Get Adobe Flash player
Catégories
ce site est utile, aidez nous à le maintenir au top

Banque

Viadeo : Au bord du gouffre financier, le titre est suspendu

Le patron de Viadeo demande la suspension du cours de l'action, évoquant de gros problèmes de financement. La société est toujours à la recherche de …

Dans un communiqué laconique, le nouveau CEO de Viadeo Renier Lemmens a demandé la suspension du cours de l'action après de gros problèmes de financement. "Comme nous l’avons annoncé, notre société ne réussira pas à mener à bien sa stratégie de redéploiement avec la trésorerie limitée dont elle dispose. À l’heure actuelle, il semble peu probable que nous puissions sécuriser de nouvelles sources de financement et nous explorons des solutions alternatives". Le groupe, qui dispose d’une trésorerie de 1,3 million d'euros (montant non audité) en tenant compte du décalage de décaissements, cherche toujours des solutions pour consolider son bilan comme l'expliquait Renier Lemmens le 13 octobre dernier. "La recherche active d`investisseurs s'avère plus longue que prévu et son issue est aujourd'hui incertaine. Pour éviter des problèmes de trésorerie, cette recherche doit aboutir avant la fin de l`année. Nous sommes actuellement en discussion avec plusieurs partenaires intéressés qui étudient différentes

Source : Viadeo : Au bord du gouffre financier, le titre est suspendu

Share

Les Etats-Unis ont été en guerre 222 des 239 années de leur existence | Réseau International

Les Etats-Unis ont été en guerre 222 des 239 années de leur existence

 

“Nous sommes un peuple de la guerre. Nous aimons la guerre parce que nous sommes très bons à la faire. En fait, c’est la seule chose que nous savons faire dans ce putain de pays: faire la guerre, on a eu beaucoup de temps de pratique et aussi parce que c’est sûr que nous ne sommes plus capables de construire une machine à laver ou une voiture qui vaille un pet de lapin ; par contre si vous avez plein de bronzés dans votre pays, dites leur de faire gaffe parce qu’on va venir leur foutre des bombes sur la gueule…”~ George Carlin ~ Les Etats-Unis ont été en guerre 93% du temps de leur existence depuis leur création en 1776 c’est à dire 222 des 239 années de leur existenceLe pays n’a été en paix que 21 ans depuis sa création en 1776Écrit par Danios en 2011 et repris par le Washington BlogFévrier 2015Ci-dessous j’ai reproduit une chronologie année par année des guerres des Etats-Unis, ce qui révèle quelque chose de vraiment intéressant: Depuis que les Etats-Unis ont été fondés en 1776, ils ont été en guerre 214 ans sur les 235 ans de leur existence (NdT: texte de 2011, une mise à jour a été faire en fin d’article donnant le chiffre avancé). En d’autres termes, il n’y a que 21 années de calendrier durant lesquelles les Etats-Unis n’ont mené aucune guerre.Pour mettre ceci en perspective:* Prenez n’importe quelle année au hasard depuis 1776 et il y a 91% (93% avec les chiffes ajustés à 2015) de chances que les Etats-Unis étaient impliqués dans une guerre au cours de cette année là.* Aucun président des Etats-Unis ne se qualifie vraiment comme étant un président de temps de paix. De fait, tous les présidents des Etats-Unis qui se sont succèdés peuvent être tous considérés comme des

Source : Les Etats-Unis ont été en guerre 222 des 239 années de leur existence | Réseau International

Share

Nicolas Sarkozy: «Mon plan pour baisser les impôts et les dépenses»

Nicolas Sarkozy dans son QGde campagne, samedi à Paris.

 

INTERVIEW – Dans un entretien au Figaro, l'ancien chef de l'État et candidat à la primaire des Républicains détaille son projet économique et affiche sa volonté de réduire simultanément la dépense publique de 100 milliards d'euros et les impôts de 40 milliards.LE FIGARO.- Votre stratégie économique repose sur une baisse des impôts couplée à une réduction des dépenses. Pouvez-vous nous expliquer ce choix?NICOLAS SARKOZY.- La seule question importante est de savoir quelle doit être la stratégie économique qui permettra à la France de retrouver le plein-emploi. C'est une stratégie en tous points différente de ce qu'on a vécu depuis cinq ans. Elle consiste effectivement à voter dans les trois mois qui suivront l'élection présidentielle un plan de réduction de la dépense publique de 100 milliards d'euros et de baisse des impôts de 40 milliards. Ces mesures seront votées immédiatement et concomitamment, j'insiste sur ce point. Il ne s'agit pas pour moi de baisser les impôts puis, plus tard, de voter les économies, ou inversement de commencer par un plan de rigueur sans rien faire pour baisser les impôts. Je veux que les deux soient votés en même temps, car l'un ne peut aller sans l'autre. C'est ce plan, et uniquement celui-là, qui nous permettra de créer un choc de confiance, de retrouver de la croissance, de baisser fortement le chômage, de réduire le déficit et la dette et de nous prémunir d'un risque de hausse des taux

Source : Nicolas Sarkozy: «Mon plan pour baisser les impôts et les dépenses»

Share

Taxe foncière: quel sort pour votre entreprise en 2017?

