Get Adobe Flash player
Catégories
ce site est utile, aidez nous à le maintenir au top

Archives mensuelles : octobre 2011

Le groupe Anovo repris par Butler Capital, Actualités

 

Walter Butler l’a emporté, face aux autres acteurs en lice, notamment le britannique Regenersis. Le tribunal de commerce de Beauvais a choisi vendredi de confier à son fonds, Butler Capital Partners (BCP), la reprise d’ Anovo, leader européen de la gestion durable du cycle de vie des produits électroniques, en redressement judiciaire depuis juillet dernier. En présentant le projet le mieux-disant sur le plan social, le spécialiste de la reprise d’entreprises en difficulté avait déjà obtenu le soutien des salariés.

Le projet de BCP prévoit en effet la reprise de l’ensemble des sites du groupe en France ainsi que toutes ses filiales à l’étranger à l’exception des sociétés italiennes et suédoises. Au total, plus de 4.400 emplois seront ainsi préservés, dont 758 en France sur un total de 1040. Les suppressions d’emplois dans l’Hexagone seront concentrées sur trois sites : celui de Brive paiera le plus lourd tribut avec 140 postes supprimés, celui d’Angers perdra 70 postes et celui de Saint-Matthieu 30.

Selon Eric Meilhac, délégué syndical CGT du site de Brive, la «crédibilité financière plus assise» de l’offre de Walter Butler a également joué dans le choix du tribunal, BCP ayant prévu de financer sur fonds propres la reprise et non pas sur crédit bancaire. «Nous allons investir 25 millions d’euros dans le groupe, dont plus de 20 millions en France», indique Walter Butler, qui signe avec cette opération la «plus importante reprise d’entreprise en dépôt de bilan sur ces 10 dernières années».

Selon lui, Anovo, qui réalise trois-quart de son chiffre d’affaires sur des activités de réparation et de logistique, bénéficie de sérieux atouts : «D’une part, ses marchés sont en croissance, d’autre part l‘entreprise est dotée d’une base de clients importantes au sein des grands groupes et d’un savoir-faire reconnu sur le plan européen», dit-il. En relançant les activités et en améliorant le service aux clients, il espère redresser les résultats. «En 2012, la France sera encore en légère perte, mais au niveau du groupe nous visons un excédent brut d’exploitation compris entre 5 et 10 millions d’euros», dit-il. Les comptes clos fin septembre, quant à eux, devraient encore afficher une lourde perte d’exploitation.

NATHALIE SILBERT

 

Lire la suite sur :   Le groupe Anovo repris par Butler Capital, Actualités.

Share

Activez votre holding pour être exonéré d’ISF ! , Actualités, Entrepreneur

Activez votre holding pour être exonéré d’ISF !

L’exonération des titres d’une société holding en tant que biens professionnels suppose que la société anime les filiales qu’elle détient.

Les dirigeants de sociétés peuvent choisir de détenir les titres des différentes sociétés qu’ils dirigent via une société holding.

Dans ce cas, pour que les titres de la société holding puissent être exonérés d’impôt de solidarité sur la fortune (ISF) en tant que biens professionnels du dirigeant, il est notamment nécessaire que la société holding soit reconnue animatrice des sociétés dont elle détient les titres.

Précision : si, au contraire, la société holding n’a pour objet que de détenir et gérer les participations financières, elle est dite « passive ». Dans ce cas, les titres de la société holding peuvent être exonérés totalement ou partiellement d’ISF, mais cela suppose le respect d’un certain nombre de conditions par les sociétés qu’elle détient (activité, composition de l’actif…) et par le contribuable (direction des sociétés…).

Une société est considérée comme étant animatrice des filiales qu’elle détient lorsqu’elle participe activement à la politique du groupe auquel elles appartiennent et à son contrôle et qu’elle rend, le cas échéant et à titre purement interne au groupe, des services spécifiques administratifs, juridiques, comptables, financiers ou immobiliers.

La Cour de cassation vient de préciser à cet égard que le rôle animateur de la société holding ne nécessite pas forcement que celle-ci dispose de structures importantes en termes matériels (locaux, matériel informatique…) et humains (salariés, prestataires extérieurs…).

Précision : dans cette affaire, la société holding a été reconnue animatrice de son groupe au regard des prestations financières qu’elle rendait aux filiales et de sa participation active à des opérations menées par l’une d’entre elles.

Lire la suite  :   Activez votre holding pour être exonéré d’ISF ! , Actualités – Les Echos Entrepreneur.

Share

Seven Tips for Aspiring Entrepreneurs

 

Yesterday I delivered a lecture to students in the Master Programme in Entrepreneurship at The Lund University School of Economics and Management in Sweden. I spoke about entrepreneurism and marketing as it relates to building an enduring brand. I’d like to address this post to those students and hope that any other budding entrepreneurs out there may benefit from listening in.

1. Be clear on what an entrepreneur is. A friend in New York recently declared herself an entrepreneur based solely on the fact that she doesn’t like working for other people. That is a credential for being human more than an indicator of any entrepreneurial inclinations. Sometimes people use the word “entrepreneur” to describe anyone with visionary business ideas.  But I don’t think that’s enough.  If you don’t get your idea to market then I’d say you’re an inventor or simply a dreamer. There’s nothing wrong with being either of those things; it’s just not the same as being an entrepreneur. The dictionary says that an entrepreneur is someone who starts and manages a business or other enterprise with considerable initiative and risk. For me, an entrepreneur is also a marketer: Someone who not only has an idea and vision but has the initiative and risk tolerance to get their idea to market.

2. Embrace risk, but understand it. Would you ever consider going over Niagara Falls in a barrel? Probably not. Yet, the odds of surviving the 173 foot (53 M) plummet over Niagara Falls in a barrel is almost four times greater than your company’s chances of surviving its first five years in business (20% survival) and fifteen times greater than either your product surviving past launch (5% survival) or your chances of ever reaching your company’s long-term financial goals (5% survival). The fact is most new businesses fail and the ones that do survive rarely live up to their owners’ financial expectations. This is nothing that should deter you. But I hope it prompts you to heed my next piece of advice.

3. Love your business idea, but do not fall in love with it. Love really is blind, and the blind do not fare well navigating the obstacle course that lies between each entrepreneur and success. Just like relationships between people, the love of a business idea has the power to drive otherwise perfectly rational people to completely irrational behavior. An entrepreneur who is in love with his or her idea can see little else beyond the genius of their creation. And any data that suggests otherwise will be filtered, discredited or otherwise contorted until it fits that view. Be aware of this and find ways to compensate like finding a dispassionate advisor for guidance and periodic reality checks.

