Get Adobe Flash player
Catégories
ce site est utile, aidez nous à le maintenir au top

blog

Google Drive ça arrive, et très vite ! | Le blog des nouvelles technologies : Web, Technologies, Développement, Interopérabilité

Google Drive ça arrive, et très vite !

Je vous en ai parlé plusieurs fois sur le blog, et plus particulièrement cette semaine ! En effet, après avoir analysé la concurrence, puis annoncé l’intégration du bouton « Ajouter à mon disque » au sein même de Google Docs, il semblerait que tous les voyants soient désormais verts pour le lancement du service.

Initialement annoncé selon les rumeurs, dans les semaines ou mois à venir, puisque j’ai mis en doute lorsque j’ai découvert le bouton dans le code source, une autre preuve supplémentaire apparue me fait penser que le déploiement est déjà en cours. En effet, sur Geekwire une capture d’écran et le logo du service ont été dévoilés.

La capture d’écran affiche une interface « à la Google », c’est-à-dire celle que l’on peut retrouver actuellement sur de nombreux services et qui fait plus ou moins l’unanimité auprès des utilisateurs. On pourra voir que des fichiers .pdf et .docx sont répertoriés dans l’espace de stockage de Google Drive.

google drive ca arrive et tres vite 1 Google Drive ça arrive, et très vite !

On peut également voir qu’il y a une option pour « Installer Google Drive », qui pourrait nous faire penser à une mise en cache locale de l’application afin d’avoir un accès plus rapide et permanent. Ou, s’agirait-il d’applications sur des dispositifs mobiles ?

L’interface semble relativement simple. Il n’y a pas grand chose à dire sur celle-ci. En revanche, alors que dans le rapport du Wall Street Journal on pouvait lire qu’on aurait la possibilité de stocker sur les serveurs Google, photos, documents ou encore vidéos, ce qui permettrait le partage instantané via le Web et d’autres produits Google, je ne vois pas cette fonctionnalité sur la page d’accueil du service. Viendra t-elle par la suite ? Prochainement ? Cette question reste en suspend…

Geekwire a également publié ce que pourrait être le favicon de Google Drive :

google drive ca arrive et tres vite 2 Google Drive ça arrive, et très vite !

Google qui a commencé à parler de son service de stockage sur le cloud en Novembre de l’année dernière, voudrait sans doute rapidement lancer son propre service afin de l’intégrer fortement dans ces services, tels que Gmail, Google Docs et consorts… Ainsi, cela permettrait un partage instantané sur son réseau et de lutter contre l’efficacité des services alternatifs comme Dropbox.

Surveillez vos comptes, vous pourriez voir arriver le petit nouveau prochainement…

 

 

viaGoogle Drive ça arrive, et très vite ! | Le blog des nouvelles technologies : Web, Technologies, Développement, Interopérabilité.

Share
Twitter se donne le droit de censurer – Internet

 

Le site de microblogues Twitter a annoncé jeudi qu'il était désormais en mesure de bloquer la publication de certains messages dans certains pays, si la législation locale l'exige.

«Au fur et à mesure que nous nous développons à l'international, nous irons dans des pays qui ont diverses positions sur la liberté d'expression», a expliqué Twitter sur son blogue. «Certains divergent tellement de nos idées que nous ne pourrons pas y exister», a-t-il précisé. «D'autres nous ressemblent mais, pour des raisons historiques ou culturelles, interdisent certains messages, comme la France ou l'Allemagne qui interdisent les messages pro-nazi».

Désormais, a indiqué Twitter, certains messages pourront être bloqués dans certains pays mais pas les autres, alors que jusqu'à présent les messages bloqués l'étaient dans le monde entier.

«Nous n'avons pas encore utilisé cette capacité, mais si on nous demande de bloquer un message dans un pays spécifique, nous essaierons de contacter l'internaute, et nous indiquerons clairement quand le message a été bloqué», a précisé le site.

Tous les détails de ce type d'intervention apparaîtront sur le site indépendant ChillingEffects.org, a promis Twitter.

«L'une de nos valeurs essentielles, c'est de défendre et respecter la voix de chacun», a encore indiqué le site. «Nous essayons de garder les messages publics le plus possible, et nous serons transparents quand nous ne le pourrons pas».

La Chine est un des pays où Twitter est inaccessible. Le président et cofondateur du site Jack Dorsey, en visite à Shanghai au début du mois, avait jugé cette situation «malheureuse et décevante».

 

 

Lire la suite sur :  Twitter se donne le droit de censurer | Internet.

Share
Le marketing du Social Media en 6 points #Webmarketing #médias #sociaux2.0

Le contenu est ROI, tout comme le client l’est pour le versant e-commerce du web. Beaucoup de sociétés ont réalisées que partager du contenu agréable et utile est indispensable à toute marque souhaitant asseoir sa notoriété. Le contenu n’est pas simplement un article de blog, loin de là. Le Social Media est vraiment apprécié lorsqu’il s’approprie les nouveaux codes de la communication digitale : le multimédia. En voici quelques exemples :

La publication de tels éléments sur un site ou blog peut déclencher un partage important, augmentant la présence d’une marque sur la toile. C’est ce qu’on appelle le pouvoir du viral, ou buzz.

