Get Adobe Flash player
Catégories
ce site est utile, aidez nous à le maintenir au top

community managers

Facebook pourrait déposer les documents d’entrée en Bourse ce mercredi !

 

Par Fabrice FROSSARD, 30/01/2012

 

Facebook pourrait déposer les documents d'entrée en Bourse ce mercredi. Le réseau social pourrait être valorisé entre 75 et 100 milliards de dollars.

Facebook en Bourse, c’est un serpent de mer. Mais d’après le Wall Street journal, l’introduction du réseau social sur les marchés cotés serait imminente. D’après le journal économique, Facebook pourrait en effet déposer son dossier d’introduction auprès de la SEC dès le milieu de cette semaine. Une information cohérente avec une autre selon laquelle l’audit de l’entreprise aurait été achevé la semaine dernière. De même, le marché privé aurait été en grande effervescence cette même semaine. Une fébrilité désormais compréhensible.

Si ce timing est avéré, les premières cotations pourraient avoir lieu au mois de mai 2012. Toutefois, à ce jour, nul ne sait sur quel marché la cotation aura lieu : le New York Stock Exchange et le Nasdaq seraient en lice et tenteraient de s’octroyer la cotation du réseau social. 
Le suspens reste entier, seul le “ticker” est déjà prêt : $FB.

Quelle que soit la date de l’entrée en Bourse, il est déjà certain que ce sera la plus importante de 2012, avec une prévision de 10 milliards de levée de fonds auprès des actionnaires.

Pas si mal pour une entreprise créditée de 3,8 milliards de chiffre d’affaires en 2011 et seulement 1,5 milliard de bénéfices. Un chiffre d'affaires généré à 89 % par la publicité, selon le cabinet eMarketer. En France, le réseau social réaliserait déjà 150 millions d'euros de chiffre d'affaires en publicité.

Facebook rapporte 15,3 milliards d'euros en emplois directs et indirects

 Pour valoriser son rôle de locomotive “digitale” sur l’économie, Facebook a demandé à Deloitte de mesurer son impact économique direct et indirect dans les 27 pays d'Europe. Résultat : selon ce cabinet d'étude, l'impact de Facebook serait de 15,3 milliards d'euros en Europe et de 1,9 milliard en France. « Des centaines d'entreprises rivalisent aujourd'hui d'inventivité pour créer des applications dans les domaines du jeu, du divertissement ou des services. Plus de 20 millions de ces applications sont installées par les utilisateurs de Facebook, chaque jour dans le monde », selon le rapport. L'impact du réseau social vaut surtout par les emplois et les revenus générés par ses partenaires. Sur le 1,9 milliard d'euros évalué par Deloitte, 1,1 milliard d'euros concernent la publicité et le marketing en ligne. Ce secteur aurait bénéficié de la création de 12 100 emplois liés à Facebook (régies spécialisées, gestion de communautés de marques, etc.). L'économie des applications Facebook (développeurs…) aurait, elle, généré 213 millions d'euros l'an dernier en France et 2.0 emplois.

Cet écosystème comprend des centaines d’entreprises qui créent des applications de toutes sortes pour les 800 millions d’utilisateurs du réseau dont 25 millions en France. Mais, dans ces chiffres entrent aussi des entreprises qui utilisent Facebook pour développer leur activités, des grandes marques avec leurs “community managers” et leurs “social strategists” aux entreprises plus petites et aux agences de marketing spécialisées.

 

Lire la suite sur :   Facebook.


Réduction de coûtsoptimisation des coûtsConseil opérationnelGestion des Coûtsoptimisation des coûtsdépenses Entreprises,  Réduction de coûtsoptimisation des coûtsConseil opérationnelConseiller en entreprisesdeveloppement affairesdeveloppement entreprisesapporteur affairesDéveloppeur ImmobilierConseiller en entreprisesConseiller en Développement d’Affaires,  Apporteur d’AffairesDéveloppement d’AffairesApporteur d'AffairesConseiller développement AffairesPierre-André Fontaine Conseiller en Entreprises,Conseiller en Entreprises – spécialiste en Création et Développement d'Affaires – Développement de réseaux d'Affaires – Cessions Acquisitions, Restructuration, Management.,Business Development,

Share
L’usage du web pour consommer plus populaire en Europe qu’aux US ? | L’Atelier: Disruptive innovation
 

Souris d'ordinateur et caddie

 

Les consommateurs extrêmes, des utilisateurs férus d'Internet, du mobile, et des outils proposés permettant de comparer et d'évaluer, seraient plus nombreux sur le Vieux Continent.

42 % des consommateurs européens et 37 % des Américains sont dits extrêmes. C’est-à-dire que leur comportement d’achat est axé sur la valeur du produit qu’ils convoitent. Pourquoi en parler ? Parce que, selon GfK, qui publie l’étude Own the Future of Shopper Marketing, le moyen privilégié pour se renseigner sur ces produits est le web. Et là encore, c’est le Vieux Continent qui se distingue : 95% des “consommateurs extrêmes” aiment chercher des produits en ligne, contre 66% aux Etats-Unis. Dans la même veine, les trois quarts des Européens affirment chercher plus souvent que par le passé des produits sur Internet, contre 68 % des habitants du Nouveau Monde. Les consommateurs extrêmes, principalement des personnes âgées de 25 à 44 ans employées à plein temps, utilisent également plus les technologies mobiles : un sur quatre en Europe s’aide d’avantage qu’auparavant de ces outils pour sa consommation.

La valeur d’un achat se calcule sur internet, surtout en Europe

La raison de cet engouement, sur un Continent comme sur l’autre ? L’économie d’austérité, qui incite à acheter intelligemment. La technologie apporte du coup à ces consommateurs les informations dont ils ont besoin, ce qui accroît la concurrence. En Europe, pour plus de trois quarts des consommateurs extrêmes, contre deux tiers aux Etats-Unis, le besoin de comparer les prix les rend moins fidèles à un détaillant particulier. “Les commerçants doivent donc trouver un moyen de récompenser les clients fidèles qui fera écho avec leurs besoins actuels”, souligne ainsi Alison Chaltas, co-auteur de l’étude et représentante de GfK. A noter que la distanciation de l’Europe sur les Etats-Unis en matière d’utilisation de la technologie pour la consommation se confirme y compris dans l’achat.

Le coupon de réduction reste irréductible

En moyenne, presque trois quarts de ces consommateurs extrêmes européens achètent de plus en plus grâce à Internet (67%) avec en tête la Pologne (82%) et le Royaume Uni (74%) loin devant les Etats-Unis (62%) ou l’Allemagne (52%) que dépasse même la France (64%). Cet engouement européen pour l’achat en ligne se mesure également par une différence dans l’engouement entre les Continents pour les bons de réduction traditionnels, c’est-à-dire papiers. Ainsi, aux Etats-Unis, presque six personnes interrogées sur dix utilisent plus de bons de réduction qu’ils se procurent en magasin contre un peu plus de quatre personnes sur dix en Europe. Et pourtant, chose étonnante, selon l’étude, les Américains interrogés annoncent considérer l’achat en ligne plus efficace que ceux effectués dans la vie réelle. L’étude a été réalisée en Allemagne, en Espagne, aux Etats-Unis, en France, en Pologne, au Royaume-Uni et en Russie.

 

Lire la suite sur  :   L'usage du web pour consommer plus populaire en Europe qu'aux US ? | L'Atelier: Disruptive innovation.

Share
rejoignez moi sur viadéo
Sur Viadéo
Archives