4. Focus on the brand, not just the product. Entrepreneurial expert, Evan Carmichael posted the top 12 reasons why new business fail:

  1. No Business Plan
  2. Under Funded
  3. Lack of Operating Goals and Objectives
  4. Failure to Measure Goals and Objectives
  5. Failure to Pay Attention to Cash Flow
  6. Failure to Understand the Industry and the Target Customer
  7. No Means of Differentiation —J ust Another “Me Too” Business
  8. Poor or No Marketing Programs in Which to Attract New Customers
  9. Underestimating the Competition
  10. Not Cost Competitive
  11. Lack of Attention to Accounts Receivables and Inventory
  12. Poor People Management Skills

I would argue that all but numbers 5, 11 and 12 can be avoided, at least in part, by a properly developed and executed brand strategy. That would mean eliminating 75% of the failure factors in your path according to this list. And note:  “Your product sucks,” is not on this list. I’d guess that many good products fail in the market by no fault of their own other than they were brought to market by entrepreneurs who neglected brand basics and fell victim to the pitfalls above.

5. Understand what it takes to succeed.  If you could draw a mind map of the love-struck entrepreneur you would see that 95% of their belief in success hinges on the brilliance of their idea. They tend to attribute the remaining 5% of their focus to the other factors. I’d say these love-struck pups have it backwards. Brilliant ideas are not rare; brilliant businesses are. I reckon a solid idea will account for about 5% of your success. I’d give business factors like the ability to manage cash flow and people about 15%. I’d give brand factors like the ability to create a solid strategy and then stick to the plan with reality-based measurement a 30% stake. The remaining 50% I’d attribute to you: specifically your vision and your will to bring that vision to fruition.

6. Don’t confuse a head start with reaching your destination. Few things in business beat the feeling of being first to market with a great innovation. But it guarantees little. For instance, you would think that an idea as great as the first car, first television, first washing machine or the first computer would pretty much guarantee an entrepreneurs success. But the now forgotten DuryeaDumontThor, andMits corporations tell a different story. They found that it takes more than a brilliant idea to endure. We have all seen companies create huge new markets with highly innovative products. High on hubris or too product-focused, these companies don’t create many barriers to entry or otherwise manage their categories. In fact, they can’t see why they need to: The public loves them, the stock market loves them, they love themselves. Until they are driven out of the category they created by other entrepreneurs armed with a brand strategy. Initial success doesn’t mean the chase is over, it just means you have a small head start. Use it wisely.

7.  Please don’t call yourself an entrepreneur. Anyone can call themselves an entrepreneur.  That’s why so many do. You’ll see it on business cards, LinkedIn profiles, and Twitter bios. But please accept that some monikers, like “hero,” “genius,” or “great dancer” only work when applied by someone other than yourself.  “Entrepreneur” is one such appellation. Use a title that actually describes what you do like “Sales Person” or “Marketing Consultant” or  “Investor” or even “Aspiring Media Mogul”.  Besides, judging from the resumes I’m seeing, I’d say  “entrepreneur” is now second only to “guru” as the euphemism of choice for “unemployed”.

Since my talk at the University, I’ve been fortunate enough to interact with several of you and learn about your projects. I found your ideas and vision both inspiring and humbling. This month marks the 20th anniversary of my first international advertising venture and the ten-year anniversary of The Duffy Agency. Yet, as you might guess, I would never call myself an entrepreneur. But who knows? If we both stick with my advice perhaps someday we will be able to refer to each other in that way. Best of luck.

in French

Hier, j’ai donné une conférence à des étudiants dans le programme Master en entrepreneuriat à l’Université de Lund école d’économie et de gestion  en Suède. J’ai parlé de l’entreprenariat et la commercialisation en ce qui concerne la construction d’une marque durable. Je voudrais répondre à ce message aux étudiants et nous espérons que d’autres entrepreneurs en herbe toute là peuvent bénéficier de l’écoute po 1. Soyez clair sur ce qu’est un entrepreneur est. Un ami de New York a récemment déclaré un entrepreneur se fondant uniquement sur ​​le fait qu’elle n’aime pas travailler pour d’autres personnes. C’est une information d’identification pour l’être humain plus un indicateur de toute inclination entrepreneuriale. Parfois, les gens utilisent le mot «entrepreneur» pour décrire toute personne ayant des idées d’affaires visionnaire. Mais je ne pense pas que ça suffit. Si vous ne recevez pas votre idée de marché, alors je dirais que vous êtes un inventeur ou tout simplement un rêveur. Il n’ya rien de mal à être l’une de ces choses, c’est juste pas le même comme étant un entrepreneur. Le dictionnaire dit que l’entrepreneur est quelqu’un qui commence et gère une entreprise ou une autre entreprise à l’initiative et de risques considérables. Pour moi, un entrepreneur est aussi un agent de commercialisation: Quelqu’un qui n’a pas seulement une idée et la vision, mais a l’initiative et la tolérance au risque d’obtenir leur idée au marché. 2. Étreinte de risque, mais le comprendre. Voulez-vous jamais envisager d’aller dans les chutes Niagara dans un tonneau? Probablement pas. Pourtant, les chances de survie du pied 173 (de 53 M) plonger dans les chutes Niagara dans un tonneau est presque quatre fois plus grande que les chances de votre entreprise de survivre à ses cinq premières années d’activité ( 20% de survie ) et quinze fois plus grande que soit votre produit survivants lancement passé (5% de survie ) ou vos chances de jamais atteindre à long terme de votre entreprise des objectifs financiers ( 5% de survie ). Le fait est que la plupart des nouvelles entreprises échouent et ceux qui ne survivent que rarement répondu aux attentes de leurs propriétaires financière. Ce n’est rien de ce qui devrait vous dissuader. Mais j’espère qu’elle vous invite à tenir compte de mon prochain morceau de conseils. 3.Aimez votre idée d’entreprise, mais ne tombez pas en amour avec elle. L’amour est vraiment aveugle, et les aveugles ne se portent pas bien naviguer le parcours du combattant qui se trouve entre chaque entrepreneur et le succès. Tout comme les relations entre les gens, l’amour d’une idée d’entreprise a le pouvoir de conduire des personnes par ailleurs parfaitement rationnelle à un comportement totalement irrationnel. Un entrepreneur qui est en amour avec son idée peut voir à peu près tout le génie-delà de leur création. Et toutes les données qui suggèrent le contraire sera filtré, discréditée ou autrement déformé jusqu’à ce qu’il soit du même avis. Soyez conscients de cela et trouver des moyens pour compenser comme trouver un conseiller pour les vérifications de la réalité dépassionnée d’orientation et de périodiques. 4. . Focus sur la marque, et pas seulement le produit d’experts entrepreneurial, Evan Carmichael posté  le top 12 des raisons pour lesquelles de nouvelles entreprises échouent:

  1. Pas de plan d’affaires
  2. Sous-financés
  3. Manque de buts et objectifs opérationnels
  4. Le défaut de mesurer les buts et objectifs
  5. Manque d’attention aux flux de trésorerie
  6. Incapacité à comprendre l’industrie et la clientèle cible
  7. Pas moyen de différenciation  – J uste une autre « Me Too » Business
  8. Mauvaise ou pas de programmes de marketing pour attirer des nouveaux clients
  9. Sous-estimer la concurrence
  10. Non coûts concurrentielle
  11. Manque d’attention aux comptes débiteurs et des stocks
  12. Poor People Compétences en gestion