1. Fixez des buts à vos contenus

Qu’essayez-vous d’atteindre ? Récolte d’emails, trouver des leaders d’opinion, des prospects ou augmenter votre visibilité sur les moteurs de recherche ? Voulez-vous rendre votre contenu si attirant qu’il rendra votre marque mémorable et indispensable ? Souhaitez-vous que votre message devienne viral ?

Fixez un but, ne publiez pas uniquement pour publier. Même si ce n’est que de l’information déjà relayée, assurez-vous d’y apporter un plus, votre marque doit vivre via vos publications et votre présence.

2. Devenez un publicateur

Avec la démocratisation de la publication et du marketing, vous avez tous les outils pour éviter d’attendre que votre imprimeur vous livre vos brochures puis les envoyer. Dés maintenant, écrivez un article de blog, un email, unenewsletter (avec opt-in), tweetez le et faites en là promotion sur Facebook. N’attendez plus pour agir.

3. Résolvez les problèmes

Tout le monde a des problèmes, à commencer par vos consommateurs et prospects. Ecrivez du contenu sur les solutions aux problèmes récurrents, accompagnez les virtuellement et transformez ainsi l’humeur négative autour de votre produit en humeur positive. N’est-ce pas ce que vous recherchez en tant que client ?

4. Discutez naturellement

Vous n’êtes pas un robot, votre site / blog non plus. Vous êtes humain et votre site / blog également. Gardez cette … Lire la suite sur : ….

Lire la suite sur :  Le marketing du Social Media en 6 points | Blog de Florent Bertiaux – Webmarketing & médias sociaux 2.0.

Share
9 Raisons D’utiliser Votre Blog Comme Pilier De Votre Stratégie Social Media | Emarketinglicious.fr

Par Isabelle Mathieu

L’engouement pour les médias sociaux a tendance à relayer le blog au second plan de la stratégie e-marketing de certaines entreprises. Ces dernières préfèrent par exemple investir dans une page Facebook au détriment de leur blog ou de leur site internet. Facebook leur apparaît comme l’endroit idéal pour développer leur activité professionnelle en raison de plusieurs motifs : un marché important de consommateurs, la gratuité et la facilité d’utilisation de la plateforme, le bouche-à-oreille etc …

Cependant, le blog comporte des avantages indéniables par rapport aux médias sociaux. Je n’ai pas l’intention de poser la question du choix entre le blog et les médias sociaux. Je pense qu’au contraire, les entreprises ont tout intérêt à utiliser les bénéfices intrinsèques de chaque support afin d’augmenter l’efficacité de leur stratégie e-marketing. Mais je souhaite expliquer pourquoi le blog devrait être le point central de vos efforts sur les médias sociaux.

Aujourd’hui, je vous propose donc de découvrir quelles sont les 9 raisons qui justifient l’utilisation de votre blog en tant que pilier de votre stratégie social media.

blog-social-media-hub

1. Votre blog vous appartient

Votre blog appartient à votre entreprise. Il dispose d’une adresse unique que vous avez enregistrée auprès d’un prestataire accrédité. Vous êtes responsable de son contenu, pour le meilleur et pour le pire. Votre blog ne peut pas être désactivé ou supprimé comme c’est le cas pour vos profils sociaux ou vos pages professionnelles.

Par ailleurs, comme vous êtes chez vous, vous fixez vos règles et vous ne subissez pas celles d’une autre entreprise. Cette particularité vous met à l’abri de décisions qui pourraient affecter négativement votre activité. Ce serait par exemple le cas si vous vendiez des produits sur Facebook via une application et que demain Facebook décidait qu’il n’était plus possible de créer des onglets pour ce type d’activité sur sa plateforme.

2. Vous gardez le contrôle de l’image de votre entreprise

Vous décidez de la ligne éditoriale de votre blog : vous choisissez les informations que vous y diffusez ou les événements sur lesquels vous souhaitez communiquer.

La modération des commentaires peut s’avérer utile en cas de propos contraires aux conditions générales d’utilisation de votre blog. Il ne s’agit pas bien sûr de supprimer les critiques qui pourraient être formulées à votre encontre.

Quelque soit le degré d’excellence de votre entreprise, vous n’échapperez pas à ces critiques et/ou aux réclamations de certains clients. Un blog vous permet toutefois de centraliser ces remarques en un seul endroit, de répondre rapidement et d’apporter des solutions quand cela est nécessaire.

Le grand nombre de plateformes social media et la viralité qui les caractérisent, rendent le contrôle de l’image d’une entreprise plus difficile.

3. Votre blog humanise votre entreprise

Votre blog rend votre entreprise plus « accessible » à vos lecteurs. Ce n’est plus l’entité « Entreprise X » ou son service commercial qui s’adresse à son audience mais bien un ou plusieurs rédacteurs identifiés, avec une voix unique, parfois un avatar, et souvent un style plus décontracté.

Alors que les sites internet ont tendance à manquer d’âme, le blog aide à établir des connexions personnelles et des relations de proximité qui participent au développement d’une image rassurante de votre entreprise.