La révision des valeurs locatives, pour les locaux professionnels, est lancée pour 2017. Le 2 décembre 2015, l'Assemblée nationale a voté un amendement à la loi de finances rectificative en ce sens.

L'Assemblée a acté la refonte des valeurs locatives, qui prendra effet dans un an. Cela impactera les impôts locaux. Des mécanismes ont été instaurés pour atténuer la pression fiscale chez les grands perdants de la réforme.

Elle n'allait pas pouvoir être repoussée indéfiniment. La révision des valeurs locatives des baux commerciaux, lesquelles datent de 1970 et servent pourtant au calcul de plusieurs impôts locaux comme la taxe foncière et la CVAE, entrera en vigueur au 1er janvier 2017. Les députés l'ont officiellement décidé le 2 décembre, à travers un amendement à la loi de finances rectificative. En fait, ce report avait déjà été annoncé par le secrétaire d'Etat au Budget Christian Eckert début 2015, en réaction à la grogne des petits commerçants et à la mobilisation des élus locaux. La réforme, à enveloppe constante, créait, telle qu'elle était prévue, de grands gagnants et de grands perdants, parmi les entreprises (selon des proportions équivalents à 50/50 à peu près). Les plus à plaindre étant notamment les petits commerces installés dans des zones commerciales ou des galeries marchandes (avec une hausse moyenne de cotisation de plus de 100%, contre "seulement" 8% pour les petites boutiques sur rue). Les grandes surfaces pouvant, au contraire, se réjouir d'une nette diminution de leur 

Share

Loi Noé: Emmanuel Macron affronte les artisans

Le ministre de l'économie Emmanuel Macron s'est exprimé devant les artisans ce 8 décembre 2015, pour leur faire comprendre les contours du volet de sa loi Noé qui s'attaque aux qualifications professionnelles.

 

Le ministre de l'Economie s'est exprimé ce 8 décembre devant les artisans, pour leur dévoiler plus précisément ses intentions quant aux qualifications professionnelles dans le cadre de sa loi sur les nouvelles opportunités économiques.

"Nous savons que vous vous êtes fixé pour défi celui d'extraire de leurs difficultés les centaines de milliers de jeunes sortis du système scolaire sans qualification, sans savoir-faire, sans métier et sans emploi (…). Toutefois, nous ne pouvons envisager que cela se fasse en déstabilisant les valeurs qui font la qualité et le dynamisme de l'artisanat, en démolissant nos entreprises, en dévalorisant les artisans." Alain Griset, président de l'Assemblée permanente des chambres de métiers et de l'artisanat (APCMA), n'a pas mâché ses mots ce 8 décembre devant Emmanuel Macron, invité spécial de l'un de ses séminaires. Le ministre de l'Economie, tout à la préparation de sa loi sur les nouvelles "opportunités" économiques (Noé), a été sommé de préciser s'il comptait, oui ou non, remettre en question la loi de 1996 introduisant une exigence de qualification professionnelle pour s'installer dans une activité susceptible de mettre en jeu la santé ou la sécurité du consommateur. Une perspective qui fait frémir l'Union des coiffeurs entre autres, laquelle a lancé la semaine dernière l'opération "J'aime mon coiffeur", en guise de protestation.  

Supprimer les barrières à l'entrée

"Je n'ai pas la volonté de tout remettre en cause et de supprimer les qualifications pour devenir artisan, a tenu à préciser le locataire de Bercy. Je suis bien content que le mécanicien qui répare ma voiture ait les qualifications pour ne pas me mettre en danger." Malgré tout, les choses ne resteront pas figées. Les contraintes de chaque métier vont être passées au peigne fin, en concertation étroite avec les professionnels, promet-il, pour évaluer leur pertinence. Et le ministre d'évoquer deux exemples. "Aujourd'hui, si vous n'êtes pas carrossier, vous ne pouvez pas ouvrir un centre de lavage de voiture", a-t-il assuré. "Dans le secteur du bâtiment, j'entends professionnaliser toute la filière petits travaux, ceux que peut réaliser le petit bricoleur amateur du dimanche, a-t-il poursuivi. Cela ne mettra pas en danger vos corps de métier."  

