Get Adobe Flash player
Catégories
ce site est utile, aidez nous à le maintenir au top

Développement d’Affaires

Taxe foncière: quel sort pour votre entreprise en 2017?

La révision des valeurs locatives, pour les locaux professionnels, est lancée pour 2017. Le 2 décembre 2015, l'Assemblée nationale a voté un amendement à la loi de finances rectificative en ce sens.

L'Assemblée a acté la refonte des valeurs locatives, qui prendra effet dans un an. Cela impactera les impôts locaux. Des mécanismes ont été instaurés pour atténuer la pression fiscale chez les grands perdants de la réforme.

Elle n'allait pas pouvoir être repoussée indéfiniment. La révision des valeurs locatives des baux commerciaux, lesquelles datent de 1970 et servent pourtant au calcul de plusieurs impôts locaux comme la taxe foncière et la CVAE, entrera en vigueur au 1er janvier 2017. Les députés l'ont officiellement décidé le 2 décembre, à travers un amendement à la loi de finances rectificative. En fait, ce report avait déjà été annoncé par le secrétaire d'Etat au Budget Christian Eckert début 2015, en réaction à la grogne des petits commerçants et à la mobilisation des élus locaux. La réforme, à enveloppe constante, créait, telle qu'elle était prévue, de grands gagnants et de grands perdants, parmi les entreprises (selon des proportions équivalents à 50/50 à peu près). Les plus à plaindre étant notamment les petits commerces installés dans des zones commerciales ou des galeries marchandes (avec une hausse moyenne de cotisation de plus de 100%, contre "seulement" 8% pour les petites boutiques sur rue). Les grandes surfaces pouvant, au contraire, se réjouir d'une nette diminution de leur 

Share

Loi Noé: Emmanuel Macron affronte les artisans

Le ministre de l'économie Emmanuel Macron s'est exprimé devant les artisans ce 8 décembre 2015, pour leur faire comprendre les contours du volet de sa loi Noé qui s'attaque aux qualifications professionnelles.

 

Le ministre de l'Economie s'est exprimé ce 8 décembre devant les artisans, pour leur dévoiler plus précisément ses intentions quant aux qualifications professionnelles dans le cadre de sa loi sur les nouvelles opportunités économiques.

"Nous savons que vous vous êtes fixé pour défi celui d'extraire de leurs difficultés les centaines de milliers de jeunes sortis du système scolaire sans qualification, sans savoir-faire, sans métier et sans emploi (…). Toutefois, nous ne pouvons envisager que cela se fasse en déstabilisant les valeurs qui font la qualité et le dynamisme de l'artisanat, en démolissant nos entreprises, en dévalorisant les artisans." Alain Griset, président de l'Assemblée permanente des chambres de métiers et de l'artisanat (APCMA), n'a pas mâché ses mots ce 8 décembre devant Emmanuel Macron, invité spécial de l'un de ses séminaires. Le ministre de l'Economie, tout à la préparation de sa loi sur les nouvelles "opportunités" économiques (Noé), a été sommé de préciser s'il comptait, oui ou non, remettre en question la loi de 1996 introduisant une exigence de qualification professionnelle pour s'installer dans une activité susceptible de mettre en jeu la santé ou la sécurité du consommateur. Une perspective qui fait frémir l'Union des coiffeurs entre autres, laquelle a lancé la semaine dernière l'opération "J'aime mon coiffeur", en guise de protestation.  

Supprimer les barrières à l'entrée

"Je n'ai pas la volonté de tout remettre en cause et de supprimer les qualifications pour devenir artisan, a tenu à préciser le locataire de Bercy. Je suis bien content que le mécanicien qui répare ma voiture ait les qualifications pour ne pas me mettre en danger." Malgré tout, les choses ne resteront pas figées. Les contraintes de chaque métier vont être passées au peigne fin, en concertation étroite avec les professionnels, promet-il, pour évaluer leur pertinence. Et le ministre d'évoquer deux exemples. "Aujourd'hui, si vous n'êtes pas carrossier, vous ne pouvez pas ouvrir un centre de lavage de voiture", a-t-il assuré. "Dans le secteur du bâtiment, j'entends professionnaliser toute la filière petits travaux, ceux que peut réaliser le petit bricoleur amateur du dimanche, a-t-il poursuivi. Cela ne mettra pas en danger vos corps de métier."  

Emmanuel Macron veut trouver "une juste proportion, pour valoriser la qualité de chaque métier, sans pour autant lui mettre des barrières à l'entrée". Il entend ainsi, dans un exercice d'équilibriste, réussir à "préserver les savoir-faire, tout en valorisant le potentiel d'emploi". "La condition de l'excellence, c'est la compétence, a-t-il affirmé. Pas forcément le diplôme." Et de prendre l' … http://lentreprise.lexpress.fr/gestion-fiscalite/droit-des-affaires/loi-noe-emmanuel-macron-affronte-les-artisans_1743824.html

Share

Orange condamné à 350 millions d’euros d’amende

Comme l'annoçait Le Figaro, Orange va écoper d'une amende record pour entrave à la concurrence sur le marché des entreprises.

Le montant qui aurait pu atteindre 500 millions d'euros, sera finalement de 350 millions d'euros pour l'opérateur.

L'affaire remonte à avril 2008 et au dépôt d'une première plainte de SFR, qui a dénoncé les pratiques de remises fidélisantes, de couplage, de tarifs discriminatoires et de prix prédateurs de la part d'Orange en France depuis 2003 sur les marchés des communications fixes et mobiles entreprises. Bouygues Telecom a déposé plainte pour les mêmes motifs en août 2010.

Ce volet a été soldé en 2014, quand, en pleine bataille pour le rachat de SFR, Bouygues Telecom et Orange sont parvenus à un accord transactionnel, au terme duquel Orange avait versé 300 millions d'euros à Bouygues pour quinze litiges au total. L'opérateur britannique Colt a déposé plainte sur des … Lire la suite sur : http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2015/12/17/01016-20151217ARTFIG00031–paris-l-ecole-de-commerce-etait-une-usine-a-clandestins.php?m_i=HdcHagxH2nQk_X1DiJQJ19weXTuEdBMvIneInOrZCk1iqOorjelmiA7hG82n8ShBnYBHAhbkNK1zPLkrsmQJeNr8T%2BHEsQOxkCtdBnHu&a2=20151217111834&a3=763-8163584-884219#xtor=EPR-300-[actualites]-20151217

Share

Un patron nordiste veut faire bouger les lignes au G20 des entrepreneurs

Jean-Marc Barki, dirigeant de Sealock à Sallaumines, a été choisi pour conduire la délégation française au G20 des entrepreneurs d’aujourd’hui à mercredi à Istanbul. « Faisons confiance aux PME », proclame ce patron engagé pour qui la culture entrepreneuriale devrait être enseignée dans toutes les écoles.

