Get Adobe Flash player
Catégories
ce site est utile, aidez nous à le maintenir au top

Presse

LEDsysteme – nos solutions d’économie LED pour une boutique de vêtements

LedSystem.fr

Une boutique de vêtements

 

 

Petite boutique de vêtements d'enfants, ouverte de 9h à 19h, fermée le dimanche. L'ensemble de la boutique est éclairée par des spots au plafond ou directifs sur les modèles en vitrine, tous ces spots produisent beaucoup de chaleur. La nuit, la boutique est complètement éteinte, conformémement aux nouvelles exigences.

Surface 90 m2
Facture EDF 1 450,00 €/an
Après diagnostic
Facture éclairage 620,00 €/an
Economies possibles 387,00 €/an
Coût du Relamping 1 650,00 €

Financement

Un financement sur 60 mois permettra à cette boutique de passer à la LED sans douleur, elle pourra même commencer à faire des économies sur sa facture d'énergie:
Années 1 à 5

 

 

EDF

 

 

1 063€

 

 

Remboursement

 

 

330€

 

 

Economies

57€

 

 

 
 

 

 

Coût Electricité: 1 393,00€/an

 

 

Année 6 et suivantes

 

 

EDF

 

 

1 063€

 

 

Economies

387€

 

 

 

 

 

Nouveau coût Electricité: 1 063,00€/an

 

 

L'éclairage à LED permettra aussi des économies au niveau de la climatisation de 

Share

LED System votre spécialiste en system LED

LedSystem.fr    La LED, la solution écologique qui vous rapporte.

Pour un avenir Eclairé et Lumineux    LedSystem.fr 

Remplacez toutes vos lampes par des LED et réduisez immédiatement votre facture électrique par 2 à 5 !

N’attendez pas d’investir dans cette économie, faites simplement un transfert de charge !

Votre investissement est 100% financé par l’économie réalisée immédiatement sur votre facture EDF.

 

Spots plafonniers led Eclairage architectural led

Pour découvrir tous nos produits, téléchargez notre catalogue complet 2015 : Visitez notre site Internet http://ledsystem.fr/

LedSystem.fr 

Share

Participez à notre appel urgent pour arrêter Monsanto!

Notre santé est en danger, mais nous sommes face à un système aux mains des intérêts privés et nous n'avons que peu de temps pour renverser le cours des choses. Plus vous serez nombreux à nous rejoindre, plus notre appel sera puissant! Faites passer le mot tout autour de vous sans tarder grâce aux outils de partage sur Facebook et par email ci-dessous et faites suivre l'email initial d'Avaaz! Merci pour votre action. 

Participez à notre appel urgent pour arrêter Monsanto!

https://secure.avaaz.org/fr/monsanto_dont_silence_science_eu_rb/?ceeExeb

Share

Les vraies raisons de l’exécution politique de Gilles Bourdouleix | Breizh Journal | CNI Isère, Membre Fondateur de l’UDI

Les vraies raisons de l’exécution politique de Gilles Bourdouleix | Breizh Journal | CNI Isère, Membre Fondateur de l'UDI.

 

Comment l’UDI essaie d’abattre Gilles Bourdouleix et le CNIP

Il y a quelque chose de très surprenant dans « l’affaire » Bourdouleix – la rapidité avec laquelle les pontes de l’UDI ont appelé à son exclusion. Jean-Louis Borloo, soucieux de ne pas réagir à chaud, avait seulement fait un communiqué écrit pour condamner les propos et appeler  à analyser la situation, sans mentionner de possibilité d’exclusion. Mais Jean-Louis Lagarde et Yves Jégo ont appelé très vite à une exclusion de l’intéressé. Yves Jégo notamment ne mâchait pas ses mots sur Twitter hier : « Les propos rapportés par le#CourrierdelOuest sont ignobles et inacceptables. L’exclusion de l’UDI de leur auteur doit être immédiate. » La violence de cette réaction traduit là encore un violent règlement de comptes, façon OK Corral. D’un côté, Yves Jégo et ses proches, de l’autre le CNIP mené par Bourdouleix. La toile de fond : les élections au sein des fédérations départementales, puis les municipales. Arbitre théoriquement impartial mais en pratique manipulé : Jean-Louis Borloo.

Tous les jours, des échos et des articles écrits par tels ou d’autres journaux locaux mettent en cause plus ou moins gravement un élu local, sur fond de dérapage avéré ou non. Mais peu d’entre eux atteignent le niveau de l’emballement médiatique national, surtout le jour de la naissance du bébé de Kate Middleton, quand les médias ont fort à faire ailleurs. Le tollé national doit en effet beaucoup à la diffusion qui en a été faite par les amis de Yves Jégo, qui rêvent de se débarrasser du maire de Cholet et surtout de son parti, le CNIP (Centre National des Indépendants et Paysans), qui fait partie depuis 2012 de l’ARES, l’alliance de formations centristes qui a donné naissance à l’UDI autour de Jean-Louis Borloo.