Emmanuel Macron veut trouver "une juste proportion, pour valoriser la qualité de chaque métier, sans pour autant lui mettre des barrières à l'entrée". Il entend ainsi, dans un exercice d'équilibriste, réussir à "préserver les savoir-faire, tout en valorisant le potentiel d'emploi". "La condition de l'excellence, c'est la compétence, a-t-il affirmé. Pas forcément le diplôme." Et de prendre l' … http://lentreprise.lexpress.fr/gestion-fiscalite/droit-des-affaires/loi-noe-emmanuel-macron-affronte-les-artisans_1743824.html

Share

Orange condamné à 350 millions d’euros d’amende

Comme l'annoçait Le Figaro, Orange va écoper d'une amende record pour entrave à la concurrence sur le marché des entreprises.

Le montant qui aurait pu atteindre 500 millions d'euros, sera finalement de 350 millions d'euros pour l'opérateur.

L'affaire remonte à avril 2008 et au dépôt d'une première plainte de SFR, qui a dénoncé les pratiques de remises fidélisantes, de couplage, de tarifs discriminatoires et de prix prédateurs de la part d'Orange en France depuis 2003 sur les marchés des communications fixes et mobiles entreprises. Bouygues Telecom a déposé plainte pour les mêmes motifs en août 2010.

Ce volet a été soldé en 2014, quand, en pleine bataille pour le rachat de SFR, Bouygues Telecom et Orange sont parvenus à un accord transactionnel, au terme duquel Orange avait versé 300 millions d'euros à Bouygues pour quinze litiges au total. L'opérateur britannique Colt a déposé plainte sur des … Lire la suite sur : http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2015/12/17/01016-20151217ARTFIG00031–paris-l-ecole-de-commerce-etait-une-usine-a-clandestins.php?m_i=HdcHagxH2nQk_X1DiJQJ19weXTuEdBMvIneInOrZCk1iqOorjelmiA7hG82n8ShBnYBHAhbkNK1zPLkrsmQJeNr8T%2BHEsQOxkCtdBnHu&a2=20151217111834&a3=763-8163584-884219#xtor=EPR-300-[actualites]-20151217

Share

Poutine pose la question : attentats à Paris, qui tire les ficelles ?

poutine 114

Les attentats de Paris pourraient mener vers un engagement militaire massif 

 

Les attentats de Paris pourraient mener vers un engagement militaire massif de l’Otan en Syrie. C’est pourquoi Poutine, le président de la Russie, pose la question sur les instigateurs des intrigues. La question a un rapport avec les succès militaires russes en Syrie et avec l’intention des néoconservateurs étasuniens de se servir au plus vite des attentats afin de les instrumentaliser pour un élargissement de la guerre en Syrie.

Une fois de plus le président de la Russie Vladimir Poutine a posé la question juste : qui étaient les tireurs de ficelles des attentats de Paris ? Poutine, d’après l’agence de presse TASS, a offert sa pleine coopération aux Français pour «l’éclaircissement du crime, aussi bien en ce qui concerne les exécutants que les tireurs de ficelles».

Que savons-nous exactement ?

Basiquement en fait, nous ne savons pas grand-chose.

Frappant : aussi impréparées qu’étaient les forces de sécurité françaises avant les attentats, aussi rapides étaient ensuite les réponses à portée de main. L’auteur doit être la milice terroriste État islamique (ISIS). C’est ce qu’a constaté le président François Hollande et il a déclaré la guerre à ISIS qui vient de revendiquer les attentats. Mais Charles Winter de l’institution Quilliam, qui s’est spécialisé sur la Syrie et ISIS, fait remarquer qu’actuellement on ne peut pas juger si les attentats ont été directement organisés par ISIS ou s’ils ont été inspirés par les terroristes. Il est tout à fait concevable que ISIS, qui se trouve sous une pression énorme en Syrie, revendique les attentats simplement pour 

Share

Un patron nordiste veut faire bouger les lignes au G20 des entrepreneurs

Jean-Marc Barki, dirigeant de Sealock à Sallaumines, a été choisi pour conduire la délégation française au G20 des entrepreneurs d’aujourd’hui à mercredi à Istanbul. « Faisons confiance aux PME », proclame ce patron engagé pour qui la culture entrepreneuriale devrait être enseignée dans toutes les écoles.

