Get Adobe Flash player
Catégories
ce site est utile, aidez nous à le maintenir au top

e-commerce

Centre national des indépendants et paysans | CNI Isère

 

Le Centre national des indépendants et paysans CNI ou CNIP est un parti politique français libéral-conservateur créé le6 janvier 1949. Il succède au Centre national des indépendants après l’absorption provisoire du Parti paysan d’union sociale dePaul Antier en 1951.Il regroupe alors les courants de la droite classique hostile au dirigisme des partis de gauche PCF, SFIO ou du centre MRP, tels le Parti républicain de la liberté PRL, les Républicains indépendants ou l’Action républicaine et sociale.Toujours associé à la droite l’UMP entre 2002 et 2008, le CNIP se fond dans les listes de celle-ci à chaque élection. Le parti est présidé par le député Gilles Bourdouleix, maire de Cholet, depuis le 24 octobre 2009.

Lire la suite sur : Centre national des indépendants et paysans | CNI Isère.

A lire sur : http://cni-isere.com/defendre-les-interets-de-la-10-eme-circonscription-de-lisere/

Share

Eric Berlivet candidat aux élections législatives dans la Loire 42 – YouTube

 
Eric Berlivet candidat aux élections législatives dans la Loire 42 – YouTube
 
Éric est un ami, c'est un homme de conviction et de valeur, un ancien entrepreneur qui depuis des années se bat et défend les PME, les artisans, les commerçants, de la Loire.
C'est une personnalité de Saint-Étienne très ancrée dans la société, dans l'économie locale …  Comme déjà de nombreuses personnes engagées dans l'économie et la politique, je lui apporte mon soutien et ma confiance. Il sera pour Saint-Étienne et la Loire un atout, en mettant son dynamisme et son expérience au service de la collectivité, des entreprises et des citoyens …
 
 
 
Lire la suite sur le CNI Isère : http://cni-isere.com
Share

Communiqué de presse de Monsieur Eric Berlivet Candidat aux législatives sur Saint Etienne …

 

Communiqué de presse de Monsieur
 
Communiqué de presse

« Les états-majors politiques locaux, dotés d’énormes moyens, fourbissent leurs armes pour les législatives des 10 et 17 juin prochains et leurs troupes sont prêtes, issues d’alliances ou d’accords, bien souvent, contre nature.  
                                    

Cependant, une véritable alternative s’offre aux électeurs. Je suis le seul candidat indépendant issu du secteur privé dont je connais les difficultés quotidiennes, les besoins. Les habitants de la circonscription aspirent à une vie libérée de la précarité par la garantie d’un emploi durable dans une région assurée d’un véritable avenir.  
             
Libre de toute contrainte politique partisane, investi depuis toujours dans le tissu économique local, pétri de valeurs humaines, je suis animé d’une inébranlable   ambition pour le développement économique et social, solidaire et efficace de ma circonscription.  
                                                                              

Appelant les personnes partageant mon idéal à me rejoindre, je me positionne comme le candidat uniquement préoccupé par l’avenir de la  première circonscription. »

 

 

 

Share

Eric Berlivet candidat aux élections législatives dans la Loire (42)

La vidéo de présentation de M. Eric Berlivet !

Candidat aux élections législatives dans la Loire (42)







 

C’est avec enthousiasme et convictions que M. Eric Berlivet représentera les valeurs de bon sens des Indépendants (CNIP), avec un esprit libéral et social.

« En particulier, j’apporterai mes connaissances et mon vécu à tous les sujets qui me tiennent à cœur, avec une place spéciale à l’entreprenariat des travailleurs indépendants, artisans, commerçants, PME, PMI, mais aussi professions libérales, moteurs économiques avérés, et viviers de l’emploi. »

lire la suite sur http://www.developpement-affaires.com/elections-legislatives-2012/

Lire la suite sur le CNI-Isère : http://cni-isere.com

Share

L’artisanat s’invite dans la campagne … Dans le cadre de la Semaine Nationale de l’Artisanat,

Dans le cadre de la Semaine Nationale de l'Artisanat, le Centre des Congrès de Saint-Etienne accueillera les 16, 17 et 18 mars 2012 le premier Salon de l'Artisanat en Rhône-Alpes

Le 1er salon de l’artisanat de Rhône-Alpes ouvre ses portes du 16 au 18 mars au palais des congrès de St Etienne. De nombreux visiteurs y sont attendu ce week-end pour y découvrir le savoir faire de bon nombre d’artisans de la région et au-delà. 

Au gré des allées, 180 exposants - qu’ils soient du Bâtiment, de l’alimentation, de la production ou des services - présentent leur savoir-faire et leurs productions, avec des démonstrations durant 3 jours dédiés entièrement à ce secteur dynamique qu’est l’artisanat.

Le salon de l’Artisanat est également l’occasion de rencontrer les partenaires qui contribuent au développement desentreprises artisanales, par le biais de forums, deconférences et d’événements animés autour de l’emploi, de la création d’entreprises, de la formation professionnelle, dudéveloppement durable et de l’innovation.

De plus de nombreuses animations et événements sont prévus : Finale régionale Stars & Métiers, Exposition des Meilleurs Ouvriers de France avec le conservatoire des Meilleurs Ouvriers de France, Entreprises du Patrimoine Vivant, Show coiffure et Show mode, Médailles et trophées (voir le programme)

Enfin de hautes personnalités sont attendues : 

Mr Jean-André Porteneuve, Président de la Chambre des Métiers de l'Artisanat de la Loire

Mr Sylvain Guesne, Président de l'Union Professionnelle Artisanale de la Loire

Mr Eric Berlivet, Commissaire général du salon

Mr Jean-Jacques Borne, Parrain du Salon 

Et pour répondre aux interrogations nombreuses du monde de l’artisanat : Monsieur Frédéric LEFEBVRE, Secrétaire d’État auprès du ministre de l’Économie, des Finances et de l’Industrie, chargé du Commerce, de l’Artisanat, des Petites et Moyennes Entreprises, du Tourisme, des Services, des Professions libérales et de la Consommation. 

Sûr qu’il en profitera pour donner plus de précisions sur la dernière proposition du Président Candidat Monsieur Nicolas SARKOSY sur l’exonération des charges en cas de Chiffre d’affaire nul. 

« Que propose Nicolas Sarkozy ? Le candidat-président a promis l'exonération des charges pour les artisans tant qu’ils ne réalisent pas de chiffre d'affaires. Ce faisant, Nicolas Sarkozy mettra en place, s’il est réélu, un alignement social du secteur artisanal sur le régime de l’auto-entreprise. "Vous ne paierez des charges qu'à la minute où vous aurez un chiffre d'affaires", a précisé Nicolas Sarkozy lundi sur TF1.

Combien ça coûte ? La mesure sera financée par l’impôt minimal sur les grandes sociétés annoncé par le président-candidat le 6 mars dernier. "C'est 250 millions d'euros que nous allons financer par l'impôt minimum sur les grandes sociétés", a indiqué Nicolas Sarkozy lundi soir.