4. Votre blog vous permet d’atteindre vos objectifs marketing

Votre blog vous aide à accomplir de nombreux objectifs marketing : augmenter la notoriété de votre entreprise, trouver de nouveaux clients, accroître vos ventes etc … Par son biais, vous disposez d’une arme redoutable : son contenu. En effet, vos billets permettent d’attirer des visiteurs et même de pré-qualifier votre audience lorsqu’ils sont rédigés avec pertinence.

Quels que soient vos objectifs marketing, les étapes de l’entonnoir de conversion sont les mêmes : attirer des visiteurs, convertir vos visiteurs en abonnés via l’inscription à votre newsletter et amener vos abonnés à accomplir les actions que vous souhaitez.

Autre point positif pour votre blog : la transformation de vos succès en éléments attrayants afin de générer encore plus d’intérêt pour votre entreprise.

5. Votre blog améliore votre référencement

La production d’articles optimisés selon des mots-clés stratégiques contribue à améliorer votre référencement et la visibilité de votre entreprise sur Google. Un blog facilite aussi la création d’une architecture favorable au référencement (la structure, la profondeur des liens, la hiérarchie des pages etc …)

Par ailleurs, plus votre contenu est intéressant, plus vous aurez de chance d’obtenir des liens entrants, et si possible provenant de sites influents.

Enfin, Google aime le contenu « frais » et le blog facilite grandement la publication régulière d’articles.

6. Votre blog vous aide à bâtir une communauté

On parle souvent de l’utilisation des médias sociaux pour créer une communauté et pour favoriser l’engagement. Mais c’est aussi vrai quand il s’agit d’un blog. A une différence près : la communauté de votre blog vous appartient.

Le blog est un excellent outil pour favoriser le dialogue bi-directionnel entre une entreprise et son audience. Les consommateurs peuvent ainsi rejoindre les discussions, poser des questions et communiquer avec votre entreprise de manière plus personnelle.

L’existence d’une communauté favorise l’engagement, la fidélisation et l’émergence de super-fans ou encore d’évangélistes qui participent à la promotion de votre entreprise.

7. Le blog facilite le partage de votre contenu

Le blog facilite le partage de votre contenu auprès de vos abonnés via vos flux RSS ou votre newsletter. Il permet aussi à vos visiteurs de distribuer vos informations par l’intermédiaire des boutons de partage social implémentés dans vos articles.

8. Le blog est flexible

Vous avez la possibilité d’ajouter des extensions pour proposer de nouvelles fonctionnalités et pour adapter votre blog aux évolutions rapides du web. Cette flexibilité vous aide à augmenter l’efficacité de votre blog.

9. Le blog est multimédia

Le blog permet de diffuser de nombreux formats multimédia pour enrichir votre contenu : les présentations powerpoint, les vidéos, les podcasts, les documents pdf etc …

A Votre Tour Maintenant !

Comment votre blog vous aide-t-il à promouvoir votre activité professionnelle ? Quels résultats avez-vous obtenus en utilisant un blog ?

 

Lire la suite sur :  9 Raisons D’utiliser Votre Blog Comme Pilier De Votre Stratégie Social Media | Emarketinglicious.fr.

Share
LeWeb’11: ‘C’est l’entreprise qu’il faut changer, pas le marketing’, Frédéric Cavazza, consultant web et blogueur

Par Régine Eveno et Xavier Foucaud, 09/12/2011

LeWeb’11 était « The place to be » pour les start-up du Web, du 7 au 9 décembre. Mais quelles tendances se dégagent de ce forum sur l’avenir de l’Internet nouvelle formule, à la fois Social, Mobile et Local (SoLoMo) ? Réponses avec Frédéric Cavazza, blogueur et consultant en web marketing.

LeWeb'11: 'C'est l'entreprise qu'il faut changer, pas le marketing', Frédéric Cavazza, consultant web et blogueur

Frédéric Cavazza est blogueur (FredCavazza.net) et consultant en social media au sein du cabinet conseil The Persuaders.

L’ère du Web social et mobile, « célébrée » par Loïc Le Meur durant LeWeb’11, se révèle un véritable casse-tête pour les marques. Quelles leçons les directions marketing peuvent-elles tirer de cet évènement ?

Les clients que je rencontre en tant que consultant me disent : « Je ne comprends pas, j’ai lancé une page Facebook et un compte Twitter, mais il ne se passe pas grand chose ». En fait, pour passer à l’étape suivante, il leur faut comprendre les mécaniques qui font tourner le marketing social : arrêter de broadcaster des messages comme ils l’ont fait pendant des décennies, arrêter d’industrialiser la relation client au travers de programmes de fidélité ou de formulaires. A eux de rentrer en conversation avec le client et de prendre le temps de l’écouter pour mieux le comprendre, pour mieux percevoir ses motivations, ses contraintes….

Finalement, c’est à un changement culturel auquel on assiste ?

Ce qu’il faut changer, ce n’est pas le marketing, c’est l’entreprise. Ce n’est pas simple, car tout et tout le monde doit changer en même temps : l’organisation, les process, la culture. Il faut passer par une phase d’acculturation …de la direction générale, du middle management et des collaborateurs. C’est la meilleure façon d’entrer dans un cercle vertueux, celui de la « social» entreprise (social au sens anglo-saxon du terme). Les vraies barrières sont culturelles, car la résistance interne est forte. Tout le monde pense connaitre Internet, mais c’est celui de 2005 pas celui de 2012.