Je dirais que tous les numéros, mais 5, 11 et 12 peuvent être évités, au moins en partie, par une stratégie de marque bien élaboré et exécuté. Cela signifierait l’élimination de 75% des facteurs d’échec dans votre chemin en fonction de cette liste. Et notez: « Votre produit est nul, » n’est pas sur cette liste. Je suppose que beaucoup de bons produits échouent sur ​​le marché par aucun défaut de leurs propres autres que ce qu’ils ont été mis sur le marché par des entrepreneurs qui ont négligé bases de marque et a été victime d’écueils ci-dessus. 5. Comprendre ce qu’il faut pour réussir.   Si vous pouvez dessiner une carte mentale de l’entrepreneur follement amoureux, vous verriez que 95% de leur croyance dans le succès repose sur l’éclat de leur idée. Ils ont tendance à attribuer les 5% restants de leur attention à d’autres facteurs. Je dirais à ces chiots follement amoureux l’avoir en arrière. Idées brillantes ne sont pas rares, les entreprises sont brillants. Je pense une idée solide représentera environ 5% de votre réussite.Je donnerais des facteurs commerciaux comme la capacité à gérer les flux de trésorerie et les personnes d’environ 15%. Je donnerais des facteurs de marque comme la possibilité de créer une stratégie solide et ensuite s’en tenir au plan de la réalité basée sur la mesure une participation de 30%. Les 50% restants je vous attribuer: en particulier votre vision et votre volonté de faire de cette vision à terme. 6.Ne confondez pas un bon départ avec votre arrivée à destination. Peu de choses dans les entreprises a battu le sentiment d’être la première à commercialiser une grande innovation. Mais elle garantit peu. Par exemple, on pourrait penser que l’idée aussi grande que la première voiture, la télévision, première machine à laver ou le premier ordinateur serait assez bien de garantir une réussite des entrepreneurs. Mais le désormais oubliés Duryea , Dumont , Thor , et Mits  sociétés racontent une histoire différente. Ils ont trouvé que cela prend plus d’une idée brillante à endurer. Nous avons vu toutes les entreprises de créer de nouveaux marchés avec d’énormes produits très innovants. Haut orgueil ou trop axé sur les produits, ces entreprises ne créent pas beaucoup d’obstacles à l’entrée ou de gérer autrement leurs catégories. En fait, ils ne voient pas pourquoi ils ont besoin pour: Le public les aime, le marché boursier les aime, ils s’aiment. Jusqu’à ce qu’ils soient chassés de la catégorie dont ils créés par d’autres entrepreneurs armé avec une stratégie de marque. Premiers succès ne signifie pas la chasse est finie, cela signifie simplement que vous avez une longueur d’avance de petite taille. Utilisez à bon escient. 7. S’il vous plaît ne pas vous appeler un entrepreneur. N’importe qui peut s’appeler un entrepreneur. C’est pourquoi tant de faire. Vous le verrez sur les cartes professionnelles, des profils LinkedIn, Twitter et bios. Mais s’il vous plaît accepter que certains surnoms, comme «héros», «génie», ou «grand danseur » ne fonctionnent que lorsqu’ils sont appliqués par quelqu’un d’autre que vous-même.«Entrepreneur» est une appellation telle. Utilisez un titre qui décrit réellement ce que vous faites comme « Sales Person» ou «consultant en marketing» ou «Investisseurs» ou même «Mogul Aspirant médias».Par ailleurs, à en juger par le curriculum vitae que je vois, je dirais «entrepreneur» est maintenant deuxième au « gourou » comme l’euphémisme de choix pour les «chômeurs».  Depuis mon discours à l’Université, j’ai eu la chance de interagir avec plusieurs d’entre vous et en apprendre davantage sur vos projets. J’ai trouvé vos idées et une vision à la fois inspirante et une leçon d’humilité. Ce mois marque le 20e anniversaire de mon entreprise de publicité premier instrument international et l’anniversaire des dix ans , l’Agence Duffy . Pourtant, comme vous pouvez le deviner, je n’aurais jamais me considérer comme un entrepreneur. Mais qui sait? Si l’on s’en tenir à la fois mon conseil peut qu’un jour nous serons en mesure de renvoyer les uns aux autres de cette façon. Bonne chance.

 

Lire la suite sur  :   Seven Tips for Aspiring Entrepreneurs | TalentZoo.com.

Share

ARM dévoile son architecture 64 bits

ARM a dévoilé sa nouvelle architecture de puces et d’instructions, l’ARMv8. C’est la première à supporter en plus du jeu d’instructions 32 bits des instructions en 64 bits. Elle va clairement viser à implanter les processeurs qui en découleront dans des ordinateurs de bureau et des serveurs, le prochain marché qu’ARM veut conquérir d’ici quelques années, allant ainsi marcher sur les plate-bandes d’Intel.
Déjà, HP a indiqué vouloir sortir une ligne de serveurs ARM et une rumeur laisse entendre qu’Apple aurait dans ses cartons des prototypes de MacBook Air ARM.

Bien entendu, il va falloir compter avec la réaction d’Intel, qui actuellement fait des efforts sans précédent pour diminuer de manière significative la consommation de ses puces x86. A terme, au-delà des jeux d’instructions radicalement différents, il devrait quand même y avoir convergence vers une évolution qui semble incontournable, la fabrication de processeurs dotés de nombreux coeurs hétérogènes, c’est-à-dire non identiques comme actuellement, le but étant de spécialiser chacun d’entre eux dans des tâches spécifiques qu’ils exécuteront plus vite, tout en permettant de couper le courant aux autres et ainsi maintenir l’enveloppe thermique dans des limites acceptables. En contrepartie, on aura des millions de transistors dans ces processeurs qui pourraient ne jamais servir ou seulement très rarement en fonction de l’usage des machines.

Lire la suite sur :   MacBidouille.com – Bidouille hardware sur Mac – ARM dévoile son architecture 64 bits.

Share

Medias Sociaux, Foursquare revoit sa stratégie pour développer l’usage de son service

 

Foursquare revoit sa stratégie pour développer l’usage de son service

 

 

Comme nous le présentions il  y a quelques semaines dans La géolocalisation : un usage encore timide en France, Foursquare, malgré les écrits nombreux positifs sur le service, peine à séduire durablement les internautes et mobinautes. En effet, je ne parle pas ici du nombre de téléchargements de l’application sur smartphone ou du nombre de personnes ayant crée un compte, mais bien de la fréquence d’usage du service (comparée notamment à d’autres réseaux sociaux). En effet, la force de Facebook en premier lieu est certes d’avoir réussi à agréger un grand nombre d’utilisateurs (plus de 700 millions dans le monde, et plus de 85% des 17 / 25 ans en France par exemple), mais c’est surtout d’avoir su se rendre indispensable pour nombre d’utilisateurs qui s’y connectent tous les jours. D’une certaine manière, Twitter pour une certaine tranche d’utilisateurs uniquement a su également créer ce lien utile.

