Get Adobe Flash player
Catégories
ce site est utile, aidez nous à le maintenir au top

Reuters

Siemens prévoit des ventes en hausse en 2012-2013 | Reuters

BERLIN, 30 novembre (Reuters) – Le conglomérat Siemens , généralement considéré comme un bon baromètre de la santé économique de l’Allemagne, a dit s’attendre pour l’exercice 2012-2013 sur un chiffre d’affaires en hausse au vu du niveau élevé des prises de commandes sur 2011-2012.

Ceci étant dit, le groupe basé à Munich, fabricant des trains, des turbines à gaz, des ampoules ou encore des appareils auditifs, a également déclaré s’attendre à de considérables incertitudes au sujet de l’évolution de l’économie mondiale.

« Sur la base d’un développement positif des marchés sur lesquels nous sommes présents, nous anticipons une poursuite de la croissance de notre chiffre d’affaires sur l’exercice fiscal 2013″, déclare Siemens dans un avis transmis mercredi à la SEC américaine.

Le 10 novembre, le groupe avait livré des perspectives prudentes après avoir achevé son exercice annuel sur fond de turbulences économiques. (voir ) (Marilyn Gerlach, Benoit Van Overstraeten pour le service français)

 

Lire la suite sur : Siemens prévoit des ventes en hausse en 2012-2013 | Reuters.

Share
Xavier Niel candidat à l’acquisition d’Orange Suisse – Challenges.fr

Le fondateur d’Iliad interviendrait à titre personnel. L’opérateur télécoms souhaiterait tirer quelque 1,5 milliard à 2 milliards d’euros de la vente de cet actif.

Xavier Niel (c) Sipa
Xavier Niel (c) Sipa

Xavier Niel, le fondateur du fournisseur d’accès à internet Iliad, a fait son entrée dans les enchères pour le rachat des activités d’Orange en Suisse, rapportent vendredi 21 octobre Les Echos. Selon le journal, Xavier Niel, qui intervient à titre personnel dans cette opération, aurait été retenu pour participer au second tour du processus de vente de la filiale de France Télécom.

L’opérateur télécoms veut tirer quelque 1,5 milliard à 2 milliards d’euros de la vente de cet actif, qui a surtout attisé l’intérêt de fonds de capital-investissement susceptibles de s’appuyer sur d’importants emprunts bancaires pour financer un éventuel rachat.

Le 10 octobre à l’occasion de la première remise d’offres, France Télécom a reçu une dizaine de candidatures et n’en a éliminé aucune, précise le quotidien.

Au rang des postulants figurent les fonds d’investissement Apax, Providence, EQT, Bain Capital, Liberty Global, Doughty Hanson, ainsi que séparément Carlyle et Altice, actionnaires de Numéricable. Le milliardaire et homme politique égyptien Naguib Sawiris, ex-PDG de l’opérateur Orascom est également en course.

Entretenir la concurrence

France Télécom préfèrerait ainsi entretenir la concurrence afin d’éviter la formation de consortiums entre grandes firmes, toujours selon le journal.

Pour affronter les grandes sociétés de capital-investissement candidates à la reprise, Xavier Neil s’est associé à la banque Goldman Sachs.

Orange Suisse est la seule grande cession en cours en Europe et l’opérateur français a mandaté HSBC, JP Morgan et Crédit Suisse pour monter une enveloppe de un milliard pour assurer le financement de l’opération, précisent Les Echos.

(Avec Reuters et AFP)

Lire la suite sur :   Xavier Niel candidat à l’acquisition d’Orange Suisse – Challenges.fr.

Share
Opération vérité sur le AAA de la France !

 

DECRYPTAGE Faut-il s’inquiéter de la menace brandie par Moody’s ? Revue de détail des bons points et des handicaps de la France à l’aune des critères que retiennent les agences de notation.