Cela signifie-t-il qu’il faille mettre aux commandes des digital natives dans les entreprises ?

Pas forcément. Il faut des personnalités souples, ouvertes, des middle managers qui ont conscience qu’il n’y aura pas de retour en arrière. Les entreprises ne doivent pas être dans une posture défensive. Il y des opportunités à saisir. C’est de conduite du changement dont il est question ici. Pas de social software ou d’outil de social scoring et de gestion de l’e-réputation…

C’est une révolution qui va prendre du temps?

Les entreprises ont mis dix ans pour implémenter leur ERP. Elles mettront dix ans également pour implémenter leur ERP «social » et les pratiques qui vont avec. C’est une révolution de long terme qui nous engage pour la prochaine décennie.

Le concept de SoLoMo (Social Local Mobile) lancé par Loïc Le Meur pour caractériser cette révolution en cours est-il réellement opérant ?

C’est un acronyme intéressant. Il désigne les trois forces qui transforment aujourd’hui l’internet, le business et la société. Je propose une autre synthèse articulée autour de l’acronyme ToDaClo (« To » pour Touch, « Da » pour Data et « Clo pour Cloud). « Touch » parce que les interfaces tactiles (smart, tablettes, cadres photos connectées, bornes interactives) sont en train de réinventer l’expérience digitale. « Da » parce que ceux qui auront la capacité d’exploiter les Big Data, la pléthore de données générées par le Net, auront un train d’avance. « Clo » parce que le cloud va révolutionner la façon dont les collaborateurs vont travailler entre eux, dont les entreprises vont collaborer avec leurs partenaires, dont les clients vont consommer les contenus digitalisés et enfin le partage des données publiques par les collectivités. Si vous êtes une marque, mélangez toutes les données issues de votre CRM, des médias sociaux (sur les prospects…) avec des facteurs externes (comme la météo…) pour anticiper les besoins des consommateurs. Ce type d’analyse permet d’avoir la « big picture » comme disent les américains, d’avoir une vision d’ensemble.

Cette conférence a mis aussi en relief l’extrême fragmentation du marché digital en Europe par rapport aux Etats-Unis et la prolifération des start-up dans ce domaine. Faut-il créer une silicon valley en Europe ?

Il y a un problème de marché intérieur en Europe. Il existe beaucoup de barrières linguistiques, fiscales, culturelles d’un marché à l’autre. Seuls quelques acteurs comme Kelkoo ou Meetic ont une taille continentale. Il est plus difficile d’atteindre la taille critique en Europe qu’aux Etats-Unis pour les start-up. C’est un handicap. Mais aussi une protection.

 

Lire la suite sur :   LeWeb’11: ‘C’est l’entreprise qu’il faut changer, pas le marketing’, Frédéric Cavazza, consultant web et blogueur.

Share
La stratégie de Facebook expliquée aux marketeurs … par Serge Roukine

Le billet suivant a été écris par moi et publié en premier chez Presse-Citron.

Les nouveautés annoncées par Facebook lors de l’événement F8 de la semaine dernière vont naturellement jouer sur la façon dont les internautes utilisent le réseau social. Ces changements influent également sur la façon dont les développeurs conçoivent leurs applications Facebook et leurs sites. Mais les marketeurs, qui utilisent la plateforme publicitaire de Facebook, vont également bénéficier de ces changements.

Tout d’abord un récapitulatif des nouveautés qui ont été annoncées :

La Timeline est en même temps un profil et un mur au sein duquel seules les informations les plus importantes sont publiées. C’est une sorte de « curation » automatique de ce qu’un utilisateur fait et publie sur Facebook.

Le Ticker, qui est déjà en production depuis quelques jours, est un flux mis à jour en temps réel qui regroupe l’ensemble des actions réalisées par les amis d’un utilisateur. Les informations de moindre importance (« Eric écoute Britney Spears ») y sont cantonnées.

L’Open Graph, qui est en quelques sortes la « méga-API » de Facebook, a également été modifié en profondeur. Il permet notamment aux éditeurs d’applications de lire des informations sur leurs utilisateurs et de publier du contenu en leur nom. La principale évolution concerne le vocabulaire. Auparavant les applications pouvaient publier en votre nom que vous aviez « aimé » quelque chose. Elles peuvent toujours le faire mais de façon plus riche, elle peuvent maintenant utiliser des verbes en plus des noms : « lire », « voir » etc. et publier sur le mur d’un utilisateur qu’il vient de « lire » un « livre » ou « cuisiner » un « plat ».

Les applications pourront également choisir (ou faire choisir à l’utilisateur) où et comment elles pourront publier des contenus en son nom : dans le Ticker (pour les news de faible importance) dans le flux d’actualité classique (pour les informations plus consistantes), dans la Timeline (au sein de blocs spécifiques dédiés à chaque application).

Les membres peuvent publier dans leur Timeline les grands événements de leur vie sous la forme de statuts « préconfigurés » par Facebook. Ils peuvent déclarer un mariage, une naissance, un nouveau diplôme et même une blessure ou une maladie.