« Globe trotter » de la cause entrepreneuriale, Jean-Marc Barki endosse son habit de « sherpa » au G20.

Sallaumines. Du bassin minier à Istanbul, il n’y a qu’un pas à franchir, qui ne fait pas peur à Jean-Marc Barki. Ce lundi, l’emblématique dirigeant de Sealock (colles industrielles, voir ci-dessous), conduit, en compagnie de son homologue parisien Renan Pelloux (directeur de Creads), la délégation française au G20 des entrepreneurs.

Plus de 400 chefs d’entreprise, essentiellement des PME, venus de toute la planète, viennent échanger, partager les expériences, les pratiques, et faire des propositions aux gouvernements.

« Le chômage sera combattu par les PME, assène Jean-Marc Barki. 88 % des 2,7 millions d’emplois créés ces vingt dernières années sont le fait des PME. C’est là qu’il faut aller chercher les emplois de demain, et ce sont ces PME qu’il faut soutenir et développer. »

« une feuille de route des grandes réformes »

Créé en 2009 au Canada, le G20 des entrepreneurs (Young Entrepreneurs Alliance) est le seul regroupement de patrons transnational et transculturel, en coordination avec les organisations patronales nationales.

« Il y a bien un G20 des politiques où il n’y a pas réellement de vision de l’entreprise. Le G20 des entrepreneurs permet d’établir une feuille de route des grandes réformes à engager. »

Pour Jean-Marc Barki, la priorité absolue passe par l’éducation. « La culture entrepreneuriale doit faire partie de l’éducation nationale. Valorisons la créativité qui fabrique de la valeur, mettons en avant la valeur métier. Et surtout, focalisons-nous sur les bonnes choses, les réussites, la qualité, le positif ! Qui a entendu parler en

Share

Gilles Badinet, un multi-entrepreneur aujourd’hui ambassadeur du numérique, invité de la CCI du Havre

Économie. Gilles Babinet est l’ambassadeur français du numérique auprès de la Commission européenne. Il est l’invité de la CCI.

Gilles Badinet, un multi-entrepreneur aujourd’hui ambassadeur du numérique, invité de la CCI du Havre

Gilles Babinet, un homme d’expérience et un visionnaire

C’est un chef d’entreprise qui fourmille d’idées. Gilles Babinet sera l’invité de la Chambre de commerce et d’industrie (CCI) du Havre le jeudi 24 septembre à 18 h 30 à l’occasion d’une nouvelle édition des rencontres Hors-Champ.

Après avoir obtenu son baccalauréat en candidat libre à l’âge de 20 ans, Gilles Babinet fonde à 22 ans sa première société Escalade Industrie. Cette société spécialisée dans les travaux électriques en hauteur grandit vite. Une quarantaine de personnes sont recrutées en moins d’un an.

L’ère du numérique

Il fonde ensuite Absolut Design en 1991, en compagnie de Clément Bataille. En huit ans, la société se développera principalement dans le transport en dessinant notamment le tramway de Bordeaux ou encore les poubelles du métro parisien. En 2000, il revend à Euro RSCG cette société devenue entre-temps BETC Design. Toujours en 2000, il fonde Musiwap qui sera rebaptisée Musiwave. Cette société propose notamment des sonneries pour téléphone hi-fi. En janvier 2006, Musiwave est revendue à la compagnie Openwave pour la somme de 139 millions d’euros. Gilles Babinet est un multi-entrepreneur, président du conseil d’administration de Captain Dash, Eyeka, MXP4 et Digibonus. En 2011, l’homme d’affaires est élu premier président du 

Share

Tidjane Thiam, un Franco-Ivoirien à la tête du Crédit Suisse | Geopolis

Tidjane Thiam
10 mars 2015. Tidjane Thiam pose pour les photographes après la conférence de presse annonçant sa nomination à la présidence du Crédit Suisse.© MICHAEL BUHOLZER / AFP

Que peuvent avoir en commun la Côte d’Ivoire et la Suisse à part le chocolat ? Tidjane Thiam. Il devient le nouveau patron du Crédit Suisse. Parcours.

Un assureur franco-ivoirien débarque à la tête d’un établissement financier helvète. Tidjane Thiam a été nommé le 10 mars 2015 directeur général du Crédit Suisse. Le successeur de l’Américain Brady Dougan prendra ses fonctions en juin. Il compte «continuer» à mettre en œuvre une stratégie «dont beaucoup d'orientations actuelles sont les bonnes», expliquait-il au micro de laRadio télévision suisse. L'un des défis qu'il compte relever est lié à la communication et à l'image du groupe. 

Il est le deuxième Noir à diriger une grande banque internationale après l’Américain Stanley O’Neal, patron de Merrill Lynch de 2002 à 2007, souligne le Temps. Le quinquagénaire s’était déjà fait remarquer en devenant le PDG de l’assureur britannique Prudential en 2009 et ainsi le premier Noir à diriger une entreprise du FTSE (le CAC 40 anglais).

Tidjane Thiam a l’habitude d’être un pionnier. Après avoir décroché le premier prix au concours de mathématiques en 1980, il est à l’âge de 22 ans le premier Ivoirien diplômé de Polytechnique. Il sortira aussi major de l’Ecole des mines en 1986. Il complète sa formation avec un MBA de l’Institut européen d'administration des affaires (Insead) qui a d’ailleurs salué sur son site la nomination de son ancien élève.

Le nouveau patron du Crédit Suisse est né le 29 juillet 1962 à Abidjan. Amadou Thiam, son père, est un journaliste sénégalais qui deviendra ministre du premier président ivoirien, Felix Houphouët Boigny. Mariétou Thiam, sa mère, n’est autre que la nièce du père de l’indépendance ivoirienne. Cette filiation explique peut-être certains de ses choix. 