Christine Lagarde, la directrice générale du FMI et Nicolas Sarkozy sur le perron de l'Elysée le 8 octobre 2011 (SIPA)
Christine Lagarde, la directrice générale du FMI et Nicolas Sarkozy sur le perron de l’Elysée le 8 octobre 2011 (SIPA)

 

Moody’s fait vaciller le sacro-saint AAA français. L’agence de notation américaine a indiqué, hier, qu’elle se donnait trois mois pour déterminer si la perspective sur la note de la dette française était toujours jugée « stable ». Dans le cas contraire, elle pourrait placer la France sous surveillance négative, voire dégrader sa note, jusqu’à présent synonyme de 20/20 auprès des investisseurs.

L’Hexagone serait alors le deuxième « grand » pays AAA à perdre son précieux sésame à cause de la crise, après les Etats-Unis, dégradé en août par Standard & Poor’s. Endettée à hauteur de 70 % auprès de résidents étrangers, la France risquerait alors de subir une envolée des taux d’intérêt de sa dette, qui ont déjà grimpé à 103 points de base au-dessus des taux allemands, un record !

Le gouvernement français croyait pourtant avoir fait le plus dur en annonçant un mini-plan de rigueur de 11 milliards d’euros fin août. Las, les perspectives de croissance, de plus en plus sombres, font déjà dire à François Baroin, le ministre de l’Economie, qu’il faudra peut-être prendre de nouvelles mesures. De plus en plus d’analystes se demandent, en fait, si la France, dont le budget de l’Etat est en déficit depuis trente ans, mérite réellement son AAA. Revue de détail de ses bons points et de ses handicaps, à l’aune des critères des impitoyables agences de notation

1. Un manque de dynamisme économique qui inquiète

L’Insee l’a confirmé fin septembre : la croissance française a été nulle au deuxième trimestre. Après trois bons premiers mois (+ 0,9 %), les économistes n’attendaient pas un tel trou d’air, qui va plomber les recettes fiscales. Si les agences de notation ont loué la capacité de résistance de la France pendant la crise, ses performances actuelles sont inquiétantes.

Pour boucler son budget 2011, Bercy misait d’abord sur une progression de 2% du PIB avant de ramener sa prévision à 1,75%, proche désormais de celle de l’Insee. L’institut table, en effet, sur 0,3% au troisième trimestre puis 0% au quatrième, la croissance atteignant au final 1,7% sur 2011. C’est surtout pour 2012 que la correction va être sévère. Alors que le gouvernement espérait une croissance de 2,25%, il a déjà ramené sa prévision à 1,75 % fin août avant de préciser discrètement que le budget était, en fait, calibré pour une croissance de 1,5%. Quoi qu’il en soit, l’exécutif reste trop optimiste aux yeux des économistes : selon Reuters, leurs prévisions seraient désormais plus proches de 1%, Natixis tablant même sur 0,7% !

Certes, la déconvenue printanière est en partie due à la fin de la prime à la casse, qui a provoqué une chute des ventes d’automobiles et fait plonger les dépenses des ménages de 0,7 %. « C’est le plus mauvais chiffre depuis la fin 1996 et l’extinction des «jupettes» [la prime automobile de l'époque, NDLR]« , rappelle Catherine Stephan, à BNP Paribas. Mais la consommation risque de rester atone dans les mois à venir. Le soutien budgétaire aux ménages a pris fin et les créations d’emplois devraient fortement ralentir, passant de 112.000 au premier semestre à 24.000 au second, selon l’Insee. Le taux de chômage progresserait ainsi légèrement d’ici la fin de l’année pour atteindre 9,2% (9,7% avec les DOM).

Les inquiétudes sont encore plus grandes du côté des entreprises. Le plongeon des marchés financiers, et notamment des valeurs bancaires, pourrait provoquer un resserrement du crédit et freiner la reprise de l’investissement. « C’est particulièrement inquiétant en France, où les taux de marge sont très inférieurs à ceux des autres pays AAA, comme l’Allemagne ou le Royaume-Uni », remarque Jean-Christophe Caffet. « Mais, à la différence de l’Allemagne, la France, dont les exportations sont eurocentrées, est moins sensible à la conjoncture mondiale et s’en sort mieux en période de repli », souligne Gilles Moec, économiste à la Deutsche Bank. En cas de rechute de l’économie mondiale, il est donc probable que les agences ne feront pas de différence entre la France et les autres pays AAA.