« Globe trotter » de la cause entrepreneuriale, Jean-Marc Barki endosse son habit de « sherpa » au G20.

Sallaumines. Du bassin minier à Istanbul, il n’y a qu’un pas à franchir, qui ne fait pas peur à Jean-Marc Barki. Ce lundi, l’emblématique dirigeant de Sealock (colles industrielles, voir ci-dessous), conduit, en compagnie de son homologue parisien Renan Pelloux (directeur de Creads), la délégation française au G20 des entrepreneurs.

Plus de 400 chefs d’entreprise, essentiellement des PME, venus de toute la planète, viennent échanger, partager les expériences, les pratiques, et faire des propositions aux gouvernements.

« Le chômage sera combattu par les PME, assène Jean-Marc Barki. 88 % des 2,7 millions d’emplois créés ces vingt dernières années sont le fait des PME. C’est là qu’il faut aller chercher les emplois de demain, et ce sont ces PME qu’il faut soutenir et développer. »

« une feuille de route des grandes réformes »

Créé en 2009 au Canada, le G20 des entrepreneurs (Young Entrepreneurs Alliance) est le seul regroupement de patrons transnational et transculturel, en coordination avec les organisations patronales nationales.

« Il y a bien un G20 des politiques où il n’y a pas réellement de vision de l’entreprise. Le G20 des entrepreneurs permet d’établir une feuille de route des grandes réformes à engager. »

Pour Jean-Marc Barki, la priorité absolue passe par l’éducation. « La culture entrepreneuriale doit faire partie de l’éducation nationale. Valorisons la créativité qui fabrique de la valeur, mettons en avant la valeur métier. Et surtout, focalisons-nous sur les bonnes choses, les réussites, la qualité, le positif ! Qui a entendu parler en

Share

Non, le passage à l’euro ne rend pas plus riche!

Le journal polonais Rzeczpospolita se penche sur le dernier rapport de la Banque centrale européenne (BCE) selon lequel le passage à la monnaie unique européenne n'a ni amélioré le niveau de vie dans la zone euro, ni réduit les écarts entre les pays riches et les pays pauvres.

 

En instaurant en 1999 la monnaie unique européenne dans 11 pays de l'UE, les initiateurs de ce projet espéraient que cela aiderait à égaliser les niveaux de vie entre les pays de la zone euro, écrit Rzeczpospolita, citant le rapport de la BCE.

 

En effet, le niveau de vie a augmenté dans les pays ayant adhéré à la zone euro en 2004 et en 2007, notamment en Estonie, en Lettonie, en Lituanie et en Slovaquie. Cependant, estiment les auteurs du rapport, ce n'était pas le passage de ces pays à l'euro qui a donné cet effet positif, mais leur adhésion à l'Union européenne.

 

La situation dans les pays sud-européens ayant adopté la monnaie unique ne s'est pas améliorée. Les plus pauvres de ces pays sont soit restés au même niveau qu'il y a 17 ans (l'Espagne et le Portugal), soit retombés à un niveau encore plus bas (la Grèce). En 1999, l'Italie, par exemple, figurait parmi les Etats les plus riches de l'Union européenne, alors que maintenant, le niveau de vie y est inférieur à la …………………

 

lire la suite sur : Non, le passage à l'euro ne rend pas plus riche! http://fr.sputniknews.com/economie/20150804/1017373025.html#ixzz3i8b7Vc6j

Lire la suite: http://fr.sputniknews.com/economie/20150804/1017373025.html#ixzz3i8ajBuZT

Share

LEDsysteme – nos solutions d’économie LED pour une boutique de vêtements

LedSystem.fr

Une boutique de vêtements

 

 

Petite boutique de vêtements d'enfants, ouverte de 9h à 19h, fermée le dimanche. L'ensemble de la boutique est éclairée par des spots au plafond ou directifs sur les modèles en vitrine, tous ces spots produisent beaucoup de chaleur. La nuit, la boutique est complètement éteinte, conformémement aux nouvelles exigences.

Surface 90 m2
Facture EDF 1 450,00 €/an
Après diagnostic
Facture éclairage 620,00 €/an
Economies possibles 387,00 €/an
Coût du Relamping 1 650,00 €

Financement

Un financement sur 60 mois permettra à cette boutique de passer à la LED sans douleur, elle pourra même commencer à faire des économies sur sa facture d'énergie:
Années 1 à 5

 

 

EDF

 

 

1 063€

 

 

Remboursement

 

 

330€

 

 

Economies

57€

 

 

 
 

 

 

Coût Electricité: 1 393,00€/an

 

 

Année 6 et suivantes

 

 

EDF

 

 

1 063€

 

 

Economies

387€

 

 

 

 

 

Nouveau coût Electricité: 1 063,00€/an

 

 

L'éclairage à LED permettra aussi des économies au niveau de la climatisation de 

Share

Participez à notre appel urgent pour arrêter Monsanto!