Ignoré par les Français, adoubé par les Britanniques
Après ses études supérieures, Tidjane Thiam est repéré par le cabinet américain McKinsey qui le recrute à 24 ans. Le consultant prendra une année sabbatique en 1989 pour intégrer le programme annuel de recrutement des cadres juniors de la Banque mondiale. 

En 1994, le président Henri Konan Bédié l’invite à rejoindre son pays natal. Il prend alors la direction du Bureau national d’études techniques et de développement (Bnetd), en charge du …

viaTidjane Thiam, un Franco-Ivoirien à la tête du Crédit Suisse | Geopolis.

Share

Gaspillage alimentaire : un amendement pour récupérer les invendus des supermarchés | France info

 

Frédéric Lefebvre défend ce vendredi un amendement contre le gaspillage alimentaire © MaxPPP

 

Le député UMP Frédéric Lefebvre défend un amendement, dans le cadre de la loi Macron, pour obliger les supermarchés à céder leurs invendus à des associations d'aide alimentaire. Il souhaite que leurs produits soient donnés aux démunis avant qu'ils ne périment.

"Dans notre pays, il y a trois millions de personnes qui bénéficient d'une aide alimentaire. Il y a 37% des Français qui n'arrivent plus à boucler leur fin de mois", rappelle Frédéric Lefebvre, député des Français d'Amérique du Nord. "Aujourd'hui, c'est grâce aux grandes surfaces que tout le système des banques alimentaires, des Restos du Cœur et autres associations agréées peuvent être au rendez-vous des Français grâce à un système de don."
 
Mais Frédéric Lefebvre dénonce un vide juridique "parce que faire un don doit se faire dans des conditions de sécurité et de traçabilité des produits. Vous avez des magasins qui  voudraient pouvoir donner mais qui préfèrent détruire car, aujourd'hui, elles seraient dans un cadre juridique qui les met en situation de risque. Ensuite, se pose la question des moyens ….

viaGaspillage alimentaire : un amendement pour récupérer les invendus des supermarchés | France info.

Share

Les associations : un fardeau pour les contribuables

Par Fabrice Durtal.

Injustice statue credits wrote  (CC BY-NC 2.0)

 

Injustice statue credits wrote (CC BY-NC 2.0)

 

Le monde associatif est devenu le cache-sexe de la fonction publique. Officiellement, tout va très bien, Madame la Marquise. Le poids économique du secteur est estimé à 85 milliards d’euros (2012), les associations contribuant à hauteur de 3,2 % au PIB, soit un poids équivalent à celui de l’agriculture et des industries agricoles et alimentaires.

Selon Viviane Tchernonog, chargée de recherche au CNRS et auteur d’un ouvrage de référence sur le monde associatif, le budget cumulé du secteur a progressé au rythme de 2,8 % entre 2005 et 2011 et il emploie 1,8 million de salariés à temps plein ou partiel, majoritairement des femmes (69%).

De la même manière qu’un train peut en cacher un autre, ces chiffres dissimulent une réalité moins flatteuse. Car le boom du monde associatif provient essentiellement de l’externalisation croissante de missions autrefois prises en charge par l’État et aujourd’hui déléguées à des tiers. Au fil du temps s’est installée une fonction publique bis qui ne dit pas son nom, mais dont l’emprise s’élargit. Elle couvre la quasi-totalité de l’aide aux handicapés et de leur insertion, de nombreuses maisons de retraite, s’occupe de l’aide à domicile des personnes âgées dépendantes, des crèches, des centres de vacances, des activités périscolaires, de l’hébergement des clandestins, de sport, de culture…

Chaque année, ce secteur parapublic engloutit des centaines de millions d’euros de subventions publiques. Bien qu’aucune centralisation des données ne soit disponible, on estime que l’État, les collectivités locales et autres structures publiques ont versé 42 milliards d’euros en 2011, ce qui représente près de 50% du budget du monde associatif.

EnquêteContribuable (tous droits réservés)

Le profilage des ressources associatives révèle les objectifs de l’État. Si la masse des subventions s’est rétractée de 17 % entre 2005 et 2011, celle des commandes publiques a, en revanche, bondi de 70 % durant la même période.

Ces commandes publiques (voir encadré ci-après) correspondent à l’ensemble des contrats passés par une collectivité pour satisfaire ses besoins que ce soit sous forme de délégation de service public ou encore de contrats de partenariat public/privé. À part quelques missions régaliennes comme les pouvoirs de police, de sécurité et d’hygiène, presque tous les domaines peuvent être confiés à ces structures parapubliques. Ce recours croissant à la délégation a pour effet de favoriser le développement de grosses associations qui exploitent leurs compétences juridiques pour accéder à la commande publique tout en continuant à rafler l’essentiel des subventions.

Fonctionnaires de Bercy

D’après une enquête réalisée par Le Monde en 2013, environ 200 associations sur le 1,3 million recensé en France empochent 60% des aides distribuées par l’État. Sans subventions publiques, la plupart des associations mettraient la clé sous le paillasson. Les structures vouées à la « Défense des droits et causes » canalisent, par exemple, 5,6% des aides distribuées par l’État. Sans adhérents ou presque, elles ne doivent leur survie qu’à l’argent des contribuables. SOS Racisme a, par exemple, encaissé 331 992 euros de subventions d’État en 2013, sans compter les fonds alloués au niveau des échelons locaux. Sans ces aides 100% idéologiques, SOS Racisme ou encore Ni putes Ni soumises auraient disparu depuis belle lurette.

C’est dans le secteur médico-social que l’on trouve les associations les plus riches et les plus puissantes. Les chiffres cités par Viviane Tchernonog révèlent que l’action sociale et la santé absorbent 45% de l’ensemble du budget associatif. Suivent, l’éducation, la formation et l’insertion (12,8%), puis le sport (10,9%).

L’tat n’est pas le dernier à profiter des subventions qu’il distribue. Il récupère d’une main ce qu’il a donné de l’autre. Notamment quand il s’agit de choyer ses brebis. Les associations chargées de l’action sociale en faveur des personnels administratifs ont englouti plus de 100 millions d’euros en 2011, près de 15% de la manne publique. Près de 76 millions d’euros sont voués au bien-être des fonctionnaires du ministère des Finances. Ils sont répartis à travers différentes associations, dont 28,4 millions pour l’EPAF en 2011, chargée d’organiser des vacances dorées à la progéniture des agents de Bercy (plus d’informations sur ces associations du ministère des Finances, ici).