Avant de voir ce qui change pour les marketeurs, rappelons tout d’abord que la force de la plateforme publicitaire de Facebook est de cibler les consommateurs sur ce qu’ils sont : âge, sexe, ville, statut marital, centres d’intérêt. C’est la principale différence avec Google qui cible notamment les internautes sur ce qu’ils veulent (au travers de ce qu’ils cherchent). Soyons clair, si Google reste le leader du marketing en ligne, c’est qu’il occupe la meilleure place, le dernier segment avant l’achat, le plus « cher ». En d’autres termes, savoir ce que l’internaute veut vaut plus cher que de savoir qui il est. Mais Facebook n’a pas dit son dernier mot.

Tout l’objectif de Facebook est d’enrichir sa connaissance des internautes et de créer un nouvel « espace marketing » de valeur supérieure. La diversification de l’Open Graph et l’usage des verbes va permettre d’améliorer son formidable outil de ciblage. J’utilise souvent le verbe « lire » ? On me vendra des livres. J’utilise souvent le verbe « courir » ? On me vendra des chaussures. Facebook sait ce que je fais, les marketeurs aussi.

Bien entendu, avant, Facebook savait déjà que j’aimais : un groupe de musique et un sport par exemple. Il savait ce que j’aimais … mais pas ce que je faisais. En s’intéressant à ce que font les internautes, Facebook augmente la valeur de ses données de deux façons :

d’une part il sait plus de choses intéressantes sur moi.

d’autre part, il introduit une dimension temporelle : il sait ce que je fais, au moment où je le fais.

Je m’explique : je peux aimer un ….. à suivre sur

 

Lire la suite de l’articles sur :  La stratégie de Facebook expliquée aux marketeurs | Serge Roukine.

#facebook, #marketeur, #marketing, #stratégie

Share
Quelle éthique pour un curateur en ligne ?

curatorgirl Quelle éthique pour un curateur en ligne ?

Récemment, un confrère blogueur a fait un test en publiant un article dont le titre amènerait certainement beaucoup de twittos à partager rapidement celui-ci sans lire l’article. Tout l’intérêt de ce test était de voir comment créer un buzz sans contenu, juste avec un titre bidon et force est de constater que ça a marché.

Au vu du succès du test, des questions peuvent se poser, car bien sûr, on sait depuis longtemps que certains articles sont parfois plus partagés que lu, j’en ai déjà fait la constatation sur certains des mes billets, mais ce qui m’intéresse, c’est comment ces articles sont diffusés massivement sans être lu et surtout, quels sont les raisons du partage de contenu non lu?

La clé du buzz, c’est le «Online Content Curatorr» , nommé simplement « curateur » en français, cet influenceur sur TwitterFacebook ou Google + qui partage les articles qui lui semble intéressants à une large communauté. Le curateur est un influenceur qui joue un peu le rôle d’agrégateur (Netvibes, Google Readers, …) de contenu pour sa communauté sur une ou plusieurs thématiques précises. Mais la différence entre un agrégateur et un curateur est énorme, en théorie, puisque le curateur va définir la qualité et l’intérêt de l’article pour sa communauté qui se base sur son jugement, là où l’agrégateur partage tout, car ce n’est qu’un logiciel.

CuratorWeb 560x324 Quelle éthique pour un curateur en ligne ?

Il existe donc une relation de confiance entre les curateurs et les lecteurs, mais pour arriver à proposer un maximum de contenu de qualité à leur communauté sans passer leur temps à la lire et le sélectionner, certains (beaucoup) de curateurs essayent d’automatiser la publication de contenu provenant de sources de qualité, ils deviennent dans ce cas de simples agrégateurs en temps réel qui font ponctuellement de la curation. Mais que se passe-t-il si la source fiable décide de jouer avec ses curateurs? Il casse la relation de confiance entre ses curateurs, qui décideront de ne plus automatiser la publication de leurs articles, et lui même, mais il aura également cassé la relation de confiance entre ses curateurs et leur réseau.

Parce que les techniques de diffusion de l’information ont fortement changé en quelques années, les rédacteurs (journalistes et blogueurs) se doivent d’être prudents en jouant avec leurs lecteurs.

Je me suis fait avoir à mon tour par le piège du blogueur en question, car même si je ne suis pas directement fié à une source en automatisant le partage de son contenu, je me suis appuyé sur le travail de curation de 2 influenceurs sensés être fiables, pour estimer que le lien pouvait être partagé avant d’être lu.

Cette expérience montre bien la difficulté de chaque curateur sur les médias sociaux de bien jouer son rôle. Moi aussi, je cherche des moyens de m’appuyer sur le travail d’autres personnes pour partager de façon automatisée quelques liens sur Facebook et Twitter, car, en journée, je n’ai pas forcément le temps de faire de la veille, mais jusqu’à présent, je n’ai rien trouvé d’efficace. Il faut bien l’avouer, le seul moyen de faire un vrai travail de veille pour son réseau, c’est de le faire sois même, aussi, si vous n’êtes pas directement payé pour faire ce travail (ce qui est le cas de la majorité des curateurs) vous ne pourrez jamais le faire parfaitement, mais ça, vous ne le dites pas à votre communauté qui pense que vous avez vu et lu et appréciez tous les articles que vous partagez.