Pourquoi prendre cette mesure ? Par cette proposition, Nicolas Sarkozy entend répondre aux critiques des artisans qui s’estiment victimes d’une concurrence déloyale de la part des auto-entrepreneurs. De fait, ces derniers, dont le régime a été créé en janvier 2009 par le même Nicolas Sarkozy, ne paient pas de cotisations sociales tant qu’ils ne réalisent pas de chiffres d’affaires. "Les artisans seront traités exactement comme les auto-entrepreneurs", a affirmé le président-candidat.

Comment réagissent les artisans ? "C'est une mesure que l'artisanat attend depuis longtemps", se réjouit Jean Lardin, le président de l’Union professionnelle artisanale, au micro d’Europe 1. "On met l'entrepreneur devant une possibilité de faire face à ses charges. Alors que jusqu'à présent, avant même qu'il ait commencé à facturer, il se voyait prélever d'office les premières cotisations sociales", précise Jean Lardin. »

Source : www.europe1.fr 

http://www.europe1.fr/Economie/Sarkozy-au-chevet-des-artisans-987033/

www.salondelartisanat.fr 

Lire la suite sur  :   INFOS – E-COMMERCE E-BOUTIQUES EN LIGNE AVEC PAIEMENT CB – CREASYWEB.

 

A lire aussi sur le site de CNI-Isère : http://cni-isere.com/defendre-les-interets-de-la-10-eme-circonscription-de-lisere/ par Pierre-André Fontaine

A lire aussi sur le site de CNI-Isère : http://cni-isere.com/non-au-village-de-marque-de-villefontaine-le-cni-soppose-au-village-de-marque/  par Pierre-André Fontaine

A lire aussi sur le site :  http://cni-isere.com/lartisanat-sinvite-dans-la-campagne-dans-le-cadre-de-la-semaine-nationale-de-lartisanat-developpement-daffaires-pierre-andre-fontaine/

,,,,,,10 eme circonscription isèreaction politiquearticle de presseartisanat,artisanscantons du Nord IsèreCNICNIPcommercedépartement,économieélection législatives isèreélectionsFranceIsèreLégislative IsèremarquenationalNord Isèreparti politiquePMEPMIPolitique,Politique économiquePolitique internationalerégionterritoireTPEunion pour la FrancevillageVillage de MArque

Share

Les marques à l’honneur dans la nouvelle catégorie « Catalogs » de l’App store ? | L’Atelier: Disruptive innovation

catalogue virtuel

 

À l'occasion du lancement du nouvel iPad, Apple vient de créer une nouvelle catégorie d'appli dans son App Store, appelée « Catalogues ». Cette catégorie pourrait être à l'origine de beaucoup d'innovations dans le domaine des catalogues virtuels, le nouveau must pour les marques et les cybermarchands.


À côté du release du nouvel iPad, Apple a ajouté une catégorie flambant neuve dans son App Store, appelée « Catalogues ». Quelques centaines d'applis ont déjà été ajoutées à cette nouvelle catégorie, entre autres Catalog Spree, Saks, Toys’R’Us ou Ikea. Reprises précédemment sous Utilitaires ou Style de vie, les applis de Catalogues sont des outils de shopping, dans différents centres d'intérêt. Les catalogues digitaux ne sont pas vraiment neufs, ils ont essaimé avec le boom des tablettes, mais la création d'une catégorie dédiée dans l'App Store d'Apple en fait des applications iPad reconnues et améliore la visibilité des marques, des cybermarchands et de leurs catalogues digitaux tout en mettant en évidence l'importance, pour les cybermarchands, de virtualiser leurs catalogues papier pour améliorer leur visibilité et leur compétitivité en ligne.

Les catalogues virtuels, un passage obligé pour les cybermarchands

Des applications comme Flipboard, qui agrège les flux des utilisateurs pour en faire un magazine de mode luxueux, ont déjà fait remarquer que les tablettes sont des outils géniaux pour les magazines et catalogues virtuels. L'écran tactile permet aux utilisateurs d'interagir avec le contenu et le produit d'une manière plaisante et intuitive, et permet aux marques de créer des expériences d'immersion : pensons aux modèles 3D, à la façon pratique de tourner les pages, à la personnalisation, etc. Une étude réalisée l'an passé révèle que les utilisateurs d'iPad achètent plus souvent et dépensent plus d'argent que les clients moyens sur PC ou mobile, ce qui veut dire que le développement de catalogues iPad peut booster  l'e-commerce et générer un réel retour sur un investissement. En plus de la possibilité d'enrichir l'expérience des utilisateurs, la dématérialisation des catalogues papier traditionnels permet également aux marques de mettre à jour et de synchroniser le contenu de manière instantanée, offrant un service unique à l'ensemble des utilisateurs. Les applis pour tablette confortent également les vendeurs et le personnel en magasin, qui peuvent donner aux clients une information fraîche et mise à jour, d'une manière confortable puisque les interfaces iPad sont souvent plus intuitives pour eux. Grâce à la pénétration croissante des applis iPad, les catalogues virtuels sur tablettes deviennent cruciaux pour créer une expérience engageante et augmenter le volume d'affaires.

Créer un écosystème dans l'Apple Store

Mais avant, les cybermarchands pourraient déjà avoir leur application catalogue dans l'Apple Store. Le mouvement d'Apple pourrait signifier beaucoup pour les cybermarchands aussi bien que pour les développeurs ; il attire non seulement l'attention des détenteurs d'appareils Apple sur cette catégorie, mais il pourrait également ouvrir la porte à tout un écosystème d'applications, basé sur les catalogues virtuels, et booster l'e-commerce. La première appli présente dans la nouvelle catégorie était le Catalog Spree, une appli catalogue qui permet aux utilisateurs de surfer et de faire des achats auprès d'une centaine de marques. La catégorie « Catalogues » d'Apple pourrait favoriser le développement de telles applications tierces, qui donnent de la visibilité aux marques en dehors de leur propre catalogue virtuel. « Reste à voir si un service de payement pour les achats sur catalogue ouvrirait un nouveau flux de revenus pour Apple ; ce qui est sûr, c'est que cela apporterait beaucoup de valeur aux propriétaires de ces applis catalogue » ajoute Carolina Milanesi de chez Gartner.

 

Lire la suite sur : Les marques à l'honneur dans la nouvelle catégorie "Catalogs" de l'App store ? | L'Atelier: Disruptive innovation.

Share

Fab.com : l’e-commerce qui démocratise l’accès au design – L’Atelier: Disruptive innovation

screenshot de fab.com

 
Évitant les grandes marques et les bonnes affaires lassantes, Fab.com veut rendre abordables les produits design. Les ventes flash du site proposent à ses membres des petits vendeurs d'art, de mode et de produits pour la maison qui autrement seraient passés inaperçus.
 

Le site de ventes flash de design Fab.com s'est inspiré de ce qui se fait de mieux dans l'e-commerce en y ajoutant sa touche personnelle, unique. Fab.com poursuit sa mission de démocratisation du design de qualité depuis juin 2011 en vendant des produits de petits vendeurs lors de journées classées par catégorie (Fashion Tuesdays, Kids Wednesdays, etc.) et en proposant des remises allant jusqu'à 70%. Groupon propose aussi des sous-catégories pour ses produits, Groupon Goods, mais seulement depuis septembre.