Pour Foursquare, il n’en est rien. En effet, le principal argument de Foursquare depuis sa création a été d’axer sa fidélisation au service sur la gamification et le principe de mayorship. Plus vous vous checkez, plus vous gagnez de points, et avez de chances de gagner des badges (en fonction des types de lieu dans lequel vous vous déclarez) et de titres de mayor. Le principe est intéressant et aujourd’hui les principes de gamification tendent à se retrouver dans d’autres services, mais si c’est l’unique promesse, celle-ci paraît faible pour nombre d’utilisateurs.

Attirer les marques pour offrir des promotions exclusives géolocalisées

La dimension locale d’Internet est en plein développement à tel point qu’aujourd’hui la corrélation entre usages de la géolocalisation et recherche de bons plans à proximité (que ces bons plans soient liés à une offre commerciale, un événement ou à la présence d’amis) est de plus en plus forte. On voit nombre d’applications de tout type intégrer cette dimension de localisation de leur service, comme le service de photos pour iPhone, Color : Géolocalisation + iPhone + Photos = Color.

La menace qui plane au dessus de la tête de Foursquare est celle de concurrents plus verticaux et spécialisés. Par exemple, des applications sur mobile ou des sites Internet qui comme DisMoiOu ou FoodSpotting manient habilement avis d’utilisateurs en temps réel et localisation de lieux de restauration. Nous pouvons ajouter à ces concurrents tous les sites d’offres groupés au premier rang desquels Groupon.

Les dernières annonces de Denis Crowley ; Foursquare Radar et Explorer

Denis Crowley, fondateur de Foursquare, souhaite renforcer la dimension communautaire de son service. Aujourd’hui, suivre les lieux où vont vos amis a un intérêt assez faible et les interactions réactives sur le service sont assez rares (commentaires, …), là encore quand on le compare à des usages plus développés sur des sites verticaux ou des réseaux sociaux plus génériques comme Facebook. Afin de répondre à ce souhait, Denis Crowley a donc annoncé la semaine dernière le lancement de deux nouveaux services : Foursquare Radar et Explorer.

L’objectif n’est plus de seulement signaler sa présence dans un lieu, mais d’indiquer ce qui ce passe en ce moment à cet endroit notamment les promotions locales. Au lieu de seulement passer des deals avec des enseignes pour qu’elles fassent la promotion directe d’offre sur le service, l’idée est d’enrichir l’offre et d’intégrer toutes les offres possibles grâce à la force de la communauté. Ainsi, samedi prochain, vous vous balladez rue de Rivoli pour faire les magasins, un bon moyen d’aller plus vite ou d’être sûr de ne pas passer à côté d’une bonne offre dans la rue, est de consulter les informations sur Foursquare. Foursquare, après son partenariat avec Groupon (Foursquare to offer daily deals from Groupon, Gilt and Others) souhaite donc proposer une offre de promotions le plus large possible pour attirer les mobinautes et leur donner de bonnes raisons de consulter régulièrement le service en situation de mobilité.

Est-ce à dire que la gamification va être supprimée à terme ? Probablement pas, mais Foursquare veut accélérer l’usage de son service en offrant une valeur ajoutée plus forte, pour essayer d’éviter l’essoufflement. On note au passage qu’aujourd’hui nombre de services essaient d’intégrer à la fois la dimension locale et les offres promotionnelles. Par exemple, en France, un acteur comme PagesJaunes avec son service UrbanDive va compter dans cette bataille.

 

Lire la suite sur :  MediasSociaux.fr > Foursquare revoit sa stratégie pour développer l’usage de son service.

Share

Viadéo veut s’imposer en Chine

Dans sa politique d’expansion dans les pays émergents, Viadeo, le leader français des réseaux sociaux professionels, veut s’imposer en Chine. Ses dirigeants estiment qu’il faut des moyens démesurés pour s’installer dans les lieux où les américains sont déjà implantés.

Le site a déjà franchi le seuil de 8 millions d’inscrits en Chine et espère voir son chiffre d’affaires exploser avant Noel. Seelon les estimations, le marché chinois est d’environ 50 millions de professionnels.

Outre la Chine, Viadeo cible aussi l’Amérique latine, l’Inde et la Russie. Mais pour le moment, le réseau social professionnel n’envisage pas d’aller aux Etats-Unis. Il est tout simplement impossible de détrôner le concurrent LinkedIn.

 

Lire la suite  :  Viadéo veut s’imposer en Chine – pask sur LePost.fr (00:11).

Share

Fixation de la rémunération du gérant de SARL, Actualités, Entrepreneur

Le gérant associé peut participer au vote de la décision fixant sa rémunération.

La Cour de cassation vient de confirmer que le gérant associé d’une société à responsabilité limitée (SARL), même s’il est majoritaire, peut participer au vote de la décision des associés fixant sa rémunération. Car pour elle, il ne s’agit pas d’une convention dite « réglementée ».

Rappel : les conventions réglementées sont celles qui interviennent directement ou par personne interposée entre la société et l’un de ses gérants ou l’un de ses associés. Ces conventions doivent faire l’objet d’un rapport spécial établi par le gérant (ou le commissaire aux comptes s’il en existe un dans la société), puis être soumises à l’approbation de l’assemblée des associés, le gérant ou l’associé intéressé ne pouvant pas prendre part au vote.

S’ils estiment que la décision prévoit une rémunération exagérée, qu’elle est contraire à l’intérêt social et qu’elle a été prise dans l’unique but de favoriser les associés majoritaires au détriment des minoritaires, ces derniers peuvent la contester en justice en invoquant un abus de majorité.

Dans cette affaire, la délibération, votée par le seul gérant associé majoritaire, indexant sa rémunération sur l’excédent brut d’exploitation de la société, n’a pas été jugée constitutive d’un abus de majorité.

Lire la suite sur :   Fixation de la rémunération du gérant de SARL, Actualités – Les Echos Entrepreneur.

Share

Téléphonie : Samsung prend la 1ère place mondiale des « smartphones » !

28/10/2011 à 11h09

(Boursier.com) — L’iPhone détrôné par le Galaxy ! Pour la première fois, les ventes de « smartphones » du groupe sud-coréen Samsung ont dépassé au 3ème trimestre celles de son rival américain Apple, selon le cabinet d’étude britannique ‘Strategy Analytics’. Ce dernier a estimé à 27,8 millions d’appareils les ventes du groupe coréen (qui contrôle ainsi 23,8% du marché mondial) contre 17,1 millions (14,6% du marché) pour Apple durant la période de juillet à septembre. Les ventes de téléphones haut de gamme de Samsung ont été multipliées par 4 au 3ème trimestre sur un an et ont grimpé de 40% par rapport au T2, alors que celles d’Apple ont augmenté de 21% sur un an, et ont baissé de 14,5% au T3 par rapport au trimestre précédent…

Ce bouleversement sur le marché des téléphones haut de gamme intervient au moment où Samsung et Apple s’affrontent aussi devant les tribunaux sur la paternité de nombreux brevets de leurs téléphones respectifs. Les deux groupes ont notamment demandé l’interdiction de la vente des nouveaux modèles de leur rival dans plusieurs pays.