Celle-ci est formée à l’origine de sept composantes (Alliance centriste, CNIP, FED, gauche moderne, Nouveau Centre, PLD, Parti radical, Territoires en mouvement) dont deux – le parti radical et le CNIP – sont d’assez anciens partis politiques, alors que les autres sont essentiellement des mouvements politiques formés autour de quelques personnalités, Gauche Moderne autour du mulhousien Bockel, Alliance Centriste autour, notamment, de Jean Arthuis, etc. Il y a en outre des « adhérents directs », c’est-à-dire des gens qui ne sont qu’adhérents de l’UDI elle-même et non d’une de ses composantes en plus. Chacune des composantes essaie de ne pas se laisser liquider dans le flot des adhérents directs, et le Parti Radical, mené par Yves Jégo, profite amplement du fait que Borloo en soit originaire pour essayer de mettre la main sur l’ensemble des instances locales de l’UDI, et étendre sa sphère d’influence hors des départements où il est déjà implanté. Ce « grand dessein » est au coeur des luttes d’influence qui l’opposent notamment au CNIP.

Des élections dans les départements ont été organisées un peu

Share

Les Echos – La Sécurité sociale dans l’illégalité – Archives | CNI Isère

Quand l’oligarchie bureaucratique et la classe politique se confondent avec la voyoucratie. Choquant, penseront certains. Et pourtant, saviez-vous que le monopole de la Sécurité sociale est abrogé par l’Europe depuis 1994.En effet, eu égard aux directives européennes 92/49/CEE du Conseil du 18 juin 1992 et 92/96/CEE du Conseil du 10 novembre 1992, ce monopole n’existe plus.Et pourtant, les Français ne le savent pas. Plus grave encore, depuis toutes ces années, tout continue comme si de rien n’était. Mais voilà, la notion de primauté de droit communautaire, aussi réelle soit elle, par rapport au droit français est parfaitement ignorée et méprisée par la classe politique française et ce, toutes tendances confondues, sans la moindre exception.S’agissant donc de la fin du monopole de la Sécurité sociale, je reprendrai ici quelques exemples d’agissements illégaux et de propos mensongers tenus notamment par les politiques :Le gouvernement, probablement soucieux de son image, commença à transposer en 1994 les directives européennes en droit français, mais que très partiellement rendant ainsi impossible l’application desdites directives, empêchant dans les f

viaLes Echos – La Sécurité sociale dans l’illégalité – Archives | CNI Isère.

Share

Jeremy Rifkin : “Ce qui a permis le succès inouï du capitalisme va se retourner contre lui” – Idées – Télérama.fr

Jeremy Rifkin
Pour l’économiste américain Jeremy Rifkin, l’heure de la troisième révolution industrielle a sonné. La société va devoir s’adapter.

Il y a vingt-cinq ans, c'était la star du ring, le « boss », vainqueur du communisme par K-O ! Aujourd'hui, le capitalisme est un champion usé par la crise, miné par les contradictions et politiquement à bout de souffle. Pour l'économiste américain Jeremy Rifkin, nous assistons, tout simplement, à son éclipse. Dans un livre passionnant –La Nouvelle Société du coût marginal zéro – en librairie le 24 septembre 2014, il raconte le basculement, inévitable, que nous avons déjà commencé à opérer vers un nouveau système de production et de consommation : les « communaux collaboratifs ». Cette troisième voie (au-delà du sempiternel binôme « capitalisme ou socialisme ») est une forme d'organisation sociale fondée sur l'intérêt de la communauté plutôt que sur la seule satisfaction des désirs individuels, et rendue possible par la troisième révolution industrielle, dans laquelle Internet nous a fait entrer. Un nouveau monde émerge, dynamisé par les réseaux sociaux, l'innovation et la culture du partage. Utopie, encore ? Pour Jeremy Rifkin, c'est déjà une réalité. Entretien.

Nous nous éveillons, dites-vous, à « une nouvelle réalité – celle des communaux collaboratifs ». Ce réveil ne risque-t-il pas d'être difficile pour les entreprises ?


L'économie des communaux collaboratifs est le premier système global à émerger depuis l'avènement du capitalisme et du socialisme au début du XIXe siècle. C'est dire comme l'événement que nous traversons est historique. Au début, le marché capitaliste et les communaux s'épanouiront côte à côte. Mais au fur et à mesure que les communaux gagneront du terrain, un combat terrible va s'engager. Pour survivre, le capitalisme devra se « reconditionner », retoquer son approche du monde et tenter de profiter de la montée en puissance des communaux plutôt que de s'y opposer.

“J’ai découvert l’existence 


d’un paradoxe profondément enfoui 


au cœur du capitalisme, et qui 


n’avait pas encore été mis au jour.”

Qu'est ce qui provoque ce changement de paradigme ?


C'est le coût marginal zéro. Le coût marginal, c'est le coût de production d'un objet ou d'un service additionnel une fois les coûts fixes absorbés. Or, j'ai découvert l'existence d'un paradoxe profondément enfoui au cœur du capitalisme, et qui n'avait pas encore été mis au jour : ce qui a permis le succès inouï du système va finalement se retourner contre lui.

Chaque entrepreneur, comme nous le savons, est en chasse de nouvelles technologies pour améliorer la productivité de son entreprise, réduire les coûts marginaux, mettre sur le marché des produits moins chers, attirer plus de consommateurs, gagner des parts de marché, et satisfaire les investisseurs.

