Get Adobe Flash player
Catégories
ce site est utile, aidez nous à le maintenir au top

chomage

Varin PSA : « remettre de largent ne remplira pas nos usines »

 

PSA Peugeot Citroën a annoncé la fermeture du site d'Aulnay et la suppression nette de 6.500 emplois. 1.500 salariés de l'usine de Seine-Saint-Denis devraient être reclassés.

 

PSA ferme l'usine d'Aulnay. Sevelnord pourrait être repris par Toyota. (c) Reuters

Il ne parle plus de tempête, mais de tsunami. Philippe Varin, président du directoire de Peugeot, devait bien justifier ses décisions car elles sont lourdes. La production sera arrêtée en 2014 à lusine d'Aulnay. 1400 postes seront supprimés à lusine de Rennes. Et l'effectif de structure hors production devra encore être réduit de 3.600 personnes, sous forme de départs volontaires.

Au total, ce sont plus de 8.000 postes qui sont concernés par les annonces de ce jeudi 12 juillet, et il y aura 6.500 départs nets la direction sengage à reclasser dans l'usine de Poissy 1.500 des 3.000 salariés dAulnay, quitte à ne pas renouveler les contrats d'intérim en cours à Poissy.Le marche européen de lautomobile a chuté de 23 % entre 2007 et 2012.

La production du groupe, en un an, a été diminuée de 18 %. Les usines, qui étaient utilisées à 86% de leurs capacités en 2011, ne le sont plus quà 76 %, alors que le groupe visait plutôt une utilisation un peu supérieure à 100 % pour améliorer sa rentabilité. Enfin, Peugeot consomme 200 millions deuros de cash par mois depuis un an. Et pourtant, Philippe Varin à aussi voulu rassurer sur la santé financière du groupe.

"Lentreprise nest pas au bord de la faillite, non. Fin 2011, nous avions 9,5 milliards deuros de sécurité financière. Néanmoins, quand on consomme 200 millions deuros de cash tous les mois, même avec cette sécurité financière, on ne pérennise pas lemploi et tergiverser ne sert à rien".

Il a aussi démenti les rumeurs dentrée de l'Etat au capital de Peugeot. "remettre de largent dans le groupe, ce nest pas ça qui remplirait nos usines", a-t-il affirmé.  Toyota pourrait reprendre Sevelnord Par ailleurs, même si rien nest encore fait, il a brièvement mentionné le cas de lusine de Sevelnord, près de Valenciennes. Suite à la décision de Fiat de quitter cette société commune, Peugeot cherche un nouveau partenaire. De nombreuses rumeurs affirment quil sagit de Toyota. Sans mentionner le nom du futur partenaire, Philippe Varin a affirmé que les discussions avançaient. "je nai pas de certitudes, mais vraiment de bons espoirs quon trouve une solution dans un avenir proche". 

Pour Rennes et Aulnay, la situation sera plus complexe. Jean-Pierre Mercier, délégué CGT de lusine dAulnay, a affirmé quil sagissait dune "déclaration de guerre", affirmant que si les ventes du groupe étaient en baisse, c'est surtout en raison de la non-livraison de pièces détachées pour l'Iran, qui correspond à une perte de 200.000 véhicules au premier semestre. "A partir de septembre, on va faire la guerre", a-t-il poursuivi. Guerre ou pas guerre, il faudra pour les salariés réfléchir à des solutions de reclassement. Même si le groupe à affirmé ne vouloir "laisser personne seul face à son problème d'emploi", il y a du travail. À Aulnay, 80% de l'effectif a moins de 55 ans

Lire la suite sur : Varin PSA : "remettre de largent ne remplira pas nos usines" – Challenges.fr.

Share

La croissance américaine meilleure que prévue fin 2011, Actualités

Le PIB américain a été légèrement révisé à la hausse au quatrième trimestre 2011. Mais sur l'ensemble de l'année, la hausse de la croissance reste inchangée à 1,7 %. Et les perspectives demeurent fragiles.