2. des finances publiques toujours aussi médiocres

Lestée d’une dette dépassant 85 % du PIB, la France fait partie des mauvais élèves au sein des pays AAA. Comme l’a montré une étude récente de Natixis, l’Allemagne et le Canada seraient les seuls pays du G7 à conserver cette note si l’on ne prenait en compte que les critères quantitatifs de Standard & Poor’s.

Le Royaume-Uni, durement frappé par la crise, accuse un déficit supérieur au nôtre et se rapproche dangereusement de notre ratio d’endettement. En mai 2009, S&P l’avait d’ailleurs placé sous perspective négative, rappelle Norbert Gaillard, consultant à la Banque mondiale. « Il a fallu attendre les élections de mai 2010 et la présentation par David Cameron d’un plan de redressement très dur pour que l’agence lève sa menace. »

Nicolas Sarkozy, lui, a fait le choix de distiller ses mesures de rigueur au compte-gouttes. Certes, les agences ont applaudi le report de l’âge légal de départ à la retraite de 60 à 62 ans. Mais elles attendent encore de voir comment la France va respecter le programme de stabilité envoyé à Bruxelles, prévoyant une réduction du déficit de 7,1 % du PIB en 2010 à 5,7 % en 2011, puis 4,6 % en 2012 et 3 % en 2013.

Coté dépenses, Bercy veut limiter leur progression à 0,8 % par an, hors inflation, contre 2,3 % auparavant. Mais la Cour des comptes et les parlementaires s’interrogent sur la réalité des économies liées à la Révision Générale des Politiques Publiques, censée rapporter 8 milliards d’euros sur 2011 et 2012. « Il faudra bien un jour expliciter la répartition précise des efforts et pas seulement afficher une norme », prévient le député (UMP) Gilles Carrez, rapporteur du budget. Côté recettes, 0,5 point de croissance en moins prive l’Etat de 6 milliards d’euros de rentrées fiscales.

Pour 2011, l’objectif semble encore réalisable. « En 2010, le déficit a été réduit de 0,6 point de PIB de plus que prévu, mais le gouvernement s’est gardé une cagnotte en ne révisant son déficit 2011 que de 0,3 point », souligne Jean-Christophe Caffet. Les mesures présentées parFrançois Fillon, le 24 août 2011 doivent aussi permettre de faire rentrer 1,2 milliards supplémentaires dans les caisses dès cette année.

Pour 2012 et 2013, la tâche s’annonce, en revanche, bien plus ardue malgré les 10 milliards de recettes supplémentaires annoncées par le Premier ministre. « S’il veut respecter ses engagements européens, Nicolas Sarkozy devrait revenir sur ses dépenses inconsidérées, comme la baisse de la TVA dans la restauration », assène le socialiste Jérôme Cahuzac, président de la commission des Finances de l’Assemblée.

Déjà, le président a accepté de raboter les exonérations sur les heures supplémentaires, mesure phare du quinquennat.  »Il essaie de trouver une voie médiane entre laxisme et austérité, constate Gilles Moec. Mais, avec la dégradation de la dette américaine et les réactions des marchés, il doit s’engager clairement dans la rigueur au moment même où il faudrait soutenir la demande intérieure. »

3. Des institutions qui fonctionnent plutôt bien

C’est le critère le moins problématique pour la France. La situation est bien plus favorable qu’aux Etats-Unis, dont la note a été dégradée, en partie, en raison des blocages politiques : l’administration Obama a eu le plus grand mal à faire voter son plan par la Chambre des représentants, dominée par les républicains. Rien de tel en France : même si le Sénat est passé à gauche, l’Assemblée nationale a toujours le dernier mot.