Mais nous n'avions jamais anticipé la possibilité d'une révolution technologique tellement extrême qu'elle pourrait réduire ce coût marginal, pour un ensemble important de biens et de services, à presque zéro, rendant ces biens et services virtuellement gratuits et abondants. Et sapant au passage les bases mêmes du capitalisme.

C'est pourtant ce qu'il se passe ?


Nous avons déjà vu le coût marginal se réduire dans les économies traditionnelles, de façon phénoménale, dans les trente ou quarante dernières années. Et les dix dernières années ont encore vu le phénomène s'accélérer. Voyez l'industrie musicale : des centaines de millions de jeunes produisent et échangent de la musique sur Internet, à des coûts marginaux proches de zéro.

Une fois que vous possédez un téléphone mobile ou un ordinateur, échanger de la musique ne vous coûte plus rien, à part votre abonnement au service. La presse, l'édition, les films et bientôt la télévision, attaquée par Youtube, connaissent le même destin. Des millions d'internautes créent aujourd'hui leurs propres vidéos pour pas grand-chose et les postent gratuitement sur le Web.

L'industrie du savoir aussi est touchée : avec Wikipedia, des millions d'individus produisent de la connaissance et la diffusent à un coût marginal proche de …..

viaJeremy Rifkin : “Ce qui a permis le succès inouï du capitalisme va se retourner contre lui” – Idées – Télérama.fr.

Share

Tidjane Thiam, un Franco-Ivoirien à la tête du Crédit Suisse | Geopolis

Tidjane Thiam
10 mars 2015. Tidjane Thiam pose pour les photographes après la conférence de presse annonçant sa nomination à la présidence du Crédit Suisse.© MICHAEL BUHOLZER / AFP

Que peuvent avoir en commun la Côte d’Ivoire et la Suisse à part le chocolat ? Tidjane Thiam. Il devient le nouveau patron du Crédit Suisse. Parcours.

Un assureur franco-ivoirien débarque à la tête d’un établissement financier helvète. Tidjane Thiam a été nommé le 10 mars 2015 directeur général du Crédit Suisse. Le successeur de l’Américain Brady Dougan prendra ses fonctions en juin. Il compte «continuer» à mettre en œuvre une stratégie «dont beaucoup d'orientations actuelles sont les bonnes», expliquait-il au micro de laRadio télévision suisse. L'un des défis qu'il compte relever est lié à la communication et à l'image du groupe. 

Il est le deuxième Noir à diriger une grande banque internationale après l’Américain Stanley O’Neal, patron de Merrill Lynch de 2002 à 2007, souligne le Temps. Le quinquagénaire s’était déjà fait remarquer en devenant le PDG de l’assureur britannique Prudential en 2009 et ainsi le premier Noir à diriger une entreprise du FTSE (le CAC 40 anglais).

Tidjane Thiam a l’habitude d’être un pionnier. Après avoir décroché le premier prix au concours de mathématiques en 1980, il est à l’âge de 22 ans le premier Ivoirien diplômé de Polytechnique. Il sortira aussi major de l’Ecole des mines en 1986. Il complète sa formation avec un MBA de l’Institut européen d'administration des affaires (Insead) qui a d’ailleurs salué sur son site la nomination de son ancien élève.

Le nouveau patron du Crédit Suisse est né le 29 juillet 1962 à Abidjan. Amadou Thiam, son père, est un journaliste sénégalais qui deviendra ministre du premier président ivoirien, Felix Houphouët Boigny. Mariétou Thiam, sa mère, n’est autre que la nièce du père de l’indépendance ivoirienne. Cette filiation explique peut-être certains de ses choix. 

Ignoré par les Français, adoubé par les Britanniques
Après ses études supérieures, Tidjane Thiam est repéré par le cabinet américain McKinsey qui le recrute à 24 ans. Le consultant prendra une année sabbatique en 1989 pour intégrer le programme annuel de recrutement des cadres juniors de la Banque mondiale. 

En 1994, le président Henri Konan Bédié l’invite à rejoindre son pays natal. Il prend alors la direction du Bureau national d’études techniques et de développement (Bnetd), en charge du …

viaTidjane Thiam, un Franco-Ivoirien à la tête du Crédit Suisse | Geopolis.

Share

Gières | Eloquant s’installe dans de nouveaux locaux

Les nouveaux locaux d’Eloquant ont officiellement été inaugurés le 26 février dernier. Photo Eloquant

Les nouveaux locaux d’Eloquant ont officiellement été inaugurés le 26 février dernier. Photo Eloquant

Près d’un an après leur fusion, Eloquant et Interview SA viennent de réunir leurs équipes à Gières. « Notre volonté est de faire évoluer nos offres respectives mais aussi de renforcer les synergies pour imaginer, développer et proposer à nos clients de nouvelles offres », détaille Alain Bouveret, le fondateur d’Interview SA.

Il y a presque un an, Eloquant et Interview SA, deux éditeurs de logiciels isérois, décidaient de fusionner. « Un rapprochement logique, explique Alain Bouveret, fondateur d’Interview SA. Nos deux entreprises intervenaient dans deux secteurs complémentaires. Eloquant était spécialisée dans les solutions cloud de gestion des interactions clients et Interview SA proposait des solutions d’enquête multicanale. Aujourd’hui, nous voulons proposer des offres qui mesureront en direct l’expérience des ………….

lire la suite sur : Gières | Eloquant s’installe dans de nouveaux locaux.