ECRIT PAR
Claude FOUQUET

Claude FOUQUET
Journaliste

 

 

 

 

Beaucoup de bruit pour rien ? On peut se poser la question en voyant la réaction des marchés et des investisseurs aux derniers chiffres de la croissance américaine. Bien sur, celle-ci a été révisée en hausse pour le quatrième : elle atteint désormais 3 % en rythme annuel par rapport au dernier trimestre de 2010, soit une révision de 0,2 point.

C'est mieux que ce qu'attendaient les analystes qui tablaient sur une estimation inchangée, mais c'est insuffisant pour véritablement changer la photographie de l'économie américaine sur l'ensemble de l'année écoulée. Mais, en dépit de cette révision, le chiffre de la croissance américaine pour l'ensemble de l'année 2011 reste inchangé à 1,7% en moyenne.

Autre raison d'être prudent après cette publication, le détail des résultats du quatrième trimestre montre que c'est avant tout la reconstitution des stocks des entreprises qui a assuré près des deux tiers de la croissance américaine. D'une part cette reconstitution intervient après un troisième trimestre particulièrement sombre (les stocks avaient alors reculé pour la première fois depuis fin 2009). D'autre part, vue la fragilité des perspectives de croissance internationales, rien ne dit que cela continuera d'être un des moteurs de la croissance dans les mois qui viennent. Même si dans le le même temps les perspectives de consommation des ménages semblent s'améliorer. Car si consommation des ménages a progressé de 2,1% en rythme annuel par rapport au trimestre précédent, soit mieux qu'au troisième (+1,7%) ou au deuxième trimestre (+0,7%), elle reste contrainte par la hausse très lente des revenus.

Et les perspectives pour les prochains mois restent peu encourageante. En tous cas loin de l'optimisme affiché des marchés financiers. En début de semaine, deux organisations américaines, la NABE (Association nationale pour l'économie d'entreprise ) et la MAPI ('Alliance des industriels pour la productivité et l'innovation), ont publié des prévisions de croissance pour les Etats-Unis sensiblement inférieures à celles des autorités de Washington pour 2012 et 2013. Alors que ‘administration américaine table sur une hausse du PIB de 2,7 % puis 3 %, ces deux organisations s'avèrent moins optimistes.

La NABE qui s'appuie sur une enquête prospective menée auprès de quarante-cinq économistes estime que la croissance américaine sera de 2,3% en 2012 et de 2,8% en 2013. De son côté la MAPI table sur des progressions de 2,2% en 2012 et de 2,4% en 2013. Mais au final elles s'avèrent bien plus optimistes que le Fonds monétaire international, qui table désormais sur une croissance de 1,8% pour les Etats-Unis en 2012, et de 2,2% en 2013

Et ce mercredi, le président de la Réserve fédérale, Ben Bernanke, n'a pas manqué de souligner qu'une croissance inférieure à 2,7 % sera insuffisante pour régler de manière satisfaisante la situation du chômage.

CLAUDE FOUQUET

 

Lire la suite sur :  La croissance américaine meilleure que prévue fin 2011, Actualités.

Share

Le CAC 40, le Dow Jones et le Nasdaq sont à des niveaux records, Actualités

Le CAC 40 a terminé en hausse de 1,52 %, au-dessus des 3.400 points, au plus haut depuis août dernier. Le Dow Jones a atteint un niveau record depuis mai 2008. Et le Nasdaq est à son plus haut depuis fin 2000 et l'éclatement de la bulle Internet. Ces hausses couronnent une belle ascension qui dure depuis plusieurs semaines, avec les secteurs cycliques et financiers en tête.

Les marchés sont en train d'oublier la crise de la dette souveraine. Le Cac 40 a terminé en hausse de 1,52% à 3.427,92 points. A la cloture, l'indice parisien repasse le cap symbolique des 3.400 points, sur ses niveaux de début août, se rapprochant ainsi de son point haut de juillet 2011, avant que les craintes sur la zone euro -mais aussi les Etats-Unis-ne provoquent de fortes turbulences sur les marchés. Le Stoxx 600 s'adjugeait 1,64%, également au plus haut depuis début août.