Afin de se développer, les associations reconnues d’utilité publique bénéficient d’une souplesse comptable accrue. Elles peuvent dorénavant acquérir et administrer des immeubles de

Lire la suite sur : http://www.contrepoints.org/2015/02/21/198669-les-associations-un-fardeau-pour-les-contribuables?utm_source=dlvr.it&utm_medium=facebook

Share

Il faut Libérez les TPE et les PME !

Hier quand les Français ont regardé leur JT de 20h, ils ont vu des "patrons" manifester dans la rue. Un fait rarissime. Et ils ont probablement été surpris de voir que les manifestants ne ressemblaient pas à la caricature que colportent les médias de la pensée unique. Les patrons de TPE et de PME étouffent et quand ils étouffent, c'est l'emploi que l'on asphyxie.

 

Share

Cabinet Conseil en Entreprise: Union bancaire – « Nous approchons malheureusement du grand soir où tous les épargnants seront taxés » – News360x

Les pauvres sont pauvres, mais ils ont cet avantage d’être nombreux. Nous avons à de nombreuses reprises évoqué le risque de voir émerger une « Taxe une fois pour toutes » afin de réduire brutalement l’endettement de certains états membres. On peut imaginer une sorte de « Grand Soir » où le gouvernement en viendrait à annoncer que tous les comptes de dépôt ou comptes courants sont ponctionnés de 10% ou plus de leurs avoirs pour faire face à ce qui serait qualifier d’urgence dans le service de la dette.Ce n’est pas une simple hypothèse, … LIRE LA SUITE SUR :

viaCabinet Conseil en Entreprise: Union bancaire – « Nous approchons malheureusement du grand soir où tous les épargnants seront taxés » – News360x.

Share

Gastronomie : Un nouveau « Paris » pour le chef berjallien Guy Savoy | L’Essor Affiches

 

– Guy Savoye avec ses parents et le pâtissier Michel Viollet, meilleur ouvrier de France (© J.S.)

  • -	Guy Savoye avec ses parents et le pâtissier Michel Viollet, meilleur ouvrier de France (© J.S.)
  • -	Guy Savoye avec ses parents et le pâtissier Michel Viollet, meilleur ouvrier de France (© J.S.)

 

 

 

 

 

 

Dans quelques semaines, le chef triplement étoilé au Michelin Guy Savoy quittera son adresse historique de la rue Troyon, à Paris, pour s’installer à l’Hôtel de la Monnaie.

Berjallien, il l’est au plus profond de lui-même bien qu’il soit natif de Nevers. Mais c’est à Bourgoin qu’il a grandi, entre ses parents qui exploitaient la buvette de l’Esplanade et le pâtissier Louis Marchand qui, dans son laboratoire de la place Carnot, fut son premier maître. Bourgoin-Jallieu, avec son club de rugby, et le Nord-Isère, Guy Savoy y est donc particulièrement attaché. Il n’est pas rare de le croiser dans les rues de la cité, de le rencontrer à Cessieu (où il possède un pied à terre) ou aux Abrets où sont retirés ses parents.

Récemment, après avoir présidé une rencontre franco-chinoise à l’Efma (Espace Formation des Métiers et de l’Artisanat) de Bourgoin-Jallieu, le chef triplement étoilé au Michelin a inauguré l’espace cuisine du Lycée professionnel Gambetta. Il y fut l’un des élèves, avant qu’il ne poursuive son apprentissage chez les frères Troisgros, à Roanne et qu’il ne se perfectionne dans les cuisines du Lion d’Or à Genève puis celles de l’Oasis de la Napoule. Il ne lui manquait plus qu’une consécration parisienne : ce fut à la Barrière de Clichy dont Claude Vergé lui confiait les rênes. Guy Savoy dévoilait ses ambitions en s’installant chez lui, rue Duret. Il y obtenait une première étoile en 1981, une deuxième en 1985. En 1987, c’était l’ouverture du 18 rue Troyon, dans le 17ème arrondissement, et, en 2002, l’attribution du 3ème macaron. Dans ces murs, Guy Savoy a régalé nombre de célébrités. L’une des dernières, en juin dernier, fut Barack Obama, le président des Etats-Unis !

S’il exploite quatre autres restaurants dans Paris (La Butte Chaillot avenue Kléber, Les Bouquinistes quai des Grands Augustins, l’Atelier maître Albert rue Maître Albert et le Chiberta rue Arsène-Houssaye) Guy Savoy est également présent depuis 2006 au Caesar Palace de Las Vegas dont il a confié la clef à son fils Franck. « Le lieu est magique et je n’avais donc aucune raison de ne pas me lancer dans l’aventure d’autant que, même au milieu du désert, nous cuisinons chaque jour des produits frais et d’excellente qualité », précise-t-il. Par contre, s’il a mis un terme à l’expérience tentée en 2010 à Singapour, c’est une autre étape qu’il s’apprête à franchir. Et pas n’importe laquelle! Dans quelques semaines, Guy Savoy et son équipe quitteront l’adresse historique de la rue Troyon pour s’installer à l’Hôtel de la Monnaie. Dans cet endroit magique, sur le quai Conti en bordure de Seine, c’est un établissement d’exception qu’ouvrira le chef nord-isérois qui ne veut pas que sa cuisine soit réduite à une image de luxe. « Je suis là pour que les gens se fassent plaisir et tout sera mis en œuvre pour recevoir au mieux nos hôtes », prévient-il, conscient qu’il se lance néanmoins un fameux… Paris !

Jacques Savoye 

 

viaGastronomie : Un nouveau « Paris » pour le chef berjallien Guy Savoy | L'Essor Affiches.

 

Share

Salon-de-Provence | LaProvence.com:entrepreneur recherche donateurs pour un « Truck de ouf » | La Provence

Pour lancer son "food truck", Dimitri Dubois en appelle à une plateforme de financement participatif

Economie - Salon : jeune entrepreneur recherche donateurs pour un Truck de ouf
Le food-truck de Dimitri sera fin prêt en septembre. Avant cela, il espère recevoir l'aide de généreux donateurs pour financer l'achat d'une éplucheuse à pommes de terre.

