Get Adobe Flash player
Catégories
ce site est utile, aidez nous à le maintenir au top

com

Les nouveaux noms de domaines séduisent la finance et la technologie #Disruptive #innovation

noms domaines

Un tiers des candidats à l’utilisation des nouvelles extensions proposées par l’Icann viendra de ces deux secteurs. La raison : cette initiative représente un moyen intéressant de valoriser son identité en ligne.

Après les .com, les .org et autre .net, voilà les .paris, .marque, .shop, .tourism ou .sport. Entre le 12 janvier et le 12 avril, en effet, entreprises, gouvernements, administrations, toute organisation disposant d’une site Internet pourra adresser à l’Icann sa candidature à l’attribution d’un nom de domaine de premier niveau, se terminant par de nouvelles extensions : un nom de ville, le nom d’une marque, d’un secteur d’activité et même un terme en alphabet non latin (arabe, chinois, japonais, cyrilique…). Selon le gestionnaire australien de noms de domaine ARI Registry Services, un millier de candidatures vont être soumises à l’Icann dans les trois mois qui viennent. Et ce qui est intéressant, c’est qu’un tiers devrait émaner des secteurs de la finance et des technologies de l’information : 20 % pour une extension mentionnant une marque de technologie (dont la moitié basées en Asie Pacifique), 11 % pour un .NomDeBanque ou .NomOrganismeFinancier.

Deux tiers des candidatures pour des marques

La surreprésentation des demandes de noms de domaines pour la finance, le commerce et le IT s’explique par l’intérêt marketing. Avec ces nouvelles extensions, l’Icann fournit aux sociétés un bon moyen de se distinguer les unes des autres, plus que quand chacune avait un nom de site Web se terminant par .fr ou .com. C’est un bon moyen d’attirer le client, de renforcer la confiance et de lui faciliter la vie. A noter enfin que les deux tiers des demandes de ces extensions d’un nouveau type concerneront un nom de domaine en .marque. En deuxième position arriveront des entrepreneurs cherchant à mettre en valeur un leur activité, plus que son nom, avec l’utilisation d’un terme générique: .shop, .hotel, .food, .law, etc. Ils représenteront 30% des candidatures selon ARI Registry Services.

Se dépêcher de faire sa demande

Les autres demandent, soit 10%, proviendront des gouvernements, des collectivités ou d’organismes représentant une ville ou une région, qui cherchent à avoir un nom de domaine se terminant par une aire géographique (ville, région). A terme, estime Adrien Kinderis, président de ARI Registry Services, on pourra même voir apparaître des noms de sites Web aussi simples et efficaces que iphone.apple ou shoes.nike. C’est même l’occasion pour certaines marques et entreprises, non satisfaites de leur nom de domaine actuel, de rectifier le tir. Mais à une condition essentielle: se dépêcher de d’adresser leurs candidatures à l’Icann.

 

Lire la suite : Les nouveaux noms de domaines séduisent la finance et la technologie | L’Atelier: Disruptive innovation.

Share

Mickael Vendetta : Dans la publicité, qui veut l’engager ?

Après l’événementiel, le coaching et le prêt à porter, Mickael Vendetta ajoute une nouvelle corde à son arc d’auto entrepreneur propulsé par la télé réalité.  « Ma société, Mickael Vendetta, travaillait déjà dans l’événementiel et le prêt à porter. J’ai eu envie de me diversifier et de me lancer dans la publicité. En m’aidant de la force de mon site Internet, je suis en mesure de proposer des espaces publicitaires rentables. Je démarche les clients, je leur propose un concept et je gère totalement la production et la diffusion de ces spots publicitaires.  » , a-t-il expliqué à TV Mag.

Sa première production a été dévoilée : il s’agit d’une publicité pour le coiffeur « Chrisland ». Ce sport publicitaire met en scène Mickael Vendetta lui-même, et son ex Annaëlle Abguillerm, des Anges de la Télé réalité, qui se font coiffer dans le salon Chrisland sur fond de musique électronique. Le clip a été réalisé par Mathieu Spadaro, « un jeune réalisateur très talentueux » selon le gagnant de la Ferme Célébrités qui espère, à terme, pouvoir travailler avec des grandes marques ou la télévision. Mickael Vendetta va-t-il trop loin cette fois-ci en endossant la casquette de réalisateur ? En tout cas, ce n’est pas avec les 4000 vues de son clip sur Youtube qu’il va asseoir sa crédibilité dans le domaine…

A vous de juger :

 

Lire la suite sur :  Mickael Vendetta : Dans la publicité, qui veut l’engager ? | Planète Campus.

Share
rejoignez moi sur viadéo
Sur Viadéo
Archives