La Bourse de New York a clôturé à des niveaux plus vu depuis le pic de la crise financière en 2008, le marché saluant la baisse du chômage bien plus forte que prévu aux Etats-Unis: le Dow Jones a gagné 1,23% et le Nasdaq a bondi de 1,61%. Selon des chiffres définitifs à la clôture, le Dow Jones Industrial Average a pris 156,52 points, à 12.861,93 points, un record depuis mai 2008, et le Nasdaq, à dominante technologique, a gagné 45,98 points, à 2.905,66 points. Il s'agit du plus haut niveau à la clôture de cet indice à dominante technologique depuis fin 2000 et l'éclatement de la bulle Internet.

Le très attendu rapport mensuel sur le marché du travail américain a confirmé la bonne santé de l'économie outre-Altlantique. Les Etats-Unis ont créé 243.00 emplois dans le secteur non agricole, en janvier, soit bien au-dessus des 140.000 attendus par les économistes. Le taux de chômage a baissé pour le 5ème mois d'affilée à 8,3%, alors qu'il était anticipé stable à 8,5%.

La belle ascension poursuit la tendance haussière initiée depuis quelques semaines. Depuis le début de l'année, le Dax par exemple a grimpé de 15%, le Stoxx 600 de presque 8%.

Les secteurs cycliques et financières, qui faisaient partis des « plus mal aimés » de 2011, ont été les principaux bénéficiaires de ce mouvement. L'automobile est en tête des performances sectorielles de l'indice large européen Stoxx 600 (+28% depuis le début de l'année), devant les minerais et métaux (+22%). Les banques et assurances ont pris respectivement 17% et 16%.

Certaines valeurs affichent ainsi des bonds impressionnants, en seulement plus d'un mois. Par exemple à 17h45, Société Générale s'est adjugé 40 %, Renault 34% et Peugeot 34%.

« En fait, les secteurs qui ont le plus rebondi depuis deux mois sont ceux qui avaient, à l'inverse, le plus souffert durant l'été et l'automne. Ce sont des segments à fort béta, c'est-à-dire très sensibles aux variations du marché, qui bénéficient directement du regain d'appétit pour le risque »,explique Roland Kaloyan, stratégiste à la Société Ggénérale.

La bonne humeur sur les marchés a été portée par une conjonction de facteurs : de bonnes nouvelles sur le front macroéconomique, avec des statistiques rassurantes aux Etats-Unis et des espoirs d'assouplissement monétaire en Chine. « Les secteurs automobile et minerais et métaux en bénéficient fortement », note le spécialiste.

Parallèlement, les craintes sur la crise de la dette souveraine se sont un peu apaisées. La banque centrale européenne a injecté d'énormes quantités de liquidités dans le système, avec notamment l'opération de refinancement à trois ans de presque 500 milliards d'euros, fin décembre. Et, un nouveau prêt d'envergure est attendu ce mois-ci. « La détente des taux longs des pays périphériques et plus globalement en zone euro a eu un effet très positif sur le marché et en particulier sur les valeurs financières,souligne Pierre Sabatier, stratégiste chez PrimeView. Ensuite, la hausse conjuguée des segments cycliques et financiers a entretenu l'effet positif, puisqu'ils représentent de grosses pondérations ».En effet, les banques et assurances cumulées « pèsent » environ 17% de l'indice européen et les minerais et métaux 10%, selon les calculs de la Société générale.

A l'inverse, les secteurs plus défensifs sont à la peine. Les télécoms, la distribution, la santé mais l'alimentation et boissons sont en queue du Stoxx 600 depuis début 2012. Par exemple, France Télécom perd 5% en peu plus d'un mois, Vivendi 4% et EDF 2%.

Les services aux collectivités, qui étaient déjà mal orientés en 2011, continuent de sous-performer l'indice. «Elles pâtissent de craintes sur leur bilan très endetté et de la menace de possibles hausses d'impôts»,reprend Roland Kaloyan.