PHOTO DR

 

 

Apprenti, salarié, responsable, Dimitri Dubois travaille aux côtés du Meilleur ouvrier de France, Nicolas Rovecchio, et voyage à travers l'Europe grâce à son métier. "J'ai aussi eu l'opportunité de prendre une boutique en tant que gérant, reprend le jeune entrepreneur. Avec l'équipe on a développé l'accord vin et fromage". Mais après huit ans passés à Paris, Dimitri ressent le mal du pays et décide de rentrer à Grans il y a deux ans.Du haut de ses vingt-cinq ans, Dimitri Dubois a déjà bien bourlingué dans la vie. "A l'âge de 15 ans je suis monté seul à Paris pour faire une école de fromager", raconte le jeune gransois. S'il était soutenu à distance par sa famille, Dimitri a appris à se débrouiller seul et à gravir les échelons au fil de sa formation. Diplômé avec mention, le sudiste reste faire ses armes à Paris, haut lieu de la gastronomie française.

Les gens me disaient qu'ils en avaient marre de mal manger le midi 

Les premiers mois il essaie de trouver du travail dans sa branche, mais le fromager déchante vite, "je me suis rendu compte que ce n'est pas la même gastronomie qu'à Paris". Alors le jeune homme planche sur un projet. "Autour de moi, les gens me disaient qu'ils en avaient marre de mal manger le midi ou d'emporter leur gamelle, alors je me suis penché sur les food truck", raconte Dimitri. Après quelques mois de prospection, soutenu par ses proches, cet épicurien gastronome passionné de bonne nourriture se lance vraiment dans son projet en décembre dernier, lorsqu'il s'aperçoit qu'aucune offre de ce genre existe dans le pays salonais.

Etude de marché, achat d'un camion à repenser entièrement, choix du menu et des fournisseurs… le jeune homme ne compte pas ses heures pour monter son camion, son "Truck de ouf", qu'il souhaite "traditionnel et sans bling-bling", pour coller à la culture sudiste. "Lorsque j'ai parlé de ce projet à mes parents, mon père m'a dit « mais t'es un ouf ! », alors le nom du camion est venu naturellement de là", justifie Dimitri. Son "Truck de Ouf" tournera autour du burger, des sandwiches frais et des salades. "J'ai beaucoup voyagé en Europe et je me suis rendu compte que le burger reste un plat très apprécié, surtout lorsqu'il est composé de produits frais", explique-t-il. Le choix du burger et des sandwiches défini, le projet de food truck avance. "Du pain à la viande en passant par les légumes, je vais utiliser uniquement des produits frais que j'irai chercher le matin avant de commencer ma journée", poursuit-il.

Il doit finaliser l'installation de son food truck

Il a aussi trouvé plusieurs emplacements pour installer son camion, à Aix, dans la zone des Milles, deux fois par semaine le midi, mais aussi à Grans, quatre soirs par semaine le soir, grâce au soutien de la municipalité et peut-être à Salon, dans la zone de la Gandonne où Dimitri cherche encore un emplacement pour rayonner auprès des entreprises de la zone à l'heure de la pause déjeuner. "J'ai aussi des réservations pour des soirées ou un baptême", se réjouit Dimitri.

Mais les rêves et idées ne suffisent pas à nourrir le projet gourmand du garçon. Pour le financement, outre un apport personnel, Dimitri a donc contracté un emprunt à la banque, demandé un coup de pouce à sa famille et depuis une dizaine de jours, il a eu l'idée de recourir au crowdfunding, comprendre financement participatif. "En cherchant sur internet, j'ai découvert la plateforme Ulule, raconte-t-il. J'ai monté mon dossier qui a été sélectionné et depuis le projet est sorti de sa couveuse". Le jeune homme a jusqu'au 14 septembre pour réunir 2 500 €. Une somme qui lui permettra de finaliser l'installation de son food truck. "J'ai déjà fait beaucoup de dépenses sur le camion car il a fallu tout créer mais avec l'aide d'un ferronnier, le camion est presque fini, se réjouit Dimitri. Il me manque l'éplucheuse à pommes de terre, qui facilitera grandement le travail".

Il fait donc appel à de généreux donateurs pour financer ce dernier achat. En échange de leurs dons, les particuliers recevront une contrepartie en fonction de la somme versée : "Un porte-clefs collector, un tee-shirt, un menu offert mais aussi le nom de la personne gravé sur le food truck ou encore avoir le privilège de choisir le nom d'un burger du mois", annonce Dimitri Dubois. En une semaine, le projet est déjà financé à 20 %. "Au début il y a eu la famille, les amis mais pas seulement", s'enthousiasme Dimitri. Un Parisien, un Biarrot, tombent aussi rapidement sous le charme de son initiative et décident de l'aider. Le pari est encore loin d'être gagné alors le fromager multiplie les initiatives. "On a aussi une page Facebook sur laquelle beaucoup de personnes soutiennent le projet", poursuit Dimitri, conforté dans son idée. Aux généreux donateurs de l'aider à croquer son rêve à pleines dents.

 

Lire la suite sur : Salon-de-Provence | LaProvence.com:entrepreneur recherche donateurs pour un "Truck de ouf" | La Provence.

Share

8ème i-Novia – le Salon des Nouvelles Technologies & Entrepreneurs

Mes partenaires, les Cci d'Alsace et moi-même, avons l'honneur de vous inviter à la 8ème Edition du Salon des Nouvelles Technologies & Entrepreneurs :

Le Salon i-Novia les 8 et 9 octobre au Parc Expo de Strasbourg. 

Profitez de la puissance de l'innovation "Made in Alsace" et de l'expérience des grands noms de l'Entrepreneuriat. 