Notre santé est en danger, mais nous sommes face à un système aux mains des intérêts privés et nous n'avons que peu de temps pour renverser le cours des choses. Plus vous serez nombreux à nous rejoindre, plus notre appel sera puissant! Faites passer le mot tout autour de vous sans tarder grâce aux outils de partage sur Facebook et par email ci-dessous et faites suivre l'email initial d'Avaaz! Merci pour votre action. 

Participez à notre appel urgent pour arrêter Monsanto!

https://secure.avaaz.org/fr/monsanto_dont_silence_science_eu_rb/?ceeExeb

Share

Tidjane Thiam, un Franco-Ivoirien à la tête du Crédit Suisse | Geopolis

Tidjane Thiam
10 mars 2015. Tidjane Thiam pose pour les photographes après la conférence de presse annonçant sa nomination à la présidence du Crédit Suisse.© MICHAEL BUHOLZER / AFP

Que peuvent avoir en commun la Côte d’Ivoire et la Suisse à part le chocolat ? Tidjane Thiam. Il devient le nouveau patron du Crédit Suisse. Parcours.

Un assureur franco-ivoirien débarque à la tête d’un établissement financier helvète. Tidjane Thiam a été nommé le 10 mars 2015 directeur général du Crédit Suisse. Le successeur de l’Américain Brady Dougan prendra ses fonctions en juin. Il compte «continuer» à mettre en œuvre une stratégie «dont beaucoup d'orientations actuelles sont les bonnes», expliquait-il au micro de laRadio télévision suisse. L'un des défis qu'il compte relever est lié à la communication et à l'image du groupe. 

Il est le deuxième Noir à diriger une grande banque internationale après l’Américain Stanley O’Neal, patron de Merrill Lynch de 2002 à 2007, souligne le Temps. Le quinquagénaire s’était déjà fait remarquer en devenant le PDG de l’assureur britannique Prudential en 2009 et ainsi le premier Noir à diriger une entreprise du FTSE (le CAC 40 anglais).

Tidjane Thiam a l’habitude d’être un pionnier. Après avoir décroché le premier prix au concours de mathématiques en 1980, il est à l’âge de 22 ans le premier Ivoirien diplômé de Polytechnique. Il sortira aussi major de l’Ecole des mines en 1986. Il complète sa formation avec un MBA de l’Institut européen d'administration des affaires (Insead) qui a d’ailleurs salué sur son site la nomination de son ancien élève.

Le nouveau patron du Crédit Suisse est né le 29 juillet 1962 à Abidjan. Amadou Thiam, son père, est un journaliste sénégalais qui deviendra ministre du premier président ivoirien, Felix Houphouët Boigny. Mariétou Thiam, sa mère, n’est autre que la nièce du père de l’indépendance ivoirienne. Cette filiation explique peut-être certains de ses choix. 

Ignoré par les Français, adoubé par les Britanniques
Après ses études supérieures, Tidjane Thiam est repéré par le cabinet américain McKinsey qui le recrute à 24 ans. Le consultant prendra une année sabbatique en 1989 pour intégrer le programme annuel de recrutement des cadres juniors de la Banque mondiale. 

En 1994, le président Henri Konan Bédié l’invite à rejoindre son pays natal. Il prend alors la direction du Bureau national d’études techniques et de développement (Bnetd), en charge du …

viaTidjane Thiam, un Franco-Ivoirien à la tête du Crédit Suisse | Geopolis.

Share

Gières | Eloquant s’installe dans de nouveaux locaux

Les nouveaux locaux d’Eloquant ont officiellement été inaugurés le 26 février dernier. Photo Eloquant

Les nouveaux locaux d’Eloquant ont officiellement été inaugurés le 26 février dernier. Photo Eloquant

Près d’un an après leur fusion, Eloquant et Interview SA viennent de réunir leurs équipes à Gières. « Notre volonté est de faire évoluer nos offres respectives mais aussi de renforcer les synergies pour imaginer, développer et proposer à nos clients de nouvelles offres », détaille Alain Bouveret, le fondateur d’Interview SA.