Share

Manuel Valls poursuivi au pénal: premier ministre et commerçant, il viole la Constitution

-

Article 23 de la Constitution du 4 octobre 1958 :

« Les fonctions de membre du Gouvernement sont incompatibles avec l’exercice de tout mandat parlementaire, de toute fonction de représentation professionnelle à caractère national et de tout emploi public ou de toute activité professionnelle. »

Halte là ! dit Xavier Kemlin…

« Manuel Valls, Emmanuel Macron et Vincent Peillon sont inscrits au Registre du commerce, en infraction avec l’article 23 de la Constitution de 1958″, dénonce Xavier Kemlin.

L’arrière-petit-fils du fondateur de Casino et citoyen franco-suisse a porté plainte avec constitution de partie civile auprès du doyen des juges d’instruction de Thonon pour «faux en écriture publique» et fausse déclaration d’une profession, jeudi 5 janvier 2015.

Xavier Kemlin: «Le procureur va me recevoir et requalifier les faits en fonction du droit pénal».

Parallèlement, il a informé par courrier le Conseil constitutionnel et la Haute autorité pour la transparence de la vie publique.«Je vous informe que monsieur Manuel Valls cumule les fonctions de Premier ministre et de commerçant inscrit au registre du commerce et des sociétés».

Manuel Valls commerçant

Copie d’écran Societe.com

«Ces différentes fonctions étant incompatibles en application de l’article 23 de la constitution du 4 octobre 1958, il est indispensable qu’ils mettent fin à leur activité ministérielle» ajoute le franco-suisse.

Cet article vous a intéressé ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

Du point de vue juridique, le problème est réel, même si la complicité judiciaire a peu changé depuis La  ….

viaManuel Valls poursuivi au pénal: premier ministre et commerçant, il viole la Constitution.

Share

Quand Hollande évoque « le suicide » politique de Duflot

Cécile Duflot et François Hollande

"On peut empêcher quelqu’un de se suicider trois fois, quatre fois, mais la cinquième peut-on encore le retenir?".

Dans un entretien à Challenges, François Hollande fustige l'obstination politique de la figure de proue d'Europe-Ecologie – Les Verts, Cécile Duflot. Le refus de faire entrer, de nouveau, les écologistes au gouvernement, constitue une forme de suicide politique de l'ancienne ministre de l'Ecologie, selon le chef de l'Etat. 

Pour lui, si Cécile Duflot campe sur ses positions, c'est qu'elle bloque sur la personnalité du chef de ce gouvernement, Manuel V

viaQuand Hollande évoque "le suicide" politique de Duflot.

Share

Contre le RSI : la frange la plus radicale du patronat se mobilise, Social

  •  

     

     

     

     

    Lors de la manifestation contre le RSI, ce lundi à Paris. – CITIZENSIDE/PATRICE PIERROT /AFP

    1 / 1

     

     

Environ 7.000 personnes ont manifesté ce lundi à Paris contre le régime social des indépendants.

Les organisateurs attendaient entre 30.000 et 50.000 personnes. En réalité, elles n’étaient que 7.000, selon la police, ce lundi à manifester à Paris contre les dysfonctionnements du régime social des indépendants (RSI). Mais cela reste une mobilisation importante pour un défilé qui n’était organisé par aucune organisation patronale représentative. L’UPA et la CGPME ont même été huées par certains manifestants qui les jugent trop « mous » face au gouvernement.

Trop des taxes, trop d’impôts

La radicalité des slogans (« Etat= mafia », « gouvernement = escroc », « mettez en prison les responsables du RSI », ou encore « RSI = Racket social des indépendants ») et le fait que 7.000 personnes soient venues de toutes les régions en dit long sur le degré d’exaspération de ces commerçants et artisans. Cela illustre aussi le jusqu’au-boutisme qui anime ces mouvements patronaux hétéroclites, dont certains menacent, dans une prochaine étape, de s’en prendre directement à des centres du RSI. Parmi eux, on trouve pêle-mêle les « Contribuables associés », les « Citrons pressés », les « Pendus », les « Tondus » ou les « Bonnets rouges »… Le ciment de ces différents groupes tient en peu de mots : trop de taxes et trop d’impôts. Au-delà des problèmes de gestion réels du RSI, c’est ce « ras-le-bol » fiscal qui revenait dans toutes les bouches ce lundi dans le défilé.

Mission d’urgence du gouvernement

 

viaContre le RSI : la frange la plus radicale du patronat se mobilise, Social.

Share

Les raisons qui poussent les exilés à partir sont le plus souvent dictées par un environnement fiscal délirant

Les raisons qui poussent les exilés à partir sont le plus souvent dictées par un environnement fiscal délirant qu'aucun politique n'a le courage de réformer. Dece point de vue, certains pays d'Europe paraissent attractifs. Les motifs qui ne feront pas revenir les exilés sont profondément ancrés dans notre paysage national. Résultat, la France se vide de ses "Bac+10" et se remplit de "Bac-10".