Toute la question est désormais de savoir si le rebond de certains secteurs peut se poursuivre. « Tout dépendra des conditions macroéconomiques, mais a priori, on devrait éviter une récession dure en Europe », répond-il

La saison des résultats qui débute pourrait toutefois mettre un frein à la progression spectaculaire de plusieurs valeurs. Les investisseurs seront très sensibles à leur discours pour 2012, alors que les attentes des analystes sur les profits apparaissent encore élevées pour le marché (+7% en Europe, selon Ibes).

MARINA ALCARAZ

 

Lire la suite sur :  Le CAC 40, le Dow Jones et le Nasdaq sont à des niveaux records, Actualités.

Share

Renault a plus délocalisé que PSA en 2011, Actualités

L'an dernier, Renault a assemblé en France trois fois moins de voitures particulières que PSA, tandis qu'il augmentait de 4 % ses volumes à l'étranger. Au total, les deux groupes ont produit localement moins de 1,7 million d'autos, hors utilitaires.

PSA et Renault continuent de diverger en matière de production à l'étranger. L'an dernier, les deux constructeurs ont assemblé hors de l'Hexagone autant de voitures particulières l'un que l'autre : 1,93 million d'unités pour PSA et près de 2 millions pour le groupe Renault élargi à Dacia et Samsung. Mais la maison-mère de Peugeot et Citroën a réduit ces fabrications de 4,7 % par rapport à 2010, tandis que le groupe au losange poussait les feux avec une augmentation annuelle des cadences de 4%, selon les données du Comité des constructeurs français d'automobiles (CCFA).

Même constat en ce qui concerne les voitures assemblées en France : PSA a vu ses productions progresser de 3,6 % en un an, essentiellement pour les besoins de la gamme Citroën (+10,4 % à elle seule) tandis que Renault a enregistré une baisse de 6,4 %. En termes de volumes, la marque au losange ne produit plus que 445.000 voitures particulières dans son pays d'origine, l'équivalent de seulement 36 % de la production nationale de PSA ! Et ce n'est pas l'inauguration prochaine d'une usine « low-cost » au Maroc, le 9 février, destinée à produire des monospaces et utilitaires Dacia, avec des salaires ouvriers de 240 euros par mois, qui va inverser ce mouvement…

Le bilan est différent dans les véhicules utilitaires, où Renault occupe encore des positions solides avec ses usines de Batilly (Meurthe-et-Moselle) et Maubeuge (Nord). En France, la marque au losange a produit 201.500 véhicules l'an passé, en hausse de 24,6 %. Cela représente plus du double des volumes tricolores de PSA, qui a notamment joué la carte de l'Italie, de l'Espagne et de la Turquie.

L'écart avec l'Angleterre se réduit

Le choix de produire hors de France est lié à un mouvement à long terme de délocalisation, mais pas uniquement. Quand Renault assemble des autos en Russie ou au Brésil, en attendant la Chine -si tout va bien -, c'est uniquement pour les besoins des marchés locaux. En revanche, les véhicules montés en Roumanie, en Slovénie et bientôt à Tanger sont en grande partie destinés aux pays d'Europe de l'ouest, dont la France.

Et à force de privilégier le grand large, la production automobile de l'Hexagone (sans compter les deux usines françaises de Smart et Toyota) ne représente plus au total que 1,68 million de voitures particulières. Un niveau pas si éloigné que cela de celui de la Grande-Bretagne (1,34 million), pays qui passe généralement pour avoir laissé tomber son industrie…

Autre enseignement, la production mondiale cumulée de Renault et PSA a fait du surplace l'an passé (-0,1 %). Ce qui signifie en clair qu'ils ont perdu des parts de marché, puisque le marché automobile mondial a progressé de 5,3 %, selon le groupe de Carlos Ghosn.

DENIS FAINSILBER

viaRenault a plus délocalisé que PSA en 2011, Actualités.