N’y aurait-il pas un problème d’éthique chez les curateurs? Influenceur, c’est aussi une responsabilité.

Lire la suite sur :   Quelle éthique pour un curateur en ligne ?.

Share
Buzz Comm e-Marketing et Médias Sociaux » Mesurer la performance sur les médias sociaux: le défi des marketeurs en 2012?

Prévisions 2012 médias sociauxEn cette fin d’année, certains font des bilans, d’autres des projections. Les « socio-sceptiques » prévoient déjà la fin des médias sociaux en tant que canal de communication, les « socio-enthousiastes » leur prédisent au contraire encore un bel avenir. Difficile de s’y retrouver, non? En tout cas, une chose est sûre : en 2012, les marketeurs devront s’appuyer sur des métriques plus probantes que le nombre de fans, de j’aime, de retweets ou de followers, pour justifier leurs investissements et une présence sur les médias sociaux.

De l’urgence d’exploiter des indicateurs pertinents

Lorsqu’on interroge les Responsables Marketing sur leurs projets futurs, la grande majorité dit vouloir investir sur les médias sociaux  tout en s’inquiétant de ne pas pouvoir légitimer ses choix. En effet, les indicateurs de performance utilisés manquent souvent de pertinence en termes d’impact d sur les résultats de l’entreprise.

Méthodes de mesure des campagnes sociales et technologies utilisées par les marketeurs

Du reste, une récente étude de Chief Marketer met en évidence que deux Marketeurs sur cinq doutent de leur capacité à mesurer efficacement leurs campagnes Marketing.

Comment les marketeurs jugent-ils leur capacité à mesurer l'efficacité de leurs campagnes sociales

Pourtant, le besoin de démontrer l’efficacité des médias sociaux n’a jamais été aussi crucial. A l’heure où les Directions Marketing envisagent d’investir dans les médias sociaux et éventuellement de leur allouer des budgets jusqu’alors destinés à d’autres canaux, elles doivent pouvoir s’appuyer sur indicateurs qui prouvent non seulement l’attachement à la marque mais aussi que cet attachement a un impact direct sur les ventes.

Vers l’adoption d’outils d’analyse

Dans ce contexte, une tendance commence à se dessiner : 88% des grandes sociétés interrogées lors de l’enquête menée par Booz & Company et Buddy Media, disent suivre la portée de leurs campagnes sociales et surveiller de près l’engagement et la participation de leurs fans. En outre 98% utilisent ou prévoient d’utiliser des tableaux de bord “maison” pour évaluer leur performance. Force est de constater que l’offre d’outils de mesure s’enrichit même s’ils ne font pas l’unanimité puisque les critères de performance varient d’une entreprise à l’autre en fonction des objectifs qu’elles se sont fixées.

S’adapter aux nouvelles tendances

Selon une étude d’IBM, 79% des …    Lire la suite sur :  Buzz Comm e-Marketing et Médias Sociaux » Mesurer la performance sur les médias sociaux: le défi des marketeurs en 2012?.

Share
Monsieur Olivier Médium, pour le clip de sony music

Monsieur Olivier Médium, pour le clip de sony music.

Le site d’un ami qui vient juste d’être mis en ligne je le recommande fortement, c’est une réalisation de mes associés et partenaires. Vous savez le gars qui ne faut jamais contacter si vous ne voulez pas travailler … !!! Enfin Bref … je voulais parler de Net Partenaires.com

Par contre Monsieur Olivier Medium, là vraiment je vous le conseil !

Son Blog vient de sortir et franchement il promet, je vous le recommande … !!!! Cliquez sur  savoir voyance

 

 

Share
Etude, Les marques de mode les plus influentes du web | FrenchWeb.fr

Alors que la Fashion Week parisienne a ouvert ses portes hier, Ebuzzing en partenariat avec Ykone, vient de publier une étude sur la mode et les médias sociaux. Marques les plus citées, pages Facebook et interactions, blogs influents… Au total, plus de 50M d’articles issus de plus de 3M de sources ont été analysés au cours du premier semestre 2011. Zoom sur les principales informations de cette étude.

Les marques les plus citées:

  • Avec 27% des voix, H&M est la marque qui obtient la part de voix la plus importante dans les blogs et médias. Zara arrive en deuxième position avec 16% des voix.
  • Viennent ensuite, Mango (6%) et Etam (6%), puis New look avec 5% des voix.
  • Dans la catégorie luxe, avec respectivement 14 % et 13% de parts de voix, Dior et Chanel figurent comme les deux marques les plus mentionnées par rapport à d’autres marques comme John Galliano (8%), ou encore Karl Lagerfeld (7%).
Pages Facebook et interactions
  • Avec plus de 10M de fans, Zara devance très largement les autres marques de prêt-à-porter en nombre de fans, s’assurant une véritable « vitrine communautaire » pour son image de marque.
  • H&M arrive sur la deuxième marche du podium avec plus de 8M de fans. La marque suédoise est pourtant plus active que Zara sur sa page Facebook et propose un contenu plus riche, avec un nombre de réponses supérieur.
  • Levi’s et Roxy, arrivent en 3ème et 4ème position avec respectivement 7M et 1M de fans sur leur page Facebook.
Les blogs de mode les plus influents

Lire la suite sur :  [Etude] Les marques de mode les plus influentes du web | FrenchWeb.fr.