Le Syndicat des Impôts vient de déclarer que les exilés ont un impact marginal sur l'économie, faisant écho au ministre des Finances qui chiffre à moins de 1000 par an les contribuables soumis à l'ISF qui s'exilent .

Cela rappelle Honecker qui, voyant s'enfuir des milliers de ses compatriotes par les brèches hongroise et autrichienne quelques mois avant la chute du mur de Berlin, déclarait : "nous ne verserons pas une larme pour eux" . La première vertu des gouvernants, en matière fiscale, est l'aveuglement. En 2000 ans d'histoire, on ne trouvera guère que Ciceron, Sully, Montaigne et Necker qui aient fait preuve de lucidité fiscale. Depuis cinq ans, la France vit une hémorragie sans précédant que nombre de médias complaisants s'efforcent de nier avec une application toute scolaire.

Mais revenons d'abord aux définitions car on confond trop souvent "exilés", "expatriés" et "émigrés".

L'expatrié est celui à qui l'on ordonne de s'installer à l'étranger : sa présence permet de relayer la France sur les théâtres d'opération extérieurs où se nouent les valeurs ajoutées.
L'émigré est celui qui s'en va, faute de trouver un travail dans son pays : il maintient le contact avec la métropole, y revient souvent à l'âge de la retraite quoique de plus en plus d'émigrés deviennent des exilés (Les Kennedy ont fuit l'Irlande affamée…pour ne plus y revenir !).
L'exilé est celui que les lois de son pays contraignent à partir : juifs d'Espagne en 1492, huguenots français en 1685 ou Rothschid en 1981. L'exilé fait la fortune du pays d'accueil et le déclin du pays intolérant. Ce constat historique ne souffre pas d'exception. Dans le cas de la France, on assiste depuis 2005 à une augmentation significative des exilés et, depuis 2011, à une prodigieuse accélération du nombre des émigrés .
En Europe, les destinations sont principalement la Grande Bretagne, la Belgique, l'Italie, la Suisse, tout récemment le Portugal. Les entrepreneurs se dirigent plutôt vers la Grande Bretagne, les retraités vont s'installer au Portugal, les gens aisés préfèrent Londres, Bruxelles et la Suisse. L'accroissement des flux est véritablement impressionnant : 130 000 Français en Grande Bretagne en 2007, près de 500 000 aujourd'hui.

Les raisons qui poussent les exilés à partir sont le plus souvent dictées par un environnement fiscal délirant, fruit d'un système fiscal unanimement reconnu comme profondément malade et inadapté, qu'aucun politique n'a pourtant le courage de réformer ! Les destinations de la Belgique, du Royaume-Uni et du Portugal sont prisées en raison d'attractivités fiscales dans le domaine de l'imposition de la fortune, des plus-values ou des droits de succession. Les candidats ont souvent plus de 50 ans et disposent d'un patrimoine supérieur à 4 millions d'euros. Ils ne partent pas "seulement" avec leur patrimoine mais aussi avec leur pouvoir de décision et leurs réseaux qui sont les atomes grâce auxquels se nouent les affaires.

Les émigrés sont massivement des jeunes diplômés ou de jeunes entrepreneurs : ils vont vers l'Europe du Nord. Cet exode est totalement inédit, postérieur à 2008, profondément inquiétant par son ampleur (à noter qu'un récent sondage révèle que près de la moitié des jeunes diplômés ne se voient aucun avenir en France !). Ce phénomène fait songer, dans une certaine mesure, à l'Iran des années 1960 où l'excellence du système universitaire jetait des quantités de diplômés sur le marché du travail d'une économie incapable de les absorber, les poussant à émigrer massivement vers l'Amérique du Nord et l'Europe.

Certains analystes pensent que ce phénomène récent ne sera pas durable et que le retour à la prospérité économique aura tôt fait de convaincre les brebis déçues de revenir dans la "mère-patrie". Comme la plupart des politiques (souvenez vous de Philippe de Villiers, Alain Juppé ou Nicolas Sarkozy avec leur fameux slogan "France, love it or leave it" !), ces analystes commettent la lourde erreur de croire que la France est si "unique" qu'un Français ne pourra pas longtemps s'en passer ! Les nouvelles générations n'ont aucun attachement à la "patrie" et n'ont même pas l'amour de leur langue maternelle, préférant s'en remettre aux repères de la "world civilization" pour s'en sortir concrètement .

En revanche, les motifs qui ne les feront pas revenir sont profondément ancrés dans notre paysage national : l'instabilité des lois et des règles du jeu, l'omniprésence d'une administration paralysante, l'égalitarisme fanatique qui fait de l'aisance financière ou de la réussite une obscénité sociale. Messieurs Moscovici et Cazeneuve, Grands Argentiers de France, viennent de nous en administrer la preuve éclatante : ils ont osé se vanter d'avoir mis en place 58 mesures liberticides visant à définitivement éradiquer la fraude et l'évasion fiscales, sans se rendre compte qu'ils offrent ainsi aux jeunes générations la promesse de faire de la France le second goulag de la planète, après la Corée du Nord ! Il ne leur suffisait pas que la France soit le seul pays au monde où le communisme ait réussi, encore fallait-il la transformer en première prison planétaire !