Il y a presque un an, Eloquant et Interview SA, deux éditeurs de logiciels isérois, décidaient de fusionner. « Un rapprochement logique, explique Alain Bouveret, fondateur d’Interview SA. Nos deux entreprises intervenaient dans deux secteurs complémentaires. Eloquant était spécialisée dans les solutions cloud de gestion des interactions clients et Interview SA proposait des solutions d’enquête multicanale. Aujourd’hui, nous voulons proposer des offres qui mesureront en direct l’expérience des ………….

lire la suite sur : Gières | Eloquant s’installe dans de nouveaux locaux.

Share

Contre le RSI : la frange la plus radicale du patronat se mobilise, Social

  •  

     

     

     

     

    Lors de la manifestation contre le RSI, ce lundi à Paris. – CITIZENSIDE/PATRICE PIERROT /AFP

    1 / 1

     

     

Environ 7.000 personnes ont manifesté ce lundi à Paris contre le régime social des indépendants.

Les organisateurs attendaient entre 30.000 et 50.000 personnes. En réalité, elles n’étaient que 7.000, selon la police, ce lundi à manifester à Paris contre les dysfonctionnements du régime social des indépendants (RSI). Mais cela reste une mobilisation importante pour un défilé qui n’était organisé par aucune organisation patronale représentative. L’UPA et la CGPME ont même été huées par certains manifestants qui les jugent trop « mous » face au gouvernement.

Trop des taxes, trop d’impôts

La radicalité des slogans (« Etat= mafia », « gouvernement = escroc », « mettez en prison les responsables du RSI », ou encore « RSI = Racket social des indépendants ») et le fait que 7.000 personnes soient venues de toutes les régions en dit long sur le degré d’exaspération de ces commerçants et artisans. Cela illustre aussi le jusqu’au-boutisme qui anime ces mouvements patronaux hétéroclites, dont certains menacent, dans une prochaine étape, de s’en prendre directement à des centres du RSI. Parmi eux, on trouve pêle-mêle les « Contribuables associés », les « Citrons pressés », les « Pendus », les « Tondus » ou les « Bonnets rouges »… Le ciment de ces différents groupes tient en peu de mots : trop de taxes et trop d’impôts. Au-delà des problèmes de gestion réels du RSI, c’est ce « ras-le-bol » fiscal qui revenait dans toutes les bouches ce lundi dans le défilé.

Mission d’urgence du gouvernement

 

viaContre le RSI : la frange la plus radicale du patronat se mobilise, Social.

Share

Gaspillage alimentaire : un amendement pour récupérer les invendus des supermarchés | France info

 

Frédéric Lefebvre défend ce vendredi un amendement contre le gaspillage alimentaire © MaxPPP

 

Le député UMP Frédéric Lefebvre défend un amendement, dans le cadre de la loi Macron, pour obliger les supermarchés à céder leurs invendus à des associations d'aide alimentaire. Il souhaite que leurs produits soient donnés aux démunis avant qu'ils ne périment.

"Dans notre pays, il y a trois millions de personnes qui bénéficient d'une aide alimentaire. Il y a 37% des Français qui n'arrivent plus à boucler leur fin de mois", rappelle Frédéric Lefebvre, député des Français d'Amérique du Nord. "Aujourd'hui, c'est grâce aux grandes surfaces que tout le système des banques alimentaires, des Restos du Cœur et autres associations agréées peuvent être au rendez-vous des Français grâce à un système de don."
 
Mais Frédéric Lefebvre dénonce un vide juridique "parce que faire un don doit se faire dans des conditions de sécurité et de traçabilité des produits. Vous avez des magasins qui  voudraient pouvoir donner mais qui préfèrent détruire car, aujourd'hui, elles seraient dans un cadre juridique qui les met en situation de risque. Ensuite, se pose la question des moyens ….

viaGaspillage alimentaire : un amendement pour récupérer les invendus des supermarchés | France info.

Share

Les associations : un fardeau pour les contribuables

Par Fabrice Durtal.

Injustice statue credits wrote  (CC BY-NC 2.0)

 

Injustice statue credits wrote (CC BY-NC 2.0)

 

Le monde associatif est devenu le cache-sexe de la fonction publique. Officiellement, tout va très bien, Madame la Marquise. Le poids économique du secteur est estimé à 85 milliards d’euros (2012), les associations contribuant à hauteur de 3,2 % au PIB, soit un poids équivalent à celui de l’agriculture et des industries agricoles et alimentaires.

Selon Viviane Tchernonog, chargée de recherche au CNRS et auteur d’un ouvrage de référence sur le monde associatif, le budget cumulé du secteur a progressé au rythme de 2,8 % entre 2005 et 2011 et il emploie 1,8 million de salariés à temps plein ou partiel, majoritairement des femmes (69%).