Plusieurs ventes ayant lieu en même temps, les consommateurs peuvent surfer sur base de couleurs, comme sur Etsy. Fab se charge également de l'expédition, offrant ainsi une plus grande uniformité qu'avec des vendeurs individuels, comme sur Groupon et Etsy.

 

Une expérience d'e-commerce unique grâce au shopping social et au fil d'activité

 

Fab a également cultivé sa présence sur les réseaux sociaux et ses membres peuvent s'inscrire au shopping social, qui se connecte à Facebook et partage les objets sur leur mur. Cet engagement intégré est récompensé par des crédits mensuels pouvant être utilisés à des achats sur Fab.com. Les clients peuvent également consulter le fil d'activité où l'on retrouve les objets favoris des membres et ceux achetés sur le site. Bien que les acheteurs puissent partager les éléments sur les réseaux sociaux alors qu'ils surfent sur d'autres sites proposant des ventes flash, comme Hautelook, l'intégration proposant des cadeaux et le fil d'activité enrichit l'expérience des utilisateurs de Fab.com.

 

Fab génère des affaires et du trafic pour les designers indépendants

 

Le fait de se positionner comme un site de curation pour les designers indépendants a eu d'autres conséquences. L'entreprise, basée à Manhattan, est considérée comme un faiseur de tendance un peu original et son équipe figure dans un blog de mode du Wall Street Journal. Cette stratégie à la mode et l'accent mis sur les petits vendeurs présents sur le site lui confèrent un avantage important dans la catégorie saturée des ventes flash. Ses clients bénéficient d'un trafic national : l'illustrateur Chris Piascik a constaté le plus grand pic de trafic sur son site lors de la mise en vente de ses réalisations artistiques sur Fab. Fab.com applique un concept de niche, des produits au design élevé, qu'elle rend accessibles grâce au prix, à la curation et à l'intéret qu'ils suscitent sur un vaste marché.

 

Lire la suite sur :  Fab.com : l'e-commerce qui démocratise l'accès au design | L'Atelier: Disruptive innovation.

Share

Vous désirez développer votre référencement Web, votre visibilité …

Le groupe   Net-Partenaires & développement-affaires.com  Présentent … !

 

 

Réputation, Référencement Naturel, Visibilité, Image …

Vous avez un site internet, un blog, vous désirez être vu, lu… On ne vous trouve pas, votre référencement pose problème à votre développement … Nous avons les solutions …      CONSULTEZ-NOUS !  

 

 

"Avoir un site Internet ne suffit plus pour se démarquer de la concurrence. Il faut surtout être référencé, être visité, lu, il faut susciter rapidement l’intérêt du visiteur et mettre en avant une image de marque, laisser transparaitre votre savoir faire et votre professionnalisme. "Le dire et l’écrire" c’est bien, mais "le faire savoir et surtout le faire lire" c’est mieux, d’où l’importance d’être bien référencé et surtout d’avoir et de se forger une bonne e-réputation. …" Alors…      CONSULTEZ-NOUS !  

 

 

"Le référencement, L'e-réputation ou la web réputation sont des éléments déterminant de votre développement sur le Web, et pour rentabiliser vos investissements… "  

En maitrisant les technologies récentes de l’Internet (Web 2.0), les NTIC, vous pouvez améliorer significativement l’accès à l’information, l’accès à vos documentations, vos brochures, c’est un accès 360° de votre Entreprise de vos Produits et de vos services. Grâce à internet vous  améliorez l’interaction avec les internautes, avec vos clients, vos prospects. Il est donc pour vous primordial d’être visible et référencé sur la toile…           CONSULTEZ-NOUS !  

 

 

Il est très important et nécessaire de surveiller ce que l’on dit de vous, car plus votre réputation augmentera, plus vous communiquerez et plus on parlera de vous ! Que dit on de vous sur la toile ? Comment votre Image est elle perçue ? Est elle réellement le reflet désiré ?


C’est pour répondre à cette problématique que nous avons décidé, Le groupe Net-Partenaires & développement-affaires.com de vous faire bénéficier de notre expérience, de nos expertises que nous avons acquis depuis plus de 15 ans, en développant nos affaires et nos business sur internet.

Ainsi nous vous proposons l’expertise et les services d’une équipe d’experts et de spécialistes du Web. Des professionnels du Web bénéficiant de par leurs expériences et leurs méthodes d’ un référencement et d’une notoriété probante et vérifiable … Surtout vérifiable ! 

 

 

 


 

Le référencementL'e-réputation ou la web réputation sont des éléments déterminants de votre développement sur le Web.  « Parce qu'un site Web, un Blog doivent rapporter de l'argent d'une manière directe ou indirecte. »

Parce que Demain nous serons plusieurs milliards d'internautes de par le monde, des  millions de Blog et de Sites Internet professionnels vont voir le jour. Que Des millions d'informations, des millions de pages sont mises tous les jours sur la Toile, ainsi il est donc plus que nécessaire pour une Entreprise de se positionner sur ce marché, de soigner la qualité de sa communication, l'ergonomie,  le contenu de son site Internet. Soigner son identité numérique, son identité visuelleet  sa e-réputationson personal branding, ainsi qu'une véritable Stratégies d'influence sur Internet.

Share

Le e-commerce européen n’abolit pas encore les frontières | L’Atelier: Disruptive innovation

Par L’Atelier – Paris 27 janvier 2012

Carte de paiement et ordinateur

L’Europe concentre une grande partie du e-commerce mondial. S’il a de beaux jours devant lui, sa croissance pourrait toutefois se heurter à des difficultés qui lui sont spécifiques. A commencer par ses frontières.

 

Avec 18,6% de croissance annuelle moyenne entre 2008 et 2011, l’e-commerce européen croît plus rapidement qu’aux Etats-Unis, qui connaît une croissance annuelle moyenne de 10,3%. Il y est même plus important puisqu’en 2011, selon un ouvrage publié récemment par l’ACSEL (l’association de l’économie numérique), il est estimé à 200,5 milliards d’euros en Europe contre 153,2 milliards d’euros aux Etats-Unis, représentant plus d’un tiers de l’e-commerce mondiale. La raison de ce succès ? Depuis 2008, l’Europe a progressé : technologies, infrastructures, équipements, Smartphones et réseaux sociaux ont fait le lit de cette réussite européenne. Pourtant, l’ouvrage, baptisé L’e-commerce transfrontière, l’Europe numérique au cœur des échanges, affirme que les plus grands acteurs du e-commerce européen sont des Américains.

Les européens, ces grands nationaux

Et de fait : seulement 7% des e-commerçants vend dans un autre pays de l’Union. Pour Pierre Alzon, Président de l’ACSEL, le paradoxe du succès européen et du manque de leader européen tient au fait que « l’Europe est riche en champions nationaux de l’e-commerce ». Car à l’image des différentes zones de l’Union, les acteurs du e-commerce européen sont très hétérogènes en matière de taille et de secteur d’activité. Pourtant, les e-commerçants seraient des acteurs importants de la construction de l’Union Européenne car ils participent à la construction du marché unique et parce qu’ils ouvrent des opportunités de croissance, juge l’association. Qui estime que, par l’échange, ils fondent une culture commune et, enfin, participent au rayonnement du Vieux Continent par la naissance de leaders mondiaux.