Share

Prolongation des bassins d’emploi à redynamiser, #Actualités #emploi

L’exonération de cotisations sociales dont peuvent bénéficier les entreprises qui s’implantent ou se créent dans un bassin d’emploi à redynamiser a été prolongée jusqu’en 2013.

Depuis 2007, les entreprises qui s’implantent ou se créent dans un bassin d’emploi à redynamiser (BER), peuvent bénéficier d'une exonération de cotisations sociales patronales sur les rémunérations versées aux salariés, et ce pendant une durée de 7 ans.

 

Rappel : un BER est caractérisé notamment par un taux de chômage élevé et par une déperdition de la population et d'emplois. Les bassins d’emploi concernés ne se trouvent toutefois que dans deux zones : Vallée de la Meuse (Champagne-Ardennes) et Lavelanet (Midi-Pyrénées).

Ce dispositif ne devait normalement s’appliquer que pour les implantations et les créations d’entreprises réalisées dans un BER jusqu’au 31 décembre 2011. Finalement, il vient d’être prolongé jusqu’au 31 décembre 2013.

Article 154, loi n° 2011-1977 du 28 décembre 2011, JO du 29

 
Anne-Lise Barnel

 

Lire la suite sur :   Prolongation des bassins d’emploi à redynamiser, Actualités – Les Echos Entrepreneur.

Share

LYon-Actualités.fr: Hausse du chômage en Rhône-Alpes, le Préfet lance un appel…

mercredi 25 janvier 2012

 

Le Préfet J.F. Carenco
@LYon-Photos.fr -

Si les offres collectées par Pôle emploi augmentent en Rhône-Alpes de 4,9 % au cours des trois derniers mois de l’année 2011 par rapport aux trois mois précédents (+ 2,7 % au regard des mêmes trois mois de l’année précédente), le préfet de la région Rhône-Alpes, Jean-François Carenco,  admet que les chiffres du chômage ne sont pas bons.

Avec une augmentation des demandeurs d’emploi de catégorie A de 1,5 % en Rhône-Alpes et surtout 8 mois consécutifs de hausse, « nul ne peut se réjouir », indique-t-il dans un communiqué.
Au-delà des dispositifs en faveur des demandeurs d’emploi (…) il est clair que l’embauche ne suffit plus et qu’un certain nombre d’entreprises en difficulté entraîne des licenciements économiques importants.
Mais en Rhône-Alpes, le préfet indique que « les services de l’Etat et les collectivités locales se battent ensemble, pour défendre par exemple les entreprises Veninov(Vénissieux) ou  Photowatt« .
Face à cette situation, il ne lui reste donc qu’à « appeler tous les employeurs, investisseurs, consommateurs, banques à se mobiliser pour protéger et créer des emplois, jour après jour avec persévérance ».

Hausse du chômage en Rhône-Alpes en 2011 : + 5,3 %

Le nombre de demandeurs d’emploi inscrits à Pôle emploi en catégorie A s’établit à 263 150 en Rhône-Alpes, fin décembre 2011. Ce nombre augmente de 1,5 % (+ 3 969) par rapport à fin novembre 2011 (+ 5,3 % sur un an).
Par département, le nombre des demandeurs d’emploi de catégorie A varie durant le mois de décembre entre + 0,7 % et + 2,9 % en décembre 2011 par rappor t à f in novembre 2011 : Ain (+ 1,1 %), Ardèche (+ 0,7 %) , Drôme (+ 1,7 %), Isère (+ 1,6 %), Loire (+ 1,6 %), Rhône (+ 1,1 %), Savoie (+ 1,7 %), Haute- Savoie (+ 2,9 %).
En Rhône-Alpes, le nombre des demandeurs d’emploi de catégorie A augmente en décembre 2011 de 1,4 % pour les hommes (+ 4 % sur un an) et de 1,6 % pour les femmes (+ 6,7 % sur un an). Le nombre des demandeurs d’emploi de catégorie A de moins de 25 ans augmente de 1,6 % (+ 3,3 %
sur un an). Le nombre de ceux âgés de 25 à 49 ans croît de 1,3 % (+ 3,3 % sur un an) et ceux de 50 ans et plus de 2,1 % (+ 14 % sur un an).
Les entrées à Pôle Emploi en Rhône-Alpes en catégories A,B,C augmentent de 5 % au cours des trois derniers mois par rapport aux trois mois précédents. Sur cette période, la quasi-totalité des motifs d’inscription sont en augmentation : les fins de contrat à durée déterminée (+ 6,7 %), les fins de mission d’intérim (+ 4,1 %), les licenciements économiques (+ 21,5 %), les autres licenciements (+ 1,3 %), les démissions (+ 7,9 %), les reprises d’activité (+ 18,8 %), et les autres cas : + 2,2 %. En revanche, les premières inscriptions à Pôle Emploi sont en diminution dans notre région : – 3,3 %.
G.R.
(redaction@LYonenFrance.com)