Il est déjà loin le temps où "l'exil" ne s'accouplait qu'avec "fiscal", permettant à Bercy de proclamer que toutes nos souffrances ne pouvaient venir que de ces êtres asociaux baptisés du nom de "fraudeurs". Aujourd'hui, c'est toute un pan d'une France aisée, éduquée, entreprenante, vertueuse dans la dépense, motivée par le travail qui s'exile. Il importe peu de savoir s'ils sont 500 000 ou 5 millions et qu'il en reste encore 60 ou 65 millions à demeurer au pays. Le navire se vide de ses "Bac+10" et se remplit de "Bac-10", laissant le capitaine désemparé, un peu à la manière d'un pédalo qu'un méchant coup de vent menacerait de couler au milieu du bassin des Tuileries…

 

via(99) Pierre-André Fontaine.

Share

Gaspillage alimentaire : un amendement pour récupérer les invendus des supermarchés | France info

 

Frédéric Lefebvre défend ce vendredi un amendement contre le gaspillage alimentaire © MaxPPP

 

Le député UMP Frédéric Lefebvre défend un amendement, dans le cadre de la loi Macron, pour obliger les supermarchés à céder leurs invendus à des associations d'aide alimentaire. Il souhaite que leurs produits soient donnés aux démunis avant qu'ils ne périment.

"Dans notre pays, il y a trois millions de personnes qui bénéficient d'une aide alimentaire. Il y a 37% des Français qui n'arrivent plus à boucler leur fin de mois", rappelle Frédéric Lefebvre, député des Français d'Amérique du Nord. "Aujourd'hui, c'est grâce aux grandes surfaces que tout le système des banques alimentaires, des Restos du Cœur et autres associations agréées peuvent être au rendez-vous des Français grâce à un système de don."
 
Mais Frédéric Lefebvre dénonce un vide juridique "parce que faire un don doit se faire dans des conditions de sécurité et de traçabilité des produits. Vous avez des magasins qui  voudraient pouvoir donner mais qui préfèrent détruire car, aujourd'hui, elles seraient dans un cadre juridique qui les met en situation de risque. Ensuite, se pose la question des moyens ….

viaGaspillage alimentaire : un amendement pour récupérer les invendus des supermarchés | France info.

Share

Les associations : un fardeau pour les contribuables

Par Fabrice Durtal.

Injustice statue credits wrote  (CC BY-NC 2.0)

 

Injustice statue credits wrote (CC BY-NC 2.0)

 

Le monde associatif est devenu le cache-sexe de la fonction publique. Officiellement, tout va très bien, Madame la Marquise. Le poids économique du secteur est estimé à 85 milliards d’euros (2012), les associations contribuant à hauteur de 3,2 % au PIB, soit un poids équivalent à celui de l’agriculture et des industries agricoles et alimentaires.

Selon Viviane Tchernonog, chargée de recherche au CNRS et auteur d’un ouvrage de référence sur le monde associatif, le budget cumulé du secteur a progressé au rythme de 2,8 % entre 2005 et 2011 et il emploie 1,8 million de salariés à temps plein ou partiel, majoritairement des femmes (69%).

De la même manière qu’un train peut en cacher un autre, ces chiffres dissimulent une réalité moins flatteuse. Car le boom du monde associatif provient essentiellement de l’externalisation croissante de missions autrefois prises en charge par l’État et aujourd’hui déléguées à des tiers. Au fil du temps s’est installée une fonction publique bis qui ne dit pas son nom, mais dont l’emprise s’élargit. Elle couvre la quasi-totalité de l’aide aux handicapés et de leur insertion, de nombreuses maisons de retraite, s’occupe de l’aide à domicile des personnes âgées dépendantes, des crèches, des centres de vacances, des activités périscolaires, de l’hébergement des clandestins, de sport, de culture…

Chaque année, ce secteur parapublic engloutit des centaines de millions d’euros de subventions publiques. Bien qu’aucune centralisation des données ne soit disponible, on estime que l’État, les collectivités locales et autres structures publiques ont versé 42 milliards d’euros en 2011, ce qui représente près de 50% du budget du monde associatif.

EnquêteContribuable (tous droits réservés)

Le profilage des ressources associatives révèle les objectifs de l’État. Si la masse des subventions s’est rétractée de 17 % entre 2005 et 2011, celle des commandes publiques a, en revanche, bondi de 70 % durant la même période.

Ces commandes publiques (voir encadré ci-après) correspondent à l’ensemble des contrats passés par une collectivité pour satisfaire ses besoins que ce soit sous forme de délégation de service public ou encore de contrats de partenariat public/privé. À part quelques missions régaliennes comme les pouvoirs de police, de sécurité et d’hygiène, presque tous les domaines peuvent être confiés à ces structures parapubliques. Ce recours croissant à la délégation a pour effet de favoriser le développement de grosses associations qui exploitent leurs compétences juridiques pour accéder à la commande publique tout en continuant à rafler l’essentiel des subventions.

Fonctionnaires de Bercy

D’après une enquête réalisée par Le Monde en 2013, environ 200 associations sur le 1,3 million recensé en France empochent 60% des aides distribuées par l’État. Sans subventions publiques, la plupart des associations mettraient la clé sous le paillasson. Les structures vouées à la « Défense des droits et causes » canalisent, par exemple, 5,6% des aides distribuées par l’État. Sans adhérents ou presque, elles ne doivent leur survie qu’à l’argent des contribuables. SOS Racisme a, par exemple, encaissé 331 992 euros de subventions d’État en 2013, sans compter les fonds alloués au niveau des échelons locaux. Sans ces aides 100% idéologiques, SOS Racisme ou encore Ni putes Ni soumises auraient disparu depuis belle lurette.