Faciliter la création d’e-commerçants transfrontaliers

L’ACSEL apporte donc des propositions dans ce livre, des voies possibles pour essayer de mieux développer l’e-commerce en Europe. On y apprend que le premier frein pour ces PME serait le coût de l’entrée sur le marché unique qui devrait être rendu facilement accessible, notamment financièrement, pour ces PME. Cette barrière à l’entrée devrait alors être affaiblie par le renforcement des plates-formes transeuropéennes pour favoriser la mutualisation des coûts et l’accélération du développement de leaders à l’échelle européenne. Viennent ensuite les particularismes culturels, les adaptations juridiques, les dispositifs de paiement adaptés, la diminution de la fraude ou le développement de la confiance : autant de sujets à considérer pour voir se poursuivre, selon l’association, le développement du e-commerce européen. Car au-delà du climat économique et des craintes vis-à-vis de l’Euro, du retard européen en haut débit ou des difficultés de financement des entreprises, c’est aussi sur la diversité du continent qu’il faudra agir.

Lire la suite sur :   Le e-commerce européen n’abolit pas encore les frontières | L’Atelier: Disruptive innovation.

Share

Le marketing du Social Media en 6 points #Webmarketing #médias #sociaux2.0

Le contenu est ROI, tout comme le client l’est pour le versant e-commerce du web. Beaucoup de sociétés ont réalisées que partager du contenu agréable et utile est indispensable à toute marque souhaitant asseoir sa notoriété. Le contenu n’est pas simplement un article de blog, loin de là. Le Social Media est vraiment apprécié lorsqu’il s’approprie les nouveaux codes de la communication digitale : le multimédia. En voici quelques exemples :

La publication de tels éléments sur un site ou blog peut déclencher un partage important, augmentant la présence d’une marque sur la toile. C’est ce qu’on appelle le pouvoir du viral, ou buzz.

1. Fixez des buts à vos contenus

Qu’essayez-vous d’atteindre ? Récolte d’emails, trouver des leaders d’opinion, des prospects ou augmenter votre visibilité sur les moteurs de recherche ? Voulez-vous rendre votre contenu si attirant qu’il rendra votre marque mémorable et indispensable ? Souhaitez-vous que votre message devienne viral ?

Fixez un but, ne publiez pas uniquement pour publier. Même si ce n’est que de l’information déjà relayée, assurez-vous d’y apporter un plus, votre marque doit vivre via vos publications et votre présence.

2. Devenez un publicateur

Avec la démocratisation de la publication et du marketing, vous avez tous les outils pour éviter d’attendre que votre imprimeur vous livre vos brochures puis les envoyer. Dés maintenant, écrivez un article de blog, un email, unenewsletter (avec opt-in), tweetez le et faites en là promotion sur Facebook. N’attendez plus pour agir.

3. Résolvez les problèmes

Tout le monde a des problèmes, à commencer par vos consommateurs et prospects. Ecrivez du contenu sur les solutions aux problèmes récurrents, accompagnez les virtuellement et transformez ainsi l’humeur négative autour de votre produit en humeur positive. N’est-ce pas ce que vous recherchez en tant que client ?

4. Discutez naturellement

Vous n’êtes pas un robot, votre site / blog non plus. Vous êtes humain et votre site / blog également. Gardez cette … Lire la suite sur : ….

Lire la suite sur :  Le marketing du Social Media en 6 points | Blog de Florent Bertiaux – Webmarketing & médias sociaux 2.0.

Share

Pour votre Visibilité, votre Image, votre Réputation, e-réputation, e-référencement

 

Réputation, Référencement Naturel, Visibilité, Image 

"Avoir un site Internet ne suffit plus pour se démarquer de la concurrence. Il faut surtout susciter rapidement l’intérêt du visiteur et mettre en avant une image de marque, laisser transparaitre votre savoir faire et votre professionnalisme. "Le dire et l’écrire" c’est bien, mais "le faire savoir et surtout le faire lire" c’est mieux, d’où l’importance d’être bien référencé et surtout d’avoir et de se forger une bonne e-réputation. …"

"Le référencement, L'e-réputation ou la web réputation sont des éléments déterminant de votre développement sur le Web, et pour rentabiliser vos investissements… "  

En maitrisant les technologies récentes de l’Internet (Web 2.0), les NTIC vous pouvez améliorer significativement l’accès à l’information, l’accès à vos documentations, vos brochures, c’est un accès 360° de votre Entreprise de vos Produits et de vos services. Grâce à internet vous  améliorez l’interaction avec les internautes, avec vos clients, vos prospects. Il est donc pour vous primordial d’être visible et référencé sur la toile…           CONSULTEZ-NOUS !  

Il est très important et nécessaire de surveiller ce que l’on dit de vous, car plus votre réputation augmentera, plus vous communiquerez plus on parlera de vous ! Que dit on de vous sur la toile ? Comment votre Image est elle perçue ? Est elle réellement le reflet désiré ?

C’est pour répondre à cette problématique que nous avons décidé de vous faire bénéficier de notre expérience, de nos expertises que nous avons acquis depuis plus de 15 ans, en développant nos affaires et nos business sur internet.

Ainsi nous vous proposons l’expertise et les services d’une équipe d’experts et de spécialistes du Web. Des professionnels du Web bénéficiant de par leurs expériences et leurs méthodes d’ un référencement et d’une notoriété probante et vérifiable … Surtout vérifiable ! 

Nous pouvons vous Conseiller, Définir et vous accompagner dans votre stratégie de présence de marque et votre  Personal Branding (visibilité, réputation, notoriété, influence, crise) 

 Notre Expertise et nos services  : Le travail de référencement naturel se démarque en plusieurs points : la stratégie, la mise en oeuvre, le bilan… Son Analyse Complète

Une Entreprise qui doit se positionner le WEB,  sur son marché, doit soigner la qualité de sa communication, l’ergonomie,  le contenu de son site Internet.

Il est primordiale de Soigner son identité numérique, son identité visuelleet  sa e-réputation, ainsi qu’une véritable Stratégies d’influence sur Internet …

 

Lire la suite sur :  http://www.developpement-affaires.com/ntic/reputation-referencement-naturel-visibilite-votre-image/

Share

Monkeybars récompense les acteurs du terrain #marketing

palette et clavier
La plate-forme d'e-commerce et de m-commerce profite tant aux artistes qu'aux consommateurs. Un marché de médias et des récompenses en cash visant à permettre aux artistes de faire du marketing direct.

Chaque jour, des amis partagent des vidéos et de la musique sur les réseaux sociaux, une promotion gratuite qui a donné lieu à de nombreux succès sur Internet, malgré un manque de reconnaissance de ces liens partagés. Pour les créateurs de contenu, même s'ils parviennent à attirer des visiteurs sur un site, les bénéfices sont minimes et peuvent facilement disparaître et les renvoyer à l'obscurité. C’est ce à quoi veut remédier Monkeybars, basé à Los Gatos : la startup a créé un espace de découverte, de promotion et de partage de contenu favorable tant aux membres des réseaux sociaux qu'aux créateurs. En effet, le but est de mettre en place un système de crowdsourcing de promotion des nouveaux artistes tout en récompensant les supporters de la première heure.