 

I-Novia en quelques chiffres : 

• 6000 m² d’espace dédiés aux rencontres entre professionnelshttp://www.salon-entreprises.com/plan-du-salon/ 

 exposants http://www.salon-entreprises.com/exposants/ 

• 100 conférences http://www.salon-entreprises.com/conferences/ 

• 10 tables rondes http://www.salon-entreprises.com/grands-debats/ 

• 2 soirées professionnelles http://www.salon-entreprises.com/soirees-pro/ 

Nouveauté 2014 

 

I-Novia accueille les événements phares de la CCI Région Alsace destinés aux professionnels : 

Mercredi 8 octobre : Cogito Expo’14 rassemblera les professionnels de l’intelligence économique. 

http://www.cogito-expo.fr/ 

 

Jeudi 9 octobre : Strat’Go vous proposera des « Business Solutions à emporter » http://www.strat-go.fr/ 

 

Ce Salon vous est dédié. Il est désormais une référence nationale. Partages d'expériences, informations, conseils, expertises, rencontres, solution business… 

 

Venez trouver toutes les solutions destinées à booster les performances de votre entreprises. N'hésitez pas à transmettre l'invitation à vos contacts. 

 

Au plaisir de vous retrouver sur le Salon. 

 

Cordialement. Mit freudlichen Grüßen, Best regards, 

Michel Blanck 

Directeur du salon 

 

MS.Expo 

2 rue des vignes 

68240 SIGOLSHEIM 

Tél: +33 (0)3.89.47.80.66 

Portable: 00.33 (0)6.72.81.23.94

 
Share

Profession de foi – France Laborieuse – Liste pour les élections Sénatoriales du 28 Septembre 2014 | CNI Isère

France LABORIEUSE (Profession de FOI)

Liste pour les élections Sénatoriales du 28 Septembre 2014

Conduite par des vrais (*) Chefs d’entreprises, soutenue par le mouvement

SPARTACUS 69 et des Partis Politiques de la vraie DROITE (La Droite intelligente) RPF,

CNIP, RPR, PR et tous ceux qui nous rejoindrons

 

1°) La politique n’est pas un métier (Antoine PINAY)

Nous exercerons, lorsque nous serons élus, ce métier bénévolement….

 

2°) Nous voulons le retour de la vraie démocratie comme en SUISSE…

Mise en place d’un vrai R.I.P (Référendum d’initiative populaire)

 

3°) Nous réaffirmons clairement les valeurs de la France « Liberté Egalité Fraternité »

elles deviendront avec le  … Lire lasuite sur viaProfession de foi – France Laborieuse – Liste pour les élections Sénatoriales du 28 Septembre 2014 | CNI Isère.

Share

Scandale: L’or allemand a disparu ! – Wikistrike

De Gaulle l’avait prévu et avait fait le nécessaire : il est parti chercher l’or de la France aux Etats-Unis avec ses bateaux. L’Allemagne, pour avoir fait confiance aux américains ou par impuissance, se voit voler tout l’or qu’elle leur avait confié, soit 1500 tonnes. Ce vol ou abus deconfiance, c’est comme on veut ne semble nullement gêner les autorités allemandes. Un vol effectué par les Etats-Unis, c’est tout à fait normal. Ce qui appartient aux européens, n’appartient-il pas aux Etats-Unis ? Où est le problème ?Avic – Réseau International

 

 

Lire la suite sur : Scandale: L’or allemand a disparu ! – Wikistrike.

Share

Profession de foi – France Laborieuse – Liste pour les élections Sénatoriales du 28 Septembre 2014 | CNI Isère

France LABORIEUSE (Profession de FOI)

Liste pour les élections Sénatoriales du 28 Septembre 2014

Conduite par des vrais (*) Chefs d’entreprises, soutenue par le mouvement

SPARTACUS 69 et des Partis Politiques de la vraie DROITE (La Droite intelligente) RPF,

CNIP, RPR, PR et tous ceux qui nous rejoindrons

 

1°) La politique n’est pas un métier (Antoine PINAY)

Nous exercerons, lorsque nous serons élus, ce métier bénévolement….

 

2°) Nous voulons le retour de la vraie démocratie comme en SUISSE…

Mise en place d’un vrai R.I.P (Référendum d’initiative populaire)

 

3°) Nous réaffirmons clairement les valeurs de la France « Liberté Egalité Fraternité »

elles deviendront avec le  ……….

viaProfession de foi – France Laborieuse – Liste pour les élections Sénatoriales du 28 Septembre 2014 | CNI Isère.

Share

Union bancaire – « Nous approchons malheureusement du grand soir où tous les épargnants seront taxés » – News360x

Les pauvres sont pauvres, mais ils ont cet avantage d’être nombreux. Nous avons à de nombreuses reprises évoqué le risque de voir émerger une « Taxe une fois pour toutes » afin de réduire brutalement l’endettement de certains états membres. On peut imaginer une sorte de « Grand Soir » où le gouvernement en viendrait à annoncer que tous les comptes de dépôt ou comptes courants sont ponctionnés de 10% ou plus de leurs avoirs pour faire face à ce qui serait qualifier d’urgence dans le service de la dette.Ce n’est pas une simple hypothèse, puisque cette solution a été recommandée un temps par le FMI comme une solution au sur-endettement de certains pays, dont la France. Ainsi, si cela vient à se produire, alors il y a fort à parier que …

Exclusif | Union bancaire – « Nous approchons malheureusement du grand soir où tous les épargnants seront taxés »

 

 

 

 

 

 

ECONOMIE
0

La société d’avocats Lecoq-Vallon & Feron-Poloni est spécialisée dans la défense des épargnants, des emprunteurs et des investisseurs.


 

Ces derniers mois revient sur le devant de la scène médiatique et économique l’Union bancaire européenne, promise depuis plusieurs années par de nombreux dirigeants.

 

News360x – En tant qu’avocat, pensez-vous que cette union va améliorer ou fragiliser la sécurité des comptes des épargnants?

En tant qu’avocats, nous sommes amenés à penser que c’est un facteur important de l’amélioration de la défense de leurs intérêts. L’expérience prouve qu’au niveau des directives et normes européennes, à partir du moment où il y a un enrichissement des règles, il y a amélioration des conditions de sécurité et d’information. Sur ce point, tout cela va dans le bon sens.

 

Dans le cas de Chypre, les comptes inférieurs à 100.000 euros ont été épargnés de toute ponction. En cas de crise, en sera-t’il de même à l’échelle européenne?