Samsung, le plus important fabricant de « smartphones » équipés du système d’exploitation Android de Google, a aussi annoncé ce matin un bénéfice d’exploitation en ligne avec les attentes du marché, à 4.250 Mds de Won, en baisse de 13%, au 3ème trimestre… Dans le détail, les bénéfices de la branche télécoms ont plus que doublé sur un an, et représentent désormais 60% des profits du groupe, tandis que les profits de la branche puces mémoires ont chuté.

La direction s’est montrée optimiste pour les ventes du 4ème trimestre, tant pour les téléphones mobiles, que pour les téléviseurs et les puces non mémoire… Le groupe a aussi présenté sa nouvelle gamme de de « smartphones » ‘Galaxy Note’, qui sera en concurrence avec le nouvel iPhone 4S dévoilé à la mi-octobre par Apple. L’action Samsung Electronics a salué ces annonces par une hausse de 2,3% ce matin à la Bourse de Séoul.

©2011 www.boursier.com

Lire la suite sur :   Téléphonie : Samsung prend la 1ère place mondiale des « smartphones » !.

Share

Free de nouveau condamné pour un retard de livraison de sa box

Selon Cnet France, un Freenaute a obtenu 800 euros de dommages et intérêts pour avoir attendu plusieurs mois son matériel.

La rédaction01net le 27/10/11

En mai dernier, nous vous relations les déboires des Freenautes en matière de livraisons de la Freebox Révolution, certains n’hésitant plus à saisir les juges de proximité et à obtenir des condamnations du fournisseur d’accès.

Nos confrères de Cnet France indiquent que le FAI vient à nouveau d’écoper de 800 euros de dommages et intérêts à verser à un de ses clients, qui n’avait reçu qu’en mai sa Freebox Révolution commandé en février… Ce nouvel abonné avait rapidement obtenu son raccordement en fibre optique. Mais la box n’avait pas suivi.

Au bout de deux mois sans connexion à Internet ni informations de la part de Free, il décide de saisir la justice, sur la foi de l’article L121-20-3 du Code de la consommation. La Freebox arrive deux jours plus tard. Agacé par le manque de communication, le plaignant maintient sa procédure, demande des dommages et intérêts, et refuse une indemnisation de 200 euros proposée par Free.

Manque de maîtrise de la fibre optique

Devant la justice, le FAI se défend en évoquant un souci avec UPS, un manque de maîtrise de la fibre optique à cette époque. Et argue que son client pouvait accéder à Internet depuis son lieu de travail.

Des éléments qui n’ont pas été retenus par le juge. Celui-ci a considéré que l’entreprise n’aurait pas dû proposer le contrat si elle n’était pas en mesure de l’honorer, et qu’elle aurait dû à tout le moins proposer « une solution alternative ».

Pas rancunier, le plaignant a décidé de conserver son offre Freebox Révolution.

Sur le site freebox.toosurtoo.com, qui donne accès à un outil de suivi des livraisons, des Freenautes témoignent encore et toujours de retards importants. Parmi eux, certains disent attendre leur matériel depuis plusieurs mois, parfois jusqu’à dix ! D’autres se réjouissent d’avoir reçu leur box en quelques jours, notamment ceux qui ont opté pour la livraison payante à domicile, facturée 20 euros…

viaFree de nouveau condamné pour un retard de livraison de sa box.

Share

Révélations des Mayas 2012 et au-delà

 

Révélations des Mayas 2012 et au-delà

Les producteur du film prétendent avoir les preuves photographiques d’une civilisation extraterrestre prémaya. Et ils affirment qu’ils ont Stephen Hawking de leur côté. Le producteur Raul Julia-Levy fourni une photo, qui, dit-il a été prise dans le sud du Guatemala dans les années 1930, montrant une tête sculptée dans la jungle.

Le monument, selon une lettre d’accompagnement de l’archéologue Hector E. Mejia, remonte à entre 3500 et 5000 av. J.-C. et est la preuve d’une civilisation supérieure ne ressemblant à rien de ce que nous connaissons qui a vécu sur Terre.

Mejia décrit la photo comme étant « un buste dont à première vue peut être considéré comme ayant un crâne allongé et trait fins qui ne sont pas compatible avec les préhispaniques d’Amérique. »

«Je certifie que ce monument ne présente aucune des caractéristiques des Maya, nahuatl, olmèques ou de toute autre civilisation préhispanique», écrit-il. « Il a été créé par une civilisation extraordinaire et supérieure avec des connaissances impressionnantes de laquelle il n’ya aucune trace de l’existence sur cette planète. »

 

 

Lire la suite sur :  A propos de Pierre-André Fontaine … – Viadeo.

Share

Startup Raises $1.2 Million to Tackle Niche Ebook Market

The Spark of Genius Series highlights a unique feature of startups and is made possible by Microsoft BizSpark. If you would like to have your startup considered for inclusion, please see the details here.

Name: Hyperink

Quick Pitch: An ebook publisher that develops titles based on existing demand.

Genius Idea: Bloggers, content farms and news publishers alike have long leveraged search trends to uncover the information people are looking for and profited accordingly. But can the same model be applied to book publishing?

McKinsey alum Kevin Gao, whose startup Hyperink announced its first significant ($1.2 million) round of funding this week, believes so. (And so do his investors, apparently.)

Book publishers, he says, too often choose what to publish based on what they like rather than what they know will sell. Hyperink will instead find out what people want to read, largely by sifting through short and long-range search data. The company will then find authors to write short, highly targeted books on the topics people are searching for information about.

Think How to Get Into Yale rather than How to Get Into College, or a short history on Apple founder and former CEO Steve Jobs around the time of his death.

Hyperink is also welcoming pitches from aspiring authors, promising design, editing and marketing services in exchange for 50% of the royalties. Gao says the company is also interested in partnering experts who are less inclined to write their own books with journalists to co-author books.

Books are generally priced in the $15 to $25 range — a bit on expensive side for ebooks, but on the low end for business books.

Gao added that all of Hyperink’s books to date have been profitable within the first year of publication.

Lire la suite sur :   Startup Raises $1.2 Million to Tackle Niche Ebook Market.

Share

AGE et minorité de blocage dans les SARL

Les minorités de blocage dans les AGE de SARL sont les suivantes : 

– Au moins le quart des parts sociales doit être réuni par un ou plusieurs associés dans les sociétés constituées avant le 4 août 2005, les statuts ne pouvant prévoir une minorité plus faible ;
– Au moins le tiers des parts doit être détenu par un ou plusieurs associés dans les sociétés constituées à compter du 4 août 2005 (ou celles constituées antérieurement mais ayant adopté ce régime). Les statuts peuvent prévoir une minorité plus faible sans toutefois soumettre ces décisions à l’unanimité.