Les artistes et les consommateurs valorisent leurs propres réseaux sociaux

Monkeybars a créé une plate-forme d'e-commerce et de m-commerce sur laquelle les artistes peuvent monétiser et distribuer leur propre contenu, tout en ayant la possibilité de récompenser les fans qui l'achètent ou en font la promotion, par exemple par des liens ou des posts sur les réseaux sociaux. Plutôt que de récompenser les fans des artistes avec des cadeaux, des systèmes de points ou autres, Monkeybars leur propose du cash. « Avec l'arrivée de la distribution en ligne, les artistes musicaux et leurs managers entendent mettre à profit la souplesse de la distribution en ligne et la capacité des outils de réseaux sociaux pour créer une relation directe, et si possible durable, avec leurs vrais fans » déclarait Mike McGuire, vice president of research chez Gartner's Media Industry Advisory Services. Cette plate-forme permet de développer ce type de relations et de faire, des fans, des promoteurs crédibles au sein de leur réseau.

Remplacer les intermédiaires de la promotion par un programme de royalties

Dans le marché auquel s'attaque Monkeybars, tout le bénéfice va aux intermédiaires : les créateurs n'en retirent pas beaucoup, les utilisateurs rien du tout, mais c'est le label, l'agent ou le promoteur qui se font payer. Par contre, c'est la récupération de services gratuits, les réseaux sociaux existants, avec tous leurs utilisateurs, qui permet de faire la promotion. Les membres achètent de la musique, des vidéos, des objets d'art ou des livres (on ne parle pas encore de jeux) sur Monkeybars Market et sont récompensés par le Monkeybars Social Graph Royalty Program,  qui récompense les achats réalisés par les membres d'un réseau et des réseaux amis, jusqu'à 5 niveaux d'influence.


Lire la suite sur :  Monkeybars récompense les acteurs du terrain | L'Atelier: Disruptive innovation.

Share

L’usage du web pour consommer plus populaire en Europe qu’aux US ? | L’Atelier: Disruptive innovation

 

Souris d'ordinateur et caddie

 

Les consommateurs extrêmes, des utilisateurs férus d'Internet, du mobile, et des outils proposés permettant de comparer et d'évaluer, seraient plus nombreux sur le Vieux Continent.

42 % des consommateurs européens et 37 % des Américains sont dits extrêmes. C’est-à-dire que leur comportement d’achat est axé sur la valeur du produit qu’ils convoitent. Pourquoi en parler ? Parce que, selon GfK, qui publie l’étude Own the Future of Shopper Marketing, le moyen privilégié pour se renseigner sur ces produits est le web. Et là encore, c’est le Vieux Continent qui se distingue : 95% des “consommateurs extrêmes” aiment chercher des produits en ligne, contre 66% aux Etats-Unis. Dans la même veine, les trois quarts des Européens affirment chercher plus souvent que par le passé des produits sur Internet, contre 68 % des habitants du Nouveau Monde. Les consommateurs extrêmes, principalement des personnes âgées de 25 à 44 ans employées à plein temps, utilisent également plus les technologies mobiles : un sur quatre en Europe s’aide d’avantage qu’auparavant de ces outils pour sa consommation.

La valeur d’un achat se calcule sur internet, surtout en Europe

La raison de cet engouement, sur un Continent comme sur l’autre ? L’économie d’austérité, qui incite à acheter intelligemment. La technologie apporte du coup à ces consommateurs les informations dont ils ont besoin, ce qui accroît la concurrence. En Europe, pour plus de trois quarts des consommateurs extrêmes, contre deux tiers aux Etats-Unis, le besoin de comparer les prix les rend moins fidèles à un détaillant particulier. “Les commerçants doivent donc trouver un moyen de récompenser les clients fidèles qui fera écho avec leurs besoins actuels”, souligne ainsi Alison Chaltas, co-auteur de l’étude et représentante de GfK. A noter que la distanciation de l’Europe sur les Etats-Unis en matière d’utilisation de la technologie pour la consommation se confirme y compris dans l’achat.

Le coupon de réduction reste irréductible

En moyenne, presque trois quarts de ces consommateurs extrêmes européens achètent de plus en plus grâce à Internet (67%) avec en tête la Pologne (82%) et le Royaume Uni (74%) loin devant les Etats-Unis (62%) ou l’Allemagne (52%) que dépasse même la France (64%). Cet engouement européen pour l’achat en ligne se mesure également par une différence dans l’engouement entre les Continents pour les bons de réduction traditionnels, c’est-à-dire papiers. Ainsi, aux Etats-Unis, presque six personnes interrogées sur dix utilisent plus de bons de réduction qu’ils se procurent en magasin contre un peu plus de quatre personnes sur dix en Europe. Et pourtant, chose étonnante, selon l’étude, les Américains interrogés annoncent considérer l’achat en ligne plus efficace que ceux effectués dans la vie réelle. L’étude a été réalisée en Allemagne, en Espagne, aux Etats-Unis, en France, en Pologne, au Royaume-Uni et en Russie.

 

Lire la suite sur  :   L'usage du web pour consommer plus populaire en Europe qu'aux US ? | L'Atelier: Disruptive innovation.

Share

La vente aux professionnels décolle sur le web, #Actualités #Entrepreneur

Selon une étude de PowerBoutique, le nombre de transactions réalisées par les sites BtoB a bondi de 149 % en un an.

Dans le cadre de son enquête nationale sur l’activité e-commerce des PME, PowerBoutique (création de sites internet) a présenté une étude sur les sites dédiés à la vente aux professionnels. C’est donc 130 sites spécialisés BtoB qui ont été passés au crible.

Premier constat : le e-commerce de pros à pros attire toujours de nouveaux acteurs. Le nombre de sites dans ce secteur a progressé de 32 % depuis un an et un site sur trois compte moins de deux ans  d’ancienneté. Parallèlement, l’audience des e-marchands BtoB est grandissante avec un nombre de visiteurs en hausse de 67 %.

Autre résultat marquant : les entreprises achètent de plus en plus sur internet, que ce soit du matériel industriel, de l’équipement, des fournitures de bureau… Les transactions enregistrées sur l’année ont en effet bondi de 149 % pour un montant moyen d’achat en hausse de 12 % sur la même période à 253 €. Le tiers de ces transactions sont encore réglées par mode de paiement traditionnel (virement ou chèque) contre 40 % en 2009. Quant au chiffre d’affaires global du web BtoB, son évolution est du même ordre, +178 % en un an. Les performances moyennes de chaque site ont plus que doublé sur la période (+111 %) et ce malgré une concurrence accrue.

Enfin, plus de la moitié des sites BtoB étudiés sont exportateurs. La part réalisée à l’international est certes encore modeste, 10 % du chiffre d’affaires total. Mais cette proportion est vouée à croître dans les prochaines années, selon PowerBoutique.

Bruno Askenazi

Lire la suite sur :    La vente aux professionnels décolle sur le web, Actualités – Les Echos Entrepreneur.