Cette victoire aura seulement obligé Nicolas Sarkozy à renoncer à sa fameuse « règle d’or« , qui devait permettre de rassurer les agences de notation. Son projet prévoyait qu’à partir de 2013 des lois-cadres fixeraient, sur au moins trois ans, un plafond de dépenses et un minimum de recettes à respecter. Mais cette réforme nécessitait une révision de la Constitution et donc l’approbation d’une majorité des trois cinquièmes du Congrès, réunissant sénateurs et députés. Or, la gauche, victorieuse au Sénat, est fermement opposée au projet.

« Rien n’empêche ces lois-cadres d’être révisées chaque année et il n’y a aucune garantie de retour à l’équilibre, pointe Jérôme Cahuzac. A l’inverse, la règle allemande impose de faire les efforts nécessaires dès maintenant pour aboutir à un déficit de 0,35 % du PIB en 2016. » Si les agences de notation durcissent leurs menaces dans les prochains mois, nul doute que le sujet reviendra tout de même sur le tapis au lendemain des élections présidentielles.

David Bensoussan, journaliste à Challenges

 

Lire la suite sur : Opération vérité sur le AAA de la France – Challenges.fr.

Share
Siemens ne fait plus confiance à une banque française

D’après le Financial Times, le groupe industriel allemand a retiré « plus d’un demi-milliard d’euros » de liquidités confiées à une banque française pour le déposer auprès de la BCE. La Société Générale, selon Reuters.

 (c) Reuters(c) Reuters

Mauvais signe pour le secteur bancaire français. Le Financial Times révèle ce mardi 20 septembre que Siemens a retiré il y a deux semaines « plus d’un demi-milliard d’euros » de liquidités confiées à une banque française pour le déposer auprès de la Banque centrale européenne.

Le nom de la banque n’est pas précisé, mais il ne s’agirait pas de BNP Paribas selon la source « proche du dossier » citée par le quotidien britannique. Interrogé sur RTL dans la matinée, le président du conseil d’administration de BNP, Michel Pébereau, a dit qu’il ne « savait rien » de cette histoire. Pour Reuters, la banque en question est la Société Générale.

D’après le FT, le groupe industriel allemand a pris cette décision en partie à cause des inquiétudes sur la santé de la banque en question, en partie en raison des taux d’intérêt élevés pratiqués par la BCE. « Seule une poignée de grandes entreprises possèdent la licence qui permet de déposer du cash directement auprès de la BCE », rappelle le journal.

Lire le suite sur :  Siemens ne fait plus confiance à une banque française – Challenges.fr.

Share
Match souhaite que Meetic demande le divorce à sa banque française

D’après le fondateur du site Marc Simoncini, les nouveaux propriétaires américains du site de rencontres lui ont demandé de déplacer son cash dans une banque américaine.

 (c) Afp(c) Afp

Le nouveau propriétaire de MeeticMatch.com, a demandé à la direction du site de rencontres français de placer ses liquidités dans une banque américaine, suite aux inquiétudes entourant les établissements européens, notamment hexagonaux.

« Ils ont reçu chez Meetic un mail ce week-end des Américains, nouveaux propriétaires, qui s’inquiétaient de savoir où était l’argent, le cash de Meetic », a affirmé sur la radio BFM MarcSimoncini, fondateur de Meetic, qui en détient encore 7%. Les Américains « suggéraient ou imposaient (…) de bouger cet argent de la banque française dans laquelle on est vers une banque américaine », a poursuivi l’ancien PDG du site français, qui n’a pas précisé de quelle banque il parlait.

Les déclarations de Marc Simoncini interviennent en pleine crise de défiance à l’égard de la zone euro et de ses banques. Le Financial Times a révélé ce mardi que le groupe industriel Siemens a décidé de retirer plus d’un demi-milliard d’euros de liquidités d’une banque française, que Reuters pense être la Société Générale.

viaMatch souhaite que Meetic demande le divorce à sa banque française – Challenges.fr.

Share
rejoignez moi sur viadéo
Sur Viadéo
Archives