 

Lire la suite sur :  LYon-Actualités.fr: Hausse du chômage en Rhône-Alpes, le Préfet lance un appel….

Share

10 chiffres méconnus sur la richesse des Français !

Par Emilie Lévêque

Pouvoir d’achat, patrimoine financier et immobilier, pauvreté: ce qu’il faut savoir sur le niveau de vie des ménages tricolores.

 

La boutique Rolex de la place Vendôme à Paris.

La boutique Rolex de la place Vendôme à Paris.
REUTERS/Charles Platiau

L‘Insee a publié ce jeudi l’édition 2011 de l’ouvrage « Les revenus et le patrimoine des ménages« . L’étude présente l’évolution des indicateurs d’inégalité de revenus, de niveaux de vie et de pauvreté entre 1996 à 2008, et fait le point sur la détention patrimoniale en 2010. Ce qu’il faut en retenir.

Plus de 9 ménages sur 10 ont un patrimoine privé

Les deux tiers possèdent à la fois des actifs financiers et des biens immobiliers. Parmi les ménages détenteurs d’un patrimoine financier, 94% possèdent un livret d’épargne et 46% un produit d’assurance-vie. Parmi les ménages possédant un bien immobilier,94% sont propriétaires de leur résidence principale et 30% possèdent une résidence secondaire ou de l’immobilier locatif.

La moitié des ménages sans patrimoine ne boucle pas ses fins de mois

Seuls 6% des ménages français ne disposent d’aucun actif financier ou immobilier. La moitié d’entre eux a des revenus très faibles et a des difficultés à faire face à ses échéances. Plus d’un tiers de ces ménages ont connu une ou plusieurs périodes de chômage de longue durée au cours de leur carrière. Ces ménages sont par ailleurs issus de milieux aisés: neuf sur dix n’ont bénéficié d’aucun héritage ni de donation. Le risque de ne pas détenir de patrimoine est deux fois plus important pour les ménages habitant à Paris.

Un ménage sur deux est endetté

Un ménage sur deux remboursait un emprunt ou un crédit en 2008. Parmi eux, un tiers est endetté pour un achat immobilier et un tiers pour un crédit à la consommation. Le surendettement concerne 3% des ménages et touche davantage les plus pauvres. Selon les chiffres publiés hier par la Banque de France,900 000 ménages étaient surendettés en février 2011. La plupart d’entre eux ont entre 35 et 54 ans. Mais les personnes plus âgées sont de plus en plus touchées.

Un ménage sur dix dépense plus de 44% de son revenu en logement

Le taux d’effort en logement (rapport entre les dépenses engagées pour l’habitation principale et le revenu) dépasse 44% pour 8% des ménages français, contre 20% en moyenne pour l’ensemble des ménages. C’est parmi les personnes vivant seules, les familles monoparentales et les personnes résidant à Paris ou dans une grande ville de plus de 100 000 habitants que se retrouve cette charge e particulièrement lourde du logement. A profil sociodémographique comparable, l’effort consenti au logement est plus élevé pour les locataires du secteur privé que pour les propriétaires et les locataires du parc social.