De la même manière qu’un train peut en cacher un autre, ces chiffres dissimulent une réalité moins flatteuse. Car le boom du monde associatif provient essentiellement de l’externalisation croissante de missions autrefois prises en charge par l’État et aujourd’hui déléguées à des tiers. Au fil du temps s’est installée une fonction publique bis qui ne dit pas son nom, mais dont l’emprise s’élargit. Elle couvre la quasi-totalité de l’aide aux handicapés et de leur insertion, de nombreuses maisons de retraite, s’occupe de l’aide à domicile des personnes âgées dépendantes, des crèches, des centres de vacances, des activités périscolaires, de l’hébergement des clandestins, de sport, de culture…

Chaque année, ce secteur parapublic engloutit des centaines de millions d’euros de subventions publiques. Bien qu’aucune centralisation des données ne soit disponible, on estime que l’État, les collectivités locales et autres structures publiques ont versé 42 milliards d’euros en 2011, ce qui représente près de 50% du budget du monde associatif.

EnquêteContribuable (tous droits réservés)

Le profilage des ressources associatives révèle les objectifs de l’État. Si la masse des subventions s’est rétractée de 17 % entre 2005 et 2011, celle des commandes publiques a, en revanche, bondi de 70 % durant la même période.

Ces commandes publiques (voir encadré ci-après) correspondent à l’ensemble des contrats passés par une collectivité pour satisfaire ses besoins que ce soit sous forme de délégation de service public ou encore de contrats de partenariat public/privé. À part quelques missions régaliennes comme les pouvoirs de police, de sécurité et d’hygiène, presque tous les domaines peuvent être confiés à ces structures parapubliques. Ce recours croissant à la délégation a pour effet de favoriser le développement de grosses associations qui exploitent leurs compétences juridiques pour accéder à la commande publique tout en continuant à rafler l’essentiel des subventions.

Fonctionnaires de Bercy

D’après une enquête réalisée par Le Monde en 2013, environ 200 associations sur le 1,3 million recensé en France empochent 60% des aides distribuées par l’État. Sans subventions publiques, la plupart des associations mettraient la clé sous le paillasson. Les structures vouées à la « Défense des droits et causes » canalisent, par exemple, 5,6% des aides distribuées par l’État. Sans adhérents ou presque, elles ne doivent leur survie qu’à l’argent des contribuables. SOS Racisme a, par exemple, encaissé 331 992 euros de subventions d’État en 2013, sans compter les fonds alloués au niveau des échelons locaux. Sans ces aides 100% idéologiques, SOS Racisme ou encore Ni putes Ni soumises auraient disparu depuis belle lurette.

C’est dans le secteur médico-social que l’on trouve les associations les plus riches et les plus puissantes. Les chiffres cités par Viviane Tchernonog révèlent que l’action sociale et la santé absorbent 45% de l’ensemble du budget associatif. Suivent, l’éducation, la formation et l’insertion (12,8%), puis le sport (10,9%).

L’tat n’est pas le dernier à profiter des subventions qu’il distribue. Il récupère d’une main ce qu’il a donné de l’autre. Notamment quand il s’agit de choyer ses brebis. Les associations chargées de l’action sociale en faveur des personnels administratifs ont englouti plus de 100 millions d’euros en 2011, près de 15% de la manne publique. Près de 76 millions d’euros sont voués au bien-être des fonctionnaires du ministère des Finances. Ils sont répartis à travers différentes associations, dont 28,4 millions pour l’EPAF en 2011, chargée d’organiser des vacances dorées à la progéniture des agents de Bercy (plus d’informations sur ces associations du ministère des Finances, ici).

Afin de se développer, les associations reconnues d’utilité publique bénéficient d’une souplesse comptable accrue. Elles peuvent dorénavant acquérir et administrer des immeubles de

Lire la suite sur : http://www.contrepoints.org/2015/02/21/198669-les-associations-un-fardeau-pour-les-contribuables?utm_source=dlvr.it&utm_medium=facebook

Share

Il faut Libérez les TPE et les PME !

Hier quand les Français ont regardé leur JT de 20h, ils ont vu des "patrons" manifester dans la rue. Un fait rarissime. Et ils ont probablement été surpris de voir que les manifestants ne ressemblaient pas à la caricature que colportent les médias de la pensée unique. Les patrons de TPE et de PME étouffent et quand ils étouffent, c'est l'emploi que l'on asphyxie.