Share

Cinq tendances de l’e-commerce à suivre en 2012

Par François DESCHAMPS, 04/01/2012

Sélection et présentation des tendances les plus significatives de l’année 2011. Si certaines n’en sont qu’à leur balbutiement, d’autres apportent déjà des résultats concrets, preuve de leur viabilité à long terme.

Cinq tendances de l'e-commerce à suivre en 2012


Encore jeune, le marché de l’e-commerce se structure peu à peu. En constante évolution, il est l’objet de nouvelles approches, de modèles économiques encore jamais vus et, à ce titre, connaît des succès et des échecs au fil des ans. 2011 n’a pas échappé à la règle, assistant à la naissance de nouvelles tendances et de perspectives qui, à n’en pas douter, conditionneront la réussite des sites marchands de demain.

Les cinq tendances les plus significatives de l’année 2011 :

- Le multicanal 
- La délégation e-commerce 
- La vente en ligne d’automobiles 
- Les silver surfers 
- Le social commerce

E-commerce, m-commerce, f-commerce, et bientôt t-commerce, la multiplication des canaux de vente n’a échappé à personne.Vente-privée prévoit de réaliser100 millions d’euros de chiffres d’affaires en 2011 depuis les canaux mobiles, et eBay entend atteindre 5 milliards de dollars par le m-commerce, sur la même période. Des terminaux mobiles, en passant par les tablettes jusqu’à la révolution annoncée des télévisions connectées, il faut s’attendre à une croissance exponentielle du chiffre d’affaires réalisé par ces canaux en 2012.

Près de sept millions de smartphones ont été activés le soir de Noël 2011 à travers le monde, + 140 % par rapport à Noël 2010 (source : Flurry Analytics). Même constat pour les tablettes qui, selon l’Institut Gartner, devraient atteindre un volume de ventes de l’ordre de 63 millions d’unités en 2011 (+ 260 % vs 2010).

Enfin, les téléviseurs connectés, dont les ventes devraient s’élever à 2,65  millions d’unités en 2011, ne devraient pas manquer d’attirer l’attention des e-commerçants. Ils devraient représenter 30 % des ventes de téléviseurs, selon les prévisions du Simavelec (Syndicat des industries de matériels audiovisuels électroniques). Et avec le lancement de nouvelles gammes connectables, cette proportion pourrait atteindre 78 % dès 2013. Cette évolution du marché de la télévision connectée concernerait deux aspects : la publicité et les applications e-commerce ou l’avènement annoncé du t-commerce. La télévision pourrait ainsi s’ouvrir à de nouveaux marchés : musique, paris en ligne, cloud-gaming (jeux en ligne), etc.

Rachat de GSI Commerce par eBay, lancement de la Digital Commerce Factory par Vente-Privéela délégation e-commerce a incontestablement le vent en poupe, et à voir les géants du Web qui investissent ce marché, cette tendance risque fort de s’intensifier en 2012. Dans les faits, la délégation consiste pour une marque ou un site à confier les clés de sa boutique en ligne à un prestataire spécialisé. L’enjeu pour une marque est bien entendu de maximiser son activité commerciale, en générant un maximum de chiffre d’affaires en ligne. Les sites marchands choisissant de proposer une offre d’e-commerce déléguée, n’ont généralement plus rien à prouver quant à leurs compétences en la matière, en atteste la nature des acteurs déjà bien implantés sur ce marché : E-Merchant (Pixmania), Yoox ou encore Brand Online Commerce.


Symbole de l’évolution des mentalités, la multiplication des acteurs présents sur le marché de l’automobile en ligne, participe à inscrire la vente d’automobiles sur Internet comme une tendance à long terme. Selon le cabinet d’études Xerfi, la part des ventes web dans la catégorie des voitures neuves devrait atteindre en France, 5 % en 2011 contre 2 % en 2008. Une progression lente en volume certes, mais significative en valeur. En comparaison, aux États-Unis, ce chiffre s’élève à 10 %. La France ne manque pas pour autant de sites spécialisés en la matière. Parmi ceux-là, Aramisauto.com, Auto-ies.com, Automodeal.fr, ou encore le dernier né Auto-reduc.com, sorte de Groupon de l’automobile.

Là où le boom est certain, c’est du côté de la vente d’accessoires et des pièces automobiles. Selon Médiamétrie Netratings, en février 2011, près de 5,5 millions d’internautes ont visité au moins un site de pièces détachées et accessoires. Soit 32 % de plus qu’en février 2010. Cela représente 13,2 % des internautes. Plus significatif encore, 74 % des conducteurs interrogés dans le cadre d’une étude CCM Benchmark, envisageraient d’acquérir leurs pneus sur Internet. 
D’une manière plus générale, pour les constructeurs automobiles installés en France, le chemin à parcourir avant de vendre leurs véhicules sur Internet est encore long. Ils ne sont pourtant pas tous novices en la matière : en 2005 Renault proposait sa Logan sur le site eBay.fr, et en 2007, Peugeot a pu tester le potentiel de la vente en ligne en organisant une opération sur un site de vente privée afin d’écouler 96 Peugeot 1007. L’utilisation du canal internet dans les années à venir fera donc partie des enjeux-clés.

 

Lire la suite sur : Cinq tendances de l’e-commerce à suivre en 2012.

Share

Un marché français loin d’atteindre sa maturité, Actualités

Le commerce en ligne garde encore un fort potentiel de croissance surtout en termes de fréquence d’achat, d’après une étude de PwC.

En France, 23 % des web-acheteurs ont effectué leur premier achat au cours des 12 derniers mois, selon une étude* du cabinet d’audit et de conseil PwC. Cela révèle donc un potentiel de croissance inexploité pour les acteurs du e-commerce. L’enquête vient également confirmer le caractère incontournable des achats en ligne puisque les deux tiers des internautes passent commande au moins une fois par mois. Alors que 10 % seulement sont des acheteurs occasionnels.

La France se situe donc « dans la moyenne européenne » des pays étudiés. Moins « mature » par exemple que les Etats-Unis où  54 % des web-acheteurs achètent en ligne depuis au moins cinq ans (52 % outre-manche).

En ce qui concerne la fréquence d’achat, la Chine, malgré la jeunesse de son marché, arrive en tête avec 39 % de e-consommateurs qui achètent plusieurs fois par semaine. C’est beaucoup plus qu’aux Etats-Unis (21 %) et qu’en France (8 %).

L’étude se penche également sur les réseaux sociaux. Conclusion : leur utilisation marchande reste encore marginale. En France, si près de la moitié des web-acheteurs les fréquentent, seuls 5 % se disent influencés dans leurs achats via ces derniers. Une proportion identique dans toute l’Europe.

Enfin, les pures players, comme eBay ou Amazon, sont les favoris des internautes. En France, ils séduisent 81 % des web acheteurs mais les fabricants de marques parviennent à tirer leur épingle du jeu en touchant directement le tiers des sondés.

* Etude réalisée en août et septembre 2011 auprès de 7 000 web acheteurs dans sept pays (France, Etats-Unis, Royaume-Uni, Allemagne, Pays-Bas, Suisse et Chine)

Lire la suite sur : Un marché français loin d’atteindre sa maturité, Actualités – Les Echos Entrepreneur.

