Get Adobe Flash player
Catégories
ce site est utile, aidez nous à le maintenir au top

fraude

Pour votre Visibilité, votre Image, votre Réputation, e-réputation, e-référencement

 

Réputation, Référencement Naturel, Visibilité, Image 

"Avoir un site Internet ne suffit plus pour se démarquer de la concurrence. Il faut surtout susciter rapidement l’intérêt du visiteur et mettre en avant une image de marque, laisser transparaitre votre savoir faire et votre professionnalisme. "Le dire et l’écrire" c’est bien, mais "le faire savoir et surtout le faire lire" c’est mieux, d’où l’importance d’être bien référencé et surtout d’avoir et de se forger une bonne e-réputation. …"

"Le référencement, L'e-réputation ou la web réputation sont des éléments déterminant de votre développement sur le Web, et pour rentabiliser vos investissements… "  

En maitrisant les technologies récentes de l’Internet (Web 2.0), les NTIC vous pouvez améliorer significativement l’accès à l’information, l’accès à vos documentations, vos brochures, c’est un accès 360° de votre Entreprise de vos Produits et de vos services. Grâce à internet vous  améliorez l’interaction avec les internautes, avec vos clients, vos prospects. Il est donc pour vous primordial d’être visible et référencé sur la toile…           CONSULTEZ-NOUS !  

Il est très important et nécessaire de surveiller ce que l’on dit de vous, car plus votre réputation augmentera, plus vous communiquerez plus on parlera de vous ! Que dit on de vous sur la toile ? Comment votre Image est elle perçue ? Est elle réellement le reflet désiré ?

C’est pour répondre à cette problématique que nous avons décidé de vous faire bénéficier de notre expérience, de nos expertises que nous avons acquis depuis plus de 15 ans, en développant nos affaires et nos business sur internet.

Ainsi nous vous proposons l’expertise et les services d’une équipe d’experts et de spécialistes du Web. Des professionnels du Web bénéficiant de par leurs expériences et leurs méthodes d’ un référencement et d’une notoriété probante et vérifiable … Surtout vérifiable ! 

Nous pouvons vous Conseiller, Définir et vous accompagner dans votre stratégie de présence de marque et votre  Personal Branding (visibilité, réputation, notoriété, influence, crise) 

 Notre Expertise et nos services  : Le travail de référencement naturel se démarque en plusieurs points : la stratégie, la mise en oeuvre, le bilan… Son Analyse Complète

Une Entreprise qui doit se positionner le WEB,  sur son marché, doit soigner la qualité de sa communication, l’ergonomie,  le contenu de son site Internet.

Il est primordiale de Soigner son identité numérique, son identité visuelleet  sa e-réputation, ainsi qu’une véritable Stratégies d’influence sur Internet …

 

Lire la suite sur :  http://www.developpement-affaires.com/ntic/reputation-referencement-naturel-visibilite-votre-image/

Share

Fraude en entreprise, oui vous êtes concerné !

Par Gaëlle JOUANNE, 17/11/2011

La fraude, les dirigeants d’entreprises et responsables de business units pensent toujours que cela n’arrive qu’aux autres. Erreur ! De la TPE à la multinationale, toutes les entreprises sont concernées et sont les victimes potentielles de fraudeurs.

Fraude en entreprise, oui vous êtes concerné !


La DFCG (l’Association nationale des directeurs financiers et de contrôle de gestion) et Baker Tilly France se sont penchés sur la question de la fraude en entreprise lors d’une manifestation dont les conclusions ont été tirées dans un document publié le 17 novembre. Les voici.

Le terme « fraude » n’existe pas dans la loi
On pourrait tenter de définir la fraude comme suit : « Acte intentionnel à caractère financier destiné à poursuivre son intérêt personnel (seul ou en bande), en se soustrayant aux principes législatifs ou réglementaires, qui conduit à un gain non autorisé pour l’auteur(s) ». Mais, curieusement, le terme « fraude » n’existe pas en tant que tel dans la loi française, alors qu’aux USA par exemple la fraude est clairement définie. En France on parle d’abus de confiance, d’escroquerie, de faux et usage de faux, de vol. Dans la pratique, la qualification des faits étant compliquée, il est fréquent que les magistrats retiennent l’ensemble des chefs d’accusation. Des exemples : sortie de fonds camouflée par des fausses factures, des faux relevés bancaires, des fausses commandes, de la TVA déductible…

Les enjeux pour les entreprises
La fraude se traduit toujours par une perte pour les actionnaires et les dirigeants. Les deux facteurs qui affectent généralement le plus l’entreprise sont :
- la perte d’image. Il est courant que certaines entreprises, ayant découvert une fraude et disposant de preuves, renoncent à porter plainte pour « étouffer » l’affaire.
- la question de la survie. Si le montant de la fraude est important par rapport au chiffre d’affaires de l’entreprise, celle-ci peut risquer le dépôt de bilan. La connaissance d’une fraude peut également avoir pour conséquence un déférencement de l’entreprise sur certains marchés, conduisant à une perte fatale de chiffre d’affaires.