C’est dans le secteur médico-social que l’on trouve les associations les plus riches et les plus puissantes. Les chiffres cités par Viviane Tchernonog révèlent que l’action sociale et la santé absorbent 45% de l’ensemble du budget associatif. Suivent, l’éducation, la formation et l’insertion (12,8%), puis le sport (10,9%).

L’tat n’est pas le dernier à profiter des subventions qu’il distribue. Il récupère d’une main ce qu’il a donné de l’autre. Notamment quand il s’agit de choyer ses brebis. Les associations chargées de l’action sociale en faveur des personnels administratifs ont englouti plus de 100 millions d’euros en 2011, près de 15% de la manne publique. Près de 76 millions d’euros sont voués au bien-être des fonctionnaires du ministère des Finances. Ils sont répartis à travers différentes associations, dont 28,4 millions pour l’EPAF en 2011, chargée d’organiser des vacances dorées à la progéniture des agents de Bercy (plus d’informations sur ces associations du ministère des Finances, ici).

Afin de se développer, les associations reconnues d’utilité publique bénéficient d’une souplesse comptable accrue. Elles peuvent dorénavant acquérir et administrer des immeubles de

Lire la suite sur : http://www.contrepoints.org/2015/02/21/198669-les-associations-un-fardeau-pour-les-contribuables?utm_source=dlvr.it&utm_medium=facebook

Share

Philippe Tesson visé par une plainte pour incitation à la haine raciale

 

Des paroles qui sentent la poudre dans un contexte explosif… Selon nos informations, un Parisien d’une trentaine d’années a déposé plainte le 14 janvier auprès du tribunal de grande instance de Paris, à la suite des déclarations du journaliste Philippe Tesson sur les musulmans le même jour sur les ondes d’Europe 1.

 

 

 

 

 

 

Alors qu’il prenait part à un débat sur le thème des établissements scolaires religieux, l’ex-homme fort du Quotidien de Paris a déclaré : « D’où vient le problème de l’atteinte à la laïcité sinon des musulmans ? On le dit ça ? Et bien moi, je le dis ! Je rêve ou quoi ? C’est ça notre problème actuellement, c’est les musulmans qui mettent en cause la laïcité ! C’est les musulmans qui amènent la merde en France aujourd’hui ! ».


AUDIO. Philippe Tesson : «C'est pas les musulmans qui amènent la merde en France aujourd'hui ?»



Une prise de parole qui, outre les réactions en chaîne qu’elle a provoquées, a conduit un Parisien à se rendre sur l’Ile de la Cité pour y déposer plainte pour « incitation à la haine raciale ».

«Comme beaucoup de gens, j’ai été particulièrement choqué par ce que j’ai …..

viaPhilippe Tesson visé par une plainte pour incitation à la haine raciale.

Share

Il faut Libérez les TPE et les PME !

Hier quand les Français ont regardé leur JT de 20h, ils ont vu des "patrons" manifester dans la rue. Un fait rarissime. Et ils ont probablement été surpris de voir que les manifestants ne ressemblaient pas à la caricature que colportent les médias de la pensée unique. Les patrons de TPE et de PME étouffent et quand ils étouffent, c'est l'emploi que l'on asphyxie.

 

Share

Cabinet Conseil en Entreprise: Union bancaire – « Nous approchons malheureusement du grand soir où tous les épargnants seront taxés » – News360x

Les pauvres sont pauvres, mais ils ont cet avantage d’être nombreux. Nous avons à de nombreuses reprises évoqué le risque de voir émerger une « Taxe une fois pour toutes » afin de réduire brutalement l’endettement de certains états membres. On peut imaginer une sorte de « Grand Soir » où le gouvernement en viendrait à annoncer que tous les comptes de dépôt ou comptes courants sont ponctionnés de 10% ou plus de leurs avoirs pour faire face à ce qui serait qualifier d’urgence dans le service de la dette.Ce n’est pas une simple hypothèse, … LIRE LA SUITE SUR :

viaCabinet Conseil en Entreprise: Union bancaire – « Nous approchons malheureusement du grand soir où tous les épargnants seront taxés » – News360x.

Share

La grosse dette qui monte, qui monte… | Contribuables Associés

Hollande dette victoire meme - Contribuables Associés

La dette publique de la France a passé un cap symbolique au troisième trimestre de 2014 : 2000 milliards d'euros, soit environ 31 000 euros par Français. Jusqu'à quand ?

Cette dette accumulée résulte de 40 années consécutives de budgets en déficit, eux-mêmes dus à une soif de dépenses publiques que les impôts n’ont pu étancher, malgré leur explosion sur la période. Le rythme de l’endettement s’est brusquement accru depuis la crise financière de 2008 et la crise de l’euro et des dettes souveraines qui a suivi en 2010. Ces crises en cascade ont servi de prétexte pour accroître fiscalité, dépenses et endettement publics.