Share

Bêtisier e-commerce n°3 : choses à ne PAS faire pour réussir dans la vente en ligne : BLOG CONSEILS E-COMMERCE par un consultant e-commerce freelance

2074121636.jpg

Le bêtisier e-commerce est de retour ! Au sommaire :

  • Chez JouéClub : l’optin ? Connait pas…
  • Astérisque obligatoire ou pas ?
  • La promotion du siècle chez Cdiscount
  • Archi(duchesse) copié, jamais égalé
  • L’humour peut-il faire mieux vendre ? vue par Groupon
  • La guerre des SERP entre Sarenza et Spartoo
  • J’ai un blog de con

 

Chez JouéClub, on n’est pas là pour jouer

Non. On est là pour récolter de l’adresse email illégalement, et spammer ses clients via un magnifique formulaire optout.
Comment faire comprendre à mes propres clients qui se lancent dans l’e-commerce qu’il est illegal de pré-cocher des cases proposant un abonnement à une newsletter, quand les grandes entreprises sont les 1ères à ne pas respecter les règles ?

Et en tant que consommateur, est-ce que ça vous inspire confiance ?

Au passage, la validation du formulaire de création du compte client renvoi sur la page d’accueil, et pas d’explications sur le reste de la marche à suivre. Chez Jouéclub, ils veulent faire du e-commerce… mais trop non plus !

Je vous recommande la suite de l’article …

Lire la suite sur :  Bêtisier e-commerce n°3 : choses à ne PAS faire pour réussir dans la vente en ligne : BLOG CONSEILS E-COMMERCE par un consultant e-commerce freelance.

Share

e-commerce : 24% de croissance attendus en France en 2011

Par Claire POISSON, 20/01/2011

Le commerce en ligne se porte bien en France et en Europe. L’e-commerce européen devrait même générer 202,9 milliards d’euros en 2011.

Le commerce en ligne va bien. C’est ce que révèle l’étude « Tendance du commerce en ligne en 2010 » diffusée par Kelkoo. En 2011, les ventes en ligne devraient croître de 24% et générer 38,7 milliards d’euros. En comparaison, les ventes totales de détail en France progresseraient de 2,2%. Les cyber acheteurs français devraient par ailleurs dépenser plus qu’en 2010 (+19,2%), soit 1441 euros.

En 2010, ils ont dépensé chacun 1208 euros pour une moyenne de 26 produits achetés. En France, ce type d’achat a représenté 6% des ventes totales de détail en France. Il pourrait atteindre 7,3% d’ici fin 2011.

Les ventes Internet ont généré 31,2 milliards d’euros en 2010, avec une croissance de 26%. La France a connu la plus forte progression d’Europe derrière la Pologne (34.2%) et devant la Suède (22.1%).

 Le créateur de site internet PowerBoutique confirme par ailleurs cette bonne forme du e-commerce. Ses dernières statistiques montrent une progression de 69% du nombre de visites enregistrées en 2010 sur ses e-boutiques par rapport à 2009. Le Top100 des sites du créateur affiche en 2010 un chiffre d’affaires de 183 millions d’euros, avec une moyenne de 1170 ventes mensuelles réalisées.

Lire la suite sur  :   e-commerce : 24% de croissance attendus en France en 2011.

Share

Le patron d’eBay annonce la mort du e-commerce

DECRYPTAGE Incorrigible provocateur, John Donahoe a dévoilé lors d’un show les derniers projets de son entreprise. eBay veut devenir un acteur incontournable du commerce. Et pour y parvenir, son PDG frappe fort.

John Donahoe, le patron d'eBay (AFP)

John Donahoe, le patron d’eBay (AFP)

« Le e-commerce n’existe plus » déclare John Donahoe, PDG d’eBay. Provocateur à souhait, chemise ouverte et jean, l’entrepreneur californien a bien préparé son show devant un parterre de développeurs spécialisés dans la création d’applications pour le commerce électronique. Médusé, le public reste interdit.

« Ce qui existera, c’est le commerce, le commerce tout court, sans qu’il y ait plus de distinction entre le e-commerce et le commerce traditionnel, poursuit John Donahoe. La frontière entre le commerce en ligne et hors connexion va disparaître. » Exemple? La possibilité de commander en ligne et d’aller chercher le produit dans une boutique physique. Ou encore recevoir des bons de réduction sur son téléphone portable plutôt que d’avoir des coupons de papier à présenter à la caisse. Sans compter la possibilité de payer ses achats dans une boutique classique avec son téléphone portable.

La plate-forme d’eBay sera désormais ouverte à tous les développeurs

L’enjeu est crucial pour eBay qui n’existe que dans le monde virtuel. Si la frontière s’abolit, que devient la salle de marché mondiale? En aura-t-on encore besoin? Les acheteurs et les vendeurs pourraient se retrouver directement via Facebook, Google ou autre. Ebay a donc décidé de frapper un grand coup en essayant de devenir un acteur incontournable. D’abord, il ouvre sa plateforme de commerce à tous les développeurs qui le souhaitent, de façon totalement libre.

En jargon technique, le système informatique d’eBay devient « open source ». En apparence, cette annonce ne change pas grand chose pour le consommateur. En réalité, c’est un peu comme si Apple ouvrait iTunes à tous! « Les marchands ont besoin d’aide pour maintenir leurs sites à la pointe de l’innovation technologique, explique Naveed Anwar, responsable de la communauté du X.commerce. Cette ouverture va mener un flot de nouveautés considérables grâce aux applications que les développeurs vont créer. »

Payer avec PayPal va devenir plus simple

La seconde annonce d’eBay concerne la création de PayPal Access, une identité numérique qui permet à tout un chacun de s’identifier sur les sites marchands sans avoir à entrer autre chose que son log in PayPal.  « L’intérêt est évident pour le consommateur, explique Alex Hoffmann, de PayPal France, il n’a plus qu’une seule identité pour tous les sites marchands. Il n’est pas obligé de remplir un formulaire fastidieux chaque fois qu’il va sur un nouveau site. Mais c’est aussi intéressant pour le marchand: il est sûr que l’acheteur est certifié par PayPal, et il pourra obtenir toutes les informations qu’il souhaite, sauf les informations bancaires que nous de diffusons jamais. »

« Il y aura davantage de changements dans le commerce en ligne au cours des trois prochaines années qu’il n’y en a eu depuis quinze ans », proclame John Donahoe. De fait, les prémisses d’un changement commencent à se faire sentir. « Le paiement par téléphone mobile représente déjà 5 milliards de dollars sur eBay, rappelle Alex Hoffmann, un vendeur comme «ventes privées.com» réalise déjà 100 millions d’euros de chiffre d’affaires sur mobile, soit 10% de ses ventes. » Et John Donahoe n’hésite pas à prophétiser que le e-commerce représentera 10 trillions de dollars d’ici 2013.

Bien sûr, les questions qui fâchent, comme l’épineux problème de la livraison, les bugs sur les sites marchands, la pauvreté des services après vente, tout cela est balayé d’un revers de la main….

Paul Loubière

 

Lire la suite sur :  Le patron d’eBay annonce la mort du e-commerce – Challenges.fr.