 

Share

Cabinet Conseil en Entreprise: Union bancaire – « Nous approchons malheureusement du grand soir où tous les épargnants seront taxés » – News360x

Les pauvres sont pauvres, mais ils ont cet avantage d’être nombreux. Nous avons à de nombreuses reprises évoqué le risque de voir émerger une « Taxe une fois pour toutes » afin de réduire brutalement l’endettement de certains états membres. On peut imaginer une sorte de « Grand Soir » où le gouvernement en viendrait à annoncer que tous les comptes de dépôt ou comptes courants sont ponctionnés de 10% ou plus de leurs avoirs pour faire face à ce qui serait qualifier d’urgence dans le service de la dette.Ce n’est pas une simple hypothèse, … LIRE LA SUITE SUR :

viaCabinet Conseil en Entreprise: Union bancaire – « Nous approchons malheureusement du grand soir où tous les épargnants seront taxés » – News360x.

Share

La grosse dette qui monte, qui monte… | Contribuables Associés

Hollande dette victoire meme - Contribuables Associés

La dette publique de la France a passé un cap symbolique au troisième trimestre de 2014 : 2000 milliards d'euros, soit environ 31 000 euros par Français. Jusqu'à quand ?

Cette dette accumulée résulte de 40 années consécutives de budgets en déficit, eux-mêmes dus à une soif de dépenses publiques que les impôts n’ont pu étancher, malgré leur explosion sur la période. Le rythme de l’endettement s’est brusquement accru depuis la crise financière de 2008 et la crise de l’euro et des dettes souveraines qui a suivi en 2010. Ces crises en cascade ont servi de prétexte pour accroître fiscalité, dépenses et endettement publics.

L’an prochain, la France pourrait passer un autre cap symbolique : une dette s’élevant à 100% du produit intérieur brut (PIB).

Dette

La presse tente dès à présent de rassurer les Français : non, la France, ou plutôt l’État français, ne va pas faire faillite, puisqu’il parvient à financer sa dette à des taux très avantageux : 1,25% par an pour des emprunts à dix ans, soit moins que l’inflation.

La question étant : que va-t-il se passer si ces taux remontent ? Étant acquis qu’ils peuvent difficilement descendre en dessous des taux actuels (ou alors, quel intérêt pour les assurances-vie et les fonds de pension de prêter l’épargne de leurs clients à l’État français ?), ils vont bien finir par remonter…

La situation sera d’autant plus délicate que le service de la dette est déjà le premier poste budgétaire de  … LIRE LA SUITE SUR :

viaLa grosse dette qui monte, qui monte… | Contribuables Associés.

Share

Pourquoi la France va à la catastrophe : pouvoir d’achat en berne, prix en baisse et low cost

Il ne se passe pas un jour où les annonces se succèdent concernant la bataille des prix et les difficultés à joindre les deux bouts pour diverses corporations et couches de la population."

Ces jours derniers, c'est au tour des agriculteurs ou plutôt les légumiers Nord-finistériens de passer à l'action. Leur désespoir est tel qu'après avoir déversé des tonnes d'artichauts à Plouescat, St Pol de Léon, Lanmeur, Morlaix, ils ont monté d'un cran en allant jusqu'à incendier le Centre des impôts et la Mutualité Sociale Agricole de Morlaix. Leurs difficultés s'accumulent, entre une production très abondante, l'embargo russe et un pouvoir d'achat en berne. Leur revenu déjà très bas, vient encore de baisser pour certains jusqu'à 25%. Ils travaillent de plus en plus ; 70, 80 heures par semaine pour un revenu de plus en plus faible, près du Smic, si ce n'est moins. Pour les agriculteurs, c'est un bas prix du lait, des céréales qui ne leurs permet pas de vivre décemment, compte tenu de leurs investissements.

Après les attaques répétées contre les prix et marges des hypermarchés, contre les rémunérations des professions réglementées, Air France qui s'est lancé dans le Low cost en créant, puis faisant grandir sa filiale Transavia avec la colère des pilotes, les attaques constantes contre les prix des médicaments et la création des génériques,… la liste est sans fin.  Depuis de nombreuses années tout est tiré vers le bas.

Il est rare que ne se passe un jour sans que les politiques ne s'en mêlent. Chacun est prêt à trouver toutes les idées, les dispositions possibles pour faire diminuer les prix.

Il manque en France 25% de PIB pour que les comptes soient en équilibre, soit 25% d'heures travaillées, payéesSolution immédiate : Augmenter le temps de travail par la loi. C'est sous moins de trois mois, la relance assurée.

 

Pourquoi la France va à la catastrophe : pouvoir d'achat en berne, prix en baisse et low cost.

Share
rejoignez moi sur viadéo
Sur Viadéo
Archives