Si ces conditions sont réunies, alors les minoritaires pourront bloquer une décision portant sur la modification des statuts.

Les décisions adoptées à l’unanimité … à suivre sur …

Lire la suite sur :   OPINION – AGE et minorité de blocage dans les SARL.

Share

Google+ s’impose en France, Actualités – Entrepreneur

 

Selon les dernières analyses publiées par l’institut Nielsen-Médiamétrie, le réseau social de Google aurait enregistré plus de 3 millions de visiteurs au mois de septembre.

Lancé officiellement le 28 juin dernier dans une version à accès limité et ouvert au public le 21 septembre, Google+ semble séduire les internautes français. À en croire les chiffres de Nielsen-Médiamétrie, le nombre de visiteurs uniques du réseau social n’a cessé de progresser ces derniers mois. Estimé à 421 000 en juillet 2011, puis à plus de 600 000 au mois d’août, il a dépassé en septembre, mois de l’ouverture du réseau au grand public, la barre des 3 millions. À titre de comparaison, en septembre dernier, Twitter, le service de microblogging, a enregistré 2,98 millions de visiteurs uniques (les connexions par mobile et via des applicatifs comme Seesmic ou Echofon ne sont pas comptabilisées) et Facebook un peu plus de 27 millions.

Google+

Proposé par Google pour concurrencer Facebook, Google+ (dites « G+ ») est un outil appartenant à la famille des réseaux sociaux. Il offre à ses utilisateurs un espace qu’ils peuvent utiliser pour y agréger des informations et les partager. Très complet, G+ permet de d’administrer des images de toute sorte, des vidéos (Youtube) et de communiquer notamment grâce à une messagerie instantanée (chat) gérant les échanges audio et vidéo et apte à accueillir jusqu’à 10 personnes en simultané. Quant à la gestion des contacts, elle s’opère de manière simple en créant des groupes de personnes (symbolisés par des cercles) auxquels sont attribués des droits d’accès.

viaGoogle+ s’impose en France, Actualités – Les Echos Entrepreneur.

Share

Contrôle fiscal : des garanties supplémentaires en cas de tenue informatique de la comptabilité ! , Actualités – Entrepreneur

L’irrespect des garanties spécifiques au contrôle fiscal d’une comptabilité informatisée entraîne l’annulation des redressements.

La plupart des entreprises utilisent désormais un logiciel informatique pour la tenue de leur comptabilité. Cette constatation n’est pas anodine lorsqu’elles font l’objet d’un contrôle fiscal. En effet, la vérification, par un agent de l’administration fiscale, d’une comptabilité informatisée doit répondre à des garanties spécifiques, en plus de celles qui doivent être respectées dans le cadre d’un contrôle fiscal « classique ».

Ainsi, le vérificateur doit informer, par écrit, l’entreprise des trois modalités de contrôle de sa comptabilité informatique entre lesquelles elle doit choisir.

Précision : le choix de l’entreprise doit s’opérer entre la réalisation des traitements informatiques :

– par le vérificateur lui-même sur le matériel présent dans l’entreprise ;

– ou par l’entreprise elle-même ;

– ou par le vérificateur, hors de l’entreprise, après remise de copie de fichiers informatiques nécessaires par le contribuable.

Et si des rectifications du résultat fiscal trouvent leur origine dans ces traitements informatiques, l’administration fiscale doit préciser, dans la proposition de rectification qu’elle notifie à l’entreprise, la nature des traitements informatiques concernés.

À défaut de respecter ces règles de forme, la jurisprudence annule les redressements fiscaux mis à la charge de l’entreprise dans ce cadre.

Mais pour que cette sanction s’applique, il faut que la vérification porte sur un véritable logiciel de comptabilité et que les opérations mises en œuvre à ce titre par le vérificateur constituent des traitements informatiques, c’est-à-dire qu’elles aillent au-delà de la simple lecture de données brutes.

Une précision récente donnée par la jurisprudence

Le Conseil d’État vient de juger que l’administration fiscale avait mis en oeuvre un contrôle de la comptabilité informatisée dans un cas de consultation et d’analyse d’un logiciel informatique de caisse, à partir des fonctionnalités de celui-ci. Le vérificateur avait ainsi pu constater des discordances entre les recettes enregistrées dans le logiciel de caisse et les recettes déclarées par l’entreprise.

Dans la mesure où les règles de forme précitées n’avaient pas été respectées, le Conseil d’État a estimé que les redressements, issus de la procédure de vérification de comptabilité, devaient être annulés.

À noter : dans cette affaire, le logiciel de caisse n’était pas relié informatiquement au progiciel de comptabilité de l’entreprise. Ce qui impliquait, selon l’administration fiscale, qu’elle n’avait pas procédé à un contrôle de comptabilité informatisée à partir du logiciel de caisse.
Estelle LE PICARD

viaContrôle fiscal : des garanties supplémentaires en cas de tenue informatique de la comptabilité ! , Actualités – Les Echos Entrepreneur.

Share

Le réseau social n’a de sens que si l’entreprise a identifié des besoins – Disruptive innovation

 S’il n’est proposé que pour correspondre à une tendance, un site collaboratif n’aura que peu de chances de s’ajouter aux habitudes des salariés. Pour que cela fonctionne, il faut qu’il réponde à un objectif business, et que les collaborateurs soient accompagnés.

On le sait, pour les entreprises, les réseaux sociaux sont une véritable opportunité pour favoriser le partage de bonnes pratiques entre des salariés éloignés géographiquement, nombreux, et appartenant à des services et des Directions différentes. Comme par exemple, les populations fonctionnelles (RH, compta, informatique…), ou bien des forces de vente. Pour autant, ce type de site est loin d’engendrer le même enthousiasme auprès des populations ciblées qu’auprès de ceux qui en ont l’initiative. Ce n’est pas pour rien que le Gartner Group prévoyait l’année dernière 70 % d’échecs en 2012 dans la mise en œuvre des réseaux sociaux en entreprise. Pour éviter cet écueil, il s’agit bien évidemment de s’assurer que l’outil collaboratif répond bien à un objectif business. Et non de jeter dans l’arène organisationnelle des espaces d’échanges très ouverts dont les salariés ne sauront que faire.

Au cœur de la notion d’équité organisationnelle

Une fois cette réflexion menée, il s’agit également d’accompagner le changement auprès des salariés. Reste que lorsque la masse critique d’utilisation n’est pas encore atteinte, quel est l’intérêt pour le collaborateur de diffuser les bonnes pratiques qui lui permettent de se démarquer de ses collègues ? Celles qui lui ont nécessité plusieurs années d’expérience ? Et même si il est dans une démarche de collaboration, comment peut-il s’assurer qu’il sera justement reconnu pour ce qu’il a apporté? Si jamais ses collègues ont noté positivement son apport, quelle visibilité aura cette notation en interne, voire en externe? Aussi, a-t-il réellement envie qu’il soit possible que ses pratiques soit potentiellement comparables avec celles de 300 autres personnes, dans un environnement virtuel propice à une hypervisibilité ?  On est au cœur même de la notion d’équité organisationnelle.