Share

Les solutions e-achats font débat – outils achats

Par Sihem FEKIH, 08/12/2011

En SaaS ou cloud, les outils achats sont désormais disponibles à la demande. Facturation à l'usage, réduction des coûts cachés, compatibilité ascendante… Des avantages que les principaux éditeurs ont tenu à présenter lors du salon Solutions 2011. Compte rendu d'un débat qui ne fait que commencer.

Les solutions e-achats font débat

À peine ont-ils opéré une percée dans les systèmes d’information des directions achats que les outils achats, derniers-nés dans la famille des progiciels, sont déjà propulsés dans les nuages. À l’heure où les outils applicatifs sont de plus en plus hébergés sur des serveurs virtualisés, les acheteurs s’interrogent sur la pertinence d’adopter une solution e-achats. Les principaux éditeurs d'outils métiers achats en mode SaaS (Altaris, Ivalua, Perfect commerce, B-pack software) sont venus dialoguer avec les visiteurs du salon Solutions, qui s’est tenu en septembre dernier, lors d’une table ronde intitulée “e-Achats-as-a-service : réalité, bénéfices et limites de la déferlante SaaS/Cloud dans les achats”.

Le coût de la solution en mode SaaS

À l’instar des applications en mode SaaS, les solutions e-achats ont permis de mettre fin à de nombreuses contraintes techniques, notamment l'aménagement de l'infrastructure pour supporter l'usage de la solution et la volumétrie du trafic. « À la différence du mode ASP, qui consiste à héberger la solution sur le datacenter externalisé d’un fournisseur de service et accessible via un site internet, le SaaS s’apparente à la location d'un logiciel plus ou moins personnalisé. On peut ainsi se focaliser sur la partie métier sans se soucier des contraintes techniques », promet Julien Nadant p-dg de B-pack software. Mutualisées sur les serveurs de l’éditeur, les solutions e-achats sont mises à disposition de l’acheteur via un accès à la demande, limitant ainsi les coûts d’exploitation et de maintenance. Les versions on demand de ces outils métiers donnent alors droit à un usage modulable, par exemple à la fourniture d'un accès vers cinq modules destinés à cinq acteurs différents. B-pack software développe d’ailleurs des leviers de personnalisation avec une solution relativement standard, mais reconnaît néanmoins que cette adaptation est encore difficile en France.

Des solutions tournées vers la mobilité

Et les éditeurs ne s'arrêtent pas là. Certains déclinent même des outils applicatifs autour de leur solution e-achats. Tel est le cas de SynerTrade, qui vient de lancer ST6 Mobile, une solution d'accès à distance à la suite logicielle de gestion de la relation fournisseur ST6 déjà en mode SaaS. Deuxième avantage : la disponibilité. Selon les éditeurs présents à l’événement, le mode SaaS ne nécessite aucune étude préalable, aucune installation ni livraison de projet. Plus besoin par ailleurs de gérer les nouvelles versions et les mises à jour de l'outil, les solutions e-achats seraient opérationnelles de manière quasi instantanée. « La version 7 de la suite logicielle d’Ivalua Buyer a été élaborée sur la base des recommandations faites par 21 clients qui ont donc participé à ce projet d'innovation », ajoute le directeur marketing Gérard Dahan. À l’instar de ces bêta-testeurs, les adaptations des solutions achats en mode SaaS ou cloud impliquent une participation des clients de ces outils. On parle alors de compatibilité ascendante et les éditeurs admettent qu’il s’agit du seul moyen pour tenir compte de l'évolution de l'entreprise, une condition intrinsèque au mode SaaS.

La participation des clients

Comme le démontre l’éditeur Ivalua, la clé de la réussite des solutions e-achats passe forcément par une consultation des clients. Et pour commencer, il est primordial de tenir compte de leurs préoccupations, en tête la performance technique. Ainsi, l’efficacité du mode SaaS du progiciel doit être équivalente à celle attendue pour une solution en ASP, voire hébergée sur le système d’information du client. Ce qui implique de facto trois paramètres : la garantie de l’intégrité de l’écriture logicielle e-achats, la disponibilité et l’efficience des serveurs sur lesquels sont hébergées ces solutions, comme l’a rappelé Gérard Dahan, directeur marketing de l’éditeur Ivalua. Ceux-ci entraînent une prise en compte du volet sécurité, cher à l'acheteur, qui peut prendre la forme d'un interfaçage entre l’outil e-achats et des solutions de cryptage, d’horodatage ou d'archivage électronique pour garantir l'intégrité des données qui transitent sur la plateforme de l'éditeur.

Un marché encore balbutiant

Parmi les autres préoccupations de l’acheteur figure la nécessité de pouvoir traiter avec un seul outil l’ensemble des achats de prestations intellectuelles. Chez B-pack par exemple, l'ensemble des familles d'achats de prestations intellectuelles font l'objet d'un module centralisé. Il est donc plus facile d’exploiter une solution à la demande que de retenir différentes solutions dans le système d'information des achats. Mais d’aucuns reprochent à la solution e-achats un coût d’usage relativement élevé par rapport au prix d’acquisition de la licence. À la décharge des éditeurs, le marché balbutiant de la solution achats en mode SaaS n’a pas encore atteint son point d’équilibre. De plus, ces derniers se défendent de pratiquer des prix élevés en pointant les différents coûts cachés liés au déploiement de la solution en interne (intégration, formation, équipement…).

La réversibilité en question

Reste encore à soulever la question de la réversibilité. Qu'en est-il si l’acheteur veut migrer vers un autre outil achats que celui de son prestataire ? Là encore, le mode SaaS semble résoudre ce problème, dans la mesure où il ne nécessite pas d'intégration, avancent les éditeurs. À condition qu’il n’y ait pas d’adéquation entre l’évolution des systèmes d’information et des solutions e-achats, nuancent-ils. C’est encore une fois la notion de comptabilité ascendante qui est mise en avant. Autre condition et non des moindres, la réversibilité. Les éditeurs affirment que la marche arrière reste possible. Mais encore faut-il que la question soit abordée suffisamment tôt lors de la contractualisation. À ce sujet, Ivalua se vante de n'avoir rencontré aucun client souhaitant récupérer l'ensemble des données hébergées sur ses datacenters pour les réintégrer sur son propre système d'information.

Une perte de gouvernance ?

Enfin, pour certains acheteurs, les solutions e-achats semblent remettent en question leur gouvernance. Ils s’inquiètent notamment de perdre leur pouvoir d’administration des données se trouvant dans leur système d’information au profit du DSI, principal donneur d’ordres en matière d’applications hébergées sur les datacenters externes à l’entreprise. En privilégiant le mode SaaS ou cloud pour l’exploitation d’un outil achats, la direction des systèmes d’information “prend le pouvoir”, dans la mesure où elle gère l’accès vers les plateformes collaboratives à la demande. La maîtrise des solutions e-achats nécessite une appropriation par ses utilisateurs, ont rétorqué les éditeurs. L’acheteur ne devrait donc pas se sentir en danger, puisqu’il demeure le garant de l'intégrité des données traitées chez le prestataire et de la compatibilité avec les autres outils métiers.

 

lire la suite sur :  Les solutions e-achats font débat.

Share
rejoignez moi sur viadéo
Sur Viadéo
Archives