Ce n’est pas certain. Les pauvres sont pauvres, mais ils ont cet avantage d’être nombreux. Nous avons à de nombreuses reprises évoqué le risque de voir émerger une « Taxe une fois pour toutes » afin de réduire brutalement l’endettement de certains états membres. On peut imaginer une sorte de « Grand Soir » où le gouvernement en viendrait à annoncer que tous les comptes de dépôt ou comptes courants sont ponctionnés de 10% ou plus de leurs avoirs pour faire face à ce qui serait qualifier d’urgence dans le service de la dette.

Ce n’est pas une simple hypothèse, puisque cette solution a été recommandée un temps par le FMI comme une solution au sur-endettement de certains pays, dont la France. Ainsi, si cela vient à se produire, alors il y a fort à parier que tous les comptes seront mis à contribution, car la masse d’avoirs qui pourraient être obtenue par des retraits « raisonnables » sur des comptes supérieurs à 100.000 euros ne serait pas suffisante.

Le cas de Chypre à ceci de particulier que le pays était devenu le réceptacle d’investissements étrangers importants, notamment russes, soupçonnés d’être constitués par de l’argent sale, ce qui est une hypothèse loin d’être similaire à celle que nous évoquions.

 

L’assurance-vie est-elle également concernée par ces possibles ponctions ?

Oui bien sûr, à ceci près qu’elle offre de meilleures garanties, notamment dans le droit français. Même si il sera difficile d’échapper à cette « Taxe une fois pour toutes » en cas de crise, il est évident que les marchés financiers subiront dans le même labs de temps d’importantes pertes.

Or, si quelqu’un possède un contrat d’assurance-vie en déficit, il peut encore aujourd’hui annuler les pertes subies sur ce contrat en y renonçant, et en demandant à l’assureur de restituer l’intégralité des primes versées jusqu’alors au titre d’intérêts. Plus de 40 % des français ont une assurance-vie et beaucoup trop d’entre-eux renoncent à leurs droits en cas de perte.

 

Si une crise bancaire mondiale venait à nouveau à se déclencher dans les mois à venir, les épargnants s’estimant floués par cette participation forcée au désendettement pourraient-ils porter plainte contre les institutions européennes?

Ce serait extrêmement compliqué. Il n’y a actuellement aucun exemple de jurisprudence ou d’indemnisation obtenu par des épargnants contre des institutions de ce type à l’échelle européenne. Il y a des précédents qui concernent les États-membres, mais en l’état des textes, nous sommes très perplexes quant à la possibilité de voir un épargnant se faire rembourser dans un tel cas. Après, le droit évolue tous les jours. Il est théoriquement envisageable de porter plainte contre ces institutions dans un tel cas, mais cela reste une hypothèse, car il n’existe, je le rappelle, à notre connaissance aucun précédent.

 

Certains observateurs économiques font régulièrement part de leurs analyses et inquiétudes suite aux discours de plus en plus alarmistes tenus par certains responsables, à l’image de Christine Lagarde, directrice générale du FMI, et du risque de « Reset ». Êtes-vous inquiets quant à la situation économique actuelle ?

Malheureusement oui, ce risque est élevé. On assiste depuis plusieurs mois à la dégradation du système bancaire, et à celle de la situation des finances publiques des États-membres européens. Une crise de confiance liée à une forte augmentation des taux sur le marché obligataire d’un des pays concernés est à craindre.

Il y a fort à parier que nous n’entrerons pas dans une situation de banqueroute, mais que nous approchons malheureusement du « Grand Soir » dont nous parlions précédemment, même si il s’avère encore difficile de savoir si tout cela est une question de mois, ou d’années.

 

Entretien avec Nicolas Lecoq-Vallon et Hélène Féron-Poloni réalisé pour News360x

Lilian Delfau – News360x

 

viaExclusif | Union bancaire – « Nous approchons malheureusement du grand soir où tous les épargnants seront taxés » – News360x News360x.

Share

Inquiet de la déflation, Manuel Valls prévoit une rentrée difficile

Le premier ministre estime que « les politiques économiques en zone euro ne sont pas efficaces » face à une croissance et à une inflation plus faibles que prévu.

Source: www.lemonde.fr

 

La rentrée sera « difficile en matière de conjoncture économique ». Le premier ministre, Manuel Valls, s'est inquiété, vendredi 1er août, d'un risque « réel » de déflation en Europe. Jeudi, Eurostat annonçait que les prix évoluaient à leur plus bas niveau depuis octobre 2009. L'inflation est en effet tombée à 0,4 % dans la zone euro en juillet, après 0,5 % en juin.

A la sortie du séminaire de l'exécutif à l'Elysée, M. Valls a fait part de ses craintes :

« Le volontarisme ne nous quittera pas, et cela plus encore pour les semaines et les mois à venir, car la rentrée va être difficile en matière de conjoncture économique (…) Le risque de déflation est réel, [car] au niveau européen, la croissance et l'inflation sont en retrait par rapport à ce que nous pouvions attendre. »

 

LES PRIX À LEUR PLUS BAS NIVEAU DEPUIS 2009

M. Valls juge que « les politiques économiques en zone euro ne sont pas efficaces » face à une croissance et à une inflation plus faibles que prévu, et déplore « l'absence de politique de change » ou encore que la Banque centrale européenne soit « impuissante » face à la faible inflation. Selon lui, s'il y a eu une« certaine prise de conscience quant aux attentes des peuples en matière de croissance et d'emploi », elle « se traduit malheureusement par une terrible lenteur dans les faits ».

 

Michel Sapin, le ministre de l'économie, avait réagi dès jeudi à la publication d'Eurostat :

« La situation en termes d'inflation est préoccupante (…) La croissance en Europe n'est pas à la hauteur des espoirs que nous pouvions avoir. »

Une faible inflation risque de ralentir le processus de désendettement des Etats et, surtout, des ménages et des entreprises. De fait, après une légère décrue en début d'année, la dette publique de la zone euro est passée de 92,7 % à 93,9 % du produit intérieur brut (PIB) au deuxième trimestre. M. Sapin a néanmoins refusé derevoir à la baisse les prévisions du gouvernement, qui table sur 3,8 % de déficit et 3 % en 2015, conformément à ses engagements européens.

 

« UNE CRISE DE CONFIANCE » À ENDIGUER

A l'issue de cette réunion qui devait fixer la feuille de route du gouvernement pour la rentrée, Manuel Valls a également admis qu'il existe « une crise de confiance que nous devons impérativement endiguer ». Il a notamment évoqué « la vie chère, le mal-logement », et l'inquiétude des Français pour « leur avenir et celui de leurs enfants ». 