Comment prévenir la fraude ?
Certaines règles de bon sens peuvent s’appliquer à toutes les tailles de structures. Tout d’abord, ne pas laisser la porte ouverte… il est évident qu’un salarié qui constate qu’aucune mesure préventive, qu’aucun contrôle ne sont mis en place pourra plus facilement se laisser tenter. Un règlement intérieur doit en parler explicitement, annoncer que tout écart sera sanctionné. Le ton donné dans l’entreprise est important.  Ensuite, il faut être à l’écoute des comportements inhabituels : un salarié qui arrive avant tout le monde et part le dernier, qui ne prend pas ses congés, peut être suspect. Plus formellement, certaines mesures simples peuvent être instaurées, telles que la séparation des tâches, des contrôles réguliers, des vérifications ponctuelles, etc.
Concernant les grandes entreprises, leurs systèmes de contrôle interne incluent la détection de fraudes. Et elles sont de plus en plus nombreuses à mettre en place un système de hotline. En France, ces pratiques, qui avaient mauvaise presse car elles s’assimilaient à de la dénonciation, sont de mieux en mieux acceptées lorsqu’elles sont bien expliquées. Il faut savoir en effet qu’un salarié qui suspecte ou découvre une fraude est souvent désemparé. À qui en faire part ? À son supérieur ? Et si celui-ci est impliqué ? En parler peut être risqué : mesures de rétorsion, menaces, voire licenciement… La hotline permet de sécuriser le salarié.

Quelques chiffres-clés
Selon l’ACFE – Association of certified fraud examiners –, sur 1 800 fraudes avérées, 86,3 % concernent des détournements d’actifs, 32,8 % de la corruption, et 4,8 % de la fraude financière (certaines fraudes relevant simultanément de deux catégories). Les montants en jeu sont inversés : c’est la fraude financière qui est très largement la plus significative en termes de valeur absolue. En moyenne, la perte est équivalente à 5% du chiffre d’affaires pour une entité.
Les victimes sont, dans l’ordre, les entreprises privées (42,1 %), les entreprises publiques (32,1 %), les administrations (16,3 %) et le secteur non marchand (9,6 %).
Quant aux fraudeurs, ce sont à 39,7 % des salariés, 37,1 % des managers et à 23,3 % des dirigeants. Mais sans surprise, les montants détournés sont inversement proportionnels à la position hiérarchique. La perte moyenne pour une entreprise s’élève à 834 000 dollars lorsqu’un dirigeant est fautif, et se limite à 70 000 dollars lorsqu’il s’agit d’un salarié.
Enfin, il est intéressant de savoir que dans plus de 82 % des cas, un fraudeur n’a jamais eu affaire à la justice auparavant, et que son passé professionnel est irréprochable : les fraudeurs sont des gens bien…

 

Lire la suite sur :   Fraude en entreprise, oui vous êtes concerné !.

Share

Quand une photographie facilite l’encaissement de chèques

 

En prenant en photo un chèque via un smartphone, puis en transmettant les clichés à un centre de vérification, il est possible d’encaisser la somme depuis n’importe quel endroit.

Pour encaisser un chèque en n’ayant recours qu’à son téléphone portable, le mieux est de passer par l’image. C’est ce que propose l’entreprise bancaire USAA qui, à l’occasion du HCL Global Meet (qui se déroule du 12 au 15 novembre à Orlando), a présenté une application permettant de passer outre les formalités d’encaissement habituelles. Pour Greg Schwartz, CIO d’USAA, « il s’agit d’un pas vers une virtualisation complète des services de la banque« . Comme on pouvait s’y attendre, l’amélioration des smartphones a donc finalement permis de rendre accessibles aux particuliers un service auparavant réservé aux entreprises.

Des cliches du chèque servent a l’encaisser 

L’application fonctionne comme suit : en premier lieu, l’utilisateur prend en photo à la fois le recto et le verso du chèque à encaisser. Il entre ensuite manuellement le montant du cheque dans les champs prévus à cet effet. Une fois la validation effectuée, la photo et les données sont envoyées au centre de vérification de USAA. Où un logiciel puis un employé vérifient la validité du document et la correspondance des sommes indiquées.

Des risques de fraude accrus

Des zones d’ombre persistent toutefois, et notamment au niveau sécuritaire. Le risque de falsification du document, ou même de la photographie est en effet réel. Mais l’entreprise assure que la qualité des appareils photos smartphones actuels, tout comme les logiciels de vérification d’image (qui détectent, par exemple, toute modification effectuée via Photoshop) utilisés permettent de parer a ces problèmes. Pour rappel, ce type de services était réclamé par un grand nombre d’utilisateurs, las de devoir se rendre en agence pour effectuer la transaction.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lire la suite :   Quand une photographie facilite l’encaissement de chèques | L’Atelier: Disruptive innovation.

Share

Quand la fraude s’épanouit aussi sur les magasins d’applications | L’Atelier: Disruptive innovation

Même s’ils sont contrôlés, les magasins comme l’App Store ou l’Android Market font face à des escroqueries : réutilisation frauduleuse de modules, imposture… 

Parce que proposer un programme de son cru sur l’AppStore ou l’Android Market de Google est simple et à la portée de tous, c’est un bon moyen d’amorcer un business. Y compris avec des programmes gratuits, financés par de la publicité, comme avec un autre jeu, Tap Tap revenge. Fin 2009, son créateur Bart Decrem annonçait gagner 1 million de dollars par mois. Tout n’est pourtant pas si rose. Développeur pour Objectif sécurité SA et étudiant à l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne, Steven Meyer publie ce mois de juillet un rapport en forme d’avertissement : les boutiques d’applications attirent aussi les escrocs. Pour lutter contre les pièges (virus, applications volées à d’autres développeurs, fausses mises à jour payantes…), l’auteur donne plusieurs pistes, focalisées sur l’Android Market.

Lire l’Article  Quand la fraude s’épanouit aussi sur les magasins d’applications | L’Atelier: Disruptive innovation.

Share
rejoignez moi sur viadéo
Sur Viadéo
Archives