Etablir des bonnes pratiques

En effet, dans le cadre de son travail, on veut non seulement s’assurer que ses propres contributions sont rétribuées correctement (financièrement et symboliquement), mais il faut aussi que les contributions des autres salariés soient rétribuées de la même façon. Un réseau social de partage met à plat l’équité dans l’organisation, et se doit d’être accompagné d’une réflexion poussée à ce sujet. Une possibilité est d’accompagner le projet par la mise en place d’une certification en interne sur les compétences visées par le réseau social, ce qui nécessite préalablement de réfléchir à une structuration des compétences à valoriser. Cette certification en interne a l’avantage de donner une visibilité aux contributions et aux compétences en dehors du réseau social. La certification peut également être le fer de lance de l’identité du projet, en évitant ainsi l’écueil d’un projet dont l’identité est basée seulement sur l’outil. Elle permet de raccrocher au projet les autres acteurs, notamment les managers et RH. Et surtout, cela permet de s’assurer que le projet répond bien à un objectif business pour l’entreprise.

Lire la suite sur :    Le réseau social n’a de sens que si l’entreprise a identifié des besoins | L’Atelier: Disruptive innovation.

Share

Le MEDEF de nouveau à la tête d’une caisse de sécurité sociale, France

Pour la première fois depuis 2001, le Medef reprend la tête d’une caisse de Sécurité sociale. Jean-Eudes Tesson devrait être élu aujourd’hui président de l’Acoss, la branche recouvrement qui chapeaute le réseau des Urssaf. Il succède à Pierre Burban (UPA). Le Medef avait claqué la porte des caisses de Sécurité sociale il y a dix ans, à la suite du conflit sur les 35 heures. D’autres caisses vont bientôt changer de président, à commencer par la Caisse nationale d’assurance-vieillesse la semaine prochaine. Elle sera présidée désormais par Gérard Rivière (FO) après dix ans de présidence de la CGC. La CFTC a conservé la présidence de la Caisse nationale d’allocations familiales : Jean-Louis Deroussen a été réélu président la semaine dernière.

lire la suite :

Le MEDEF de nouveau à la tête d’une caisse de sécurité sociale, France.

Share

Protection sociale : le patronat veut transférer 30 à 80 milliards, Actualités

 

Le Medef propose de baisser les cotisations patronales et salariales en contrepartie d’une hausse de la TVA et de la CSG pour gagner en compétitivité.

Le patronat avance ses pions pour réformer le financement de la protection sociale. « Le Medef va se prononcer d’une manière très claire dans les semaines qui viennent », a promis Laurence Parisot lors des Assises de l’industrie organisées par « L’Usine nouvelle » la semaine dernière. En évoquant d’ores et déjà clairement le schéma qui guide le patronat pour améliorer la compétitivité des entreprises : une baisse des cotisations employeurs compensée par un surcroît de TVA, associée à une baisse des cotisations salariales compensée par une hausse de la CSG. A la baisse du coût du travail pour l’entreprise s’ajouterait ainsi une hausse du salaire net du salarié. « Cela favorisera la réalisation de la réforme », estime un élu patronal.

Hier, à l’occasion de la présentation de ses propositions pour la présidentielle (lire ci-dessous), le GFI, qui regroupe les fédérations industrielles, est allé un cran plus loin en fixant la fourchette des transferts de cotisations vers la fiscalité jugés nécessaires pour créer le « choc de compétitivité » espéré : entre 30 et 80 milliards d’euros, a indiqué Jean-François Pilliard, délégué général de l’UIMM (métallurgie), qui pilote le dossier au titre de ses fonctions au Medef (président de la commission Protection sociale). Le plancher correspond au transfert de 5,4 points de cotisations portant sur la branche famille de la Sécurité sociale, qui devraient, selon le patronat, être financées par la solidarité nationale. La borne haute correspond à son estimation du déficit de compétitivité avec l’Allemagne.

Depuis le débat mort-né sur la TVA sociale en 2007, le patronat estime avoir remporté la bataille du diagnostic : « Quel que soit le parti politique, le syndicat, tout le monde est d’accord pour dire qu’il faut faire quelque chose », se satisfait un élu. Le patronat et trois syndicats (CFDT, CFTC, CGC) ont plaidé, dans un document commun, pour une nouvelle répartition entre impôts et cotisations (« Les Echos » du 8 juin). Les politiques, eux, temporisent encore. « Bien sûr, il faudra changer la répartition des charges entre la fiscalité, le travail…, et c’est un travail auquel chacun doit réfléchir et s’atteler. Mais la question principale, c’est la question de la baisse de la dépense publique », a ainsi indiqué François Fillon devant les artisans la semaine dernière.

Chiffrer les scénarios

L’affichage des grandes lignes de réforme ne fait pas encore un accord au sein du patronat. Si Gilles Pélisson, président du Groupement des professions de services (GPS), s’est montré ouvert à une hausse de TVA, le commerce et la distribution, qui ne font pas partie du GPS, sont plus réservés. Un point de TVA équivaut à 8 milliards d’euros, un point de CSG à 10 milliards, a rappelé le GFI hier.

Surtout, l’industrie veut mettre sur la table les allégements de charges, cette vingtaine de milliards d’euros destinés à réduire le coût des bas salaires et dont elle juge qu’ils ne sont pas assez orientés vers les secteurs soumis à la concurrence internationale. Avec quelques autres (notamment les assureurs), l’industrie a déjà convaincu le Medef de renoncer à la « barémisation » des cotisations sociales, que le Premier ministre avait proposée au printemps pour sanctuariser les allégements. Mais les secteurs à forte intensité de main-d’oeuvre et à bas salaires ne renonceront pas à des allégements sans poser leurs conditions. Les semaines à venir vont donc être consacrées au sein du Medef à chiffrer les scénarios, et à regarder « l’acceptabilité, le calendrier », a indiqué hier Jean-François Pilliard.

VÉRONIQUE LE BILLON, Les Echos

 

 

Protection sociale : le patronat veut transférer 30 à 80 milliards, Actualités.

Share

La nouvelle équipe dirigeante de Groupama va appliquer le plan de rigueur déjà adopté, Actualités

Après la révocation de Jean Azéma avant-hier, Thierry Martel, le nouveau directeur général, et Christian Collin, qui l’épaulera comme directeur général délégué, ont une feuille de route simple : tout faire pour préserver la marge de solvabilité du groupe sur l’exercice 2011.