Share
L’hoax de la semaine : Google, futur MVNO en Espagne – PC INpact
C’était une belle rumeur. Elle donnait envie d’y croire. Imaginez, Google compte se lancer en tant que MVNO de l’autre côté des Pyrénées, voire pourquoi pas dans toute l’Europe. Il faut dire que Google Voice se déploie ces derniers temps sur le continent. La nouvelle est donc on ne peut plus logique et crédible, d’autant plus qu’il existe des photos comme preuves. Mais tout ceci serait en fait une belle supercherie pour tromper les médias.

Google MVNO Espagne fake hoax

Dévoilée par le blog espagnol Calaveracountry.es, la nouvelle a fait l’effet d’une bombe en Espagne et sur bien des sites spécialisés dans le monde. Google, un MVNO de Vodafone, Orange ou Telefonica (Movistar) ? Voilà qui laissent rêveur bien des abonnés lassés des tarifs prohibitifs des opérateurs actuels.

Le blog explique tenir ces informations et ces photos d’une personne ayant reçu un « starter pack » avec un Nexus S et donc une carte SIM Google. Le blog en question est cependant tout neuf, ce qui laisse déjà planer quelques doutes.

Mais surtout, tout a en fait été orchestré par des membres du forum Forocoches (le topic a depuis été supprimé). Le but était de surfer sur la nouvelle de l’expansion en Europe de Google Voice pour faire croire que Google en profiterait pour devenir un opérateur mobile.

Google MVNO Espagne fake hoax Google MVNO Espagne fake hoax

L’histoire est alors montée de toutes pièces. Officiellement, il faut donc raconter que Google fait des tests et a envoyé un pack à certains de ses ingénieurs en Espagne afin de vérifier les réseaux. Et histoire d’être crédible, on rajoute quelques photos, un Nexus S (un vrai) avec un opérateur (un faux) nommé Google-Es. Saupoudrez le tout par une propagation de l’actualité sur les forums et les réseaux sociaux, et le tour est joué.

Voilà une histoire qui nous en rappelle une autre Comme quoi, tout ce qui touche à la téléphonie mobile et à un possible bouleversement du marché fait parfois perdre la tête.

Rédigée par Nil Sanyas le vendredi 23 septembre 2011 à 15h25 (15112 lectures)

viaL’hoax de la semaine : Google, futur MVNO en Espagne – PC INpact.

Share
Intégrer le web social dans la relation client : un Social CRM pertinent avec e-Acticall

La communication sur les médias sociaux est devenue un véritable phénomène de mode auquel les entreprises doivent faire face si elles veulent conserver une certaine maîtrise de leur e-réputation.

Tout l’intérêt d’investir le web social est de profiter de sa « toute-puissance » pour renforcer l’attachement du client à la marque et faire fructifier la relation.

Grâce aux espaces communautaires, le consommateur jouit d’un accès simplifié aux informations, d’une dynamique d’entraide et de partage avec ses homologues, d’un contact plus instantané et personnalisé avec la marque,…

D’un autre côté, l’entreprise peut étoffer sa connaissance du client, mieux appréhender son environnement, anticiper les nouvelles tendances et les éventuelles crises, entretenir un dialogue empathique et productif avec ses clients…

Autant de raisons de profiter des atouts du digital pour enrichir l’expérience client.

Lire la suite de l’article sur :  Acticall - L’actualité en bref.

Share
L’intérêt d’un blog d’entreprise « SocialMkg.com

Un blog est long à gérer. Il faut publier, publier et… Publier. Beaucoup de personnes que je rencontre m’avouent avoir essayé, et abandonné au bout de quelques mois, soit par manque de retours, soit par manque de temps, ou tout simplement par raz le bol, et la fameuse impression qu’on à tous au début de parler tout seul.

C’est dommage. Le blog est l’outil de communication à mon avis au centre d’une bonne présence web, et cela est d’autant plus vrai pour une entreprise que pour un particulier. Un blog permet d’être … LIRE LA SUITE  L’intérêt d’un blog d’entreprise « SocialMkg.com.

Share
SocialMkg.com

Google, Twitter, Facebook : La guerre des boutons !

Vous connaissez sûrement tous les boutons « Like » et « Tweet », lancés respectivement par Facebook et Twitter. Ces boutons permettent aux internautes de partager des informations, de déclarer leurs intérêts pour une actualité, un article, depuis un site autre que Facebook ou Twitter

LIRE LA SUITE  SocialMkg.com.

Share
Les NTIC dans les entreprises

Les NTIC dans l’entreprise

Les NTIC « Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication » sont aujourd’hui les outils majeurs pour la construction de la compétitivité. La mondialisation, la crise, obligent aujourd’hui les entreprises à conduire une stratégie commerciale et de développement pro-active. De leur capacité à relever ce défi, dépend leur croissance, et dans bien des cas, leur survie. Les entreprises qui gagnent sont celles qui savent établir des coopérations, faire des partenariat et mais aussi savoir les gérer (la Maitrise des NTIC), Grâce au NTIC travailler en réseau, produire et utiliser collectivement la connaissance sans cesse renouvelée dont elles ont besoin pour générer de la valeur. Le knowledge management est devenu un facteur essentiel de la performance.