La pauvreté touche un tiers des chômeurs

7,8 millions de Français vivaient sous le seuil de pauvreté en 2008, c’est-à-dire avec moins de 949 euros par mois pour une personne seule et 2000 euros pour un couple. Le taux de pauvreté monétaire s’élève ainsi à 13%, en recul de 1,5 point par rapport à 1996. La baisse porte surtout sur la période 1997-2001 en raison de la décrue du chômage. De fait, le taux de pauvreté des chômeurs est 2,8 fois plus élevé que celui de l’ensemble de la population, à 35% contre 7,4% pour les personnes en emploi.

Le niveau de vie des Français a doublé en 40 ans

En 1970, le niveau de vie médian des Français s’élevait à 9290 euros par an. Depuis, le niveau de vie a régulièrement augmenté, surtout dans les années 1970 (+5% en moyenne par an) et entre 1997 et 2001 (+2,5%). Depuis 2002, la hausse est plus modérée (+1,6%). En 2008, le niveau de vie médian des Français s’élevait à 19 000 euros par an. Les 10% de personnes les plus aisées disposent d’un niveau de vie supérieur à 35 550 euros par an, les 10% les plus modestes ont un niveau de vie inférieur à 10 520 euros annuels.

Les ouvriers ont vu leur niveau de vie croître de 20% en 10 ans

Entre 1996 et 2008, le niveau de vie médian des cadres supérieurs et des professions intermédiaires a faiblement progressé (+0,5% et +0,7% en moyenne par an). Parmi les salariés, seuls les ouvriers, et dans une moindre mesure les employés, ont bénéficié de gains de niveau de vie relativement significatifs entre 1996 et 2008 (respectivement +1,6% et +1,2% en moyenne par an), grâce notamment à la revalorisation du Smic. Reste que ce sont les non salariés (professions libérales, artisans, commerçants, etc.) qui ont vu leur niveau de vie progresser le plus fortement (+2% en moyenne par an).

Le patrimoine des plus riches progresse de 11% par an depuis 2004

Entre 1996 et 2008, les inégalités de niveaux de vie entre les Français les plus riches et les Français les plus pauvres évoluent peu. Néanmoins, jusqu’en 2004, ces inégalités se sont réduites sous l’effet d’une hausse du niveau de vie des plus modestes. A partir de 2004, en revanche, le niveau de vie des plus modestes stagne tandis que celui des plus aisés progresse sous l’effet de la hausse des revenus du patrimoine. C’est ce que l’Insee appelle un accroissement des inégalités « par le haut ».

 

Lire la suite sur :   10 chiffres méconnus sur la richesse des Français – LExpansion.com.

Share

Le chômage et la faible rentabilité des entreprises freinent l’évolution des salaires en France, à l’inverse de l’Allemagne, Actualités

La productivité a progressé de façon similaire en France et en Allemagne depuis dix ans. Mais la France a plus utilisé les gains pour augmenter les salaires.

La modération salariale allemande est peut-être arrivée à un point de rupture. Dès aujourd’hui, les 75.000 salariés de la métallurgie de l’ouest du pays bénéficient d’une hausse substantielle de leur salaire (+ 3,8 %), fruit d’un récent accord entre le puissant syndicat IG Mettall et le patronat, qui donnera le « la » pour les négociations d’autres branches. Et, alors que le chômage est en baisse, les syndicats réclament l’introduction d’un salaire minimum généralisé tandis que la CDU d’Angela Merkel vient de briser un tabou en envisageant de créer un salaire plancher qui varierait selon les secteurs.

De ce côté-ci du Rhin, le chômage de masse n’est pas favorable aux négociations salariales. L’Insee estime que les salaires réels par tête auront à nouveau ralenti cette année (+ 0,6 % après + 0,9 % en 2010), tandis que la crise incite les entreprises à la prudence pour 2012. Cette photographie diffère de celles des années passées. « La France n’a pas de problème de productivité mais de répartition des gains de productivité », estime Gilles Moec, économiste à la Deutsche Bank.