L’an prochain, la France pourrait passer un autre cap symbolique : une dette s’élevant à 100% du produit intérieur brut (PIB).

Dette

La presse tente dès à présent de rassurer les Français : non, la France, ou plutôt l’État français, ne va pas faire faillite, puisqu’il parvient à financer sa dette à des taux très avantageux : 1,25% par an pour des emprunts à dix ans, soit moins que l’inflation.

La question étant : que va-t-il se passer si ces taux remontent ? Étant acquis qu’ils peuvent difficilement descendre en dessous des taux actuels (ou alors, quel intérêt pour les assurances-vie et les fonds de pension de prêter l’épargne de leurs clients à l’État français ?), ils vont bien finir par remonter…

La situation sera d’autant plus délicate que le service de la dette est déjà le premier poste budgétaire de  … LIRE LA SUITE SUR :

viaLa grosse dette qui monte, qui monte… | Contribuables Associés.

Share

Valls veut «débattre» avec la droite «projet contre projet», Politique

Manuel Valls a dit vouloir « débattre » avec l’opposition sur le « modèle social ». Nicolas Sarkozy a laissé au pays « trois déficits » et « une société profondément fracturée », a-t-il dénoncé.

Interrogé ce mercredi matin sur France Inter, Manuel Valls a longuement développé son rapport à l’opposition, singulièrement à Nicolas Sarkozy. Le Premier ministre a dit vouloir « débattre » avec Nicolas Sarkozy et l’opposition sur le « modèle social » en argumentant « projet contre projet » et « chiffrages contre chiffrages »« Je veux que nous débattions (…) parce que je pense que le pays a besoin d’un vrai débat. Le pays depuis six mois est plongé dans un débat qui ne concerne que la gauche sur « faut-il telle ou telle mesure qui permette de corriger tel ou tel aspect. Ca n’est pas ça le sujet! », a déclaré le Premier ministre.

« Quand la droite, quand l’opposition – c’est son droit – propose 100 ou 150 milliards d’économies, de coupes budgétaires supplémentaires, il faut qu’elle dise aux Français combien d’enseignants en moins, combien d’infirmières en moins, combien de policiers en moins, combien de gendarmes en moins, combien de juges en moins, combien de services publics en moins, combien de militaires en moins », a-t-il poursuivi.

 

 




 

« Il faut un langage de vérité, et, projet contre projet, chiffrages contre chiffrages, le débat démocratique, le vrai, la seule confrontation au sens le plus noble du terme, sera alors possible. Et Nicolas Sarkozy veut y participer, eh bien nous le jugerons aussi sur l’état dans lequel il a laissé le pays avec ses trois déficits : déficit de croissance, déficit public, déficit du commerce extérieur et une société profondément fracturée », selon le chef du gouvernement.

« Je n’ai pas envie de polémiques »

En revanche Manuel Valls n’a pas envie de d




En savoir plus sur ……

viaValls veut «débattre» avec la droite «projet contre projet», Politique.

Share

Programmes TV – Gérard Lanvin s’en prend à Laurent Ruquier – Télévision – Le Figaro Télé

 
Gérard Lanvin s'en prend à Laurent Ruquier

Capture d'écran FigaroTV

 
Fidèle à sa réputation de grande gueule du cinéma français, Gérard Lanvin s'est payé une nouvelle cible : l'animateur d'On n'est pas couché et des Grosses Têtes

En pleine promotion de son nouveau film Bon rétablissement, Gérard Lanvin a fait un détour par l'émission On ne parle que de ça. Le comédien a profité de l'occasion pour donner son avis sur la situation fiscale en France et parler de son rapport avec les impôts. Et au cours de son argumentation, il n'a pas hésité à tâcler l'un des animateurs plus célèbres du PAF:Laurent Ruquier.

Interrogé sur les acteurs français exilés à l'étranger pour payer moins d'impôts, Gérard Lanvin a expliqué: «Je ne reproche pas à ces gens-là de partir. C'est normal, on veut les piller. Et pour faire quoi avec leur oseille? Rien du tout. Quand Hollande dit: «Je veux prendre 75% aux acteurs», il ne sait pas que nous, on a des métiers comme les footballeurs, on ne sait pas ce qu'on va faire demain. Il ne sait pas que pendant dix, quinze, vingt ans, on était des clodos et que le jour où on réussit, nos carrières sont courtes finalement. Il veut me prendre 75% comme exemple. Mais comme exemple de quoi? Comme si j'avais jamais payé d'impôts, moi.»

Dans son élan, la «grande gueule du cinéma français» s'est alors attaqué à une cible bien précise: «Quand je vois Laurent Ruquier dire: «J'en ai marre de ces acteurs qui gueulent parce qu'ils ne veulent pas payer d'impôt»… Il est marié, Laurent Ruquier? Il a des enfants à charge? II est multicartes, il fait de la radio, de la télé… On ne fait qu'un boulot, nous. Et cet argent, on en a besoin pour faire vivre nos familles et les amis qui sont dans la merde». Le message est passé…

viaProgrammes TV – Gérard Lanvin s'en prend à Laurent Ruquier – Télévision – Le Figaro Télé.

Share
rejoignez moi sur viadéo
Sur Viadéo
Archives