Les deux nouveaux hommes forts de Groupama étaient déjà à pied d’oeuvre hier au lendemain de l’éviction brutale par le conseil d’administration de Jean Azéma, celui qui a dirigé la maison depuis juin 2000. Thierry Martel, son successeur à la tête du sixième assureur français, et Christian Collin, promu directeur général délégué, ont enchaîné les réunions. Le tandem mis en place par les présidents des caisses régionales sait qu’il n’a pas une minute à perdre, Groupama étant dans une situation critique en ce moment.

Si le choix d’un tel attelage peut surprendre, Thierry Martel, l’ancien patron des activités en France, tout comme Christian Collin, jusqu’ici directeur financier, présentent l’avantage de connaître parfaitement cette maison, dont ils sont des piliers, et d’avoir des profils complémentaires. Envoyés au feu, ils devraient tout faire pour préserver la marge de solvabilité du groupe lors de l’arrêté des comptes 2011. Tour d’horizon des grands défis qui les attendent.

Protéger la marge de solvabilité

Lapidaire, le communiqué de presse qui a annoncé leur nomination et la révocation de Jean Azéma, a fixé le cap : « La priorité de la nouvelle équipe dirigeante sera de mettre en oeuvre les mesures destinées à renforcer la solvabilité du groupe tout en poursuivant l’amélioration de la rentabilité opérationnelle. » A fin août, la marge de solvabilité était encore de 130 % (117 % en prenant les seuls fonds propres durs). Soit bien en deçà des niveaux auxquels Groupama était habitué jusqu’ici.

Il y a un mois, Standard & Poor’s puis Fitch avaient abaissé leurs notes au vu du niveau des fonds propres jugé insuffisant. Jean Azéma leur avait donné des gages en présentant des mesures énergiques : achat de protection contre une baisse trop forte du CAC 40, traités de réassurance sur les provisions, économies de 300 millions d’euros sur les deux prochaines années et de 400 millions en 2014 avec une réduction tous azimuts des frais généraux. C’est ce plan que devraient mettre en musique Thierry Martel et Christian Collin.

Réduire une exposition en actions excessive

Groupama traîne comme un boulet une exposition aux marchés actions plus élevée que la moyenne des assureurs (15 % de ses actifs). Plus handicapant encore, son portefeuille est très concentré. Selon nos informations, les huit lignes les plus importantes pèseraient à elles seules un tiers de l’engagement en actions du groupe. Groupama détient notamment de fortes participations dans Société Générale et Veolia Environnement, mais aussi dans Saint-Gobain, la banque hongroise OTP Bank ou encore la banque d’affaires italienne Mediobanca.

Vu l’état des marchés depuis plusieurs mois, il pourrait passer des provisions pour dépréciation durable dans ses comptes annuels. L’idéal pour lui serait donc d’arriver à se délester d’une partie de son portefeuille assez rapidement… sauf que l’environnement de marché actuel ne s’y prête guère. Le sujet est d’autant plus important que le futur cadre prudentiel de Solvabilité II pénalisera lourdement la détention d’actions.

Le poids du risque souverain

Groupama devrait encore passer une nouvelle dépréciation sur ses titres d’Etat grecs, vraisemblablement de 50 %. Il avait déjà appliqué une décote de 21 % dans ses comptes du premier semestre. D’où un impact de 88 millions d’euros sur ses résultats. Autre sujet d’inquiétude, son exposition totale aux dettes des PIIGS (Portugal, Irlande, Italie, Grèce, Espagne), qui s’élevait au 30 juin à 13 milliards d’euros en juste valeur brute et à 3 milliards d’euros en juste valeur nette.

Vers des cessions d’actifs ?

La question est sur toutes les lèvres. Cela pourrait être une solution à court terme pour redresser la marge de solvabilité, estiment certains observateurs. Et les spéculations vont bon train sur les actifs que l’assureur pourrait se résoudre à mettre en vente : GAN Eurocourtage, souvent présenté comme l’un des joyaux du groupe, sa participation dans la foncière Silic, éventuellement ses filiales étrangères les plus solides.

Il n’est pas exclu que le groupe prenne des mesures fortes rapidement.

LAURENT THÉVENIN

 

 

Lire la suite sur :    La nouvelle équipe dirigeante de Groupama va appliquer le plan de rigueur déjà adopté, Actualités.

Share

Terrateck : des créateurs renouvellent le business agricole, Actualités, Entrepreneur

 

Zoom sur deux créateurs atypiques, lauréats du prix Innovons Ensemble, porteurs d’un projet innovant dans le secteur agricole.

A l’heure où nombre de créations d’entreprises se jouent sur le terrain des applications Smartphones, d’internet, des services, deux jeunes relèvent un sacré défi : renouveler le genre dans le domaine de l’agriculture. Une initiative récompensée par le dernier prix Création Innovons Ensemble.
A 23 ans, le pari est osé. Romain Wittrisch et Pierre Soudan se voient récompenser pour un projet ambitieux : Terrateck, une entreprise de conception, fabrication et commercialisation de matériel pour l’agriculture biologique (désherbage mécanique, enrouleurs de filets, laveuses et brosseuses à légumes…). Les deux porteurs de projet ont, en effet, identifié un besoin sur le marché de l’agriculture bio : s’il existe une offre de machines adaptées pour les grosses exploitations, celles-ci ne sont pas utilisables sur les surfaces plus modestes, et pas adaptées aux techniques de l’agriculture bio. Ainsi, de nombreux producteurs bio se voient contraint de recourir à une main d’œuvre plus importante pour pallier le manque de solution mécanique.
Terrateck a donc pour objectif de s’emparer de ce marché en plein développement en proposant aux agriculteurs bio une gamme de matériel et machines agricoles adaptée.
Les deux jeunes créateurs, issus du milieu agricole, sont passionnés d’agriculture bio et d’entrepreneuriat. Romain, 23 ans, qui a suivi des études commerciales, est diplômé du Bachelor Negocia et a déjà 2 créations d’entreprises à son actif ! Pierre, 23 ans également, est diplômé d’un DUT en génie mécanique et a déjà conçu de nombreuses machines agricoles pour l’exploitation de ses parents, agriculteurs. En bref, deux profils complémentaires. Et une démarche volontariste : afin de mener à bien leur projet de création, les deux jeunes hommes ont mené de front le Master Entrepreneuriat d’Advancia, l’école de la création de la Chambre de commerce et d’industrie de Paris, mais en apprentissage : Pierre travaille à la fabrication de matériel industriel et Romain dans une coopérative de céréales bio.
Actuellement, Terrateck envisage de lever 350 000 à 450 000 euros pour passer du stade de prototype à la production et commercialisation du matériel. « Les tests matériel sont en cours, les brevets suivront, explique Romain. L’entreprise, elle, ne sera créée que fin 2012. Nous ne nous lancerons qu’une fois les produits prêts, avec un portefeuille de clients. » Réalisme, pragmatisme : deux ingrédients qui, mixés à l’innovation, devraient faire des étincelles !

Lire la suite sur :   Terrateck : des créateurs renouvellent le business agricole, Actualités – Les Echos Entrepreneur.

Share
rejoignez moi sur viadéo
Sur Viadéo
Archives