Un modèle « difficile à maintenir »

Depuis le début de l’Union monétaire en 1999, la productivité horaire a évolué au même rythme en France et en Allemagne (1,3 % et 1,4 % par an respectivement). Sauf que « la France a utilisé ces gains pour augmenter les salaires réels au détriment de l’amélioration de la rentabilité des entreprises et de la compétitivité », poursuit l’économiste. De 64,5 % en 1998, la part des salaires dans la valeur ajoutée brute est montée à 67,1 % en moyenne, « soit son plus haut niveau depuis 1993 ». A contrario, la croissance des salaires allemands a été sensiblement inférieure aux gains de productivité. Résultat, « cela a entraîné une perte de compétitivité, mesurée par les coûts unitaires du travail, de 18 % par rapport à l’Allemagne », estime Gilles Moec, pour qui le modèle français basé sur la consommation intérieure est « de plus en plus difficile à maintenir, alors que le reste de la zone euro se convertit au modèle allemand de compétitivité ».

« Fruits d’une modération salariale, les salaires ont augmenté moins vite que la productivité en Allemagne au début des années 2000 alors qu’ils évoluaient à peu près au même rythme en France, note Ronan Mahieu, chef du département des comptes nationaux à l’Insee. Pendant la crise de 2008-2009, les pertes d’emplois ont été inférieures à la chute de l’activité : la productivité du travail a donc diminué en France sans que les salaires réels connaissent une baisse. » Pour Natixis, « la seule manière de réduire la crise des dettes est le retour d’une inflation due à des hausses de salaire ». Mais, si cela est possible en Allemagne, cela l’est moins en France « où le partage des revenus ne s’est pas déformé au détriment des salariés ». « Seule une réforme fiscale réduisant la taxation du travail pourrait autoriser une hausse plus rapide des salaires », note Patrick Artus, directeur de la recherche et des études économiques. Sans cela, « la hausse du coût du travail aura probablement des conséquences très négatives sur la profitabilité déjà faible des entreprises et sur l’emploi peu qualifié, qui est très sensible au coût du travail ».

FRÉDÉRIC SCHAEFFER

 

Lire la suite sur :   Le chômage et la faible rentabilité des entreprises freinent l’évolution des salaires en France, à l’inverse de l’Allemagne, Actualités.

Share

Le taux de chômage en Grèce poursuit son envolée – Economie – 7s7

Le taux de chômage en Grèce poursuit son envolée

Le taux de chômage en Grèce s’est élevé à 16,2% en mars 2011 contre 11,6% un an avant, atteignant son plus haut niveau depuis au moins cinq ans, a indiqué mercredi une enquête de l’Autorité des statistiques grecques (Esa).

 

En hausse depuis la mise en oeuvre en 2010 d’une cure d’austérité dictée au pays par l’Union européenne et le Fonds monétaire international en contrepartie du sauvetage du pays surendetté, le taux de chômage était de 15,9% en février et de 15,1% en janvier.

 

Selon les chiffres fournis par l’Esa sur les cinq dernières années, le chômage en mars s’établissait autour de 9% jusqu’en 2010.

Plus de quatre jeunes de 15 à 24 ans non scolarisés sur dix (42,5%) étaient sans emploi en mars, contre un taux de 29,8% frappant cette tranche d’âge en mars 2010.

 

Près d’une femme sur cinq est aussi frappée, avec un taux de 19,5%, contre 13,8% pour les hommes, selon un communiqué de l’Esa. La crise et la récession ont toutefois resserré l’écart, alors que le chômage féminin représentait jusqu’en 2010 plus du double de celui des hommes.

 

Le nombre des chômeurs en mars 2011 a atteint 811.340 personnes, en hausse de 40,2% sur un an et de 3,1% par rapport à janvier. (belga)

viaLe taux de chômage en Grèce poursuit son envolée – Economie – 7s7.

Share
rejoignez moi sur viadéo
Sur Viadéo
Archives