle seule permettre à Rue89 de devenir bénéficiaire (400.000 euros de pertes pour 2 millions de chiffre d’affaires en 2011). Les projets de développement passeront notamment par un renforcement des activités de formation, tandis que le mensuel papier pourrait être abandonné. Globalement, le groupe Nouvel Observateur a réalisé un résultat net positif en 2011.

Lire la suite sur :  « Le Nouvel Observateur » a payé 7,5 millions d’euros pour Rue89, Actualités.

Share

Bonne pratique web : Bannissez les redirections et les rafraîchissements automatiques !

 

Bonne pratique web : Bannissez les redirections et les rafraîchissements automatiques ! Thumbnail

Cet article fait parti de la série « Bonne pratique web« .

Cette série d’article doit vous aider à mieux comprendre et assimiler les techniques et méthodes utilisables dans votre projet web dans le but d’améliorer la qualité de votre site.

Nous allons aborder une partie avec, comme thématique, le codage de votre site.

Pourquoi ne pas utiliser la redirection ou le rafraîchissement automatique d’une page.

N’avez jamais rencontré un site sur lequel, lorsque vous lisez, vous vous retrouvez d’un seul coup en bas de page ou en haut de page sans avoir fait un seul clic, ni même engagé une action sur la page ?

Vous avez surement atteri sur une page avec un rafraîchissement automatique.

Idem, si vous arriviez sur une page et peu de temps après vous vous retrouvez ailleurs, c’est probablement une redirection.

Il convient donc de ne pas utiliser les redirections et rafraîchissements automatiques. En effet, le changement de page non sollicité par l’utilisateur peut entraîner une perte irréversible dans le cas de personnes équipées de lecteurs d’écran (loupe, lecteurs d’écran, etc…) de perdre la lecture en cours si le temps de chargement est trop court.

A ne pas faire :

Afin d’éviter un rafraîchissement automatique de votre page, il convient de ne pas ajouter la balise

<meta http-equiv="refresh">

dans votre page ou votre site.

Comment contrôler mes actions ?

1/ Ne pas utiliser de meta refresh (Mettre un lien cliquable en remplacement par exemple)

2/ Désactiver le refresh pour l’utilisateur via un javascript, un entête HTTP refresh, un élément

<object>,  <embed> ou  <applet>

Cet article s’appuie sur nos bonnes pratiques ainsi que sur le référentiel opquast disponible sous licence creative commons. Vous trouverez régulièrement sur notre blog Odomia, nos séries d’articles sur le référencement, l’accessibilité, l’ergonomie web, etc…

Bien entendu, vous êtes cordialement invité à commenter et proposer vos solutions !

Lire la suite sur : Bonne pratique web : Bannissez les redirections et les rafraîchissements automatiques !.

Share

Métro Montréal : Blogue : Le blogue Réseaux sociaux : L’utilisation des médias sociaux au Québec et au Canada

 

La semaine passée, j’ai partagé Les chiffres impressionnants du web en 2011, et plusieurs d’entre vous m’ont demandé si j’avais en main des statistiques sur les médias sociaux au Canada.

J’ai fait une petite recherche et voici quelques informations que j’ai trouvées :

Selon les dernières statistiques de SocialBakers, il y a actuellement 17 113 920 d’utilisateurs Facebook au Canada, dont 2 119 500 à Montréal.

L’Aéroport Montréal-Trudeau est l’endroit avec le plus de visites sur Facebook Places avec 100112 check-ins.

«L’engouement pour les médias sociaux au Québec», une étude menée par Cefrio, présente des informations très intéressantes; on apprend que presque tous les jeunes Québécois réalisent au moins une activité sur les médias sociaux (92%) et ils y passent plus de 8 heures par semaine. Voici une infographie avec quelques chiffres de cette étude :

 

viaMétro Montréal : Blogue : Le blogue Réseaux sociaux : L’utilisation des médias sociaux au Québec et au Canada.

Share

influence : pourquoi j’ai enfoncé mon Klout … Marketing & Innovation

imageCes derniers mois, de nombreux acteurs du Web, certains à haute voix, d’autres à mots couverts, ont exprimé des doutes voire des critiques sévères à l’encontre du service de mesure de l’ « influence » Klout.com (Les guillemets renvoient à une vidéo de Guilhem Fouetillou tournée il y a quelques semaines). Je me suis joint à cette conversation et ai exprimé également de telles critiques dans un dialogue par blogs interposés avec mon ami et confrère Hervé Kabla et le professeur Christophe Bénavent dont les analyses sont toujours aussi incisives que justes. Il y a quelques semaines, de conserve avec Jérôme Deiss et suite à un échange de tweets avec lui et plusieurs confrères sur twitter en temps réel, nous avons décidé de supprimer notre Klout. Retour sur les lieux du crime …[légende de la photo : “I’m not a number, I’m a human being!” – Portmeiron, Pays de Galles – toutes les photos sont celles de l’auteur]

NB : Cet article fait écho à l’article de Jérôme Deiss sur le même sujet et a été publié simultanément 

une tenaille pour arracher les Klouts

imageLe dernier changement arbitraire de mesure de Klout, fin novembre en a convaincu plus d’un, dont moi-même, a supprimer son compte. Voici donc la procédure attendue par tant, et cachée si habilement par les promoteurs du système, qui vous permettra de supprimer votre Klout. Pour cela, il suffit de cliquer surhttp://klout.com/corp/optout

un Klout chasse l’autre…

Ne vous en faites pas, si vous êtes en mal de mesures, vous pouvez toujours utiliser l’excellent systèmed’Edelman, Tweetlevel

pourquoi passer en dehors des Klouts ?

Lire la suite sur : influence : pourquoi j’ai enfoncé mon Klout … « Marketing & Innovation.

Share
rejoignez moi sur viadéo
Sur Viadéo
Archives