Le premier ministre estime aussi que le chômage a « atteint un niveau tout à fait insupportable » alors que la France a subi à la fin de juin son huitième mois de hausse du chômage consécutif, avec 3 398 millions de demandeurs d'emploi en catégorie A en métropole.

La feuille de route du gouvernement consistera à « réformer, réformer inlassablement », à « lutter contre les blocages » et à « avancer avec détermination, constance, persévérance ».

« Notre politique, ce sera le pacte de responsabilité, tout le pacte et encore plus loin que le pacte, car c'est grâce à lui et au crédit d'impôt compétitivité-emploi [que] nous pourrons renforcer notre économie. »

 

See on Scoop.itPierre-André Fontaine

Share

Faire découvrir l’épée aux entreprises

lyon epee metropole, remy delhomme, icisport

LA CGPME SOUTIENT AURIANE MALLO, LYON EPÉE MÉTROPOLE SUR LA ROUTE DES JO DE RIO 2016!

LANCEMENT DU CEE6, LE LYON EPÉE MÉTROPOLE CONTRIBUE À LA RÉUSSITE DE L'ÉVÈNEMENT ET GAGNE UN SOUTIEN FINANCIER DE LA CGPME

Plus de 300 chefs d'entreprises étaient réunis mi juin pour un lancement réussi du CEE6, le club des entreprises et des entrepreneurs du 6e arrondissement. La démonstration à l'épée faites lors de cette manifestation par Rémy Delhomme, champion du monde et maître d'armes du Lyon Epée Métropole (LEM), et Thierry Garrucho, champion de France junior par équipe avec le LEM a été un grand succès… surtout lorsque François Turcas, lui même, a relevé le défi de challenger le champion du monde sur son terrain, la piste d'escrime!

Nombreux chefs d'entreprises, en particulier François Turcas président de la CGPME du Rhône, ont été séduits par le projet du LEM de faire de Lyon une place forte de l'épée mondiale. Premier résultat de cette expérience partagée entre le monde du sport et le monde de l'entreprise, le soutien de la CGPME à Auriane Mallo dont l'ambition est d'aller aux JO de RIO 2016.

AURIANE MALLO, UN RÊVE, REPRÉSENTER LYON ET LE LEM AUX JO DE RIO 2016

Auriane Mallo, Equipde de France Epée

Vice championne du Monde et championne d'Europe junior l'année dernière, déjà en équipe de France senior avec laquelle elle vient de participer aux championnats d'Europe et du Monde, Auriane ambitionne d'aller aux JO de RIO 2016. 

Soutenue par la Ville de Lyon, La fondation FDJ et maintenant la CGPME, Auriane a besoin de trouver d'autres partenaires pour la saison 2014 2015 où de nombreuses épreuves de coupe du monde se passent hors Europe.

Auriane a passé toute sa jeunesse dans le 6e arrondissement, école primaire Créqui, collège Vendome, lycée Edouard Herriot. Elle est maintenant à l'INSEP et prépare en région parisienne un diplôme de kinésithérapie. Elle est très attachée à sa ville et à son club.

LE LYON EPÉE MÉTROPOLE, UNE AMBITION POUR DÉVELOPPER SON PROJET, CONTRIBUER AU DÉVELOPPEMENT DU CAPITAL HUMAIN DES ENTREPRISES PARTENAIRES

En partenariat avec ICISPORT, le LEM, section Epée du Cercle Bellecombe Lyon propose des prestations pour développer le capital humain dans les entreprises comme par exemple:

  • RETOUR GAGNANT: Intervention en entreprise de Rémy Delhomme. Fort de ses expériences multiples, cadre en entreprise, maître d'armes, champion du monde, écrivain, licencié en psychologie Rémy peut intervenir sur de nombreux thèmes d'intérêt pour les entreprises
  • ENTRE PRISES: Découvertes à l'épée pour développer le capital humain de vos équipes: formule  réunion (animation dans le cadre d'un de vos séminaire) ou formule challenge intra ou inter entreprises 
  • CHANGEZ D'AIRE: Mise à disposition d'une salle pouvant contenir jusqu'à 80 personnes pour vos réunions, séminaires, colloques, d'un boulodrome et d'un club house réservés aux partenaires du CBL/LEM.

DES PRESTATIONS ET UN PROJET À DÉCOUVRIR SUR ICISPORT.FR LA PLACE DE MARCHÉ DE L'OFFRE DES CLUBS SPORTIFS LYONNAIS À DESTINATION DES ENTREPRISES À PARTIR DU 1 SEPTEMBRE 2014.

Déjà intéressé par les services du LEM, contactez nous par le bouton CONTACT!

Rémy Delhomme, champion du monde se prépare
Rémy Delhomme, champion du monde se prépare
François Turcas, champion de la CGPME du Rhône, se prépare....
François Turcas, champion de la CGPME du Rhône, se prépare….

viaFaire découvrir l'épée aux entreprises.

Share

Artémisia collège retrouve un site propre :

Artémisia collège retrouve un site propre :

http://www.artemisia-college.info/index.html

 

 
 

Bonjour à tous !

Vous recevez parfois certaines de nos infos les plus significatives.

Vous serez peut-être intéressés à consulter nos sites entièrement repensés.

En premier lieu, celui-ci, le plus abordable pour des personnes non averties :

http://ecobio-attitude.org/index.html

 

Après l'attaque de fin 2009, et la destruction du site principal de notre association (déclarée il y a 29 ans !), site dont le nombre de visites et son influence internationale lors de la fausse pandémie "H1N1" a poussé la sinistre de la "santé" de l'époque à vouloir nous éliminer, nous avions alors réorienté notre site vers "Vivre sans OGM".

À présent, ce site : http://www.vivresansogm.org/topic/index.html ne servira plus que pour archiver le travail réalisé depuis 2009.

 

Artémisia collège retrouve un site propre :

http://www.artemisia-college.info/index.html

 

Nous vous encourageons à mettre ces 2 nouvelles adresses dans les favoris de votre navigateur, sachant que l'indexation des nouvelles présentions est différente(donc à refaire si déjà fait pour les anciennes).

Share
rejoignez moi sur viadéo
Sur Viadéo
Archives