De Wikipédia – Les notions de technologies de l’information et de la communication (TIC) et de nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC) (en anglais, Information and communication technologies, ICT) regroupent les techniques utilisées dans le traitement et la transmission des informations, principalement de l’informatique, de l’Internet et des télécommunications.
Par extension, elles désignent leur secteur d’activité économique. Cette définition des TIC positionne cette industrie comme support de l’industrie du contenu numérique.
En ce qui concerne les NTIC, le terme tend à qualifier plus particulièrement les problématiques résultantes de l’intégration de ces technologies au sein des systèmes institutionnels, recouvrant notamment les produits, les pratiques et les procédés potentiellement générés par cette intégration.

Les NTIC, les nouvelles  (que l’on pourrait traduire par Nouvelles Technologies de l’Intelligence Collective) sont un atout irremplaçable dans la circulation rapide de l’information, l’élaboration collective de plans d’action et de nouvelles façons de faire, la coordination de l’action, la mémorisation et la capitalisation des expériences, l’accès rapide à des connaissances très diverses, l’ouverture de nouveaux services à la clientèle.

Cette contribution des NTIC à la création de valeur prend aujourd’hui plusieurs formes :
intranet, internet, web, blog, Telecom, téléphonie, mobilité, VOIP, messageries, forums, groupware, workflow, bases de connaissances partagées, data mining, gestion documentaire, édition multimedia, commerce électronique, service à la clientèle, assistance à la formation, Réseaux sociaux, Géolocalisation, (Glocalisation) etc.
Ces formes vont encore évoluer, profondément et rapidement. Nous ne sommes qu’au Balbutiement,  au tout début de la révolution informationnelle.  NTIC Entreprises à la  vocation est d’aider les entreprises à conduire cette mutation.

Les NTIC prennent leur sens dans une stratégie d’ensemble fondée sur l’intelligence partagée. Elles n’ont pas de but en soi, mais peuvent rendre possibles des modes d’organisation totalement nouveaux fondés sur l’innovation, la compétence collective, le partage et la capitalisation du savoir, la responsabilisation, la réactivité.

La connaissance est une construction collective, pas seulement une information à stocker. Le management de la connaissance est avant tout une dynamique d’invention et de partage. L’usage des NTIC doit être conçu pour provoquer, faciliter et démultiplier cette dynamique de création.

Chez « NTIC Entreprises » on pense que les NTIC concernent toutes les activités de l’entreprise ; elles peuvent incorporer de l’intelligence tout au long de la chaîne de valeur, dans les métiers, dans les processus, dans les projets ; elles peuvent irriguer tous les réseaux de communication et toutes les catégories de personnes qui font l’entreprise : clients, collaborateurs, fournisseurs.

Les usages des NTIC doivent être élaborés en étroite concertation avec les utilisateurs, car ils modifient profondément les façons de travailler. La technologie ne doit pas prendre le pas sur les personnes, mais au contraire les aider à trouver les voies de la performance.

L’utilisation performante des NTIC nécessite l’acquisition de nouvelles compétences. Il est indispensable d’accompagner toute mise en place de NTIC par un programme volontariste de développement des compétences axé sur des objectifs opérationnels identifiés, afin d’utiliser pleinement les possibilités du système. Pour cela vous pouvez faire appel à la SAS NTIC Entreprises

Une application qui va être amenée sur le devant de la scène, un secteur qui va être appelé à ce développer  »Le datamining »

Le datamining, une technique adaptée à note époque

Le datamining est une discipline en vogue. Ce n’est cependant pas une mode ni une coquetterie. L’appel croissant et varié au datamining tient selon nous aux facteurs suivants :

  • La gestion des données est facilitée par la puissance accrue des ordinateurs
  • Les entreprises se sont accoutumées à manipuler des volumes toujours plus importants de données sous la contrainte des optimisations qu’elles doivent sans cesse accomplir pour leur survie.
  • Progressivement les entreprises prennent conscience qu’au delà de l’usage courant que chacun fait de ses données, celles-ci renferment également des notions invisibles à l’oeil nu.
  • Bien que délicates à mettre en oeuvre, les méthodes de datamining sont très efficaces pour la compréhension approfondie de l’information que recèle un ensemble de données.
Share
Tumblr Fait Dans Une Journée Le Même Nombre De Pages Vues Qu’en Juillet 2009 ! | Emarketinglicious.fr

Tumblr Fait Dans Une Journée Le Même Nombre De Pages Vues Qu’en Juillet 2009 ! | Emarketinglicious.fr.

En juillet 2009, Tumblr enregistrait 50 millions de visiteurs, 255 millions de page vues et 650 000 nouveaux billets par jour. Un an plus tard, Tumblr continuait son ascension fulgurante avec 6 millions d’utilisateurs et 1,5 milliards de page vues. La semaine dernière, David Kard son fondateur, a annoncé que Tumblr avait fait 250 millions de pages …   Tumblr Fait Dans Une Journée Le Même Nombre De Pages Vues Qu’en Juillet 2009 ! | Emarketinglicious.fr.

Share
rejoignez moi sur viadéo
Sur Viadéo
Archives